Accueil                                                         Admin
21 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Jeanne d'Arc par Henri Wallon - 5° éd. 1879
Appendice 15 : Etendard de Jeanne d'Arc

  Il y a quelques diversités dans les descriptions qui nous sont faites de l'étendard de la Pucelle. Jeanne d'Arc dit elle-même qu'il était blanc et semé de lis, qu'on y voyait le monde et deux anges aux côtés avec cette inscription : JHESUS, MARIA. "Respondit quod habebat vexillum (gallice, estendart ou bannière) cujus campus erat seminatus liliis ; et erat ibi mundus figuratus, et duo angeli a lateribus ; eratque coloris albi de tela alba vel boucassino, erantque ibi seripta ista nomina JHESUS MARIA, sicut ei videtur, et oral fimbriatum de serico.3 (T.I, p.78.) Cette expression, le monde, est expliquée un peu plus loin : c'est Dieu tenant le monde : "Deum tenentem mundum, et duos angelos, - Regem coli a (Ibid., p.117) ; cf., p.181 "Ipsa fecit ibi fieri istam figuram Dei et angelorum" et dans le 58° des articles proposés contre elle : "Fecit depingi vexillum suum, ac in eo describi duos angelos assistentes Deo tenenti mundum in manu sua, cum his nominibus JHESUS MARIA, et aliis picturis." (Ibid., p.300.) Le revers nous est donné par le seul Perceval de Cagny: "La Pucelle print son estendart ouquel estoit empainturé Dieu en sa Majesté, et de l'austre costé ..., et ung escu de France tenu par deux anges." (t. IV, p.12.)

  Le Journal du siège qui, en un endroit, décrit sommairement de la même sorte le côté principal de l'étendard de la Pucelle : "ouquel par le vouloir d'elle on feist paindre et mectre pour devise : JESUS MARIA et une majesté" (Ibid., p.129), dit ailleurs, à propos de son entrée dans Orléans : "Et faisoit porter devant elle un estendard qui estoit pareillement blanc ouquel avoit deux anges tenant chacun une fleur de lis en lour main ; et ou panon estoit painte comme une Annonciation (c'est l'image de Notre-Dame ayant devant elle ung ange lui présentant ung liz." (t. IV, p.152.)
  Les autres témoignages ne font que reproduire, en résumé, cette description ou y joindre quelques traits accessoires.
  La Chronique de la Pucelle se borne à dire : "Un ostendart blanc auquel elle fist pourtraire la représentation du sainct Sauveur et de deux anges." (t.IV, p.215) Pasquerel ne parle que d'un ange tenant un lis que bénissait le Seigneur siégeant sur les nuées : "In quo depingebatur imago Salvatoris nostri sedentis in judicio in nubibus cœli, et erat quidam angelus depictus tenens in suis manibus florem lilii quem benedicebat imago." (t. III, p.203) Eberhard de Windeken, trésorier de l'empereur Sigismond, qui doit écrire d'après les relations officielles venues de France, modifie simplement l'attitude du Sauveur : "Une bannière de soie blanche sur laquelle était peint Notre-Seigneur Dieu, assis sur l'arc en ciel, montrant ses plaies, et ayant de chaque côté un ange qui tenait un lis à la main." (t.IV, p.490)
  C'est identiquement la même chose qu'on lit dans la Chronique des Pays-Bas : "Aïans son estendart de blancq satin ouquel estoit figuré Jhésu-Christ seant sups le arche (arc-en-ciel) monstrant ses plaies, et à cascun lez (de chaque côté) ung angel tenant une fleur de lis (Smet, Coll. des Chroniq. badges, t.III, p.409).
  Dunois, par une confusion évidente, dit que c'était le Seigneur qui tenait le lis : "Vexillum... album... in quo oral figure Domini nostri tenentis florem lilii in manu sua." (t.III, p. 409)
  J'avais pensé d'abord qua cette deuxième figure pouvait se rapporter au revers de l'étendard ; et je m'y sentais autorisé par Jules Quicherat, qui avait propose de combler la lacune du texte de Perceval de Cagny donnée plus haut, par cet autre passage du même auteur : "Elle fist faire un estendart ouquel estoit l'image de N. Dame (ibid., p. 5)." Mais il vaut mieux supposer, avec Vallet de Viriville, qu'il s'agit ici d'un autre étendard. Le panon qui est nomme avec l'étendard dans la phrase du journal, est certainement un étendard plus petit que la Pucelle s'était fait faire à la façon des simples bacheliers ou des chevaliers non bannerets ; il était commun d'avoir ainsi, tout à la fois, un étendard et le pennon de l'étendard ou guidon, témoin ce passage indiquant le jeu de la scène dans le Mystère du siége d'Orléans :

   "Adont icy y a pause de trompettes et d'instruments. - Et partiront tous en l'ordonnance de la Pucelle, chascun son estendart et guidon en très belle ordonnance et bien en point." (Mystère, etc., après le vers 15 903.)

  Pour ce qui est
de la Pucelle, on trouve, en effet, dans les comptes le nom du peintre qui a fait les deux étendards, et ce qui lui a été payé pour l'un et pour l'autre : "Et à Hauves Poulnoir, peintre demourant à Tours, pour avoir paint et baillée estoffes pour ung grand estandard et ung petit pour la Pucelle, 25 livres tournois." (t.V, p. 255) Or ces deux étendards ne sont pas, l'un celui de la Pucelle, l'autre cette seconde bannière qu'elle fit faire pour les prêtres de l'armée. Car Pasquerel, son confesseur, à qui elle en remet le soin, dit qu'elle la fit faire à Blois, quand elle allait marcher vers Orléans, et qu'elle y fit représenter le Sauveur en Croix : "Et fuerunt in villa Blesensi circiter per duos vel tres dies... et ibidem dixit loquenti quatenus faceret fieri unum vexillum pro congregandis presbyteris, gallice, une bannière, et quod in eodem vexillo faceret depingi imaginem Domini nostri crucifixi." (t. III, p.104) Or, le même Pasquerel, qui a décrit à peu près comme les autres l'étendard de la Pucelle (on l'a vu ci-dessus), sait très bien qu'on l'avait fabriqué à Tours : "Et applicuit ipse loquens Turonis illo tunc quod depingebatur illud vexillum" (ibid., p.105).

  On est donc amené à distinguer trois choses : 1° la bannière des prêtres avec l'image de Jésus crucifié ; 2° l'étendard de la Pucelle, peint comme nous l'avons indiqué sur les deux faces ; et 3° cet étendard plus petit ou panonceau fait aussi pour la Pucelle, et où l'on avait figuré l'Annonciation. Mais il faut dire que, dans tout le récit, il n'est jamais parlé que d'un étendard : celui qu'elle décrit elle même à ses juges. C'est de celui-là, en effet, qu'elle déclare qu'elle le portait dans la bataille pour éviter de tuer personne : "Dicit etiam quod ipsamet portabat vexillum prædictum, quando aggrediebatur adversarios, pro evitando ne interficeret aliquem." (t.I, p.78) Lors donc que les historiens la représentent tenant son étendard, c'est de ce drapeau et non du panonceau qu'ils doivent être entendus.
  Une addition, ou, pour mieux dire, une modification plus considérable aux descriptions connues, est celle que M. de Certain a tirée du Mystère du siège d'Orléans, mystère qu'il vient de publier avec M. Guessart (Documents inédits sur l'Histoire de France, 1862). Voici comme l'étendard y est représenté

     Un estendart avoir, je vueil
    - Tout blanc, sans nulle autre couleur,
    Ou dedans sera un souleil
     Reluisant aiusi qu'en chaleur ;
     Et ou milieu en grant honneur
     En lettre d or escript sera
     Ces deux mots do digno valeur
     Qui sont c"est AVE MARIA.
     Et au-dessus notablement
     Sera majesté
     Pourtraicte bien et joliment
     Faicte de grant autorité,     Aux deux coustés seront assis
     Deux anges, que chascun tiendra
     En leur main une fleur de liz,
     L'autre le soleil soustiendra.
     (Mystère du siège d'Orléans, v.10539-10554, p.411)

  On voit combien de traits de fantaisie l'auteur a joints à quelques traits exacts. M. de Certain me paraît expliquer fort bien comment Jeanne n'a parlé que d'un côté de son étendard : elle n'a pas l'habitude de répondre à ses juges plus qu'ils ne lui demandent, et ils ne lui ont pas demandé si l'étendard était peint des deux côtés. Mais il diminue trop l'autorité de sa description, sous prétexte que "la simple jeune fille n'avait pas acquis une grande connaissance des choses d'art." Elle avait pu, en commandant son étendard au peintre, ne pas lui marquer bien exactement l'ordonnance du sujet ; mais l'ouvrage fait, elle savait aussi bien et mieux que personne ce qu'il représentait.
  Aux descriptions données, ajoutons celle des lettres patentes de Louis XIII sur les armoiries de la Pucelle quelque peu officielle que soit la pièce en cette matière, elle ne fait qu'y ajouter une confusion de plus. Il y est dit "qu'elle estoit de toile blanche semée de fleurs de lis d'or avec la figure d'un ange qui présentoit un lis à Dieu porté par la Vierge sa mère." (Procès, t.V, p. 239).

  Un document nouveau publié par M. Jules Quicherat dans la Revue historigue (t. IV, p.338) (Anonyme de la Rochelle), donne ce trait qu'on ne trouve nulle autre part : "Et fit faire audit lieu de Poitiers son étendard auquel y avoit un escu d'azur, et un coulon blanc dedans ycelluy estoit lequel coulon tenoit un role en son bec où avoit escrit de par le roydu ciel". L'auteur, greffier de l'hôtel de ville de la Rochelle, n'avait certainement pas vu l'étendard et comme il écrit, selon toute probabilité en 1429, avant tout autre récit, il est douteux qu'il en ait lu une description autorisée. Évidemment cet écu d'azur avec la colombe ne peut remplacer les emblèmes essentiels que Jeanne décrit elle-même et les autres chroniqueurs après elle. Mais M. J. Quicherat est tenté d'y voir une sorte de blason propre à la Pucelle et relégué dans un coin de l'étendard. "Dans les usages militaires du quinzième siècle, dit-il, l'étendard, qui était un signe du commandement général, était couvert d'emblêmes au choix du capitaine à qui il appartenait, et ces emblêmes n'étaient point assujettis aux lois du blason : dans un coin seulement étaient figurées les armoiries du personnage. Jeanne, parait-il, se conforma à cette coutume... Ni marque nobiliaire, ni aucun des emblêmes consacrés de la chevalerie ne figuraient sur l'écusson : c'était un Saint-Esprit d'argent au champ d'azur, l'oiseau tenant dans son bec une banderolle sur laquelle étaient écrits les mots : De par le roy du ciel » (Ibid., p.338). Et il suppose que la Pucelle y substitua plus tard les armes que Charles VII lui donna, le 2 juin 1429, à Chinon, "pour son estandard et pour soi decorer." Malgré l'autorité de M. Jules Quicherat j'incline à croire que le greffier de la Rochelle a fait quelque confusion ; que cet emblême de la colombe ne trouva jamais place sur l'étendard de Jeanne, et que même les armoiries qui lui furent données pour son estandart et pour soy decourer, n'y figurèrent jamais : car aucun texte ne l'établit. (1)


                   
                             


Source : Jeanne d'Arc - Henri Wallon - 5° éd. 1879

Illustrations :
- Etendard, bannière et penon figurés dans la version illustrée de Wallon du présent ouvrage (Firmin-Didot - 1892)

Notes :
1 NDLR : voir l'étude très appronfondie de l'étendard que fait le colonel de Liocourt dans son ouvrage "la Mission de Jeanne d'Arc, t.I, p.191 à 287.
La description du greffier de la Rochelle se rapporte justement à l'autre face de l'étendard où une colombe tient la banderolle "De par le roy du ciel" et y figure un écu d'azur.
Dans son procès Jeanne elle-même l'appelle "l'étendard De par le roy du ciel".
Il est de même à noter que des chronique parlent de "coulon blanc" lors de l'assaut des Tourelles "aucuns chevaliers veirent un coulong blanc voler par sus l'estendart de la dicte Pucelle..." (chronique del'établissement de la fête du 8 mai)...



Jeanne d'Arc
Henri Wallon - 5°éd. 1879

Index

Avertissement
Préface

Introduction :

- La guerre de cent ans
- Charles VII et Henri VI
- Le siège d'Orléans

Livre IDomrémy et V...
I - L'enfance de J. d'Arc
II- Le départ

Livre II : Orléans
I - L'épreuve
II - Entrée à Orléans
III - La délivrance d'Orléans

Livre.III : Reims
I - La campagne de la Loire
II - Le sacre
III - La Pucelle

Livre.IV : Paris
I - La mission de J. d'Arc
II - La campagne de Paris
III - L'attaque de Paris

Livre.V :
Compiègne
I - Le séjour sur la Loire
II - Le siège de Compiègne

Livre.VI : Rouen - Les juges
I - Le marché
II - Le tribunal
III - Les procès-verbaux

Livre.VII : L'instruction
I - Les interrog. publics
II - Les interrog. de la prison
III - Les témoins

Livre.VIII : Le jugement
I - L'accusation
II - Les douze articles
III - Les consultations...
IV - La réponse de...

Livre.IX : L'abjuration
I - Le cimetière de St-Ouen
II - La relapse

Livre.X : Le supplice
I - La visite à la prison
II - La pl. du Vieux-marché

Livre.XI : La réhabilitation
I - La mémoire de Jeanne...
II - Le second procès...

Livre.XII : L'histoire

I - Les contemporains...
II - L'inspiration de J.d'Arc




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire