Accueil                                                         Admin
13 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Livre X - ROUEN - Le supplice
II - La place du Vieux-marché - p.284 à 293

ers neuf heures, Jeanne, qui avait repris l'habit de femme, sortit de prison pour se rendre à la place du Vieux-Marché. Elle allait au jugement, mais c'était à la mort, et tout l'annonçait dans l'appareil dont elle était environnée. Sa sentence était d'avance écrite sur son front : elle était coiffée d'une mitre où on lisait ces mots : hérétique, relapse, apostate, idolâtre. Sept à huit cents hommes marchaient autour d'elle, portant glaives et bâtons, « tellement qu'il n'y avoit homme qui fût assez hardi de parler à elle, excepté frère Martin Ladvenu et maître Jean Massieu (le confesseur et l'huissier). » Jeanne ne cherchait point à contenir sa douleur. Elle pleurait..., larmes respectables, qui ne trahissaient point la sainteté de sa cause : en montrant en elle la faiblesse de la femme, elles témoignaient d'où lui était venue la force qui l'avait soutenue dans sa mission. Elle pleurait, se recommandant à Dieu et aux saints; et tout le peuple pleurait avec elle. Nicolas Loyseleur lui-même ne put tenir à ce spectacle. C'était en lui que Jeanne s'était fiée le plus, l'accueillant comme un compatriote, l'écoutant comme un conseiller, le suivant comme un directeur; et on a vu comment, jusqu'à la fin, il avait trompé sa confiance. Lorsqu'il vit qu'on la menait mourir, il sentit le remords, et se précipita vers la charrette pour lui demander pardon : mais les Anglais le repoussèrent avec menaces, l'appelant traître, parce qu'il ne l'était plus. Ils l'auraient tué, sans le comte de Warwick; et le comte lui déclara qu'il ne répondait pas de sa vie, s'il ne quittait Rouen au plus tôt (1).

   

  Trois échafauds avaient été dressés sur la place du Vieux-Marché : l'un pour les juges, l'autre pour plusieurs prélats et de hauts personnages, le troisième en maçonnerie pour Jeanne, avec ces mots inscrits sur un tableau placé devant :
  « Jehanne qui s'est fait nommer la Pucelle, menteresse, pernicieuse, abuseresse du peuple, divineresse, superstitieuse, blasphémeresse de Dieu, présumptueuse, malcréant de la foy de Jésus-Christ, vanteresse, idolâtre, cruelle, dissolue, invocateresse de diables, apostate, schismatique, hérétique. »
  Au-dessus s'élevait le bûcher.

  En attendant qu'on l'y menât, elle fut placée sur une des estrades (peut-être une quatrième), où, à la vue d'un peuple immense, elle dut entendre d'abord
le sermon d'un savant docteur en théologie, l'un des assesseurs, maître Nicolas Midi. Il prêcha sur ce texte de saint Paul aux Corinthiens : « Si un membre souffre, tous les membres souffrent, » et sa conclusion était que, pour préserver les autres membres de la maladie, il fallait retrancher le membre malade :
  « Jeanne, disait-il en finissant, va en paix, l'Église ne peut plus te défendre; elle te livre au bras séculier (2). »

   

  Jeanne l'écouta en silence, et elle dut écouter encore les exhortations de l'évêque, qui l'engageait à pourvoir au salut de son âme, à penser à tous ses méfaits et à en faire pénitence, à suivre les conseils des clercs, et notamment des deux frères prêcheurs qu'il lui avait donnés pour l'assister. Il aurait dû, suivant l'avis presque unanime des assesseurs, lui relire la formule de son abjuration, d'autant plus qu'il se vanta plus tard de l'y avoir ramenée. Mais il aurait pu s'attirer de sa part un démenti public, une déclaration solennelle qu'elle n'avait jamais avoué ces infamies ; et, en démasquant cette fraude, Jeanne aurait, du même coup, rendu impossible la nouvelle imposture que l'information apocryphe eut pour objet d'accréditer. Il n'en fît donc rien, et, sans invoquer ses anciens désaveux, sans en provoquer de nouveaux, considérant qu'elle ne s'était jamais détachée de ses erreurs, qu'elle s'était rendue plus coupable encore dans sa malice diabolique en simulant la pénitence au mépris du nom et de l'ineffable majesté de Dieu ; la tenant pour obstinée, incorrigible, hérétique et relapse, il prononça la sentence.

  Après avoir invoqué le nom du Seigneur et rappelé ses erreurs, son abjuration, sa réconciliation, sa rechute avouée, comme d'un chien qui retourne à son vomissement, il la déclarait hérétique et relapse et, à ce titre, excommuniée (elle venait de communier avec sa permission) ; il la retranchait du corps de l'Église comme un membre pourri, de peur que l'infection ne gagnât les autres membres, et il la livrait au bras séculier, priant la puissance séculière de modérer sa sentence, et de lui épargner la mutilation des membres et la mort. — En face de lui s'élevait le bûcher (3).

        

  Jeanne s'agenouilla et redoubla ses dévotes lamentations et ses prières. C'est son âme pieuse, charitable et dévouée, qui s'épanche tout entière en ces derniers moments. Frappée par ses ennemis, elle reporta sa pensée sur son roi qui fa laissait mourir; et ce fut pour le défendre encore contre les atteintes de la condamnation que l'on faisait peser sur elle. Elle protesta que jamais il ne l'avait induite à faire ce qu'elle avait fait soit en bien, soit en mal, établissant sa propre innocence, tout en ne songeant qu'à mettre hors de doute la sincérité du roi. En même temps elle s'adressait à tous, de quelque condition qu'ils fussent, tant de son parti que de l'autre, demandant humblement pardon, requérant qu'on voulût bien prier pour elle, conjurant en particulier les prêtres qui étaient là de lui faire chacun l'aumône d'une messe, et pardonnant à, tout le monde le mal qu'on lui avait fait. Les juges, les Anglais eux-mêmes, étaient émus ; il n'y avait point de cœur si dur qui ne fût touché aux larmes. (3)

  Délaissée de l'Église, de l'Église de ses ennemis, déclarée apostate, idolâtre, elle s'était tournée vers le signe du salut, voulant mourir avec l'image du Rédempteur. Elle avait donc prié Massieu de lui procurer une croix; un Anglais qui était là lui en fit une d'un bâton. Elle la prit, la baisa et la mit dévotement dans son sein. En même temps qu'elle portait la croix sur sa chair, elle voulait l'avoir devant les yeux. Elle pria le frère Isambard de la Pierre d'aller lui chercher celle de l'église voisine, pour « la tenir, disait-elle, élevée tout droit devant ses yeux jusques au pas de la mort, afin que la croix où Dieu pendit fût dans sa vie continuellement devant sa vue »; et, quand il l'apporta, elle la couvrit de ses baisers et de ses larmes, invoquant Dieu, saint Michel, sainte Catherine et tous les saints, et témoignant de sa foi comme de sa piété (4) .

   

  Cependant, parmi les Anglais, beaucoup trouvaient la scène trop longue. Jeanne était délaissée de l'Église : quels droits l'Église avait-elle encore sur elle ? tous ces discours étaient hors de saison; et comme Massieu paraissait exhorter la Pucelle qu'il avait encore en sa garde, plusieurs capitaines lui crièrent : « Comment ! prêtre, nous ferez-vous dîner ici ? » Deux sergents l'allèrent prendre sur son estrade, et, pour racheter les retards de ce long procès, le juge ne se donna pas même le temps de prononcer la sentence. Dès que Jeanne fut devant lui : « Menez, menez, » dit-il aux gardes; et au bourreau : « Fais ton devoir (5)! »

  Si les juges ecclésiastiques avaient laissé durer la scène si longtemps dans l'espérance d'une abjuration, leur attente fut bien trompée, et le confesseur qui la devait rappeler à Jeanne remplit bien mal son office. Jeanne ne fit entendre aucune parole qui impliquât révocation de ses dits ou de ses faits. Si elle douta, le doute resta au fond de son cœur, ou ne se trahit que par son trouble ou par ses larmes. Elle pleurait sur elle; elle pleurait aussi sur les autres. « Rouen, Rouen, disait-elle, mourrai-je ici, seras-tu ma maison ! Ah! Rouen, j'ai grand peur que tu n'aies à souffrir de ma mort ! » Et la multitude elle-même pleurait; et plusieurs, détestant cette œuvre d'iniquité, s'affligeaient de voir qu'elle eût lieu dans Rouen. Quelques Anglais affectaient bien de rire, mais même les auteurs de l'attentat étaient touchés de ce spectacle. Le cardinal de Winchester pleurait; l'évêque de Beauvais pleurait ; larmes stériles qui n'empêchaient pas que leur crime ne s'accomplit (6)!

                            

  Le supplice se prolongea : le bûcher, on se le rappelle, avait été construit sur un échafaud pour être à la vue du plus grand nombre ; et le bourreau mit le feu par le bas. Quand la flamme monta et que Jeanne l'aperçut, elle congédia elle-même son confesseur ; elle le pressa de descendre, lui demandant, pour dernier service, de tenir devant elle la croix bien haut, afin qu'elle la pût voir. Il la quitta, mais déjà elle n'était plus seule. Les saintes qu'elle invoquait encore, même quand on travaillait, quand on réussit peut-être à la faire douter de leurs apparitions, ne prolongèrent pas plus longtemps cette dure épreuve. On l'avait ébranlée, en lui alléguant, devant sa mort prochaine, la délivrance dont elle avait reçu d'elles la promesse. Elle se rappela cette autre parole qu'elle avait aussi rapportée à ses juges : « Prends tout en gré ; ne te chaille de ton martyre; tu t'en viendras au royaume de Paradis. » Elle ne l'avait pas comprise alors, entendant humblement son martyre des peines de sa prison ; elle la comprit à la lueur des flammes, et elle entendit en même temps la délivrance qui lui était promise. Dès ce moment la mort même rentrait dans l'ordre de sa mission : elle l'accepta comme elle avait accepté tout le reste. Sur le bûcher comme dans la prison, devant la mort comme devant ses juges, « elle maintint et affirma jusqu'à la fin que ses voix étaient de Dieu ; que tout ce qu'elle avait fait, elle l'avait fait du commandement de Dieu; qu'elle ne croyait pas avoir été trompée par ses voix, et que les révélations qu'elle avait eues étaient de Dieu. » C'est le témoignage du courageux confesseur, qui ne la quitta qu'à l'approche du feu, et ne la quitta que pour tenir devant elle la croix, image du Rédempteur, divin modèle de son martyre. Au milieu des flammes qui l'enveloppaient, elle ne cessa de confesser à haute voix le saint nom de Jésus et d'invoquer les saints et les saintes ; une dernière fois on l'entendit encore prononcer le nom de Jésus, puis elle baissa la tête : elle achevait sa prière dans le ciel (8).



                                                


Source : Jeanne d'Arc - Henri Wallon - 5° éd. 1879

Notes :
1 Mitre : t. IV, p. 459 (Clém. de Fauquemberque, t. XV, f° 44 verso). — Dans les usages de l'Inquisition, l'accusé était revêtu des marques de la condamnation, en se rendant au tribunal qui devait prononcer la sentence. Voy. Llorente. Hist. de l'Inquis., IX, 14.
Escorte : « Et y avoit le nombre de sept à huit cents hommes de guerre autour d'elle, portant glaives et bastons. » T. II, p. 14 (Manchon) : témoignage confirmé par Massieu, qui dit huit cents hommes (ibid., p. 19). N. de Houppeville ne parle que de cent vingt hommes (t. III, p. 173).
Lamentations ; « In quo itinere ipsa Johanna tam pias lamentationes faciebat; ut ipse loquens et frater Martinus a lacrimis continere non poterant.... Audientes ad lacrimas provocabat. » T. III, p. 159 (Massieu); cf. t. II, p. 320 (Taquel); t. III, p. 173 (N. de Houppeville).
N. Loyseleur : « Dum ipse Loyseleur vidit eamdem Johannam condemnatam ad mortem, fuit compunctus corde; et ascendit quadrigam, volens eidem Johannæ clamare veniam, et ex hoc fuerunt indignati multi Anglici existentes ibidem, ita quod, nisi fuisset comes de Warwick, ipse Loyseleur fuisset interfectus, etc. » T. III, p. 162 (G. Colles). — « Increpaverunt eumdem Loyseleur, minando sibi et vocando eum proditorem, etc. » T. II, p. 320 (Taquel). Ce dernier semble placer la scène dans la cour du château. Loyseleur, s'il quitta Rouen, y revint. C'est comme représentant du chapitre qu'il alla au concile de Bâle. Voy. Ch. de Beaurepaire, Recherches, etc., p. 103.

2 Les trois échafauds : « Et erant ibi tres ambones seu escharfaulx gallice, videlicet unus ubi erant judices, et alius ubi erant plures prælati, et unus ubi erant ligna parata ad comburendum eamdem Johannam. » T. III, p. 55 (l'év. de Noyon) — « Et coram nobis, in conspectu populi, in magna multitudine tunc in eodem loco existente, supra scafaldum seu ambonem posita, etc. » T. I, p. 469-470. De ce que Jeanne fut placée devant les juges, Lebrun des Charmettes conclut qu'elle fut placée ou sur l'estrade des prélats ou sur une quatrième estrade qui n'est pas nommée, t. IV, p. 190.
— L'inscription du bûcher : t. IV, p. 459 (Clém. de Fauquemberque).
La prédication publique : ibid. ; cf. t. III, p. 159 (Massieu). Sur l'emplacement du bûcher voy Bouquet, Jeanne d'Arc au château de Rouen, p. 99.

3 Exhortation ; t. I, p. 470. — Sur l'omission de la lecture de la formule d'abjuration, voy. L'Averdy, Notice des man., t. III, p. 455. — Sentence, voy. l'appendice n° 21..

4 Jeanne après la sentence : « Quibus auditis ipsa Johanna, genibus flexis, fecit suas orationes ad Deum multum devotissimas. »
Souvenir au roi : « Post cujus sententiæ prolationem incoepit facere plures pias exclamationes et lamentationes, et inter alia dicebat quod nunquam fuerat inducta per regem ad faciendum ea quæ faciebat, sive bene, sive male. » T. III, p. 56 (l'év. de Noyon).
Prière aux assistants : « Requérant.... mercy très-humblement qu'ils voulsissent prier pour elle, en leur pardonnant le mal qu'ils lui avoient fait. » T. II, p. 19 (Massieu). — Requête aux prêtres : « Ut unusquisque eorum daret sibi unam missam. » T. II. p. 369, et
t. III, p. 177 (J. Fabri).

5 La croix : « Et quand elle fut délaissée par l'Église.... à grande dévocion demanda à avoir la croix ; et ce voyant un Anglois qui estoit là présent en feit une petite du bout d'un baston qu'il lui bailla.... et mit icelle croix en son sein entre sa chair et son vestement. Et oultre demanda humblement à cellui qui parle qu'il lui feist avoir la croix de l'Église, etc. » T. II, p. 20 (Massieu); cf. t. III, p. 159 (id.), et t. II, p. 6 (Is. de la Pierre, que nous suivons pour le reste).

6 Point de sentence : t. II, p. 20 (Massieu). « Fuit ducta ad bail ivum ibi præsentem, qui absque alia deliberatione aut sententia, faciens signum cum manu, dixit : « Ducatis, ducatis. » Et sic fuit ducta ad locum supplicii, ubi fuit cremata. » T. II, p. 344 (Manchon); cf. t. III, p. 150 (id.). — « En disant au bourreau, sans autre sentence : « Fais ton devoir. » T. II, p. 6 (Is. de la Pierre). Ce mot même est rapporté par Massieu aux Anglais qui entraînaient Jeanne, ibid., p. 20; cf. p. 8 (Ladvenu). Le suppléant du bailli, qui était là, le dit comme les autres : « Et ibi erat cum ba illivo, quia tunc ipse loquens erat locum tenons baillivi : et fuit lata quædam sententia per quam ipsa Johanna relinquebatur justitiæ sæculari. Post cujus sententiæ prolationem, illico et sine intervallo, ipsa posita in manibus baillivi, tortor sine plure, et absque eo quod baillivum aut loquentem, ad quos spectabat ferre sententiam, aliqua ferretur sententia, accepit eamdem Johannam.» T. III, p. 187 (L. Guesdon).

7 Plaintes sur Rouen: t. II, p. 355, et t. III, p. 185 (Marguerie): t. III, p. 202 (P. Daron); p. 53 (G. de la Chambre). Le peuple de Rouen et des environs assistait en foule au supplice. (Th. Basin, Hist. de Ch.VII, liv. II, ch. XVI.) — « Et movebantur plures ad lacrimas: erantque multi male contenti quod exsecutio fiebat in villa Rothomagensi. » T. III, p. 202 (Daron). — « Aliqui autem Anglici ridebant. » T. III, p. 53 (G. de la Chambre); — « .... tellement que le cardinal d'Angleterre et plusieurs autres Anglois furent contraincts plourer et en avoir compacion. « T. II, p. 6 (Is. de la Pierre). « Episcopus Belvacensis... ea occasione flevit. » Ibid., p. 352 (id.). Plusieurs ne purent demeurer jusque-là : l'évêque de Noyon, par exemple, t. III, p. 56; et Jean Lefebvre, t. II, p. 369, etc.

8 Le bûcher : « Et per inferius ipse tortor posuit ignem. Et dum ipsa Johanna percepit ignem, ipsa dixit loquenti quod descenderet et quod levaret crucem Domini alte, ut eam videre posset : quod et fecit. » T. III, p. 169 (Martin Ladvenu). — « In quo igne audivit quod petivit aquam benedictam. » T. III, p. 194 (J. Moreau).— « Cum ligaretur, implorabat seu invocabat ipsa Johanna sanctum Michaelem specialiter. » T. II, p. 324 (P. Bouchier). — En nommant expressément plusieurs d'iceulx saincts. » Ibid.. p. 19 (Massieu). — Dernier témoignage de Jeanne : « Quod semper usque ad finem vitæ suæ manutenuit et asseruit quod voces quas habuerat erant a Deo, et quod quidquid fecerat, ex præcepto Dei fecerat, nec credebat per easdem voces fuisse deceptam ; et quod revelationes quas habuerat ex Deo erant. » T. III, p. 170 (M. Ladvenu); cf. sur ses derniers moments, t. II, p. 9 (id.); p. 6 7 et 303 (Is. de la Pierre); p. 15 (Massieu). Elle avait déclaré dans son procès que ses voix lui avaient prédit sa captivité (t. I, p. 115). Isambard de la Pierre et Martin Ladvenu sont des témoins que l'on fait figurer dans l'information posthume : on chercherait vainement dans leurs dépositions postérieures la moindre trace du reniement de la prison. Du reste, quels qu'aient pu être les doutes de Jeanne alors, l'approche de la mort, loin de les accroître, les dissipa. Lebrun des Charmettes l'a fort bien vu, t. IV, p. 222, et M. Michelet l'a de même très-heureusement senti et exprimé, t. V, p. 174: cf. M. J. Quicherat, Aperçus nouveaux, p. 141.

 

Jeanne d'Arc
Henri Wallon - 5°éd. 1879

Index

Avertissement
Préface

Introduction :

- La guerre de cent ans
- Charles VII et Henri VI
- Le siège d'Orléans

Livre IDomrémy et V...
I - L'enfance de J. d'Arc
II- Le départ

Livre II : Orléans
I - L'épreuve
II - Entrée à Orléans
III - La délivrance d'Orléans

Livre.III : Reims
I - La campagne de la Loire
II - Le sacre
III - La Pucelle

Livre.IV : Paris
I - La mission de J. d'Arc
II - La campagne de Paris
III - L'attaque de Paris

Livre.V :
Compiègne
I - Le séjour sur la Loire
II - Le siège de Compiègne

Livre.VI : Rouen - Les juges
I - Le marché
II - Le tribunal
III - Les procès-verbaux

Livre.VII : L'instruction
I - Les interrog. publics
II - Les interrog. de la prison
III - Les témoins

Livre.VIII : Le jugement
I - L'accusation
II - Les douze articles
III - Les consultations...
IV - La réponse de...

Livre.IX : L'abjuration
I - Le cimetière de St-Ouen
II - La relapse

Livre.X : Le supplice
I - La visite à la prison
II - La pl. du Vieux-marché

Livre.XI : La réhabilitation
I - La mémoire de Jeanne...
II - Le second procès...

Livre.XII : L'histoire

I - Les contemporains...
II - L'inspiration de J.d'Arc




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire