Accueil                                                         Admin
23 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Livre VIII - ROUEN - Le jugement
I - L'accusation - p.159 à 193

endant le cours de l'instruction, un clerc de Normandie, de grand renom, maître Jean Lohier, étant venu à Rouen, l'évêque de Beauvais désira avoir son avis sur le procès commencé. On lui communiqua les pièces, on lui donna deux ou trois jours pour répondre: mais la réponse trompa l'attente du juge. Lohier déclara que le procès ne valait rien, parce qu'il n'était point en forme de procès ordinaire, qu'il était « traité en lieu clos et fermé, où les assistants n'étoient pas en pleine et pure liberté de dire leur pleine et pure volonté; » parce que l'on y touchait à l'honneur du roi de France sans l'appeler lui-même, ni personne qui le représentât ; enfin, parce que les articles n'avaient point été communiqués, et qu'on n'avait donné à l'accusée, une simple jeune fille, aucun conseil pour répondre, en si grande matière, à tant de maîtres et de docteurs. Pour toutes ces causes le procès lui semblait nul. L'évêque de Beauvais fut, comme on l'imagine, furieux du résultat de sa consultation. Il vint trouver les maîtres et docteurs plus dociles, Jean Beaupère, Jacques de Touraine, Nicolas Midi, Pierre Maurice, Thomas de Courcelles, Loyseleur, et leur dit: «Voilà Lohier qui nous veut bailler belles interlocutoires en notre procès! Il veut tout calomnier, et dit qu'il ne vaut rien. Qui le voudroit croire, il faudroit tout recommencer, et tout ce que nous avons fait ne vaudroit rien. » Et passant en revue ses objections: « On voit bien de quel pied il cloche, ajouta-t-il. Par saint Jean ! nous n'en ferons rien, ains (mais) continuerons notre procès comme il est commencé. » Le lendemain, le greffier Manchon, qui rapporte l'incident, ayant rencontré Lohier dans l'église Notre-Dame, lui demanda à lui-même ce qu'il pensait de l'affaire. « Vous voyez, dit le docteur normand, la manière comment ils procèdent. Ils la prendront, s'ils peuvent, par ses paroles, c'est à savoir dans les assertions où elle dit: Je sais de certain ce qui touche les apparitions, mais, si elle disoit : Il me semble, pour ces paroles: Je sais de certain, il m'est avis qu'il n'est homme qui la pût condamner. Il semble qu'ils procèdent plus par haine que par autrement; et pour cette cause je ne me tiendrai plus ici, car je n'y veux plus être. » Il quitta Rouen, et il fit bien : on le voulait jeter à la rivière (1).

       

  L'évêque poursuivit donc son œuvre. Dès le lendemain du jour où l'interrogatoire avait fini, le dimanche 18 mars, dimanche de la Passion, il réunit dans sa maison le vice-inquisiteur et dix ou douze des assesseurs que l'on a vus, et soumit à leur examen quelques propositions extraites des réponses de Jeanne. Ils délibérèrent et en dirent leur avis. Mais avant d'aller plus loin l'évêque voulut qu'ils consultassent les traités écrits sur la matière, et les ajourna au jeudi suivant, intervalle qu'il comptait employer à tirer des interrogatoires de Jeanne certains articles dont on donnerait lecture au tribunal. Les docteurs ne trouvèrent dans la jurisprudence rien qui ne confirmât la marche proposée par l'évêque. Le jeudi donc (22) il fut arrêté que les extraits des réponses de Jeanne seraient réduits en articles par forme d'assertions ou de propositions, et communiqués aux docteurs pour servir de base à leurs délibérations, ou, le cas échéant, à des informations nouvelles (2).

  Avant d'y procéder, on voulut avoir l'aveu de Jeanne au procès-verbal de ses interrogatoires. Jean de la Fontaine, commissaire de l'évêque, le vice-inquisiteur et quelques autres vinrent donc, le samedi 24, lui donner lecture de la minute française. Comme le greffier s'apprêtait à la lire, le promoteur Jean d'Estivet s'engagea à en prouver la vérité dans le cas où Jeanne songerait à en récuser quelque chose. Jeanne promit de ne rien ajouter à ses réponses qui ne fût vrai. Elle interrompit le lecteur à propos de son nom, pour dire qu'on la nommait d'Arc, ou encore Rommée, parce que dans son pays les filles portaient le nom de leur mère. Elle l'invita à poursuivre la lecture, tenant pour vrai ce qu'elle ne contredirait pas, et n'ajouta qu'une chose touchant son habit : « Donnez-moi une robe de femme pour aller à la maison de ma mère, et je la prendrai ;» déclarant d'ailleurs qu'elle ne la prendrait que pour sortir de prison, et que, lorsqu'elle serait hors de prison, elle demanderait conseil sur ce qu'elle devait faire (3). Cet habit, le seul crime qu'on eût trouvé en elle, et l'on a vu par quelle impudeur, devait fournir à l'hypocrisie de ses juges l'occasion d'une belle scène le lendemain.

  C'était le dimanche des Rameaux. L'évêque, accompagné de plusieurs des docteurs de Paris, Jean Beaupère, Nicolas Midi, Pierre Maurice et Thomas de Courcelles, vint trouver Jeanne dans sa prison, et, lui rappelant que souvent, et notamment la veille, elle l'avait prié, à cause de la solennité du jour, de lui permettre d'entendre la messe, il lui demanda si elle voulait bien pour cela quitter son habit d'homme et reprendre les vêtements de femme, comme elle faisait dans son pays, et comme faisaient les femmes de son pays. — Était-elle donc dans son pays, parmi les femmes de son pays ? Si cela eût été sérieux, elle y avait déjà répondu, et l'on savait ses conditions. — Elle répondit cette fois en demandant, avec la permission d'entendre la messe en habit d'homme, celle de communier à Pâques.
  « Répondez à ma question, dit l'évêque : quitterez-vous l'habit d'homme, si je vous l'accorde ?
Je ne suis point avisée, je ne puis prendre l'autre habit.
— Voulez vous avoir conseil de vos saintes ?
Vous pouvez-bien me permettre d'entendre la messe en cet état, comme je le désire vivement; quant à l'habit, je ne puis le changer, cela n'est pas en mon pouvoir. »
  Et comme les docteurs insistaient: « Il ne dépend pas de moi de le faire, répliqua-t-elle ; si cela dépendait de moi, ce serait bientôt fait. »

  On l'invita encore à consulter ses voix, afin de savoir si elle pouvait reprendre l'habit de femme pour communier à Pâques. Mais Jeanne répondit que, pour ce qui était d'elle, elle n'irait pas communier en changeant son habit contre un habit de femme. Elle ajouta, pour qu'on accédât au moins à sa demande, d'entendre la messe en habit d'homme, que cela ne chargeait pas son âme, et que de porter cet habit n'était pas contre l'Église — Le promoteur se fit donner acte de ces déclarations (4).

  Tout ce qui s'était fait jusqu'à présent, les enquêtes, les interrogatoires, n'étaient que l'instruction du procès : le procès même se trouvait maintenant en état. Le lundi 26 mars, l'évêque, réunissant chez lui ses conseillers ordinaires, leur donna lecture des propositions que le promoteur devait soutenir. On approuva les articles; on les reçut comme base de l'accusation ; on chargea le promoteur de les défendre, soit par lui-même, soit par quelque « solennel » avocat, et il fut décidé que, si Jeanne refusait d'y répondre, elle en serait réputée convaincue (5).
  On remit au lendemain pour l'interroger et l'entendre sur ces propositions.

  

  Le lendemain, en effet (27 mars), une nombreuse assemblée de docteurs se tint, sous la présidence de l'évêque, dans la chambre voisine de la grande salle du château de Rouen. Jeanne comparut, et le promoteur prit la parole. Il dit qu'à la suite des enquêtes et des interrogatoires faits par les juges eux-mêmes, Jeanne était là pour répondre, et lui pour établir au besoin la vérité des accusations dont il remettait la liste au tribunal. Il demandait que Jeanne fût invitée à jurer d'y répondre catégoriquement; il voulait que, dans le cas où elle refuserait de le faire ou réclamerait un trop long délai, elle fût censée contumace et déclarée excommuniée, et il finissait en priant les juges de fixer un terme au delà duquel tout article non suivi de réponse serait tenu pour avoué (6).
  L'acte d'accusation étant déposé, les docteurs délibérèrent. Ils furent généralement d'avis que l'on commençât par lire à Jeanne les articles ; qu'elle fût contrainte de jurer de dire la vérité en ce qui touche le procès, et qu'avant de la déclarer excommuniée on lui donnât quelque délai. Le promoteur alors jura qu'il n'agissait ni par faveur, ni par ressentiment, ni par crainte, ni par haine, mais par zèle pour la foi. Puis l'évêque, s'adressant à Jeanne, lui représenta que les juges devant lesquels elle comparaissait étaient des gens d'Église et des docteurs habiles dans le droit divin et humain, qui voulaient procéder envers elle en toute piété et mansuétude, ne cherchant point à la châtier dans son corps, mais bien plutôt à l'instruire et à la ramener dais la voie de la vérité et du salut. Et comme elle n'était pas assez instruite, soit dans les lettres, soit en ces matières difficiles, pour se consulter sur ce qu'elle devait faire ou répondre, il l'invitait à se choisir pour conseil un ou plusieurs des assistants, ou, si elle ne savait choisir, d'en recevoir de sa main (c'était sans grand péril donner satisfaction à l'un des griefs de Lohier) ; après quoi il requit d'elle le serment de dire la vérité sur toutes les choses qui toucheraient son fait (7).
  Jeanne répondit :
« Premièrement, de ce que vous m'admonestez touchant mon bien et notre foi, je vous remercie et toute la compagnie aussi. Quant au conseil que vous m'offrez, aussi je vous remercie, mais je n'ai point intention de me départir du conseil de Notre-Seigneur. Quant au serment que vous voulez que je fasse, je suis prête de jurer dire vérité de tout ce qui touchera votre procès. »
  Et elle prêta serment sur les Évangiles (8).
  Thomas de Courcelles commença alors la lecture des articles contenus dans l'acte d'accusation, lecture qui tint les deux séances du mardi et du mercredi.

  Le préambule de l'acte d'accusation montrait déjà ce que valait ce serment du promoteur de n'agir ni par ressentiment ni par haine. Jeanne était pour lui une fille décriée et mal famée, et il priait les juges de la déclarer « sorcière, devineresse, fausse prophétesse, invocatrice et conjuratrice de mauvais esprits, superstitieuse, pratiquant les arts magiques ; pensant mal de la foi catholique ; schismatique, doutant et s'écartant du dogme Unam sanctam et de plusieurs autres articles de foi; sacrilége, idolâtre, apostate, mal disant et mal faisant; blasphématrice envers Dieu et les saints, scandaleuse et séditieuse, troublant et empêchant la paix, excitant à la guerre, cruellement altérée de sang humain et poussant à l'effusion du sang ; ayant abjuré sans pudeur la décence de son sexe, et prenant sans vergogne l'habit indécent et l'extérieur des hommes d'armes; pour ces choses et plusieurs autres, abominable à Dieu et aux hommes, violatrice des lois divine, naturelle et ecclésiastique; séductrice des princes et des peuples ; permettant et consentant, au mépris de Dieu, qu'on la vénère et qu'on l'adore, donnant ses mains et ses vêtements à baiser; usurpatrice de l'honneur et du culte dus à Dieu; hérétique, ou du moins véhémentement suspecte d'hérésie (9). »
  Le promoteur en venait alors aux articles. C'est l'histoire de Jeanne travestie par la passion du juge ; une histoire faite le plus souvent à rencontre
des déclarations de l'accusée, sur des fondements
qu'on ne produit pas et qui n'ont jamais existé.
Après avoir proclamé le droit et le devoir qu'ont l'ordinaire (l'évêque) et l'inquisiteur, de poursuivre et d'extirper les hérésies, comme de châtier ceux qui les répandent (art. 1er), l'accusateur posait en fait que Jeanne, dès sa première jeunesse, avait pratiqué des superstitions et des sortiléges, fait métier de devineresse, invoqué les esprits malins et fait pacte avec eux (art. 2) ; qu'elle était tombée dans l'hérésie, et avait soutenu des propositions qui blessaient les bonnes mœurs et les chastes oreilles, etc. (art. 3). Puis, entrant dans le détail, et commençant par son enfance, il déclarait qu'elle n'avait pas été instruite dans les éléments de la foi, mais formée par quelques vieilles femmes à la pratique des divinations (art. 4). Elle a hanté les lieux qu'on disait visités par des fées, elle s'est mêlée à des danses remplies de sortiléges (art. 5) ; elle a suspendu à l'arbre des Dames des guirlandes que l'on ne retrouvait plus le lendemain (art. 6) ; elle porte dans son sein de la mandragore, espérant par là arriver à la fortune (art. 7). Vers sa vingtième année (Jeanne à cette heure même n'avait pas vingt ans), elle est allée de sa propre volonté et sans permission de ses parents à Neufchâteau en Lorraine, où elle s'est mise au service d'une hôtelière nommée la Rousse, chez qui demeuraient de jeunes femmes débauchées, et le plus souvent des gens de guerre (10). C'est là que, menant les brebis aux champs ou les chevaux à l'abreuvoir, elle a appris à monter à cheval et s'est formée au métier d'armes (art. 8). Pendant qu'elle était au service de cette hôtelière, elle a cité devant l'official de Toul un jeune homme pour cause de mariage : mais celui-ci, ayant su parmi quelles femmes elle vivait, refusa de l'épouser (art. 9) (11).

  Après cette audacieuse imposture, l'accusateur exposait comment, au sortir de cette maison, Jeanne, qui prétendait avoir depuis cinq ans des apparitions, était venue, malgré ses parents, trouver Robert de Baudricourt, capitaine de Vaucouleurs, afin qu'il la mît en mesure d'aller délivrer Orléans, faire couronner le roi et chasser ses ennemis. Repoussée deux fois, elle avait fini par se faire recevoir (art. 10), et, admise alors dans son intimité, elle avait annoncé un jour qu'après avoir accompli sa mission elle aurait trois fils, dont le premier serait pape, le second empereur et le troisième roi. Sur quoi le capitaine lui dit : « Je voudrais bien t'en faire un, puisque ce seront de si grands personnages : j'en vaudrais beaucoup mieux; » et Jeanne : « Gentil Robert, nenni, nenni, il n'est pas temps; le Saint-Esprit y ouvrera (opérera). » C'est Robert, ajoute l'accusateur, qui l'a dit et publié en présence de prélats, de seigneurs et de notables personnes (art. 11) (12). Jeanne ensuite avait demandé au capitaine des habits d'homme et des armes, ce à quoi le capitaine, si pudibond, comme on l'a vu, n'avait consenti qu'avec une
grande horreur; et elle partit pour la guerre (art. 12) (13).

  L'habit d'homme était un des grands crimes de Jeanne. On lui reprochait non-seulement de l'avoir pris, mais d'avoir dit qu'elle l'avait pris par commandement de Dieu, opposant ainsi Dieu à ses Écritures qui le défendent. On lui reprochait nonseulement ce vêtement, mais le luxe et la recherche de son costume : étoffes précieuses, drap d'or, vêtements flottants, fendus sur les deux côtés, cheveux taillés en rond à la mode des hommes. Aussi était-ce trop peu que d'attester ici la pudeur des femmes : tout homme honnête, au dire de l'accusateur, aurait rougi de ces parures qui ne convenaient qu'aux gens dissolus. Rapporter tout cela au commandement de Dieu, des saints anges et des saintes vierges, c'était blasphémer Dieu et les saints, renverser la loi divine, violer le droit canonique, scandaliser le sexe féminin et insulter à sa pudeur, pervertir toute la décence des formes extérieures, donner l'exemple de toute dissolution au genre humain et y induire les hommes (art. 13). Et Jeanne persévère dans cette impiété (art. 14); elle a repoussé toutes les instances qu'on lui a faites pour quitter cet habit, soit à Beaurevoir, soit à Arras (art. 15). Elle a repoussé les instances de ses juges, préférant se passer de la messe que de s'en dépouiller (art. 16) (14).

  L'incident de l'habit a entraîné l'accusateur. Il reprend Jeanne au moment où elle vient trouver le roi pour lui exposer sa mission. — Elle lui promit trois choses : faire lever le siége d'Orléans, faire couronner le dauphin à Reims, et le venger de ses ennemis en les tuant tous, ou en les chassant du royaume, tant Anglais que Bourguignons (art. 17). Jeanne, tant qu'elle fut avec ledit Charles, le dissuadait de toutes ses forces de se prêter à aucun accommodement avec ses adversaires, poussant au meurtre et à l'effusion du sang humain, affirmant que la paix ne pouvait s'acquérir qu'au bout de la lance et de l'épée, que Dieu l'avait ordonné ainsi, parce que les adversaires du roi ne quitteraient point autrement ce qu'ils occupaient dans le royaume, et que les vaincre de la sorte était un des grands biens qui pût arriver à toute la chrétienté (art. 18) (15).
  Cette mission, elle l'avait pourtant accomplie, au moins en partie, et on n'en pouvait nier les merveilles. — Le promoteur en prend sujet de l'accuser
de magie, et les contradictions ne lui coûtent pas. Jeanne, consultant les démons et usant de divination, a envoyé chercher dans l'église de Sainte-Catherine de Fierbois une épée qu'elle y avait malicieusement et frauduleusement cachée (qu'avait-elle besoin de divination alors?), afin de séduire les princes et les grands, le clergé et le peuple, et de les amener à croire à ses paroles (art. 19). Elle a mis un sort dans son anneau, dans son étendard et dans certaines pièces de toiles ou panonceaux qu'elle portait ou faisait porter communément par les siens ; elle a dit qu'avec ces panonceaux ils ne pouvaient, dans les assauts, souffrir aucun mal ; elle l'a déclaré publiquement à Compiègne, la veille du jour de sa sortie (elle en sortit le jour même qu'elle y était entrée), sortie où beaucoup des siens furent blessés, tués ou pris, et elle-même faite prisonnière (art. 20) (16).
  Pour éviter l'effusion du sang, Jeanne, avant d'attaquer les Anglais, leur avait écrit, les sommant de s'en aller. — Nouveau crime : « Elle a osé écrire des lettres portant les noms de Jésus et de Marie, avec le signe de la croix, et elle les a envoyées de sa part au roi d'Angleterre, au sire de Bedford, régent de France, et aux seigneurs et capitaines qui assiégeaient Orléans ; lettres remplies de choses mauvaises et dommageables à la foi catholique. » Et après cette inculpation on ose en donner la teneur (art. 21 et 22) ! On en tire même trois nouveaux griefs : 1° qu'elle est trompée par les mauvais esprits, et qu'elle invente des fables pour séduire le peuple (art. 23) ; 2° qu'elle a abusé des noms de Jésus et de Marie et du signe de la croix pour avertir les siens de faire tout le contraire de ce qu'elle mandait sous ce signe (art. 24) ; 3° qu'elle s'est dite envoyée de Dieu pour des choses qui tendent à l'effusion du sang humain, ce qui répugne à toute sainteté et est abominable à toute âme pieuse (art. 25). — De la lettre aux Anglais le promoteur passe à la lettre au comte d'Armagnac, et il trouve moyen d'accuser Jeanne tout à la fois d'avoir douté du vrai Pape et de s'être engagée à faire savoir, dans un délai déterminé, auquel il faudrait croire (art. 26-30) (17).

             

  Dans la seconde partie de son réquisitoire, le promoteur s'attaque aux révélations de la Pucelle. — Elle s'est vantée et se vante encore tous les jours
d'avoir des révélations et des visions. Malgré les admonitions charitables ou les réquisitions juridiques sous la foi du serment, elle refuse de les faire connaître. Elle déclare qu'avant de les publier elle se laissera couper la tête ou arracher les membres ; qu'on ne tirera point de sa bouche le signe que Dieu lui a révélé, et par lequel on a connu qu'elle vient de Dieu (art. 31) (18).
  L'accusation mettait à découvert la pensée dominante que nous avons signalée dans le dédale des interrogatoires. Le promoteur tenait moins à nier les révélations de Jeanne qu'à prouver leur origine diabolique ; il en cherchait la preuve dans la dureté et dans l'orgueil qu'elle y montre, dans les
mensonges et les contradictions qu'on y trouve (art. 32). Il prétendait la prendre en flagrant délit de témérité dans ses déclarations, de contradiction
dans ses actes. Elle se vante de connaître l'avenir, prérogative de la divinité (art. 33) ; elle prétend connaître la voix des anges et des saints (art. 34), et savoir quels hommes Dieu hait ou aime (art. 35). Elle parle de voix qui la dirigent (art. 36), et elle avoue qu'elle leur a désobéi, comme à Saint-Denis et à Beaurevoir (art. 37). Quoique depuis sa jeunesse elle ait commis mille choses honteuses, scandaleuses, indignes de son sexe, elle dit qu'elle n'a rien fait que de par Dieu (art. 38). Quoique le sage tombe sept fois en un jour, elle dit qu'elle n'a jamais fait œuvre de péché mortel : et cependant elle a, de fait, accompli tout ce que font les gens de guerre, et pis encore (art. 39). — Et on se charge de lui faire sa confession : Elle a communié en habit d'homme (art. 40) : elle s'est jetée du haut d'une tour pour aller secourir les habitants de Compiègne, préférant la libération de leurs corps au salut de son âme, et disant qu'elle se tuerait plutôt que de se laisser livrer aux Anglais (art. 41). Elle a dit qu'elle a vu des saints en leurs corps, qu'ils parlent français et non anglais, supposant, à leur honte, qu'ils détestent une nation aussi bonne catholique que l'Angleterre (art. 42, 43). Elle ne se borne point à dire qu'elle n'a point péché, elle se vante que sainte Catherine et sainte Marguerite lui ont promis de la conduire en paradis, et s'en croit sûre, pourvu qu'elle garde sa virginité (art. 44). Elle prétend connaître qui sont les saints et les élus (art. 45) ; et pourtant elle blasphème : elle a blasphémé en apprenant le danger de Compiègne (art. 46) ; elle a blasphémé après le saut de Beaurevoir, et bien des fois depuis qu'elle est en prison (art. 47) (19). Mais d'autres traits encore la chargent plus spécialement des crimes d'hérésie, d'idolâtrie et de sortilége. — Elle croit que les esprits qui lui apparaissent sont des anges et des saints, aussi fermement qu'elle croit aux articles de la foi, quand cependant elle n'allègue aucun signe qui ait suffi à motiver sa croyance, et qu'elle n'a consulté sur ce point ni évêque, ni curé, ni personne du clergé : ce qui est mal penser de la foi et rendre suspectes les révélations ainsi cachées aux hommes d'Église (art. 48). Sans autre motif de croire, elle a vénéré ces esprits, faisant la terre par où elle dit qu'ils ont passé, s'agenouillant devant eux, les embrassant et leur faisant d'autres révérences, ce qui, vu les raisons qui rendent ces apparitions suspectes, semble tenir de l'idolâtrie et d'un pacte fait avec les démons (art. 49). Elle les invoque tous les jours et les consulte : invocation des démons (art. 50). (Notons que les juges l'y avaient invitée plusieurs fois.) Et on rappelle ce qu'on l'a amenée à dire sur le signe du roi (art. 51). Elle a peut-être fasciné le roi; du moins a-t-elle séduit le peuple, à tel point que plusieurs l'ont adorée en sa présence, et l'adorent encore en son absence par des hommages sacriléges (art. 52). Elle s'est faite orgueilleusement chef de guerre (art. 53). Elle a vécu parmi les hommes de guerre, refusant les soins des femmes, et employant des hommes de préférence, même dans son service privé (art. 54). Elle a usé de ses révélations pour en tirer, comme les faux prophètes, un profit temporel, se faire un grand état, procurer des biens à ses frères et à ses parents (art. 55). Elle s'est vantée d'avoir des conseillers qu'elle appelait les conseillers de la fontaine (art. 56) : ce qui ne l'a pas empêchée d'échouer à Paris, à La Charité, à Pont-l'Évêque, à Compiègne (art. 57). Et l'accusateur allègue encore comme preuve de son orgueil l'image de Dieu peinte sur son étendard avec les noms de Jésus et de Marie ; son étendard porté au sacre; ses armoiries presque royales et ses armes déposées en offrande, après sa blessure devant Paris, dans l'église de Saint-Denis (art. 58-59) (20).

                        

   A tous ces crimes s'ajoutent ceux qu'elle a commis même en justice. — Elle s'est refusée à jurer de dire la vérité, se rendant par là suspecte d'avoir dit ou fait, en matière de foi ou de révélation, des choses qu'elle n'ose faire connaître aux juges; (art. 60). Elle a refusé de se soumettre à l'Église militante, déclarant que pour ses dits et ses faits elle ne veut se soumettre qu'à l'Église triomphante (art. 61). Elle s'efforce d'attirer le peuple à croire en ses paroles, usurpant l'autorité de Dieu et des anges, et s'élevant au-dessus de toute puissance ecclésiastique pour induire les hommes en erreur (art. 62). Elle n'a pas craint de mentir en justice, violant son propre serment ; de se contredire mille fois sur ses révélations; de jeter l'insulte à de nobles seigneurs, à tout un peuple (le peuple anglais !), de proférer des paroles de dérision et de moquerie qui répugnent à la sainteté et témoignent qu'elle est gouvernée dans ses actions par l'esprit du mal, et non par le conseil de Dieu, selon la parole de Jésus-Christ : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits » (art. 63). Elle s'est vantée d'avoir obtenu le pardon du péché qu'elle a commis en se jetant, par désespoir, de la tour de Beaurevoir, quand l'Écriture dit que nul ne sait s'il est digne d'amour ou de haine, ni par conséquent s'il est lavé de son péché (art. 64). Elle dit souvent qu'elle demande à Dieu de lui envoyer une révélation expresse sur ce qu'elle doit faire, comme, par exemple, si elle doit dire en justice la vérité sur quelques-uns de ses faits : ce qui est tenter Dieu et lui demander qe qui ne doit pas être demandé (art. 65) (21).
  Le promoteur, récapitulant l'accusation et terminant comme il avait commencé, soutenait que dans ce qui avait été dit il y avait des points contraires au droit de l'Église et de l'État : des sortiléges, des divinations, des superstitions; des choses sentant l'hérésie, séditieuses, propres à troubler ou à empêcher la paix, à faire répandre le sang humain ; des malédictions et des blasphèmes contre Dieu et les saints; des paroles qui blessent les oreilles pieuses. « En toutes ces choses, ajoutait-il, l'accusée, dans son audace téméraire et à l'instigation du diable, a offensé Dieu et sa sainte Église ; elle a péché contre l'Église, elle a été scandaleuse et notoirement diffamée » (art. 66); et il établissait pour tous ces crimes l'aggravation de la récidive (art. 67). C'est par le bruit public que le juge en avait été saisi (art. 68), et, loin de s'être amendée, l'accusée persévère dans ses erreurs, malgré toutes les admonitions et les sommations (art. 69).

  Le promoteur couronnait son ouvrage en affirmant que toutes les choses susdites étaient vraies, notoires, manifestés, accréditées par la voie publique, et que Jeanne elle-même les avait plusieurs fois et suffisamment reconnues pour vraies, en présence d'hommes probes et dignes de foi, tant en jugement qu'au dehors (art. 70) (22).

  

  Jeanne dut subir pendant deux jours la lecture de cet abominable pamphlet. Elle savait qu'elle avait des ennemis dans ses juges, et la suite de ses interrogatoires lui avait suffisamment révélé leur esprit. Mais ces questions, si perfides qu'elles fussent, avaient au moins pour prétexte de chercher la vérité; elle y avait répondu, et aucun démenti n'avait été donné à sa parole. Quel ne dut pas être son étonnement, quand elle vit ce qu'elle devait croire acquis aux débats remplacé par ce tissu d'imputations calomnieuses et d'impostures, et ses réponses transformées en nouveaux griefs par l'habileté de l'interprétation ! Elle soutint cette nouvelle épreuve avec son calme et sa fermeté accoutumés. Le plus souvent elle se tait, elle renvoie à ce qu'elle a dit, déclarant que pour la conclusion elle s'en attend à Notre-Seigneur; et les extraits de ses interrogatoires, ajoutés après chacun des articles dans le procès-verbal, en sont plus d'une fois le démenti le plus complet. Mais quelquefois pourtant elle reprend la parole, et sa réplique sillonne d'un trait de lumière les ténèbres amassées par l'accusation.
  Ainsi, dès l'article premier, quand le promoteur proclame le droit de l'évêque et de l'inquisiteur sur les hérétiques, elle proteste contre l'application que le préambule en faisait assez clairement à sa personne, et elle établit nettement comment elle accordait ces deux faits qu'on prétendait opposer l'un à l'autre : sa foi en l'Église et sa foi en ses révélations.
  « Je crois bien, dit-elle, que notre saint père le Pape de Rome et les évêques et autres gens d'Église sont pour garder la foi chrétienne et punir ceux qui défaillent, mais, quant à moi, en ce qui touche mes faits, je ne me soumettrai qu'à l'Église du ciel, c'est à savoir à Dieu, à la Vierge Marie et aux saints et saintes du paradis; et je crois fermement que je n'ai point défailli en notre foi chrétienne, et je n'y voudrais défaillir (23) » (art. 1er).
  Elle repoussa de même l'accusation d'idolâtrie rattachée aux hommages qu'on lui rendait :
  « Si aucuns, dit-elle, ont baisé mes mains ou mes vêtements, ce n'est point par moi ni de ma volonté, mais je m'en suis gardée selon mon pouvoir » (art. 2).
  On avait rapporté ses prétendues erreurs à l'ignorance et aux superstitions où elle avait été nourrie, et on en trouvait une nouvelle preuve dans cet aveu, qu'elle ne savait pas si les fées étaient de mauvais esprits :
  « Les fées, répondit-elle, je ne sais ce que c'est, mais j'ai pris ma créance et j'ai été enseignée bien et dûment comme un bon enfant doit faire. »
  Et comme on la requérait alors de dire son Credo, elle répondit :
  « Demandez au confesseur à qui je l'ai dit » (art. 4).
  Elle n'ajouta rien à ces premières déclarations, si impudemment travesties dans l'exposé que l'accusateur faisait des temps de son enfance; et quand il produisit pour la première fois cette scène aussi absurde qu'indécente et sacrilége, où il la montre se vantant d'avoir un jour trois enfants, dont l'un serait pape, l'autre empereur, l'autre roi, elle dit avec sa simplicité ordinaire qu'elle ne s'était jamais vantée d'avoir un jour ces trois enfants (24) (art. 11).
L'habit d'homme avait tenu une grande place dans les articles, comme dans les interrogatoires.
  Le porter, c'était, disait-on, une violation des Écritures; en attribuer le commandement à Dieu, un blasphème :
  « Je n'ai, dit Jeanne, blasphémé ni Dieu ni ses saints.
  — Mais, dit le juge, les saints canons et les saintes Écritures portent que les femmes qui prennent habit d'homme, ou les hommes habit de femme, sont chose abominable à Dieu. Est-ce du commandement de Dieu que vous avez pris ces habits ?
  — Je vous ai répondu : si vous voulez que je vous réponde davantage, donnez-moi dilation, et je vous répondrai. »
  Le juge, voulant lui faire répéter en public ce qu'elle avait dit, le dimanche des Rameaux, dans la prison, lui demanda si elle consentirait à prendre l'habit de femme pour recevoir son Sauveur à Pâques :
  « Je ne laisserai point mon habit encore, pour quelque chose que ce soit, ni pour recevoir, ni pour autre chose. Je ne fais point de différence d'habit d'homme ou de femme pour recevoir mon Sauveur, et on ne doit point me le refuser pour cet habit » (art. 13).
  C'était confirmer le grief qu'on lui faisait, dans l'article suivant, d'outrager Dieu en refusant de quitter cet habit sans une révélation expresse :
  « Je ne fais point mal de servir Dieu, dit Jeanne, et demain vous en serez répondus. »
  Un des juges voulut encore lui faire redire qu'elle l'avait fait par révélation : elle s'en référa à sa réponse, et renvoya au lendemain, disant qu'elle savait bien qui lui avait fait prendre l'habit, mais ne savait point comment elle le devait révéler (art. 14).
  Circonstance aggravante : elle avait sacrifié à cet habit l'obligation même d'entendre la messe : « J'aime plus cher mourir, dit Jeanne hardiment, que révoquer ce que j'ai fait du commandement de Notre-Seigneur.
  — Voulez-vous, dit encore le juge, insistant sur un point où il était sûr qu'elle ne céderait pas, voulez-vous laisser l'habit d'homme pour entendre la messe ? »
  Elle répondit qu'elle ne le pouvait laisser encore, qu'il ne dépendait point d'elle de fixer le terme où elle le laisserait, ajoutant que, si les juges refusent
de lui faire entendre la messe, Notre-Seigneur pourra bien la lui faire ouïr quand il lui plaira, sans eux (art. 15). Et comme l'accusateur avait la maladresse de lui reprocher non-seulement de se vêtir en homme, mais d'agir en homme, délaissant les œuvres de femme :
  « Quant aux oeuvres de femme, dit-elle, il y a assez d'autres femmes pour les faire » (25) (art. 16).
  L'habit d'homme se rattachait à sa mission. Elle la soutint, même dans ses fers, aussi entière qu'elle l'avait proclamée au début. Elle confessa qu'elle était venue de par Dieu annoncer au roi que Dieu lui rendrait son royaume, le ferait couronner à Reims, et mettrait hors ses ennemis :
  « Et de ce, dit-elle, je fus messager de par Dieu ; je dis au roi qu'il me mît hardiment en œuvre et que je ferais lever le siége d'Orléans. »
  Et pour ne pas laisser croire que sa mission se bornât là :
  « Je dis tout le royaume, ajouta-t-elle; et, si Mgr de Bourgogne et les autres sujets du royaume ne viennent en obéissance, le roi les y fera venir par force. »
  Quant à la manière dont elle avait connu Robert de Baudricourt et le roi, elle s'en tenait à ce qu'elle avait déjà répondu (26) (art. 17).
  Mais cette mission, disait l'accusateur, c'était la guerre et l'effusion de sang humain. Jeanne répondit simplement :
  « Je requérais d'abord qu'on fit la paix, déclarant que, dans le cas où on ne la voudrait pas faire, j'étais toute prête à combattre » (art. 25).
  L'accusateur, pour amasser sur elle plus de haine, mettait ensemble Anglais et Bourguignons. Elle distingua :
  « Quant au duc de Bourgogne, dit-elle, je l'ai requis par lettre ou par ses ambassadeurs qu'il y eût paix entre lui et le roi. Quant aux Anglais, la paix qu'il y faut, c'est qu'ils s'en aillent en leur pays, en Angleterre » (art. 18).
  Même à l'égard des Anglais, elle avait pourtant donné un signe de ses dispositions pacifiques, en les sommant avant de les attaquer, mais on lui en
faisait un nouveau crime : on y voyait une marque d'orgueil. Elle répondit touchant les lettres :
« Je ne les ai point faites par orgueil ou par présomption, mais par le commandement de Notre-Seigneur. »
  Et elle en confessa le contenu, sauf les trois mots qu'elle avait déjà signalés. Elle ajouta que, si les Anglais eussent cru ses lettres, ils eussent fait que sages :
  « Et avant qu'il soit sept ans, dit-elle, renouvelant sa prophétie, ils s'en apercevront bien (27) » (art. 21).
  Les réponses de Jeanne, s'intercalant à chacun des articles, avaient fait que la lecture n'avait pu s'en achever dans la journée du mardi. Le mercredi, après lui avoir fait prêter serment, on l'invita à donner les explications qu'elle avait promises touchant son habit. Elle répondit fermement que l'habit et les armes portés par elle, elle les avait portés par le congé de Dieu; et, comme on l'adjurait encore de laisser son habit, elle ajouta :
  « Je ne le laisserai pas sans le congé de Notre-Seigneur, dût-on me trancher la tête. Mais, s'il plaît à Notre-Seigneur, il sera tantôt mis là (28) . »
  Dans la lecture du reste des articles, qui ont trait surtout à ses révélations, elle montra la même présence d'esprit, la même constance. On les voulait rapporter au diable; elle repoussa l'imputation :
  « Je l'ai fait, dit-elle, par révélation de sainte Catherine et de sainte Marguerite, et le soutiendrai jusqu'à la mort. »
  Et, revenant sur un passage du procès-verbal où on lui faisait dire : « Tout ce que j'ai fait, c'est par le conseil de Notre-Seigneur, » elle dit qu'on y doit lire : « Tout ce que j'ai fait de bien. »
  A son signe, le siége d'Orléans, on ne manquait pas d'opposer ses échecs devant La Charité, devant Paris. On lui demanda si elle avait fait bien ou mal d'aller devant La Charité :
  « Si j'ai mal fait, dit-elle, on s'en confessera. »
  Quant à Paris, elle répéta que les gentilshommes de France voulurent l'attaquer. Mais elle n'a garde de leur en faire un blâme :
  « De ce faire, dit-elle, il me semble qu'ils firent leur devoir en allant contre leurs adversaires » (art. 32).
  La faute n'était pas d'avoir été à l'assaut, mais de n'y avoir point persévéré (29) .
  On objectait à ses révélations sa simplicité, son ignorance :
  « Il est à Notre-Seigneur, dit-elle, de révéler à qui il lui plaît. » Et elle ajouta : « L'épée et autres choses à venir que j'ai dites, c'est par révélation » (art. 33).
  On y objectait ses désobéissances mêmes : à Beaurevoir, à Saint-Denis :
  « Je m'en tiens à ce qu'autrefois j'en ai répondu, » dit Jeanne, déclarant toutefois qu'à son départ de Saint-Denis elle eut congé de s'en aller.
  « Mais, dit le juge, faire contre le commandement de vos voix, n'est-ce pas pécher mortellement ?
  — J'en ai autrefois répondu, et m'en attends à ladite réponse » (art. 37).
  On objectait encore le mystère qu'elle avait fait de ses révélations : comment y croire, et quelles raisons elle-même avait-elle eues d'y croire ?
  « Si ceux, dit-elle, qui demandent des signes, n'en sont dignes, je n'en peux mais; et plusieurs fois j'ai été en prière, afin qu'il plût à Dieu qu'il le révélât à aucun de ce parti. »
  Elle ajouta que pour y croire elle ne demandait conseil à évêque ni à personne, et qu'elle croyait que c'était saint Michel, pour la bonne doctrine
qu'il lui montrait.
  « Vous a-t-il dit : « Je suis saint Michel ? »
  — J'en ai autrefois répondu. »
  Mais, pour ne laisser aucun doute sur la constance de sa foi, elle ajouta :
  « Je crois, aussi fermement que je crois que Notre-Seigneur Jésus-Christ a souffert mort pour nous racheter des peines de l'enfer, que ce sont saints Michel et Gabriel, saintes Catherine et Marguerite, que Notre-Seigneur m'envoie pour me conforter et conseiller (30) » (art. 48).
  L'accusateur y croyait beaucoup moins, et il faisait de ces communications un de ses principaux griefs contre Jeanne : invoquer ces voix, c'était invoquer le démon : « J'ai répondu, dit Jeanne; et je les appellerai en mon aide tant que je vivrai.
  — De quelle manière les requérez-vous ?
  — Je réclame Notre-Seigneur et Notre-Dame qu'ils m'envoient conseil et confort.
  — En quels termes les requérez-vous ?
  — « Très-doux Dieu, en l'honneur de votre sainte Passion, je vous requiers, si vous m'aimez, que vous me révéliez ce que je dois répondre à ces gens d'Église. Je sais bien, quant à l'habit, le commandement comme je l'ai pris, mais je ne sais point par quelle manière je le dois laisser. Pour ce, plaise vous à moi l'enseigner. Et tantôt ils viennent. »
  Elle ajouta qu'elle avait souvent nouvelles par ses voix de monseigneur de Beauvais : « Et que disent-elles de moi ? » dit l'évêque.
  — Je vous le dirai à part; elles sont aujourd'hui venues trois fois.
  — Étaient-elles en votre chambre ?
  — Je vous en ai répondu; toutefois, je les entendais bien. »
  Elle déclara en outre que sainte Catherine et sainte Marguerite lui avaient dit la manière dont elle devait répondre touchant l'habit (31) (art. 50).
  Elle fut beaucoup plus brève dans sa réponse sur le signe du roi. Elle se borna à relever ce qu'on lui faisait dire des mille millions d'anges : elle n'en avait point souvenir, du moins quant au nombre ; et quant à la couronne, où elle fut faite et forgée, elle s'en rapporte à Notre-Seigneur (art. 51). Mais, en tout ce qui touchait sa mission même, elle savait regagner ses avantages. On l'accusait d'avoir osé, contre les préceptes de Dieu et des saints, prendre empire sur les hommes et se faire chef de guerre :
  « Si j'étais chef de guerre, dit-elle hardiment, c'était pour battre les Anglais » (art. 53).
  On l'accusait d'avoir vécu parmi les hommes :
  « Mon gouvernement était d'hommes, mais, quant au logis et au gîte, le plus souvent j'avais une femme avec moi. Et, quand j'étais en guerre, je couchais vêtue et armée là où je ne pouvais trouver de femme » (art. 54).
  On lui reprochait les bienfaits du roi et ce qu'il avait donné à ses frères, comme si c'était pour des biens temporels qu'elle eût, à la manière des faux prophètes, vendu ses prédictions :
  « J'ai répondu, dit-elle. Quant aux dons faits à mes frères, ce que le roi leur a donné, c'est de sa grâce, sans requête de moi. Quant à la charge que me donne le promoteur et à la conclusion de l'article, je m'en rapporte à notre Sire (32) » (art. 55).
  On faisait de ses voix des démons familiers, sous le nom de conseillers de la fontaine, et l'on ajoutait que, selon la déclaration de Catherine de la Rochelle, elle sortirait de prison par le secours du diable, si elle n'était bien gardée :
  « Les conseillers de la fontaine, dit-elle, je ne sais ce que c'est, mais je crois bien qu'une fois j'y entendis sainte Catherine et sainte Marguerite. Quant à la conclusion de l'article, je la nie, et j'affirme par mon serment que je ne voudrais point que le diable m'eût tirée hors de la prison » (art. 56).
  On accusait aussi ses délais et ses réticences :
  « Je n'ai point pris délai, fors (excepté) pour plus sûrement répondre à ce qu'on me demandait, ou, quand je doutais de répondre, pour savoir si je le devais faire. Quant au conseil du roi, comme il ne touche point le procès, je ne l'ai point voulu révéler; et pour le signe baillé au roi, je l'ai dit parce que les gens d'Église m'ont condamnée à le dire (33) » (art. 60).
  Enfin, l'accusateur avait insisté sur la question de l'Église, afin de mettre Jeanne, par son refus de s'y soumettre, en opposition avec l'article du symbole Unam sanctam :
  « Pour ce qui est de l'Église militante, dit Jeanne, je lui voudrais porter honneur et révérence de tout mon pouvoir; » ajoutant, quant à ses faits :
  « Il faut que je m'en rapporte à Notre-Seigneur, qui me l'a fait faire. »
  — Ne vous en rapportez-vous point à l'Église militante ?
  — Envoyez-moi le clerc samedi prochain, et je vous répondrai » (art. 61).
  On lui reprochait de s'adresser souvent à Dieu pour en obtenir une révélation sur sa manière d'agir, ce qui était tenter Dieu :
  « J'y ai répondu, dit-elle, et je ne veux pas révéler ce qui m'a été révélé, sans le congé de Notre-Seigneur; » ajoutant :
  « Je ne le requiers point sans nécessité, et je voudrais qu'il m'envoyât encore plus de révélations, afin qu'on aperçut mieux que je viens de par Dieu, que c'est lui qui m'a envoyée » (art. 65).
  A toutes les accusations d'hérésie, de sortilége, etc., ramassées par forme de récapitulation vers la fin du réquisitoire, elle se contenta de répondre :
  « Je suis bonne chrétienne; je m'en rapporte à Notre-Seigneur » (art. 66).
  Et comme le juge, la reprenant par ce côté, lui demandait si, dans le cas où elle eût fait quelque chose contre la foi chrétienne, elle s'en voudrait soumettre à l'Église et à ceux à qui en appartient la correction, elle dit :
  « Samedi, après dîner, je répondrai
(34) » (art. 69).
  Le samedi donc, 31 mars, veille de Pâques, l'évêque et le vice-inquisiteur, Jean Lemaître, prenant avec eux un certain nombre d'assesseurs, se rendirent à la prison de Jeanne pour recevoir ses déclarations sur les articles où elle avait requis délai. On l'interrogea d'abord sur ce qui, par des malentendus habilement ménagés, était devenu le point capital du procès, sa soumission à l'Église.
  On lui demanda si elle se voulait rapporter au jugement de l'Église qui est sur la terre de tout ce qu'elle avait dit ou fait, bien ou mal, et spécialement des crimes ou délits qu'on lui imputait, et de tout ce qui touchait son procès. Elle répondit :
  « Je m'en rapporterai de ce qu'on me demande à l'Église militante, pourvu qu'elle ne me commande chose impossible à faire.
  — Qu'appelez-vous impossible ?
  — C'est que les choses que j'ai dites ou faites, comme je l'ai déclaré au procès, touchant les visions et les révélations que j'ai eues de par Dieu, je ne les révoquerai pour quelque chose que ce soit, et ce que notre Sire m'a fait faire et commandé, et commandera, je ne le laisserai à faire pour homme qui vive ; et il me serait impossible de le révoquer. » Elle ajoutait que, dans le cas où l'Église lui voudrait faire faire autre chose au contraire du commandement de Dieu, elle ne le ferait pour aucune chose au monde.
  « Si l'Église militante, dit le juge, lui dévoilant toute sa pensée, vous dit que vos révélations sont illusion, ou chose diabolique, ou superstition, ou mauvaise chose, vous en rapporterez-vous à l'Église ?
  — Je m'en rapporterai à Notre-Seigneur, duquel je ferai toujours le commandement. Je sais bien que ce qui est contenu en mon procès est venu par le commandement de Dieu, et ce que j'ai affirmé audit procès avoir fait du commandement de Dieu, il me serait impossible de faire le contraire.
  — Et si l'Église militante vous commandait de faire le contraire ?
  — Je ne m'en rapporterais à homme du monde, fors (excepté) à Notre-Seigneur, que je ne fisse toujours son bon commandement.
  — Ne croyez-vous point que vous soyez sujette à l'Église qui est en terre, c'est à savoir à notre saint père le Pape, aux cardinaux, archevêques, évêques et autres prélats de l'Église ?
  — Oui, notre Sire premier servi (Notre-Seigneur servi d'abord).
  — Avez-vous commandement de vos voix de ne vous point soumettre à l'Église militante qui est en terre et à son jugement ?
  — Je ne réponds chose que je prenne en ma tête ; ce que je réponds, c'est du commandement de mes voix ; et elles ne me commandent point de ne pas obéir à l'Église, notre Sire premier servi (35). »
  Avant de la quitter, les juges lui demandèrent si à Beaurevoir, à Arras ou ailleurs, elle n'avait point eu des limes : on craignait qu'elle ne limât ses fers.
  « Si on en a trouvé sur moi, dit-elle, je ne vous en ai autre chose à répondre (36)



                                                


Source : Jeanne d'Arc - Henri Wallon - 5° éd. 1879

Notes :
1 Lohier : t. II, p. 13 (Manchon); cf. p. 300 et 341, et surtout t. III, p. 138 (id.) : « Sub poena submersionis, » t. III, p. 50 (G. de la Chambre). Il mourut à Rome doyen de la Rote, t. II, p. 12 (Manchon).

2 Séance du 18 mars : t. I, p. 188. — Les assistants sont l'abbé de Fécamp, le prieur de Longueville, les docteurs de Paris, J. Beaupère, Jacq. de Touraine, N. Midi, P. Maurice, G. Feuillet, Th. de Courcelles, R. Roussel, N. de Venderez, J. de la Fontaine et N. Coppequesne. — Séance du 22 : t. I, p. 189. — Parmi ceux qui ont assisté à la réunion du 18, l'abbé de Fécamp et Th. de Courcelles ne sont plus nommés. Par compensation, on compte cette fois, avec les autres : Jean de Châtillon, Érard Émengart, G. Bouchier, M. Duquesney, P. Houdenc, J. Nibat, J. Fabri ou Lefebvre, J. Guesdon, G. Haiton. prêtre anglais, N. Loyseleur et Isambard de la Pierre.

3 T. I, p. 190. La Fontaine et le vice-inquisiteur ont avec eux cinq des docteurs de Paris, J. Beaupère, N. Midi, P. Maurice, G. Feuillet et Th. de Courcelles; et de plus maître Enguerand de Champrond, official de Coutances, qu'on ne trouve que cette fois au procès.

4 T. I, p. 191.

5 Ibid., p. 194.

6 T. I, p. 195-198. On y compte trente-huit assesseurs.

7 T. I, p. 198-200.

8 lbid., p. 201.

9 T. I, p. 202-204.

10 Jeanne servante d'auberge : La Chronique de France (Ms. n° 26 de Lille) a recueilli sans vergogne les bruits de l'accusation, et elle place la scène à Paris même : « Et estoit fille d'un homme tenant hostelerie et avoit cette fille qui estoit pour lors jone, forte et roide. Et demora à Paris, et aprit à chevauchier et à mener les chevaulx à l'iaue. Et à cause que elle estoit de volenté légière, quant aulcune fois se logeoient gens d'armes, elle s'accompagnoit avec eulx et prenoit leur lance et apprenoit à le tenir et à coure à cheval la lanche au puin. » (Bulletin de la Société de l'Hist. de France, juin 1857, p. 102.)

11 T. I, p. 204-215.

12 Sainte-Beuve (Causeries du lundi, 19 août 1850) trouve la réplique « trop spirituelle pour que Baudricourt, qui la racontait, l'eût trouvée tout seul. » Mais est-il bien sûr que Baudricourt l'ait racontée ? Je la trouve, moi, assez sacrilége pour n'en point chercher ailleurs l'origine que dans l'entourage de Pierre Cauchon. Du reste, si sa réponse paraît à l'éminent critique « un peu gaillarde, » c'était, ce me semble, une raison suffisante pour ne la point rapporter à Jeanne d'Arc sans autre fondement que cette imputation odieuse, dédaigneusement démentie par elle au procès (voy. ci-après, p. 181, et Procès, t. I. p. 228),

13 T. 1, p. 215-223.

14 T. I, p. 223-230.

15 T. I, p. 231-233.

16 Ibid., p. 234-236.

17 T. I, p. 239-246.

18 T. I, p. 247.

19 T. I, p. 249-272.

20 T. I, p. 273-304. — Art. 59. Le promoteur ajouta un fait dont il n'avait pas été question dans les interrogatoires, et dont au moins il n'y a pas trace dans les procès-verbaux : c'est qu'à Saint-Denis Jeanne avait fait allumer des cierges, pour en répandre la cire fondue sur la tête des petits entants et dire leur bonne aventure. Jeanne le nie purement et simplement. T. I, p. 304, 305.

21 T. I, p. 305-319.

22 T. I, p. 320-323.

23 T. I, p. 205.

24 T. I, p. 206, 209, 220.

25 T. I, p. 224, 226, 227, 230.

26 T. I, p. 232.

27 T. I, p. 243, 233, 239.

28 Ibid., p. 247.

29 T. I, p. 250.

30 T. I, p. 251, 260, 274.

31 T. I, p. 279.

32 T. I, p. 283, 284, 293, 294.

33 T. I, p. 295-306.

34 T. I, p. 313, 320, 321, 322.

34 T. I. p. 324.

36 Ibid., p. 326.

 

Jeanne d'Arc
Henri Wallon - 5°éd. 1879

Index

Avertissement
Préface

Introduction :

- La guerre de cent ans
- Charles VII et Henri VI
- Le siège d'Orléans

Livre IDomrémy et V...
I - L'enfance de J. d'Arc
II- Le départ

Livre II : Orléans
I - L'épreuve
II - Entrée à Orléans
III - La délivrance d'Orléans

Livre.III : Reims
I - La campagne de la Loire
II - Le sacre
III - La Pucelle

Livre.IV : Paris
I - La mission de J. d'Arc
II - La campagne de Paris
III - L'attaque de Paris

Livre.V :
Compiègne
I - Le séjour sur la Loire
II - Le siège de Compiègne

Livre.VI : Rouen - Les juges
I - Le marché
II - Le tribunal
III - Les procès-verbaux

Livre.VII : L'instruction
I - Les interrog. publics
II - Les interrog. de la prison
III - Les témoins

Livre.VIII : Le jugement
I - L'accusation
II - Les douze articles
III - Les consultations...
IV - La réponse de...

Livre.IX : L'abjuration
I - Le cimetière de St-Ouen
II - La relapse

Livre.X : Le supplice
I - La visite à la prison
II - La pl. du Vieux-marché

Livre.XI : La réhabilitation
I - La mémoire de Jeanne...
II - Le second procès...

Livre.XII : L'histoire

I - Les contemporains...
II - L'inspiration de J.d'Arc




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire