Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Jeanne d'Arc par Henri Wallon - 5° éd. 1879
Appendice 22 : Forces engagées dans l'attaque et la défense d'Orléans

   J'ai a rectifier les évaluations que j'avais présentées dans l'édition précédente, mais aussi, je pense, à corriger sur quelques points celles qui m'ont fait revenir de mon premier calcul.
  J'avais adopté l'évaluation de l'abbé Dubois qui portait à 400 hommes les troupes étrangères à la ville, employées à sa défense au commencement du siège. M. J. Loiseleur trouve dans les comptes de Hémon Raguier qu'il y avait alors sous divers chefs 66 hommes de trait et 182 hommes d'armes. En prenant l'homme d'armes de cette époque tel qu'on le trouve dans plusieurs textes de la fin du quatorzième siècle, c'est-à-dire pour un homme de guerre accompagné d'un page et d'un coutillier (c'est le calcul de M. J. Loiseleur), les 182 hommes d'armes font 546 combattants, et avec les 66 hommes de trait on a 612 hommes comme le minimum de la garnison d'Orléans.
  Le 25 octobre le Bâtard d'Orléans fait entrer dans Orléans 800 hommes (Journal, t.IV, p.101). Le compte de Hémon Raguier porte comme résidant à Orléans 685 tant hommes d'armes que de trait : confusion qui ne permet pas d'arriver à un nombre exact. "Mais, dit M. Loiseleur, on voit clairement que les hommes d'armes sont plus nombreux que ceux de trait. Jacques de Chabannes à lui seul reçoit un à compte sur 211 payes d'hommes d'armes ; le maréchal de Sainte-Sévère sur 85 ; le Bâtard reçoit 65 payes et l'on sait qu'il a au moins 49 hommes d'armes. Voilà déjà 445 hommes d'armes représentant 1035 combattants. En supposant que le surplus fût uniquement composé d'hommes de trait, on arriverait au chiffre de 1375 combattants;" et l'auteur pose en fait qu'il y en avait davantage : car plusieurs autres compagnies comprenaient gens d'armes et archers. Il porte donc à 1600 hommes au moins le nombre des hommes formant la garnison d'Orléans au 1er janvier 1429...1600

On trouve ensuite entrant dans Orléans :
- le 5 janvier 1429 avec Louis de Culan (ibid., p.108) ...200
-
le 24, 30 hommes d'armes avec La Hire (ibid., p. 114) : en ne comptant avec l'homme d'armes que son page et son coutillier...90
- le 5 février, 26 hommes rattachés au maréchal de Sainte-Sévère (ïbid., p.116)...26
- le 7 février, avec W. Stuart, etc...1000
- La même nuit, à Guill. d'Albret...200
Et à La Hire (ibid.,p. 117)...120
Le 9, avec Lafayette (ibid., p. 119)...300

Total des hommes entrés dans Orléans avant la bataille de Rouvray ou des Harengs...3536

- Mais le 9, Jacques de Chabannes et le Bourg de Bar étaient sortis avec 20 ou 25 hommes pour aller à Blois rejoindre le comte de Clermont. Le Bourg de Bar fut pris, les autres dispersés. Le Journal ne dit pas qu'ils soient rentrés dans la ville...-25
- Le 10, le Bâtard d'Orléans sortait à la même fin avec 200 hommes et était plus heureux...-200
- Le 11, W. Stuart, entré le 7 avec 1000 hommes et Guill. d'Albret le même jour avec 200 hommes (probablement aussi Lafayette, entré le 10 avec 300 h.),en partaient avec 1500 h. : c'est, en y comprenant les 300 hommes amenés le 10 par Lafayette, le nombre d'hommes qui étaient entrés dans les derniers jours : ils n'avaient fait que traverser la ville pour aller au lieu du rendez vous...-1500

Total : -1725

  Il restait donc dans Orléans, le jour de la bataille, environ 1811 à peu près ce qu'il y en avait avant le mouvement de troupes qui la précéda.

  Combien y en eut-il dans la suite du siège depuis cette bataille jusqu'au jour où y entra Jeanne d'Arc ?
  La difficulté réside dans l'évaluation des troupes qui entrèrent dans Orléans et de celles qui en sortirent à la suite de cette journée.
  Le comte de Clermont vint à Orléans avec La Hire et d'autres qui y rentraient (12 février), et il en sortit le 18 emmenant avec lui le seigneur de La Tour, Louis de Culan, amiral, Regnaut de Chartres, archevêque de Reims, l'évêque d'Orléans, La Hire et plusieurs chevaliers et écuyers d'Auvergne, de Bourbonnais et d'Ecosse, et bien 2000 combattants (ibid., p. 130).
  Combien en avait-il amené ?
  Le 10 février, quand le Bâtard d'Orléans partit pour le rejoindre avec 200 combattants, on disait qu'il avait bien avec lui 4000 hommes. Le nombre pouvait être exagéré par la rumeur populaire. Le lendemain, Guillaume d'Albret, William Stuart, frère du connétable d'Ecosse, le maréchal de Boussac ou Sainte-Sevère, le seigneur de Graville, le seigneur de Xaintrailles et Poton son frère, La Hire, le seigneur de Verduzan et plusieurs autres chevaliers et écuyers, partirent avec 1500 combattants à la même fin, et le Journal dit que le comte de Clermont "repartit pareillement et fit tant qu'il vint à toute sa compagnie, à Rouvray Saint-Denis. Et, ajoute-t-il, quand ils furent tous assemblés, ils se trouvèrent de 3 à 4000 combattants." (lbid., p.120.)
  M. J. Loiseleur part de là pour établir que le comte de Clermont n'avait en réalité avec lui que 1800 hommes. C'est le chiffre auquel il arrive en prenant la moyenne entre 3000 et 4000, soit 3500, dont il déduit les 1700 hommes venus d'Orléans : 200 avec le Bâtard, et ensuite 1500 avec d'Albret, La Hire, etc. (Ouvrage cité, Eclaircissements) p.210). Il faut dire pourtant qu'il y a dans le Journal, une page plus bas, un autre texte que M. J. Loiseleur a passé sous silence. Après avoir parlé de l'arrivée des Anglais, de leurs dispositions défensives et de la résolution prise par les Français de les combattre sans descendre de cheval "sinon les archers et gens de trait," il ajoute : "Après laquelle conclusion se mirent devant La Hire, Poton, Saulton, Canede et plusieurs autres venans d'Orléans, qui estoient environ 1500 combattans;" puis ayant dit leur résolution de les attaquer a l'improviste : "Mais le comte de Clermont manda plusieurs fois par divers messages à La Hire et autres, ainsi dispos d'assaillir leurs adversaires, qu'ils trouveroient en eulx tant grand advantage, et qu'ilz ne leur feissent aucun assault jusques à sa venue, et qu'il leur amènerait de trois à quatre mil combattans, moult désiranz d'assembler aux Anglois (ibid., p.121)."
  Les 3 à 4000 combattants attribués au comte de Clermont sont donc bien nettement distingués des 1500 venus d'Orléans, tandis que plus haut ils semblaient confondus. Je dis qu'ils semblaient confondus, et en réalité ils n'ont jamais été réunis. La chose est prouvée par la bataille : les 1500 hommes venus d'Orléans et les 200 du Bâtard prirent seuls part au combat ; les autres n'en furent que spectateurs. Et ce qui confirme la distinction qu'il faut faire, conformément aux deux textes des p.119 et 121 entre les quinze cents hommes venus d'Orléans, et les trois ou quatre mille hommes du comte de Clermont, c'est un passage de la Chron. de la Fête du 8 mai, document d'une grande valeur, comme on l'a vu, où il est dit de la bataille de Rouvray : "Et estoient nos gens contre iceulx Anglois six contre ung (t.V, p.288)." Or d'après le Journal, les Anglais étaient au nombre de 1500 (t.IV, p.120). Admettez que l'auteur, dans son dépit contre l'inaction du comte de Clermont, exagère, réduisez la proportion de moitié, ce seraient encore 4500 hommes : 1500 pour les Orléanais, et 3000 pour le comte de Clermont.

  Combien en est-il entré dans Orléans?
  Le comte de Clermont a bien pu ne pas y ramener avec lui tous ceux qui s'étaient joints à lui pendant son séjour à Blois et formaient son corps de trois à quatre mille hommes "tant d'Auvergne, Bourbonnais comme d'Ecosse." Le journal du siège dit que quand il partit le 18 il emmena 2000 hommes ; et on peut induire qu'il ne laissa personne des siens, car il ajoute : "Après lequel département ne demeura dedans Orléans sinon le Bastart d'Orléans, le maréchal de Sainte-Sévère et leurs gens (t.IV, p.130)." Il dit que les Orléanais "n'en furent pas bien contents." L'auteur de la Chronique du 8 mai dit au contraire que les Orléanais, voyant que le comte de Clermont n'attaquait pas plus les Anglais sous leurs murs qu'à Rouvray, et craignant de voir leurs vivres s'épuiser, pressèrent le comte de faire sortir ces bouches inutiles : "et ainsi s'en partirent (t.V, p.289)."
  Quoi qu'il en soit de ces deux appréciations, les deux récits sont d'accord sur ce point, qu'il n'en est rien resté.
  Qu'est-il rentré des 1700 hommes sortis (200 avec Dunois, 1500 avec d'Albret, W. Stuart, Verduzan, La Hire, etc...) pour la bataille ? D'Albret. W. Stuart, Verduzan et trois ou quatre cents hommes y périrent. Dunois faillit y rester : il revint avec La Hire et Poton de Xaintrailles dans Orléans, et le reste de leurs hommes avec eux. Mais combien y en est-il aussi revenu de ceux qui faisaient la troupe de Guill. dAlbret, de W. Stuart et des autres (environ 1200 hommes) ?
  M. J. Loiseleur signale parmi les comptes de H. Raguier deux payements faits en mars, l'un avant, l'autre après Pâques, et donnant, le premier, 562 hommes d'armes et 428 hommes de trait ; le second, 508 hommes d'armes et 395 hommes de trait (les nombres que M. Loiseleur donne dans son exposition, p.189, ne sont pas d'accord avec ceux qui résultent de ses textes ch. xxiv et xxv, p. 184-192) : en sorte qu'au mois de mars, avant Pâques, il y aurait eu dans Orléans 1686 hommes pour les gens d'armes, et leurs valets, soit avec les hommes de trait, en tout 2114 combattants : nombre qui, comparé à celui de la garnison d'Orléans la veille de la bataille de Rouvray, n'établit qu'un excédant de 303 hommes et pourrait faire croire que la plus grande partie des 1700 hommes qui sortirent d'Orléans pour la bataille, ou des 1300 hommes qui survécurent, ne sont pas rentrés dans la ville.
  Le nombre des hommes d'armes et des archers constaté par le compte de Raguier, après Pâques (qui fut le 27 mars), est inférieur en nombre au précédent. En rapprochant les noms des capitaines, M. Loiseleur fait observer qu'il y a en moins dans ce dernier compte trois compagnies, comprises dans le premier pour 36 hommes d'armes et 30 hommes de trait, tandis qu'on y trouve en plus une compagnie de 11 hommes d'armes et de 9 hommes de trait omis dans l'autre, et il croit qu'il les faut rétablir de part et d'autre, afin de retrouver tous les capitaines dans chacun des deux payements. Mais le contingent des compagnies varie d'un compte à l'autre : le nombre des compagnies elles-mêmes aurait bien pu varier aussi. Pour nous borner aux nombres exprimés et sans improuver d'ailleurs l'autre hypothèse, les 508 hommes d'armes donneraient 1524 combattants qui, avec les 395 archers, feraient 1919 soldats.
  Il faut joindre à ce nombre celui des hommes entrés à Orléans dans les derniers jours qui précédèrent l'arrivée de la Pucelle :
- le 24, avec le Bourg de Mascaran...40
- le 28, avec Alain de Giron...100
- le 27, venant du Gâtinais...60
- le 28, de Châteaudun, avec Florent d'Illiers...400
- le 29, du Gâtinais, le matin du jour où entra la Pucelle...50
Total...650
- Et avec les 1919 soldats résultant du compte de la fin de mars...1919

un total de...2569

  Si l'on mettait dans le compte d'après Pâques les trois compagnies portées dans le compte précédent avec leur contingent, on aurait 2057 hommes pour la fin de mars, et 2707 pour le 29 avril. M.Loiseleur, qui retient le chiffre du compte d'avant Pâques et le porte à 2111 hommes (il faudrait, je pense, avec les chiffres de son texte, lire 2114), a pour l'époque de l'arrivée de Jeanne d'Arc 2761 combattants. L'abbé Dubois en comptait 2900. Jollois (Hist. du Siège d'Orléans, p.42) a généralement admis le calcul de l'abbé Dubois.
  Ces nombres ne sont qu'approximatifs. La place n'était pas entièrement fermée : il y a des arrivées et des départs qui ont pu n'être pas constatés ; mais on les peut regarder comme très près de la vérité. La meilleure part de la défense appartenait donc toujours à la bourgeoisie qui, selon le recensement opéré en 1428 par le gouverneur Raoul de Gaucourt, était de 30 000 habitants et pouvait fournir au besoin cinq mille et communément trois mille combattants (Lottin, t. I, p.202 et Loiseleur, p.142.)
  L'arrivée de Jeanne d'Arc modifia ces proportions. Elle avait passé la Loire, selon Beaucroix (t.III, p.78), avec 200 lances, que l'on peut, d'après les observations de M. J. Loiseleur, ne compter que pour le même nombre de
cavaliers (Comptes des dépenses faites par Charles VII pour secourir Orléans, p.124, note 2). Nous avons vu plus haut, à combien d'hommes était évaluée l'escorte du convoi qu'elle venait d'amener sur la Loire : on laissant de côté le chiffre de 10 ou 12 000 hommes, porté au procès-verbal de Rouen, soit qu'il y ait erreur involontaire ou exagération voulue dans le chiffre, soit qu'il ne faille pas l'attribuer uniquement aux hommes que la Pucelle aurait reçus pour cette expédition, on a celui de Monstrelet (7000), ou celui d'Eberhard de Windecken (3000), et j'ai dit qu'on ne le peut supposer inférieur à ce dernier. Cette troupe renvoyée pour passer par le pont de Blois, faillit ne pas revenir. Il fallut l'arrivée de Dunois pour triompher des dispositions contraires du conseil : "Et tantôt fut conclu de tous de retourner et de mener derechef vivres à puissance," dit Jean Chartier (t.IV, p, 55, 56) ; toutefois, il constate que la troupe qui prit cette fois son chemin par la Beauce était trois fois moins nombreuse que celle qui était allée avec la Pucelle par la Sologne, et c'est aussi ce que dit la Chron. de la Pucelle (ibid., p.222). En prenant pour cette troupe le chiffre d'Eberhard de Windecken, ce seraient 1000 hommes ; avec le nombre de Monstrelet, ce seraient environ 2300 hommes qui seraient entrés le 4 mai dans Orléans. Nous avions compté avant l'arrivée de Jeanne d'Arc un peu plus de 2500 combattants étrangers ; avec les 200 qu'elle amène elles 1000 ou 2000 qu'elle reçoit, ce seraient de 3500 à 4500 hommes qui se seraient joints à la milice orléanaise pour faire lever le siège d'Orléans aux Anglais.
  Quant aux Anglais ils avaient laissé 500 hommes aux Tourelles avant d'en partir le 8 novembre (Journal, t.IV, p.102), et y envoyèrent un renfort de 300 hommes au 1er décembre (ibid., p.103). Ils étaient venus au nombre de 2500, au 31 de ce mois, pour commencer le siège par la rive droite (ibid., p. 106), et ils reçurent ensuite 1200 hommes amenés par Falstolf le 16 janvier, et 1500 autres amenés par le même le 17 février, après la bataille des Harengs (ibid., p.110, 120 et 126) ; ajoutez-y 40 hommes venus le 7 mars (ibid., p. 134), les renforts tirés de Jargeau et des garnisons de la Beauce le 8 mars, que Jollois porte approximativement à 2000 hommes, et enfin 1400 hommes qui purent s'adjoindre comme escorte à divers convois, et vous aurez un total de 9440, sans les Bourguignons que le duc de Bourgogne rappela, et qu'on évalue à 1500 hommes. (Voy. la note de Jollois, Siège d'Orléans, p.44, et aussi M. Vergniaud-Romagnesi, Mémoire sur les dépenses faites par les Orléanais en raison du siège de 1429, Extrait du Bulletin du Bouquiniste, nos 96-99, p.12, du tirage à part.) A l'annonce du convoi qui allait partir pour Orléans avec la Pucelle, Bedford songea aussi à fortifier les assiégeants. Dès le mois précédent, il avait convoqué "les gens nobles tenans noblement du duché de Normandie et pays de conquête à se rendre au mardi 29 mars à Vernon." Par une lettre du 20 avril, il avait ordonné de leur payer à l'avance vingt jours de solde à partir du jour où ils auraient fait leur montre, c'est-à-dire passé la revue qui constatait leur nombre et leur état. Une lettre du 30 avril qui rappelait ces faits y ajoutait, pour ceux qui auraient répondu à la convocation, de nouveaux avantages (voy. Mantellier, Hist. du Siège d'Orléans, pièces justif., n°ix, p.227). D'autre part, le conseil d'Angleterre, réuni le 15 avril afin de délibérer sur une dépêche de Bedford, qui demandait 200 lances et 1200 archers pour six mois, lui accordait 100 lances et 700 archers (Proceedings and ordinances of the privy council of England (Lond. 1834), t. III, p.322, 323 et 326). Mais pour Orléans tout cela fut trop tard ; et le 8 juin ils n'étaient pas encore partis (voy. ibid-, p.328).

                                                


Source : Jeanne d'Arc - Henri Wallon - 5° éd. 1879

Illustration :
- Jeanne chevauchant (d'après un dessin de Grasset)


Jeanne d'Arc
Henri Wallon - 5°éd. 1879

Index

Avertissement
Préface

Introduction :

- La guerre de cent ans
- Charles VII et Henri VI
- Le siège d'Orléans

Livre IDomrémy et V...
I - L'enfance de J. d'Arc
II- Le départ

Livre II : Orléans
I - L'épreuve
II - Entrée à Orléans
III - La délivrance d'Orléans

Livre.III : Reims
I - La campagne de la Loire
II - Le sacre
III - La Pucelle

Livre.IV : Paris
I - La mission de J. d'Arc
II - La campagne de Paris
III - L'attaque de Paris

Livre.V :
Compiègne
I - Le séjour sur la Loire
II - Le siège de Compiègne

Livre.VI : Rouen - Les juges
I - Le marché
II - Le tribunal
III - Les procès-verbaux

Livre.VII : L'instruction
I - Les interrog. publics
II - Les interrog. de la prison
III - Les témoins

Livre.VIII : Le jugement
I - L'accusation
II - Les douze articles
III - Les consultations...
IV - La réponse de...

Livre.IX : L'abjuration
I - Le cimetière de St-Ouen
II - La relapse

Livre.X : Le supplice
I - La visite à la prison
II - La pl. du Vieux-marché

Livre.XI : La réhabilitation
I - La mémoire de Jeanne...
II - Le second procès...

Livre.XII : L'histoire

I - Les contemporains...
II - L'inspiration de J.d'Arc




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire