Accueil                                                         Admin
06 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Jeanne d'Arc par Henri Wallon - 5° éd. 1879
Appendice 31 : Frais divers à l'occasion du sacre

   L'extrait des comptes de Hémon Raguier porte 243 livres tournois, forte monnaie (environ 2240 francs, valeur intrinsèque, à 9 fr. 22 cent, la livre tournois), et trente ducats d'or donnés à diverses fois pendant les mois d'août et de septembre pour les dépenses de la Pucelle au voyage de Reims; en outre une somme de 236 1. t. forte monnaie (2175 fr. 90 cent., valeur intrinsèque), qui se décompose ainsi : 38 1. 10 s. t. pour un cheval qui lui fut donné à Soissons; 137 1. 10 s. t. pour un autre qu'elle reçut à Senlis, et 60 1. t. à Reims pour son père. Indépendamment de ces renseignements, recueillis déjà par La Roque, Traité de la Noblesse (Rouen, 1710, in-4°), et par M. J. Quicherat, t. V, p. 266, l'extrait des comptes que l'on trouve dans le ms. de Gaignières, cité plus haut, note un grand nombre de payements faits aux seigneurs dans cette même campagne : Alençon, Clermont, Vendôme, le Bâtard d'Orléans, etc., et, parmi beaucoup d'autres, Guillaume de Flavy. La Trémouille y figure pour une somme de « 6594 écus d'or et 6890 livres tournois, qui, ès mois de juin, juillet, août et septembre, lui a esté payé pour aider et entretenir audit voyage mil hommes d'armes et mil
hommes de trait qu'il avoit de sa compagnie. » (Gaignières, Ms. 772, f° 559.) La Trémouille figure encore au f° 564 pour d'autres sommes reçues toujours « à cause du dit voyage » où il était allé si peu volontiers. (Voy. aussi M. Loiseleur, Compte des dépenses faites par Charles VII pour le siége d'Orléans, etc.)

  Nous regrettons que Vallet de Viriville, dans la curieuse notice qu'il a publiée, entre tant d'excellents morceaux de critique, sur l'iconographie de Jeanne d'Arc, ait dit que « Jeanne, depuis le jour où elle prit possession de sa carrière, se livra au goût du luxe, qui se développa chez
elle d'une manière croissante. » — « Elle aimait, ajoutet-il, passionnément le cheval, l'exercice militaire, les armes et les vêtements de prix, » etc. (p. 3, 4). Jeanne eut des vêtements de prix. Elle en portait au sacre et dans les cérémonies qui suivirent (Chron. des Cordeliers, n° 16, f° 686, recto); Jeanne eut des chevaux: elle en avait une douzaine (tant pour elle que pour ses gens), lorsqu'elle tomba aux mains de l'ennemi (t. I, p. 295). Dans une note tirée par Blanchard du 8e compte de G. Charrier, recevour général des finances, on lit.:
    
A Mathelin Raoul, commis au faict de la dépense de l'hostel de la Pucelle, XVe livres, 26 juin 1429. A Jeanne la Pucelle la somme de ve escus d'or, qui luy a esté baillée à diverses fois depuis quatre mois en ça par commandement du roy, pour ses harnois et chevaux par lettres du roy du 26 septembre 1429. (L. Delisle, Bulletin de la Société de l'Histoire de Paris, lre année (1874), p. 44).

  Mais autre chose est de soutenir son rang, autre chose de se livrer au goût du luxe. Parmi les textes allégués, il y a bien celui de Boulainvilliers qui dit qu'elle se plaît à monter à cheval et à porter de belles armes (ce sont les armes qu'elle a reçues du roi) : « In equo et armorum pulchritudine complacet. » Mais on est à la veille du voyage de Reims, et il n'en parle que pour opposer son genre de vie à sa nature de jeune fille, et témoigner de son activité : « Inaudibilis laboris et in armorum portatione et sustentatione adeo fortis, ut per sex dies, die noctuque, indesinenter et complete armata maneat. » (T. V, p. 120.) Quant au témoignage de Jean Monnet, que, selon le bruit répandu à l'époque où elle fut visitée, elle avait été blessée pour avoir monté à cheval (t. III, p. 63), comment rapporter à la passion des chevaux ce qui était la conséquence de sa vie militaire ? Le reproche (à prendre les citations de l'auteur lui-même) ne peut donc se justifier que par des emprunts faits soit à l'accusation : « Item dicta Johanna abusa est revelationibus et prophetiis convertens eas ad lucrum temporale et questum ; nam per medium hujuscemodi revelationum sibi acquisivit magnam copiam divitiarum et magnos apparatus et status in officiariis multis, equis, ornamentis » (t. I, 294 ; cf. p. 223, 224), soit à l'extrait de la lettre rapportée à l'archevêque de Reims, Regnault de Chartres, prélat dont les sentiments pour Jeanne, au jugement de Vallet de Viriville lui-même, n'étaient pas beaucoup plus favorables que ceux de l'évêque de Beauvais (t. V, p. 159).

  Le voyage du père de Jeanne à Reims a laissé trace dans l'extrait des comptes cité plus haut, et aussi dans les comptes de la ville : « Le lundi 5 septembre 1429, par Anthoine de Hollande, capitaine.... et plusieurs esleus et autres, jusques au nombre de 80 personnes, a esté délibéré de païer les despens du père de la Pucelle, et de lui bailler un cheval pour s'en aller. (Voy. t. V, p. 141 ; cf. p. 266.) Dans les comptes des octrois patrimoniaux faits sur les deniers communs de la ville de Reims, en 1428 et 1429, on trouve la mention d'une somme de « 24 livres parisis à payer à Alis, veuve de feu Raulin Moriau, hostesse de l'Asne royé, pour despens faits en son hostel par le père de Jehanne la Pucelle, qui estoit en la compaignie du roy, quand il fut sacré en ceste ville de Reims. » Cet hôtel de l'Ane rayé est aujourd'hui l'hôtel de la Maison-Rouge, rue du Parvis, devant la cathédrale. On ne voit pas sur quel fondement l'inscription moderne, gravée sur la façade, dit que la mère de Jeanne y fut logée en même temps. (Voy. M. Quicherat, Procès, t. V, p. 266.) Pasquerel a bien dit (t. III, p. 101) que la mère de Jeanne la vint rejoindre avant la levée du siége d'Orléans, mais Lebrun des Charmettes a facilement montré qu'il fallait lire son frère dans ce passage.

                                                


Source : Jeanne d'Arc - Henri Wallon - 5° éd. 1879.

Illustration : "La grande histoire illustrée de Jeanne d'Arc" - Henri Debout.


Jeanne d'Arc
Henri Wallon - 5°éd. 1879

Index

Avertissement
Préface

Introduction :

- La guerre de cent ans
- Charles VII et Henri VI
- Le siège d'Orléans

Livre IDomrémy et V...
I - L'enfance de J. d'Arc
II- Le départ

Livre II : Orléans
I - L'épreuve
II - Entrée à Orléans
III - La délivrance d'Orléans

Livre.III : Reims
I - La campagne de la Loire
II - Le sacre
III - La Pucelle

Livre.IV : Paris
I - La mission de J. d'Arc
II - La campagne de Paris
III - L'attaque de Paris

Livre.V :
Compiègne
I - Le séjour sur la Loire
II - Le siège de Compiègne

Livre.VI : Rouen - Les juges
I - Le marché
II - Le tribunal
III - Les procès-verbaux

Livre.VII : L'instruction
I - Les interrog. publics
II - Les interrog. de la prison
III - Les témoins

Livre.VIII : Le jugement
I - L'accusation
II - Les douze articles
III - Les consultations...
IV - La réponse de...

Livre.IX : L'abjuration
I - Le cimetière de St-Ouen
II - La relapse

Livre.X : Le supplice
I - La visite à la prison
II - La pl. du Vieux-marché

Livre.XI : La réhabilitation
I - La mémoire de Jeanne...
II - Le second procès...

Livre.XII : L'histoire

I - Les contemporains...
II - L'inspiration de J.d'Arc




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire