Accueil                                                         Admin
08 août 2020  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Journal d'un Bourgeois de Paris- index
chap.529

tem, en celluy temps furent aucuns des grans de Paris, comme de Parlement et du Chastellet, et des marchands et gens de mestier, qui firent ensemble conjuracion de mettre les Arminalx dedens Paris, à quelques dommaige que ce fust, et devoient estre signez de certains signes quand les Arminalx entreroient à Paris, et qui n'auroit ce signe estoit en peril de mort. Et y avoit ung carme nommé frere Pierre d'Allée, qui estoit porteur et rapporteur des lettres de ung lès et d'autre, mais Dieu ne voult pas souffrir que si grant homicide fust faict en la bonne cité de Paris, car le carme fut prins, qui moult en encusa par gehenne qu'on lui fist. Et vray fut que la semaine de la Passion, entre Pasque fleurie et le dimenche devant, on en print plus de CL, et la vigille de Pasques flouries (1), on en coppa à VI la teste es Halles (2); on en noya, aucuns moururent par force de gehenne, aucuns finerent par chevance, aucuns s'enfouirent sans revenir. Quant les Arminalx virent qu'ilz orent failli à leur entreprinse, ilz furent tous desesperez, et n'eparnoient ne femme ne enfent qu'ilz ne prinssent, [et] venoient jusques aux portes de Paris sans contredit de nully, mais on attendoit de jour en jour le Duc de Bourgongne, qui n'alla ne vint, passa janvier, fevrier, mars et avril.

                                                   

Item - En ce temps, quelques uns des grands de Paris, du Parlement, du Châtelet, des marchands et des gens de métier, firent ensemble la conjuration de mettre les Armagnacs dans Paris, quelque qui put leur en arriver. Ils devaient être marqués de certain signe quand les Armagnacs entreraient dans Paris, et qui n'aurait pas ce signe était en danger de mort. Un carme nommé Frère Pierre d'Allée, était porteur des lettres d'un côté à l'autre. Dieu ne voulut pas souffiri que si grant homicide fut fait en la bonne ville de Paris; le carme fut pris et il en accusa beaucoup à la suite de la torture à laquelle on le soumit. Il est vrai que dans la semaine de la Passion, entre Pâques fleuries et le dimanche qui précède, on en prit plus de cent cinquante, et la veille de Pâques fleuries, l'on coupa la tête à six aux Halles, on en noya, quelques uns moururent par la violence de la torture, quelques autres s'en tirèrent par finance, il y en eut qui s'enfuirent et ne revinrent pas. Quand les Armagnacs virent qu'ils avaient failli à leur entreprise, ils furent tous désespérés, ils n'épargnèrent ni femmes, ni enfants qu'il prenaient et vinrent jusqu'aux portes de Paris sans être empêchés, mais on attendait de jour en jour la venue du Duc de Bourgogne, qui n'arriva pas, passa janvier, février, mars et avril.


                                           
      


Source : Texte original et notes d'érudition : "Journal d'un bourgeois de Paris" - Alexandre Tuetey - 1881.
Mise en Français plus moderne : J.B.J. Ayroles, "la vraie Jeanne d'Arc", t.III, p.513 à 530.

Notes (A. Tuetey) :
1 Le dimanche des Rameaux.

2 Le 8 avril, on exécuta aux Halles les conjurés dont Fauquembergues donne les noms :
- Jean de La Chapelle, clerc des comptes, l'âme de la conspiration, fut décapité et écartelé. Grands et petits se disputèrent ses dépouilles : Jean Bourdin, geôlier des prisons du Châtelet, revendiqua la robe longue de viollet fourré que portait Jean de la Chapelle lorsqu'il fut amené au Châtelet, Jean de Villiers, sire de L'Isle-Adam, se fit adjuger ses biens confisqués et soutint au parlement un procès contre la veuve et les enfants mineurs du condamné lesquels réclamaient 60 livres de rente.
- Renaud Savin et Pierre Morant, procureurs au Châtelet furent décapités.
- Guillaume Perdriau et Jean Le François dit Baudrain, décapités, le second écartelé.
- Jean Le Rigueux, boulanger, décapité.
- Un autre adhérent dont ne parle point Fauquembergues, mais cité dans la rémission de Jean de Calais, est ce Jacquet Guillaume , demeurant à l'Ours, à la porte Baudoyer, déjà connu par les lettres de rémission qu'il obtint en janvier 1424; il subit également la peine capitale, sa femme Jeannette fut bannie du royaume et ses biens confisqués.
- Jacques Perdriel, qui parvint à s'échapper, ses biens saisis, entre autres un hôtel sis rue de la verrerie, furent donnés à Jean Stenlawe, trésorier de l'hôtel du Duc de Bedford.


Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire