Accueil                                                         Admin
16 septembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

L'abréviateur du procès (compilation du ms 518 d'Orléans) - index

n suivant la génération des chroniques issues du récit de Jean Chartier combiné avec d'autres sources, on arrive à un ouvrage qui fut écrit vers l'an 1500 par ordre de Louis XII, à l'instigation de l'amiral Louis Malet de Graville. C'est une histoire de Jeanne d'Arc à la suite de la quelle est mis un abrégé des deux procès. Celui de 1431 y est rapporté plus au long ; l'auteur en a reproduit tous les interrogatoires ; mais effrayé du volume que faisaient les pièces de la réhabilitation, il s'est borné à indiquer sommairement le contenu des principales ; ce dont du reste il se justifie en ces termes :
  « Et fault icy entendre que ledit procez seroit trop long et ennuyeulx, qui vouldroit escripre tout ce qu'il contient, c'est assavoir les actes d'iceluy, les informacions et depposicions des tesmoings, articles et raisons, qui sont de si longue déduction que je l'ay voulu abréger et escripre le plus sommairement qu'il m'a esté possible, pour monstrer seullement la nullité, faulseté et desloyaulté dudit procez faict par lesditz esvesque, inquisiteur et leurs adhérens. »

  Après cela il ne tarde guère d'arriver à la sentence définitive qu'il a traduite intégralement ; puis il donne les noms des juges appelés pour la révision, tels qu'on les trouve dans le premier acte de la rédaction du manuscrit de d'Urfé (voyez t. III , p. 372). Enfin il conclut ainsi :
  « Ces procez brefz et sommaires, tant de condempnacion que de l'absollucion, sont extraictz de trois livres qui ne conviennent pas tousjours ensemble ; et pour ce, je pry à ceulx qui le lyront qu'il leur plaise me supporter se il leur semble que il y ait aulcune erreur ou faulte, en ayant regard à la diversité desdites euvres dont procèdent les faultes, se aulcunes en y a. »
  Jamais on n'a imprimé entièrement cet ouvrage (1), qui n'a pas de titre et dont l'auteur est inconnu ; mais à diverses époques des fragments plus ou moins longs en ont été mis au jour. Ainsi c'est
de là que vient une relation qui fait suite à l'Histoire et Chronique de Normandie, imprimée à Rouen en 1581. Elle a pour intitulé : Ensuit le livre de la Pucelle natifve de Lorraine qui réduit France entre les mains du roy ; ensemble le jugement, et comme elle fut bruslée au Vieil Marché à Rouen. Plus tard Robert Hotot emprunta à l'Abréviateur, pour les placer en tête de son édition du Journal du Siège (Orléans 1621), toute l'histoire de Jeanne d'Arc avec les préliminaires du procès de condamnation mis en français : documents qu'il donna comme « extraits d'un ancien livre escrit à la main, et curieusement, contenant le procès de Jehanne d'Arc, dicte la Pucelle d'Orléans, auquel livre y a quelques feuillets rompus, tellement que le commencement défaut. » Effectivement l'extrait de Robert Hotot commence par une queue de phrase au milieu d'un morceau qui servait de prologue à tout l'ouvrage. Enfin en 1827 M. Buchon, dans sa Collection des Chroniques nationales (t. IX) , imprima d'après un manuscrit d'Orléans et sous le titre de Chronique et procès de la Pucelle d'Orléans, l'ouvrage en question, moins le fragment de prologue donné par Hotot, moins aussi l'abrégé de la réhabilitation qui le termine. Le manuscrit d'Orléans, où j'ai puisé moi-même toutes mes notions sur le travail de l'Abréviateur, est un volume en papier écrit du temps de François Ier. Il appartenait avant la Révolution au Chapitre de la cathédrale ; aujourd'hui il fait partie de la bibliothèque de la ville, catalogué sous le n° 411. M. Septier en a donné la notice dans son livre sur les manuscrits d'Orléans, et avant M. Septier, De l'Averdy en avait parlé d'après les renseignements fournis à M. de Breteuil par un savant Orléanais. Le premier feuillet a demi déchiré n'offre plus qu'un fragment de préface, absolument conforme à ce qu'a imprimé Robert Hotot ; preuve que c'est de ce même exemplaire que s'est servi l'éditeur de 1621. La mutilation du manuscrit d'Orléans est regrettable. On peut croire que l'auteur se nommait dans la partie détruite du prologue. Le texte ne fournit rien qui y supplée ; seulement on peut inférer que cet auteur était ecclésiastique, d'après un passage où, parlant de Gerson, il l'appelle notre maître. Son abrégé des deux procès est tiré des documents connus, c'est-à-dire des instruments authentiques et du manuscrit de d'Urfé. Ce sont là les trois livres ne convenant pas ensemble, sur le désaccord desquels il prétend rejeter toutes les fautes par lui commises. Un chanoine d'Orléans, mort depuis peu d'années, M. Dubois, prenant ces expressions à la lettre, a cru pouvoir démontrer que l'Abréviateur avait eu à sa disposition des documents judiciaires perdus aujourd'hui, et entre autres la minute française des interrogatoires de Jeanne d'Arc. La dissertation où il cherche à établir ce point, a été publiée par M. Buchon, au lieu indiqué. Cette opinion n'est pas soutenable. Elle est en contradiction formelle avec le témoignage de l'auteur lui-même déclarant son abrégé traduit du latin, dans une rubrique qu'on trouvera rapportée ci-après. D'un autre côté M. Dubois a le désavantage, dans sa dissertation, d'avoir raisonné tout le temps contre les originaux du procès, sans les connaître.

  Pour ce qui est de la partie narrative de la vie de Jeanne d'Arc, l'Abréviateur l'a faite avec Jean Chartier, avec une autre mauvaise chronique de France, écrite pour Charles VIII encore dauphin, et qui est elle-même un abrégé de Chartier assaisonné d'erreurs (il y en a un exemplaire manuscrit à la Bibliothèque royale, n° 10299, français) ; enfin avec une troisième chronique bien authentique, dit-il, laquelle il n'avait pas vue lui-même, mais dont de grands personnages lui avaient rapporté le contenu relativement au secret révélé par la Pucelle à Charles VII... (2)

                              

Chapitres : (suivant les chapitres fait par l'abréviateur.)

- Apprez ce que j'ay veu et leu toutes les...
- Les cappitaines et gens d'arme...
- Or en ce temps...
- Apprez lesquelles interrogacions...
- Or faut-il...
- Les préparatifs...
- Le lendemain...
- Or apprez...
- Or, fault icy...
- Le lendemain...
- Le jour ensuivant...
- Le lendemain au matin...
- Le siege levé comme dit est...
- La compagnie assemblée...
- Quattre ou cinq jours apprez...
- Les victoires dessucdictes faictes...
- Le lendemain au mattin...
- En ce lieu...
- Deux jours apprez...
   Intermède de l'auteur
- Et pour...
- Ung jour ou deux apprez...
- Ladicte Pucelle prinse...
   Copies de documents relevés dans le procès de condamnation.
- Ladicte sommation...
- Apprez...
- Certain...
- Ces preparatifz faictz...

                                                 


Source : Édition de "La minute française des interrogatoires de Jeanne la Pucelle".1952 - Paul Doncoeur.
Présentation de Jules Quicherat - t.IV - p.254. C'est Jules Quicherat qui est à l'origine du nom de cette chronique "L'abréviateur du procès". Il serait plus judicieux de l'appeler "La compilation de l'auteur du ms518 d'Orléans".

Notes :
1 La reproduction de Paul Doncoeur ici présentée est intégrale.

2 Quelques commentaires de J.B.J Ayroles à propos de ce manuscrit : ...Le Double Procès imprimé, l'Abrégé n'a plus de valeur *. Il n'en est pas de même de l'histoire de la Pucelle mise en tête. Elle renferme certaines particularités que l'on ne trouve que chez peu de chroniqueurs. Telles sont la nature des secrets révélés, la manière dont Jeanne a été prise à Compiègne, la grande part de l'Université de Paris dans le martyre, la résistance de Luxembourg à ses sommations, et aussi les débuts du procès...
* NDLR : Paul Doncoeur le premier en 1952 puis Pierre Tisset dans sa réédition du procès en 1970 ont démontré que la minute française contenue dans le ms d'Orléans était bien authentique contrairement aux assertions de Quicherat et Champion.





Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire