Accueil                                                         Admin
19 novembre 2018  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

La geste des nobles Francoys
de Cousinot - index

ous connaissons trois manuscrits, de la Geste des nobles, savoir
- 1° Ms. du roi, ancien fonds français, n° 10297, bibliothèque impériale de Paris ;
- 2° 11Is. du roi, ancien fonds français, n° 9656, bibliothèque impériale de. Paris ;
- 3° Ms. du Vatican, à Rome, fonds de la reine Christine de Suède, n° 897, in-folio sur papier du 15e siècle environ. Il se compose de 138 feuillets, qui commencent et finissent exactement comme le ms. 9656.
  Les mss. 9656 et 10297 sont écrits sur parchemin et paraissent avoir été exécutés vers la même époque : 1429 à 1430 environ. Ils contiennent le même texte en général, sans addition, sans lacune et sans variante importante de l'un par rapport à l'autre. Cependant l'exemplaire 10297, comparé au manuscrit 9656, l'emporte sur celui-ci à beaucoup d'égards. Le manuscrit 9650 a été mutilé ; le commencement manque ; il est, de plus, inachevé. Les rubriques placées en tête des chapitres ne se suivent que jusqu'au feuillet 24 v°. A partir de là jusqu'au feuillet 79 et dernier, la place des rubriques est demeurée vide. L'exécution y est, de tous points, moins belle, moins soignée, moins correcte que dans le manuscrit 10297. Par ces motifs, et pour d'autres que l'on connaitra bientôt, nous nous attacherons de préférence et presque exclusivement à l'exemplaire 10297.

  Ce manuscrit est un petit in-4°, exécuté avec un certain luxe sur parchemin vélin. La reliure actuelle, en maroquin rouge aux armes de France, date de Louis XIV ou de Louis XV ; mais on y remarque certains vestiges d'une reliure précédente. La tranche, de toutes parts gaufrée et dorée, présente sur la gouttière un écu de France ou de prince français, peint selon le goût et la coutume du 15° siècle. On distingue sur les feuilles de garde l'empreinte colorée de l'ancienne couverture, qui était de cuir brun ou noir. L'écu de la gouttière est répété, d'une manière beaucoup plus nette et très distincte, dans ses moindres détails, au folio 1, en tête du texte manuscrit. L'intérieur ou la panse du T, imité de l'onciale, lettre initiale du mot Troye, qui commence le chapitre, est rempli par un écu d'azur à trois fleurs de lis d'or, brisé d'un lambel à trois pendants d'argent, surbrisé, sous le second, d'un croissant de gueules. Ce sont les armes de Jean d'Orléans, comte d'Angoulême, à qui ce livre fut dédié et qui le posséda. C'est ce que montrent, concurremment avec la présence de ce blason, diverses circonstances qui seront ci-aprés exposées.
  Jean, comte d'Angoulême, né en 1404, fut un prince ami des lettres. Livré comme otage aux Anglais en 1412, il demeura prisonnier dans leur île jusqu'en 1445, époque à laquelle il revit enfin sa patrie. Le manuscrit 10297 paraît avoir été exécuté en France et par des mains françaises, puis expédié au prince, de l'autre côté du détroit, pour charmer les longs et studieux loisirs de sa captivité. On remarque, sur les marges et le blanc primitifs du volume, des notes et inscriptions qui paraissent avoir été ajoutées par Jean, comte d'Angoulême, et de sa propre main. Nous reproduirons ces diverses annotations dans l'appendice qui suivra cette notice. L'une de ces notes constitue un document historique assez piquant : c'est un programme de ballet dansé par les princesses du sang de France. On y verra figurer la Dauphine Marguerite d'Ecosse, femme de Louis, fils aîné de Charles VII. Cette princesse mourut le 16 août 1445. Lorsque le comte Jean revint en France, au mois d'avril de la même année, son premier soin, d'après son biographe Jean du Port, fut d'aller saluer le roi de France et Charles, duc d'Orléans, poète célèbre, frère du comte Jean. Charles VII, accompagné de sa famille , tenait alors cour plénière et gala royal à Nancy. "Plusieurs grans et solennels esbatements y furent faits, tant de danses, joûtes, etc..." Sans doute, le prince Jean portait avec lui ce volume lorsqu'il vint à Nancy présenter ses hommages au roi de France, car la premiére des pages blanches qui s'y trouvaient servit à tracer le programme de l'un de ces divertissements. Le texte du manuscrit avait donc été exécuté avant 1445. L'aspect de l'écriture comparée aux additions, et d'autres motifs prouvent que ce volume fut écrit à la date même des derniers évènements qu'il relate, c'est-à-dire en 1429.
  La chronique dont nous entreprenons l'analyse remonte aux origines troyennes de la monarchie ; en voici le titre exact, d'après le manuscrit 10297 : "Geste des nobles françoys descendus de la royalle lignée du noble roy Priam de Troye, jusqu'au noble Charles (VII), filz du roy Charles le sixyesme, qui tant fut aimé des nobles et de tous autres."
  Ainsi est conçu le titre intérieur qui précéde immédiatement le commencement du texte. Une main plus moderne a écrit ou transcrit en outre, vers la fin du XV° siècle, ce nouveau titre sur l'une des feuilles de garde : "Gestes des Francois descendus du roy Priam, jusques à Charles, fils de Charles sixiesme, et Jeanne la Pucelle." (1)

  La Geste des nobles comprend, dans son ensemble, trois parties que nous distinguerons ci-après : la première s'étend depuis Francus jusqu'à 1350 ; la deuxième commence avec le roi Jean et se continue jusqu'à la mort de Charles V (1380) ; la troisième embrasse le règne de Charles VI et les sept premières années de son successeur Charles VII (1380-1429).
  La première partie est une compilation abrégée des anciens historiens ou chroniqueurs français. L'auteur a évidemment suivi, comme guide principal, la grande chronique de Saint-Denis ; mais il a singulièrement réduit le cadre du modèle. Ainsi, le règne de Charlemagne, dans les grandes chroniques de Saint-Denis, forme à peu près un sixième de l'ouvrage ; telles sont les proportions que présente, sous ce rapport, l'édition la plus moderne, celle de M. P. Paris, qui remplit six volumes in-8°. Le règne de Charlemagne n'occupe qu'une page et demie dans le manuscrit 10297, qui contient cent cinquante feuillets doubles , ou trois cents pages. La Geste des nobles ne se borne point, d'ailleurs, à une réduction servile : c'est une compilation intelligente, une œuvre originale et distincte de toute autre. A ce titre, et comme monument de la science historique au 15° siècle, cette première partie elle-même n'est point dépourvue de valeur et d'intérêt. L"histoire, toutefois, ne saurait en recueillir aucune acquisition nouvelle et importante ; nous ne croyons donc pas devoir nous y arrêter plus longtemps.
  La troisième et dernière partie est la plus intéressante et la plus riche en notions demeurées inédites.
  Nous devons maintenant reparler de la portion intermédiaire qui, dans la Geste des nobles, s'étend de 1380 à 1422, et qui embrasse le règne entier de Charles VI. Le récit du règne de Charles VI présente, dans la Geste des Nobles, une lecture attrayante et animée ; on y sent cette vie, cette chaleur, qui caractérisent l'oeuvre d'un témoin oculaire et contemporain. Toutefois, la plus grande partie des évènements que l'auteur y raconte se trouvent également exposés, et même d'une manière plus étendue, dans les chroniques du religieux de Saint-Denis et de Jouvenel des Ursins ; mais la coordination, la marche et la forme du récit appartiennent en propre à l'auteur de la Geste. Bien que la Geste soit, sous ce rapport, comme un abrégé des deux chroniques qui viennent d'être indiquées, le premier de ces trois ouvrages historiques n'est nullement une copie réduite des deux autres ; l'auteur de la Geste fournit , évidemment de son propre fonds, beaucoup de traits et de particularités piquantes. Ces intéressants détails sont dus à la connaissancc intime, familière, que parait avoir eue cet écrivain des faits et des personnes qui forment le sujet de son livre. On peut citer notamment, sous ce rapport, divers épisodes, tels que le soulèvement des maillotins en 1382, le premier accès de folie de Charles VI dans la forêt du Mans, l'origine de la lutte entre les ducs d'Orléans et de Bourgogne, l'assassinat du premier de ces princes en 1407, l'émeute universitaire de 1408, et d'autres encore. La Geste expose ce dernier fait sous un aspect tout différent de celui que lui prêtent Monstrelet et du Boulai, historien de l'université. Guillaume Cousinot nous montre, dans cette affaire, une véritable intrigue politique du duc de Bourgogne, pour renverser le prévôt de Paris alors en exercice et pour lui substituer Pierre des Essarts, créature du duc. La Geste nous fait voir ensuite le nouveau prévôt succombant à son tour, par l'effet de l'une des vicissitudes de la guerre civile, et sacrifié lui-même par le duc de Bourgogne à d'autres ressentiments.
  La Geste des nobles nous offre enfin divers renseignements ou particularités, en quelque sorte domestiques, sur la vie, les mœurs, l'extraction et sur les derniers moments du grand maître Jean de Montagu, après son éclatante disgrâce. Ces notions, qui, je crois, ne se trouvent pas ailleurs, paraissent avoir été ignorées des biographes et historiens modernes. On en peut dire autant de quelques circonstances relatives au "bannissement
et excommuniement faiz contre les seigneurs de France". Il s'agit ici des mesures de proscription prononcées en 1411, par le duc de Bourgogne, au préjudice du comte d'Armagnac et des princes du sang, tels que les ducs de Berry, de Bourbon et d'Orléans, qui soutenaient le comte d'Armagnac.
  La chronique se poursuit ainsi au delà, de 1422, pendant les premières années de Charles VII. Elle continue d'offrir peu de faits nouveaux, mais des détails qu'on ne trouve pas ailleurs, encadrés dans un récit original et d'un tour assez piquant. Depuis cette date, les faits redeviennent très concis en général ; puis, en 1428, la rédaction se concentre, pour ainsi dire, exclusivement sur un seul sujet, sur la merveille du moment, éternelle merveille de notre histoire : sur les progrès et les exploits de la Pucelle d'Orléans, alors au début de sa carrière. Dans ces dernières pages, l'ouvrage revêt complétement le caractère d'un journal, écrit sous la dictée des événements.
  En résumé, la Geste des nobles, ou chronique de Cousinot le chancelier, prise dans son ensemble, est un document d'une valeur incontestable au point de vue historique et littéraire.

  A partir du règne de Charles VII en 1422, la geste des nobles est reprise intégralement dans la chronique de la Pucelle. Cousinot de Montreuil se sert de la geste des nobles et y rajoutent ses propres textes.
  De rares passage de la geste des nobles concernant Jeanne d'Arc diffère un peu par rapport à la chronique de la Pucelle. Nous reproduisons ces textes.

Chapitres :

De la Pucelle venue par devers le roy et des merveilles d'elle
fin du chapitre 260, départ de Gien
chapitre 261, du siège mis par le roy devant la ville de Troyes

                                                 


Source : Vallet de Viriville - 1859.

Notes :
1 "et Jeanne la Pucelle" : Mots rajoutés par une troisième main un peu plus récente.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire