Accueil                                                         Admin
08 août 2020  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de Jean Chartier - index
Armée de gens de guerre

n ce mesme temps ensuivant que icellui duc d'Alençon eust acquicté ses obtages, le roy Charles de France, dont dessus est faicte mention, fist une grant armée par le moien et amonnestement de Jehanne la Pucelle, de laquelle est dessus parlé. Et manda ledit duc d'Alençon de toutes pars pour venir au service du roy, plus pour accompaigner icelle Jehanne la Pucelle que autrement. En espérance qu'elle venoit de par Dieu , plus que pour gaiges ne autre prouffit qu'ilz eussent du roy, s'asemblèrent grant compaignie de gens d'armes et d'archiers avec icellui duc d'Alençon et ladite Jehanne la Pucelle, à laquelle toutes gens d'armes avoient grant espérance : le bastard d'Orléans, le sire de Boussac, mareschal de France, le sire de Grasville, maistre des erbalestiers, le sire de Culent, admiral de France, Messire Ambrois, sire de Loré, Estienne de Vignolle dit La Hire, Gaultier de Bussac et plussieurs autres cappitaines. Lesquelz duc d'Alençon et autres dessus nommez allèrent devant la ville de Guergeau, et là se mirent à siège, et après plussieurs escarmouches firent asseoir leurs bombardes et faire plussieurs aprochemens pour gaigner et conquester icelle ville de Gergeau, laquelle tenoit le party des Angloiz, et en estoit cappitaine et garde pour le roy d'Angleterre le conte de Sufford, Anglois, et avoit en sa compaignie de six à sept cens Angloiz.
  Et environ huit jours après le siège mis, fut assaillye de toutes pars et finablement fut prinse d'assault. En laquelle fut prisonnier ledit conte de Sufford, par ung escuier nommé Guillaume Regnault; lequel conte fist chevallier icellui Guillaume Regnault. Et y fut prins aussi le sire de la Poulle, son frère (1). Et y fut mort Messire Alexandre de la Poulle, son autre frère, et bien trois ou quatre cens Angloiz, et les autres prisonniers. Lesquelz prisonniers furent les plus (2) tués, sur aucuns débatz d'aucuns François, entre Gergeau et Orléans. Et se tira ladite armée audit lieu d'Orléans. Ce venu à la congnoessance du roy que ladite ville de Gergeau avoit ainssy esté prinse d'assault comme dit est, manda gens d'armes de toutes pars pour venir et soy joindre avecquez ledit duc d'Alençon, Jehanne la Pucelle et autres seigneurs et cappitaines dudit lieu d'Orléans. Et s'en vindrent logier ès champs devant la ville de Meun, sur la rivière de Loire, et gaignèrent le pont près dudit lieu sur les Angloiz. Et ce fait, y establirent garnison pour tousjours obvier aux entreprises desditz Angloiz, et pour les surmonter en conquestant sur eulx ce que injustement avoient occupé sur le royaulme de France, de longtemps et sans raison.

 

                                                         

  Le duc d'Alençon, qui avait été pris à la journée de Verneuil, venait, en acquittant sa rançon, de délivrer ses otages et ses répondants. Le roi Charles, sur les instances de la Pucelle, leva une grande armée, et le duc d'Alençon manda de toutes parts des gens au service du roi, plus pour les mettre à la suite de Jeanne la Pucelle que pour tout autre motif ; dans l'espérance qu'elle était divinement envoyée, beaucoup plus que pour la paye et profits à attendre du roi. Grande compagnie de gens d'armes et d'archers vinrent pareillement joindre le duc d'Alençon et la Pucelle, dans laquelle on mettait grande espérance. On y voyait réunis le bâtard d'Orléans, le sire de Boussac, maréchal de France, de Culan, amiral de France, messire Ambroise de Loré, La Hire, Gaultier de Boussac. Tous allèrent ensemble devant Jargeau, et y mirent le siège; et après plusieurs grands engagements ils firent dresser les bombardes, confectionner plusieurs machines d'approche, afin de conquérir cette ville, occupée par les Anglais. Le comte de Suffolk, qui avait en sa compagnie de six à sept cents Anglais, y commandait pour le roi d'Angleterre.
  Après environ huit jours de siège (3), la ville fut assaillie de toutes parts et finalement emportée d'assaut. Le comte de Suffolk fut fait prisonnier par un écuyer nommé Guillaume Regnault, que ledit comte fit chevalier; fut pris comme lui son frère le sire de La Poule; son autre frère Alexandre de La Poule fut tué avec d'autres Anglais au nombre de trois à quatre cents ; les autres furent faits prisonniers ; la plupart de ces derniers furent tués par suite de débats survenus parmi les Français entre Jargeau et Orléans. L'armée rentra dans cette ville. Le roi de France ayant eu connaissance de la prise de Jargeau manda de toutes parts des gens d'armes pour qu'ils s'adjoignissent au duc d'Alençon, à la Pucelle, et aux autres chefs de guerre. Bientôt après le duc d'Alençon et ceux qui étaient à sa suite partirent d'Orléans et se mirent aux champs devant la ville de Meung-sur-Loire ; ils gagnèrent sur les Anglais le pont qui est près de la ville, y établirent une garnison pour résistera leurs entreprises et les abattre, en continuant à conquérir sur eux ce que depuis longtemps ils occupaient sans raison au royaume de France.

                                   
              


Source : "Chronique de Charles VII par Jean Chartier" - Vallet de Viriville - 1868.
Mise en Français plus moderne : J.-B.-J. Ayroles "La vraie Jeanne d'Arc - t.III.

Notes (Vallet de Viriville & Ayroles) :
1 Frère du Comte de Suffolk.

2 La plupart.

3 Ce fut 2 jours après. Chartier reproduit l'erreur de la chronique de la Pucelle.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire