Accueil                                                         Admin
08 août 2020  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de Jean Chartier - index
Paiement de gens d'armes

uquel lieu de Gien sur Loire fut fait ung paiement aux gens d'armes tel qu'il ne se montoit pas plus de deux à trois francs pour homme d'armes. Duquel lieu de Gien s'en partit icelle Jehanne la Pucelle et plussieurs cappitaines de gens en sa compaignie, et s'en alla logier environ quatre lieues loing dudit Gien, en tirant le chemin de Rains, vers Auserre. Et le roy de France se partit le lendemain ensuivant en tirant celle part, et ce jour assembla tout l'ost ensamble. Et avoit on dit ost plussieurs femmes diffamées qui empeschoient aucuns gens d'armes à faire dilligence à servir le roy.
  Et ce voyant, icelle Jehanne la Pucelle, après le cry fait que chacun allast avant, tira son espée et en bâtit deux ou trois tant qu'elle rompit sadite espée, dont le roy fut bien desplaisant et marry, et luy dist qu'elle deust avoir prins ung très-bon baston et frapper dessus, sans habandonner ainssy celle espée qui luy estoit venue divinement, comme elle disoit. Et chevaucha ledit roy tant qu'il vint devant la cité dudit lieu d'Aucerre; laquelle cité ne luy fist pas plaine obéissance, mais vindrent devers le roy aucuns des bourgeois d'icelle cité, et disoit on qu'ils avoient donné argent audit de la Trimoulle affin qu'ilz demeurassent en trèves icelle foiz. De laquelle chose furent bien mal contens aucuns seigneurs et cappitaines d'icellui ost, et en parlement bien fort, en murmurant contre icellui seigneur de la Trimoulle et autres estans du conseil du roy. Et voulloit tousjours icelle Jehanne la Pucelle que icelle ville fust assaillye. Et finablement demoura en icelle trève, combien que ceulx de ladite ville baillèrent plussieurs vivres à ceulx de l'ost pour leur argent, desquelz ilz avoient grand neccessité en icellui ost.

   

                                                         

  En ce lieu de Gien-sur-Loire fut fait aux gens de guerre un payement tel quel; car il ne se montait pas à plus de deux ou trois francs pour chaque homme d'armes. De ce même lieu de Gien-sur-Loire partit Jeanne la Pucelle, ayant plusieurs autres capitaines en sa compagnie; elle alla camper à environ quatre lieues de distance, sur le chemin de Reims par Auxerre.
  Le roi de France partit le lendemain en suivant la même route, et avant la fin du jour toute l'armée se trouva réunie. Il faut savoir qu'il y avait dans l'armée plusieurs femmes diffamées qui empêchaient quelques hommes d'armes de suivre diligemment le roi. Ce que voyant Jeanne la Pucelle, après le cri d'ordre d'aller en avant, elle tira son épée, et en battit si bien deux ou trois qu'elle rompit son épée (1); ce dont le roi fut fort marri ; il dit qu'elle aurait dû prendre un bâton pour frapper de tels coups, sans employer une épée qui lui était venue divinement, ainsi qu'elle le disait. Ce jour, le roi chevaucha tellement qu'il vint devant la cité d'Auxerre, qui ne lui fit pas pleine obéissance. Quelques bourgeois vinrent à sa rencontre, après avoir, disait-on, donné de l'argent à La Trémoille afin d'obtenir pour cette fois de demeurer en trêve et abstinence de guerre; ce dont furent très mécontents quelques capitaines de l'armée, qui s'en plaignaient fort et accusaient le sire de La Trémoille et quelques conseillers du roi. Jeanne maintenait constamment qu'il fallait donner assaut à la ville ; on finit cependant par accorder l'abstinence demandée. Toutefois les habitants d'Auxerre donnèrent pour de l'argent des vivres à l'armée, qui en sentait une très grande nécessité et besoin.

                             
                    


Source : "Chronique de Charles VII par Jean Chartier" - Vallet de Viriville - 1868.
Mise en Français plus moderne : J.-B.-J. Ayroles "La vraie Jeanne d'Arc - t.III.

Notes (Vallet de Viriville) :
1 C'est à Saint-Denis que le fait arriva d'après la déposition du Duc d'Alençon.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire