Accueil                                                         Admin
08 août 2020  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de Jean Chartier - index
Comment la Pucelle donna ung assault devant Paris

t environ trois ou quatre jours après, le duc d'Alençon, le duc de Bourbon, le conte de Vendosme, le conte de Laval, le sire d'Albreth, Jehanne la Pucelle, les sires de Raiz et de Boussac, mareschaulx de France, et autres en leur compaignie, se vindrent logier comme en my voye de Saint-Denis et de Paris, en ung village sur le grant chemin, nommé La Chappelle Saint-Denis, et l'endemain commencèrent grandes escarmouches entre les Angloiz et les François et autres de Paris. Et premièrement au lieu dit le moullin à vent, et le lendemain vindrent les dessus nommez, ducz et autres seigneurs François, à grant compaignie, aux champs près de la porte Saint-Honnouré, sur une grant bute que on dit le marché aux pourceaulx, et firent assortir plussieurs canons et couleuvrines pour tirer dedens ladite ville de Paris. Et estaient les Angloiz tournoiant avecques leurs seigneurs entre lesquelz portaient une grant banière à une grand croix vermeille au longe de la muraille de Paris, par dedens ladite ville. Et de plaine arivée fut prins le boullevart d'icelle porte Saint-Honnouré d'assault (1). Et estait à celle prinse ung chevallier françois que on appelloit le sire de Saint-Vallier, et ses gens, qui très-bien y firent leur devoir. Et cuidoient les François que les Angloiz et autres gens de Paris deussent saillir par la porte Saint-Denis ou quel-qu'autre pour férir sur eulx. Parquoy le duc d'Alençon, le duc de Bourbon, le seigneur de Montmorency et autres, avec grant puissance, se tenoient tousjours en la bataille desrière icelle grant bute. Et y fut fait chevallier le seigneur de Montmorency. Car plus près ne se povoient tenir, pour les canons et couleuvrines qui tiroient sans cesse. Et dist ladite Jehanne la Pucelle qu'elle voulloit assaillir ladite ville de Paris. Laquelle Jehanne n'estoit pas bien informée de la grant eaue qui estoit ès fossés. Et néantmoins, vint à tout grant puissance de gens d'armes, entre lesquelz estoit le sire de Raiz, mareschal de France, et se dessendirent en l'arrière fossé, où elle se tint avecques ledit mareschal à grant compaignie de gens d'armes tout icellui jour, et y fut navrée icelle Jehanne d'un vireton parmy la jambe.
  Neantmoins elle ne voulloit partir arrière dudit fossé, et faisoit ce qu'elle povoit faire de getter fagots et boys en l'aultre fossé pour cuider passer, laquelle chose et veue la grant eaue qui y estoit, n'estoit pas possible d'y entrer. Et depuis qu'il fut nuyt fut envoyé quérir par plussieurs foiz par lesditz duc d'Alençon et de Bourbon, maiz pour riens ne se voulloit partir ne retraire, tant qu'il fallut que le duc d'Alençon l'alast quérir et la ramena. Et se retrait toute la compaignie audit lieu de La Chappelle, où ilz avoient logié la nuyt devant. Et le landemain s'en retournèrent lesditz ducz d'Alençon et de Bourbon, ladite Jehanne la Pucelle et autres à Saint-Denis, où estoit ledit roy de France et son ost. Et là, devant les précieulx corps de Monseigneur Saint-Denis et ses compaignons, furent pendus et laissés les armeures d'icelle Pucelle, lesquelles elle offrit par grant dévotion.

           

                                                         

  Le lendemain les ducs nommés et d'autres seigneurs français se mirent aux champs près de la porte Saint-Honoré, sur une butte qu'on appelle le marché aux pourceaux; et ils firent ajuster plusieurs canons et coulevrines afin de tirer dans la ville de Paris. Les Anglais tournoyaient à l'intérieur le long des murailles, leurs enseignes déployées, parmi lesquelles l'on remarquait une bannière blanche traversée d'une grande croix vermeille. A leur arrivée les Français prirent d'assaut le boulevard Saint-Honoré. A cette prise se trouvait un chevalier nommé le sire de Saint-Vallier, qui, avec ses gens, fit grandement son devoir. Les Français pensaient que les Anglais et les autres défenseurs de Paris sortiraient par la porte Saint-Denis, ou par toute autre porte pour tomber sur eux : voilà pourquoi les ducs d'Alençon et de Bourbon, le sire de Montmorency, d'autres encore, se tenaient toujours avec de grandes forces derrière cette grande butte, prêts à combattre. Le sire de Montmorency fut fait chevalier ce jour-là (2). Ils ne pouvaient pas se tenir plus près du combat, à cause des canons et des coulevrines qu'on tirait sans cesse de Paris. Jeanne la Pucelle dit qu'elle voulait donner l'assaut à Paris ; elle n'était pas bien informée de la grande profondeur de l'eau dans les fossés. Elle s'avança néanmoins avec une grande suite d'hommes d'armes, parmi lesquels le sire de Rais, maréchal de France ; ils descendirent dans l'arrière-fossé, où ils se postèrent, Jeanne, le maréchal de Rais et d'autres en grand nombre. Ils y restèrent tout le jour. La Pucelle y fut blessée à la jambe par un vireton (3).
  
Elle ne voulut cependant pas sortir de l'arrière-fossé ; et elle se donnait grand mouvement pour faire jeter des fascines et d'autres bois dans le principal fossé, dans l'espérance de passer; ce qui n'était pas possible à cause de la grande quantité d'eau. La nuit survenue, les ducs d'Alençon et de Bourbon envoyèrent plusieurs fois la quérir, et pour rien elle ne voulut se retirer. Il fallut que le duc d'Alençon vînt la chercher et la ramener. L'armée se replia sur La Chapelle, où elle avait passé la nuit précédente. Le lendemain les ducs d'Alençon et de Bourbon, Jeanne la Pucelle et d'autres retournèrent à Saint-Denis, où était le roi. Les jours suivants Jeanne la Pucelle suspendit ses armures devait le précieux corps de Monseigneur saint Denis et de ses compagnons, et elle les offrit par grande dévotion.

                               
       
           


Source : "Chronique de Charles VII par Jean Chartier" - Vallet de Viriville - 1868.
Mise en Français plus moderne : J.-B.-J. Ayroles "La vraie Jeanne d'Arc - t.III.

Notes (Vallet de Viriville & Ayroles) :
1 Cette affaire eut lieu le 8 septembre 1429.

2 D'après d'autres chroniques, il ne sortit de Paris que le lendemain.

3 Trait d'arbalète.





Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire