Accueil                                                         Admin
19 novembre 2018  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique d'Enguerrand de Monstrelet - index
L.II-10- [Comment le roy Charles de France fist assiéger la ville de Crevant par le connectable d'Escosse et le conte de Ventadour, auvergnois.]

 l'entrée du mois de juillet, le roy Charles fist passer ses gens la rivière de Loire et assiéger à grant puissance la ville de Crevant (1), laquelle tenoit le parti du duc de Bourgongne. Et estoit chief dudit siège, le connestable d'Escosse, lequel avoit avec lui plusieurs grans seigneurs, qui vaillamment se combatirent contre lesditz assiégez, par divers engins et habillemens de guerre qu'ilz avoient. Pour lequel siège ne furent mye tant seulement troublez les Bourguignons, mais avec ce les Anglois. Et pour tant, la duchesse douagière de Bourgongne manda hastivement les plus grans seigneurs de Bourgongne, et leur requist instamment, pour ce et au nom de son filz le duc, que ilz assemblassent diligemment leurs gens pour donner souscours aux dessusdiz assiégez de Crevant. Lesquelz seigneurs, avec le seigneur de Toulongon, mareschal de Bourgongne, se mirent ensamble, à toute puissance, et chevaulchèrent jusques à Aussoire (2). Auquel lieu vint de par le duc de Bethfort régent, le conte de Salsebery, le conte de Suffort, le seigneur de Willeby et aucuns autres seigneurs anglois, tant qu'ilz furent jusques au nombre de quatre mille combatans ou environ, gens d'eslite et esprouvez en armes. A l'encontre desquelz Anglois, allèrent pour les honnorer, le conte de Joingny, bourguignon, le Borgne de Toulongon, le seigneur de Vergy, messire Jehan et messire Guillaume de Vienne, messire Regnier Pot, le seigneur de Rochefort et plusieurs autres notables seigneurs. Et eulx venus et assamblez ensamble, firent grant révérence l'ung à l'autre, et puis chevaulchèrent l'ung avec l'autre en belle ordonnance jusques en la ville. Et fut logé ledit conte de Salsebery en l'hostel de l'évesque. Et quant ilz furent ung peu refectionnez de boire et de manger, se assamblèrent lesditz seigneurs, tant Anglois que Bourguignons, en l'église cathédrale de la ville. Et là prindrent leurs conclusions, telles que cy après seront dérées. Après, les Anglois et Bourguignons se mirent à chemin pour aller vers Crevant combatre leurs adversaires, et descendirent à pied, à environ ung grant quart de lieue d'iceulx. Alors faisoit moult chault et pour ce furent grandement travaillez, tant de aller à pied, pour la pesanteur de leurs armes, comme de l'ardeur du soleil. Et ce propre jour furent faictz chevaliers de ceste partie, Guillaume de Vienne, filz au seigneur de Sainct-George, Jehan, seigneur d'Auxi, Philippe, seigneur de Trenon, et Copin de la Viesville.

                             

  Premièrement fut ordonné par lesditz seigneurs, que lendemain, qu'il estoit vendredy, se partiroient avec tous leurs gens à dix heures du matin, pour aller loger vers Crevant.
Item, Ordonnèrent deux mareschaulx pour avoir regard sur leurs gens, c'estassavoir pour les Bourguignons le seigneur de Vergy, et pour les Anglois messire Gillebert de Hallesale.
Item, Fut crié que les Anglois et Bourguignons fussent d'accord et amis ensamble en bonne union, sans faire débat ne remors, sur paine d'estre pugny à la voulenté des cappitaines.
Item, Fut ordonné qu'ilz chevaulcheroient tous ensamble en ung ost, et y auroit six vingts hommes d'armes, c'est assavoir soixante Anglois et soixante Bourguignons, avec autant d'archiers qu'il y appartenoit, pour descouvrir devant.
Item, Fut ordonné que quant on viendroit au lieu où on se deveroit combatre, que incontinent qu'il sera dit et publié que chascun descende à pied, et ceulx qui en feront refus soient mis à mort, et tantost les chevaulx soient menez arrière, l'espace de demie lieue, et ceulx qui seront trouvez plus près, soient prins comme confisquez.
Item, Fut ordonné que chascun archier feist ung penchon (3) aguysé à deux boutz, pour ficher devant lui quant besoing en serait.
Item, Fut ordonné que nul, de quelque estat qu'il fust, ne fust si hardy que de prendre prisonniers au jour de la bataille, jusques à ce que on voye piaillement que le champ soit gaingné, et que si on en prent aucun, tantost soit occis, avec cellui qui l'aura prins, s'il en fait aucun reffus.
Item, Fut ordonné que chascun se pourveust de viande (4) pour deux jours. Et avecques ce, que ceulx de la ville d'Aussoire envoyassent vivres après l'ost en tant qu'ils en pourraient finer, et ils seraient bien payez.
Item, Fut ordonné que nuls ne chevauchassent devant ne derrière sans l'ordonnance des capitaines, sur paine capital ; mais se tiengnent chascun en l'ordonnance où il sera mis.

  Lesquelles choses dessus dictes furent en ce jour proclamées et publiées au son de trompe en la ville d'Aussoire. Et le lendemain, comme dit est, quant ilz eurent ouy la messe en grant dévocion et beu ung coup, ilz se départirent de la ville en grant fraternité, et allerent loger ensemble en la Vinchelles (5), à une demie lieue de leurs ennemis. Et le samedi ensuivant, environ dix heures du matin, se deslogèrent et allèrent à belle ordonnance devant leurs ennemis, lesquels sans faille ilz trouvèrent ordonnez en grande et noble compaignie, et avoient prins place sur une montaigne devant ladicte ville de Crevant, laquelle ils avoient tenue nuit et jour en actendant leurs gens. Mais lesdiz Anglois et Bourguignons allèrent passer par l'autre lez de ladicte rivière d'Yonne, du costé de Coulongne les Vigneus ou Vigneuses (6). Et adonc descendirent les François de leur montaigne et vindrent contre leurs ennemis, en monstrant grant semblant de hardiesse, et se mirent eu bataille l'ung contre l'autre; où ils furent bien trois heures sans autre chose faire. Et estoit la rivière d'Yonne entre eux deux. Et après se avancèrent les Anglois et Bourguignons, et gaingnèrent un pont sur leurs ennemis, par lequel les commencèrent fort à grever et envahir. Et d'autre part, ceulx qui estoient en la ville les assaillirent par derrière, moult roidement. Et adonc commencèrent de toutes pars à combatre les ungs contre les autres très asprement. Mais en conclusion les dessusdiz Anglois et Bourguignons obtindrent la victoire contre leurs ennemis, et gaingnèrent le champ. Auquel furent mors et prins la plus grant partie des Escossois, qui estoient au front devant la bataille. Toutefois, le connestable d'Escoce se rendit prisonnier au seigneur de Chastelluz, mais il eut ung œil crevé. Et pareillement fut prisonnier le conte de Ventadour au seigneur de Gamaches, et eut aussi ung œil crevé. Estienne de Faimières, et Jehan... (7) chevaliers escossois, avecques plusieurs autres notables hommes, jusques au nombre de quatre cens. Et furent mors sur la place Thanadas, nepveu du conte de Bouquiaus, messire Thomas Secron, messire Guillaume Hambon, Andrieu Hambon, son filz, tous chevaliers d'Escoce, Jehan Pillot, capitaine escossois, et le bastard du roy, avecques plusieurs autres, jusques au nombre de douze cens ou environ. Après laquelle victoire se rassemblèrent les capitaines anglois et bourguignons en grande union, et entrèrent dedans la ville de Crevant, en regraciant leur Créateur de leur victoire. Où ilz furent moult joieusement receus. Et leurs gens se logèrent au plus près. Toutesfois Perrinet et aucuns autres chassièrent les fuyans assez longuement. Si en prindrent et occirent plusieurs en faisant celle poursuite.
  Et le lundi ensuivant que lesdiz capitaines orent assemblé leurs gens, ils se partirent l'ung d'avecques l'autre. Et puis s'en allèrent, les Bourguignons en leurs propres lieux, et les contes de Salseberi et de Suffort retournèrent au siège devant Montaguillon, dont ilz s'estoient partis. Et y avoient laissé partie de leurs gens pour garder ledit siège. Et fut vérité que au jour de la bataille dessusdicte, ledit conte de Salseberi fist bien quatre vingtz chevaliers de sa main, ou plus. Après ladicte bataille de Crevant, ledit conte de Suffort ala assiéger la ville de Coussy, laquelle se rendit à lui dedans certains briefz jours ensuivans. Et delà ala ou pays de Masconnois, où se mirent en obéissance plusieurs forteresces que les François tenoient. Si fist par ung de ses capitaines nommé Claidas, [assiéger] le fort chastel de la Roche, qui, en fin, se mist en son obéissance.

                                                 


Source : La chronique d'Enguerrand de Monstrelet - Tome IV (L.Douët d'Arcq - 1860)

Notes :
1 Gravant en Auxerrois.

2 Auxerre.

3 Plus souvent écrit "piançon" qui signifie "pieu".

4 De viande c'est à dire de vivres.

5 Vincelles (Yonne).

6 Coulanges-la-Vineuse (Yonne).

7 Mot passé dans le texte.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire