Accueil                                                         Admin
07 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


La chronique de Morosini
Lettre 2 - index

u cours de l'année 1429.

Ensuite, le samedi [25] du mois de juin, au matin, le jour de l'apparition de saint Marc, nous eûmes [des nouvelles] de Bruges par lettre que messer Marco Giustiniani reçut de son fils ser Pancrazio, datée du 4 juin (1). Il écrit de la déroute infligée par messire le dauphin aux Anglais et de leurs prisonniers et morts, au nombre de plus de 1.500 à 2.000, et qu'ensuite celui-ci s'est emparé d'un autre très fort château sur les Anglais, ajoutant que la nouvelle ordonnément dite auparavant est vraie (2). Il ajoute que le duc de Bourgogne a eu une très grave maladie et qu'il est délivré et guéri d'un abcès à l'oreille droite (3). Quant aux faits de la damoiselle, il dit qu'ils vont prospérant de mieux en mieux (4). Sa lettre fut faite à Bruges le 4 juin et reçue ici le 26 de ce mois.

Ensuite nous apprîmes que messire le dauphin, de Paris, avait écrit une lettre à messire le pape Martin XI (5), de Rome; on n'a pas encore pu savoir la teneur de cette lettre; mais on dit que messer Paolo Correr (6) a pu en avoir copie par les siens qui sont en cour [de Rome], et je la notifierai par ordre en ce livre. — Je l'eus ensuite par lettre; mais point n'est besoin de la notifier, parce qu'elle ne contient rien que je n'aie déjà dit (7).

                                                        

II (pages 977-978, f° 502) . (1)

  Corando M°CCCCXXVIIII°.

Dapuo, sabado dy [xxv°] del mexe de zugno da madina, in lo de de la aparezion de San Marcho, avesemo da Broza per letera rezevuda miser Marcho Zustignan de so fio ser Prangati, de dy IIII° de zugno, e scrive de la rota dada per miser lo Dolfim a Ingelexi e de loro prexi e morty da plu de M V ° in II°, e apreso quelo aver abudo uno altro fortisimo castelo d'Ingelexi, sozionzando la novela per ordene avanti dita eser vera ; e apreso como el ducha de Borgogna aver abudo una grandisima malatia, e quelo eser liberado de mal de postiema, per la rechia reta, e varido de quela; e dy faty de la damixela, andar pros perando molto meio. Fata la so letera in Broza ady IIII° zugno, e de qua rezevuda a dy XXVI° de quelo mexe.

Apreso avesemo una letera aver scrito miser lo Dolfin da Paris a miser lo papa Martin XI° (sic) da Roma; el ténor de quela non se a anchora sapudo, ma la copia s'a dito per miser Polo Gorer da i suo da corte la puô aver abuda, e notificharola per ordene in questo libro. — E dapuoy avila per letera, laquai no[n] è de mestier notificarla, per caxion la se contien sovra uno ténor.


                               
                  


Source : Le texte original et notes d'érudition sont celles de Germain Lefèvre-Pontalis, parues dans "Chronique d'Antonio Morosini", t.III (1898), p.56 et suivantes, accompagnées de la traduction de Léon Dorez.

Extraits des notes de G.Lefèvre-Pontalis :
1 Le 25 juin 1429, qui est bien un samedi, comme le dit ici Morosini. — Cependant, à la fin de cette même lettre, on va voir que c'est le 26 qui est indiqué comme date de réception.

2
...Cette lettre du 4 juin annonce comme effectivement prise par les Français l'autre place (très probablement Jargeau), que la lettre précédente mentionnait simplement comme assiégée. On a vu que cette opération, en réalité, s'était bornée à un assaut sans résultat donné à la place de Jargeau, dont la prise ne se vérifiera que vers la mi-juin. En outre, le chiffre énoncé pour les pertes de l'armée anglaise est augmenté et porté à 1.500 ou 2.000 au lieu de 600.

3 Aucun autre document connu jusqu'ici, semble-t-il, ne donne ce détail sur la maladie dont il est avéré que le duc de Bourgogne était alors atteint pendant son séjour dans ses états du Nord.

4 Partie d'Orléans, après son triomphe, le 9 ou le 10 mai (Journal du siège, 8 [pour 9] mai; Chron. de la Pucelle, ch. l, p. 298), Jeanne d'Arc, par Blois, a rejoint, le 11 ou le 13 mai, à Tours, le roi, venu de Chinon à sa rencontre. (Eberhart Windecke, Procès, t. IV, p. 496-497, éd. W. Altmann, ch. 260, § 299, p. 252 ; Chron. de Tournai, p. 412.) On trouve Charles VII et sa cour, le 10 à Chinon (art. de compte cité, Procès, t. V, p. 258), le 22 au château de Loches (Beaucourt, Hist. de Charles VII, t. II, p. 215), où Jeanne elle-même, et le roi avec elle sans doute, paraît encore présente le 23 (Eberhart Windecke, Ibid., id.), et où se passent, entre elle et Charles VII, les scènes poignantes dont les souvenirs de Dunois ont fixé les traits les plus saillants, dramatiques et suppliants appels à la volonté royale, étouffée par un entourage de détestables conseillers. (Dépos. de Dunois, Procès, t. III, p. 12.) — Le 4 juin, date même de cette lettre, Jeanne d'Arc est à Selles, en Berry, dans la vallée du Cher, au delà de Loches, sur la route d'Orléans, préparant la campagne triomphante qui va aboutir le 18 à la journée de Patay. (Compte de forteresse d'Orléans, 1429-1431, art. XX, Charpentier et Cuissard, à la suite du Journal du siège; cf. Procès, t. V, p. 262.) Elle reste à Selles jusqu'au 6, date où, par Romoran-tin, elle repart pour Orléans, centre des opérations imminentes. (Lettre de Guy, sire de Laval, et d'André, sire de Lohéac, son frère, à leurs mère et grand'mère Anne et Jeanne de Laval, en date de Selles, le 8 juin 1429, Procès, t. V, p. 107-108.) — Le roi, de Loches, où on vient de le voir présent les 22 et 23 mai, se trouve le 5 et le 6 à Saint-Aignan, sur le Cher, moins avant que Selles, et est peut-être à Selles du lundi 6 au jeudi 9. (Ibid., p. 106, 107, 110.) — Ce jour du 6 juin, la Pucelle, qui parle ouvertement de son projet de mener sacrer le roi à Reims, offrant, dans son logis, le vin de bienvenue à Guy de Laval, entré pour la saluer, lui dit sans forfanterie, dans sa forte et simple conviction, dans son « assés voix de femme », dont le timbre impressionna si vivement le jeune chevalier, « qu'elle lui en feroit bientôt boire à Paris ». (Ibid., p. 110, 107, 108.)

5 Cet ordre de règne (XI pour V), attribué ici à Martin V, se retrouve à diverses reprises, assez singulièrement, dans le Diario d'Antonio Morosini.

6 Paolo Correr, ambassadeur de Venise auprès du Saint-Siège.

7 L'annonce de l'enregistrement de ce précieux témoignage, si nettement formulée ici, est malheureusement démentie par la phrase suivante. Cette assertion rend donc inutile toutes recherches dans le Diario, à l'effet d'y retrouver le document en question.

Remarques d'Ayroles sur cette lettre :
[Si le résumé de Morosini est exact, il faut dire que le bruit qui courait à Bruges, le 4 juin, était faux. De la délivrance d'Orléans à la victoire de Patay le 18 juin, le Dauphin n'avait pas infligé de défaite marquée aux Anglais. Il se consumait en délibérations qui fatiguaient la Pucelle. Paul Correrio, cardinal vénitien, était l'ami et le parent d'Ange Condulmerio vénitien aussi, qui allait devenir Pape sous le nom d'Eugène IV.
Il serait bien à souhaiter que l'on trouvât dans la suite de la Chronique la lettre promise par le chroniqueur. Elle ne pouvait pas avoir été écrite de Paris toujours au pouvoir des Anglais.]

Notes :
1 Le premier chiffre indique la pagination de la copie de Venise, le second les folios de l'original de Vienne.




Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire