Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de Jean de Wavrin du Forestel - index
Livre IV - Chap. XIII .

omme vous avez oy, les Anglois estoient logiez à Meun, et les Francois devant Baugensy à siege, où ilz constraignoient moult fort la garnison de dedens, en leur faisant entendre que le secours qu'ilz atendoient (ne vendroit pas); leur faisant entendre aussi qu'ilz s'en estoient retournez vers Paris. Laquele chose voiant et oiant lesdis assegiés, avec autres pluiseurs samblables parolles que leur disoient les Francois, ne sceurent pas bonnement en quel parti de conseil eulz arrester pour le meilleur et plus prouffitable; considerant que par la renommee de Jehanne la Pucelle, les courages anglois estoient fort alterez et faillis. Et veoient, ce leur sambloit, fortune tourner sa roe rudement à leur contraire, car ilz avoient desjà perdu pluiseurs villes et forteresses qui s'estoient remises en l'obeissance du roy de France, principalement par les entreprinses de la dite Pucelle, les ungz par force, les autres par traitié; si veoient leurs gens amatis, et ne les trouvoient pas maintenant de tel ou si ferme propos de prudence qu'ilz avoient acoustumé; ains estoient tous, ce leur sambloit, tres desirans d'eulz retraire sur les marches de Northmandie, habandonnant ce qu'ilz tenoient en l'Isle de France et là environ.
  Toutes ces choses considerees, et autres pluiseurs qui sourvenoient en leurs ymaginations, ilz ne scavoient quel conseil eslire, car ilz n'estoient pas adcertenez d'avoir brief secours; mais se ilz eussent sceu qu'il estoit si prez d'eulz, ilz ne se feussent pas sitost rendus. Touteffois finablement, toutes considerees les doubtes que ilz admetoient en leur fait, firent traitié aux Francois au mieulx qu'ils peurent, par condition que saulvement s'en yroient et emmenroient tous leurs biens, et la place demourroit en l'obeissance du roy Charles et de ses commis.
  Lequel traitié ainsi fait, le samedy au matin se departirent les Anglois, prenant le chemin vers Paris, tout parmy la Beausse, et les Francois entrerent dedens Baugensy. Puis prindrent conclusion, par l'enhort de la Pucelle Jehanne, que lors yroient querant les Anglois jusques à ce qu'ilz les auroient trouvez en plaine Beausse, à leur avantage, et que là les combateroient ; car il n'estoit pas doubte que les Anglois, quant ilz scauroient la reddition de Baugensi, ne s'en retournassent parmy la Beausse vers Paris, où il leur sambloit qu'ilz en auroient bon marchié.
  Or doncques lesdis Francois, pour parvenir à leur emprinse, se misrent auz plains champz. Si leur aplouvoient et venoient chascun jour gens nouveaulz de lieux divers. Si furent adont ordonnez le connestable de France, le marissal de Bousac (1), la Hire, Pothon et autres capittaines, à faire l'avantgarde; et le sourplus, comme le duc d'Alenchon, le bastard d'Orlyens, le marissal de Rays (2), estoient les conducteurs de la battaille et sievoient assez de prez ladite avantgarde. Si povoient estre yceulz Francois en tout de XII à XIIIIm combatans. Si fut lors demandé (à la Pucelle) par aulcuns des Princes et principaulz capittaines là estans, quel chose il lui sambloit de present bonne à faire. Laquele respondy qu'elle estoit certaine et scavoit veritablement que les Anglois, leurs annemis, les atendoient pour les combatre; disant oultre que, ou nom de Dieu, on chevaulchast avant contre eulx, et qu'ilz seroient vaincus. Aulcuns luy demanderent où on les trouveroit : ausquelz elle fist response qu'on chevaulchast sceurement et que l'en auroit bon conduit. Si se misrent les battailles des Francois à chemin en bonne ordonnance, aiant les plus experts, montez sur fleurs de chevaulz jusques à LX ou IIIIxx hommes, mis devant pour descouvrir. Et ainsi par longue espace chevaulchant ce samedy, estaient assez prez de leurs annemis les Anglois, comme cy aprez porrez oyr.
  Quant doncques les Anglois qui s'estoient logiés à Meun, ainsi comme il a esté dit cy dessus, en intencion de guaignier le pont, adfin de rafreschir de vivres la garnison de Baugensy qui dès le soir devant s'estoient rendus aux Francois (dont lesdis Anglois ne scavoient rien, car ce samedy, environ VIII heures du matin que les capittaines eurent oy messe, il fut cryé et publié parmy l'ost que chascun se preparast et mist en point, garnis de pavaix, huys et fenestres, avoec autres habillemens necessaires, pour assaillir ledit pont qui la nuit paravant avoit esté rudement battu de nos engiens), si advint, ainsi comme tous estions garnis de ce que besoing nous estoit pour l'assault et prestz à partir pour commencier, que, droit à ceste heure, arriva ung poursievant, lequel venoit tout droit de Baugensy. Si dist aux seigneurs, nos capittaines, que ladite ville et chastel de Baugensy estaient en la main des Francois et que, dès qu'il party, ilz se mettaient auz champz pour les venir combattre.
  Alors fut prestement commandé en tous les quartiers par les capittaines anglois, que toutes manieres de gens laissassent l'assault; sy se tyrast on auz champz; et que, à mesure que on isteroit auz champz hors de la ville, chascun en droit soy se meist en ordonnance de belle battaille. Laquele chose fut faite moult agreement. L'advangarde se mist premiers à chemin, laquele conduissoit ung chevallier anglois quy portoit ung estendart blancq ; puis mist on entre l'advangarde et la battaille, l'artillerie, vivres et marchans de tous estas. Aprez venoit la battaille, dont estoient conducteurs messire Jehan Fastre, le seigneur de Thalbot, messire Thomas Rameston et autres. Puis chevaulchoit l'arrieregarde, quy estoit de purains anglois.
  Quant ceste compaignie fut auz plains champz, on prinst le chemin, chevaulchant en belle ordonnance, vers Pathay, tant que l'en vint à une lieue prez ; et illec s'arresterent, car ilz furent advertis à la verité par les coureurs de leur arrieregarde, qu'ilz avoient veu venir grans gens aprez eulz, lesquelz ilz esperoient estre Francois. Et lors, pour en scavoir la verité, les seigneurs anglois les envoierent chevaulchier aulcuns de leurs gens ; lesquelz tantost retournerent, et firent relation ausdis seigneurs que les Francois venoient aprez eulz raddement chevaulchant, une moult grosse puissance : comme assez tost aprez on les vey venir. Si fut ordonné par nos capittaines que ceulz de l'advangarde, les marchans, vitailles et artillerie yroient devant prendre place tout au long des haies qui estoient auprez de Pathay. Laquele chose fut ainsi faite. Puis marcha la battaille tant que on vint entre deux fortes hayes par où il convenoit les Francois passer. Et adont le seigneur de Thalbot, voiant ledit lieu assez advantageuz, dist qu'il descenderoit à pié atout Vcz (3) archiers d'eslite, et que là se tendroit, gardant le passage contre les Francois, jusques à tant que la battaille et l'arrieregarde serroient joinctes. Et prinst le dit Thalbot place auz hayes de Pathay, avec l'avantgarde quy là les atendoit, Et ainsi le seigneur de Thalbot, gardant cest estroit passage alencontre des annemis, esperoit de soy revenir joindre avec la battaille en costoiant lesdites hayes, voulsissent ou non les Francois; mais il en fut tout autrement.
  Moult radement venoient les Francois aprez leurs annemis, lesquelz ancores ilz ne povoient pas choisir, ne ne, scavoient le lieu où ilz estaient, tant que d'avanture les avant coureurs veyrent ung cherf partir hors des bois, lequel prinst son chemin vers Pathay et s'en alla ferir parmy la battaille des Anglois : parquoy ilz esleverent ung moult hault cry, non sachant que leurs annemis feussent si prez d'eulz. Oyant lequel cry les dessus dis coureurs francois, ilz furent adcertenez que c'estoient les Anglois, et aussi les veyrent tost aprez tout plainement. Si envoierent aulcuns compaignons nonchier à leurs capittaines ce qu'ilz avoient veu et trouvé, en leur faisant scavoir que par bonne ordonnance ilz chevaulchassent avant, et qu'il estoit heure de besongnier. Lesquelz promptement se preparerent de tous poins et chevaulcherent tant qu'ilz veyrent tout plainement iceulz Anglois.
Quant doncques les dis Anglois veyrent les Francois eulz approchier de si prez, ilz se hasterent le plus qu'ilz peurent, adfin de eulz joindre auz hayes avant leur venue; mais tant ne seurent exploitier que, avant ce que ilz feussent ensamble joinctz esdites hayes à leur avangarde, les Francois s'estaient feruz à l'estroit passage où estoit le seigneur de Thalbot. Et alors messire Jehan Faste tyrant et chevaulchant vers l'avangarde pour se joindre avec eulz, ceulz de ladite avangarde cuiderent que tout fust perdu et que les battailles fuissent. Pourquoy ledit capittaine de l'avangarde, cuidant pour verité que ainsi feust, atout son estendart blancq, luy et ses gens prindrent la fuite et habandonnerent la haye.
  Adont messire Jehan Fastre, voiant le dangier de la fuite, cognoissant tout tres mal aller, eut conseil de soy sauver. Et luy fut dit, moy, acteur, estant present, qu'il prensist garde à sa personne, car la battaille estoit perdue pour eulz. Lequel à toutes fins voulloit rentrer en la battaille, et illec actendre l'adventure tele que Nostre Seigneur luy voirait envoier; disant que mieulz amoit estre mors ou prins que honteusement fuyr et ainsi ses gens habandonner. Et anchois qu'il se volsist partir, avoient les Francois rué jus le seigneur de Thalbot, lui prins prisonnier (4) et tous ses gens mors. Et si estoient desjà lesdis Francois si avant en la battaille que ilz povoient, à leur voullenté, prendre ou occire ceulz que bon leur sembloit. Et finablement les Anglois y furent desconfis à peu de perte des Francois. Si y morut de la partie desdis Anglois bien deux mille hommes, et deux cens prisonniers.
  Ainsi comme vous oez alla ceste besongne. Laquele chose voiant messire Jehan Fastre, s'en party moult envis, à moult petite compaignie, demenant le plus grant duel que jamais veisse faire à homme. Et pour verité, se feust reboutté en la battaille, se n'eussent esté ceulz quy avec luy estoient, especialement messire Jehan, bastard de Thian (5), et autres, quy l'en des-tourberent (6). Si prinst son chemin vers Estampes, et moy, je le sievis comme mon capittaine, auquel le duc de Betfort m'avoit commandé obeyr et mesmes servir sa personne. Si venismes, environ heure de myenuit, à Estampes, où nous geusmes, et lendemain à Corboeil.
  Ainsi, comme vous oez, obtindrent François la victore au dit lieu de Pathai, où ilz geurent ceste nuit, regraciant Nostre Seigneur de leur belle adventure advenue. Et lendemain se deslogerent dudit lieu de Pathai, qui sied à deux lieues de Jenville; pour laquele place ainsi appelee, ceste battaille portera perpetuelement nom, la journee de Pathay. Et de là s'en allerent, atout leur proye et prisonniers, à Orlyens, où ilz furent generalement de tout le peuple conjoys : et par especial sur tous autres, Jehanne la Pucelle acquist en ycelles besongnes si grant loenge et renommee qu'il sembloit veritablement à toutes gens que les annemis du roy Charles n'eussent puissance de resister en quelque lieu où elle feust presente, et que briefment, par son moyen, le dit roy dut estre remis en son royaulme, maulgré tous ceux ceulz quy y volroient contredire.
Aprez ceste belle victore, s'en allerent tous les capittaines francois qui là estoient, avec eulz Jehanne la Pucelle, devers le roy Charles, qui moult les conjoy et grandement remercya de leur bon service et dilligence. Lesquelz lui dirent que, sur tous, en devoit scavoir gré à ladite Pucelle, qui dès ceste heure fut retenue du privé conseil du roy. Et là fut il conclud d'assambler le plus grand nombre de gens de guerre que l'en porroit finer parmy les pays au dit roy obeissans, adfin qu'il se peust bouter avant en pays, et ses annemis poursievir.

   

                                                         

  Comme vous l'avez vu, les Anglais étaient logés à Meung, tandis que les Français tenaient le siège devant Baugency. Ils pressaient fort les assiégés, leur faisant entendre qu'ils ne recevraient pas le secours qu'ils attendaient, que ceux qui devaient l'amener étaient retournés vers Paris. Ce que voyant et entendant lesdits assiégés, ainsi que plusieurs semblables paroles que leur disaient les Français, ils ne surent bonnement à quel parti et à quel conseil ils devaient s'arrêter comme au meilleur et au plus profitable. Ils considéraient que par la renommée de Jeanne la Pucelle les courages anglais étaient fort altérés et défaillis ; ils voyaient, ce leur semblait, la fortune tourner raidement sa roue à leur encontre ; ils avaient déjà perdu plusieurs villes et forteresses qui, les unes par force, les autres par traité, s'étaient remises en l'obéissance du roi de France,
principalement par les entreprises de ladite Pucelle; ils voyaient leurs gens amatis, et ne leur trouvaient plus maintenant le même et ferme propos de prudence qu'ils avaient coutume de leur trouver ; mais tous, ce leur semblait, étaient très désireux de se retirer sur les marches de Normandie, abandonnant ce qu'ils tenaient en l'Ile-de-France, et dans les pays environnants.
  En considérant ces choses et plusieurs autres qui se présentaient à leurs imaginations, ils ne savaient quel parti choisir, car ils n'étaient pas acertenés d'avoir prompt secours; mais s'ils avaient su qu'il était si près d'eux, ils ne se fussent pas rendus de sitôt. Toutefois finalement, vu les incertitudes qu'ils mettaient dans leur fait, ils traitèrent avec les Français du mieux qu'ils purent, ayant obtenu comme conditions qu'ils s'en iraient la vie sauve et emmèneraient tous leurs biens, et que la place demeurerait en l'obéissance du roi Charles et de ceux qui étaient commis à sa place.
  Le traité ainsi fait, le samedi matin les Anglais partirent, prenant leur chemin vers Paris à travers la Beauce, et les Français entrèrent dans Baugency. Puis, à la persuasion de la Pucelle Jeanne, ils conclurent qu'ils allaient se mettre à la recherche des Anglais, jusqu'à ce qu'ils les auraient trouvés en pleine Beauce, en un lieu avantageux pour le combat, et que là ils les combattraient; car il n'était pas douteux que les Anglais, dès qu'ils sauraient la reddition de Baugency, ne s'en retournassent vers Paris, à travers la Beauce, où il leur semblait qu'ils en auraient bon marché.
  Or, pour exécuter leur projet, lesdits Français se mirent aux champs. Chaque jour il leur pleuvait, il leur arrivait de divers lieux des gens nouveaux. Donc à faire l'avant-garde furent ordonnés le connétable de France, le maréchal de Boussac, La Hire, Poton et d'autres capitaines; les autres, tels que le duc d'Alençon, le bâtard d'Orléans, le maréchal de Rais étaient les conducteurs de l'armée et suivaient de fort près ladite avant-garde. Les Français pouvaient être en tout de douze à treize mille combattants. Il fut alors demandé à la Pucelle par quelques-uns des principaux seigneurs et capitaines quelle chose lui semblait de présent bonne à faire. Elle répondit qu'elle était certaine et savait en toute vérité que les Anglais leurs ennemis les attendaient pour les combattre, et dit en outre qu'on chevauchât en avant contre eux et qu'ils seraient vaincus. Quelques-uns lui demandèrent où on les trouverait, auxquels elle fit réponse que l'on chevauchât hardiment et que l'on aurait bon conduit. Ainsi les divers corps de l'armée française se mirent en chemin en bonne ordonnance, les plus experts, montés sur fleur de chevaux, au nombre de 60 ou 80 hommes, étant mis en avant pour la découverte, et ainsi chevauchant ce samedi par long espace, ils arrivèrent fort près de leurs ennemis les Anglais, comme vous pourrez ouïr ci-après.
  Ainsi donc, comme il a été dit ci-dessus, les Anglais s'étaient logés à Meung, avec l'intention de conquérir le pont pour aller rafraîchir (7) de vivres la garnison de Baugency, qui dès le soir s'était rendue aux Français; ce dont les Anglais ne savaient rien. Ce samedi, en effet, environ huit heures du matin, après que les capitaines eurent ouï la messe, il fut crié et publié dans l'armée que chacun se préparât et se mît en point, se pourvoyant de pavois, d'huis, de fenêtres et d'autres appareils nécessaires pour assaillir ledit pont qui, la nuit précédente, avait été rudement battu de nos engins. Comme nous étions tous garnis de ce dont il était besoin pour l'assaut et prêts à partir pour commencer, il advint que juste à cette heure arriva un poursuivant [d'armes] qui venait tout droit de Baugency. Il dit aux seigneurs nos capitaines que la ville et le château de Baugency étaient en la main des Français, qui, à son départ, se mettaient aux champs pour les venir combattre.
  Il fut alors promptement commandé dans tous les quartiers, par les capitaines anglais, que tous laissassent l'assaut, qu'on se tirât aux champs, et qu'à mesure qu'on arriverait aux champs hors de la ville, chacun de son côté se mît en bel ordre de bataille. La chose fut faite avec promptitude. L'avant-garde se mit d'abord en chemin, conduite par un chevalier anglais qui portait un étendard blanc; puis l'on mit entre l'avant-garde et le gros de l'armée l'artillerie, les vivres et les marchands de tous états. Après, venait l'armée dont étaient conducteurs Messire Jean Fastolf, le seigneur de Talbot, Messire Thomas Rampston et autres. Puis chevauchait l'arrière-garde qui ne se composait que d'Anglais.
  Quand cette compagnie fut en rase campagne, on prit, en chevauchant en belle ordonnance, le chemin vers Patay, si bien que l'on en vint à une lieue près ; et là on s'arrêta, car les coureurs de l'arrière-garde avertirent qu'ils avaient vu venir beaucoup de gens après eux qu'ils comptaient être les Français. Et alors, pour en savoir la vérité, les seigneurs anglais envoyèrent quelques-uns de leurs gens courir à cheval; lesquels retournèrent bientôt, et firent relation auxdits seigneurs que les Français venaient après eux, chevauchant rondement, en très grosse puissance; en effet, on ne tarda guère à les voir venir. Il fut alors ordonné par nos capitaines que ceux de l'avant-garde, les marchands, les victuailles et l'artillerie iraient devant prendre place tout le long des haies qui étaient près de Patay. Laquelle chose fut ainsi faite. Puis l'armée marcha si bien qu'elle vint entre deux fortes haies entre lesquelles les Français devaient passer. Et alors le seigneur de Talbot, voyant le lieu avantageux, dit qu'il descendait à pied avec cinq cents archers d'élite, et qu'il se tiendrait là, gardant le passage contre les Français jusques à ce que l'armée et l'arrière-garde seraient jointes, et Talbot prit place aux haies de Patay, avec l'avant-garde qui là attendait. Le seigneur de Talbot, gardant cet étroit passage à l'encontre des ennemis, espérait pouvoir revenir de lui-même rejoindre le gros de l'armée en côtoyant les haies, que les Français le voulussent ou non ; mais il en fut tout autrement.
  Les Français venaient très rapidement après leurs ennemis, qu'ils ne pouvaient pas encore aborder, ne sachant pas le lieu où ils étaient, lorsque, par hasard, les avant-coureurs virent un cerf sortir des bois et, prenant son chemin vers Patay, aller se jeter dans l'armée des Anglais. Ceux-ci à cette vue poussèrent un grand cri, ne sachant pas que leurs ennemis fussent si près d'eux. Par ce cri les dessusdits coureurs français furent acertenés que c'étaient les Anglais, et, bientôt après, ils les virent bien manifestement. Ils envoyèrent quelques-uns de leurs compagnons annoncer à leurs capitaines ce qu'ils avaient vu et trouvé, en leur faisant savoir de chevaucher en avant par bonne ordonnance, et que c'était l'heure de besongner. Ceux-ci se préparèrent promptement de tous points, et chevauchèrent si bien qu'ils eurent les Anglais bien clairement sous leurs yeux. Quand les Anglais virent les Français les approcher de si près, ils se hâtèrent le plus qu'ils purent, afin de se rendre aux haies avant leur arrivée, mais ils ne surent pas exécuter leur mouvement si promptement, qu'avant qu'ils fussent joints à leur avant-garde auxdites haies, les Français s'étaient précipités à l'étroit passage où était le seigneur de Talbot. Et alors Messire Jean Fastolf, courant et chevauchant vers ceux de l'avant-garde pour se joindre à eux, ceux de ladite avant-garde pensèrent que tout était perdu et que les compagnies étaient en fuite. C'est pourquoi le capitaine de l'avant-garde, pensant qu'il en était vraiment ainsi, avec son étendard blanc prit la fuite, et ses gens avec lui, et tous abandonnèrent la haie.
  Alors Messire Jean Fastolf, voyant le danger de la fuite, connaissant tout aller très mal, fut conseillé de se sauver. Il lui fut dit, moi acteur étant présent, qu'il prît garde à sa personne, car la bataille était perdue pour eux. Il voulait à toutes forces rentrer en la bataille, et là attendre le sort que Notre-Seigneur lui voudrait envoyer, disant qu'il aimait mieux être mort ou pris que fuir honteusement et abandonner ainsi ses gens, et avant qu'il voulût partir, les Français avaient rabattu le seigneur de Talbot, ils l'avaient fait prisonnier et tous ses gens étaient morts, et les Français étaient déjà si avant dans la bataille qu'ils pouvaient à leur volonté prendre ou tuer ceux que bon leur semblait. Finalement les Anglais y furent déconfits avec peu de pertes de la part des Français. Du côté des Anglais il y mourut bien deux mille hommes, et il y eut bien deux cents prisonniers.
  Ainsi alla cette besogne comme vous venez de l'ouïr. Ce que voyant Messire Jean Fastolf, il s'en partit bien malgré lui à très petite compagnie, menant le plus grand deuil que jamais je visse faire à un homme. Et en vérité, il se fut remis en la bataille, n'eussent été ceux qui étaient avec lui, spécialement Messire Jean, bâtard de Thian, et autres qui l'en détournèrent. Il prit son chemin vers Étampes, et moi je le suivis comme étant mon capitaine, auquel le duc de Bedford m'avait commandé d'obéir, bien plus de servir sa personne. Nous arrivâmes une heure après minuit à Étampes où nous couchâmes, et le lendemain à Corbeil.
  Ainsi, comme vous l'entendez, les Français obtinrent la victoire audit lieu de Patay où ils couchèrent cette nuit, rendant grâces à Notre-Seigneur de leur belle fortune. Et le lendemain ils partirent de Patay, qui est situé à deux lieues de Janville. Du nom de cette place, cette bataille portera perpétuellement le nom de journée de Patay. Et de là les Français s'en allèrent avec leur butin et leurs prisonniers à Orléans où ils furent universellement conjouis de tout le peuple.
  Après cette belle victoire, tous les capitaines français qui s'y étaient trouvés, Jeanne la Pucelle avec eux, s'en allèrent vers le roi Charles qui moult les félicita et les remercia grandement de leur service et diligence. Ils lui dirent que par-dessus tout on devait savoir gré à la Pucelle qui, de cette heure, fut du conseil privé du roi (8). Et là il fut conclu d'assembler le plus grand nombre d'hommes de guerre que l'on pourrait dans les pays obéissants audit roi, afin qu'il pénétrât en avant dans les pays et poursuivît ses ennemis.

                                                 


Source : "Anciennes chroniques d'Angleterre" de Jehan de Wavrin par Mlle Dupont, t.I, p.283-287.
Mise en Français modernisé, J.B.J. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc", t.III, p.497-499.

Notes :
1 Jean de la Brosse, seigneur de Sainte-Sevère, de Boussac, fut pourvu de l'office de maréchal de France le 26 mai 1423.
Mort en 1433 (Anselme, VII, 71).

2 André de Laval, seigneur de Loheac et de Rais, amiral et maréchal de France.
Mort en 1486 (Anselme, VII, 72).

3 Cinq cents.

4 Il fut échangé quatre ans plus tard contre Ambroise de Loré. (Dugdale, I, 329).

5 Jean de Thien, dit le Bâtard, fait chevalier au siége de Meaux en 1422, « qui autrefois avoit esté grant capitaine avec les regens des compagnies, sous le duc Jehan de Bourgogne. » (Monstrelet, IV, chap. CCLXIX).
Était capitaine de Senlis dès 1428 (Bib. imp., Mss,, n°94365- a-,fol.17 verso).
Par lettres datées de Rouen le 19 octobre 1430, il est désigné comme étant nouvellement bailli de Senlis (Bib. imp., Mss., Fonds Gaignières, n° 771, p. 97).
Fait prisonnier par les Anglais au siége de Meaux, en juillet 1439, il fut aussitôt décapité (Monstrelet, VII, chap. CCXXXIX).

6 Voici comme ce fait est raconté par Monstrelet (V, chap. LXI) :
  « A la journée de la bataille de Patay, avant que les Anglois sussent la venue de leurs ennemis, messire Jean Fascot, qui estoit un des principaux capitaines..., s'assembla en conseil avecque les autres, et fit plusieurs remontrances : c'est à savoir, comment ils savoient la perte de leurs gens que les François avoient fait devant Orléans et Jargeau, et en aucuns autres lieux, pour lesquelles ils avoient du pire ; et estoient leurs gens moult ébahis et effrayés, et leurs ennemis, au contraire, estoient moult enorgueillis et résignés. Pourquoi il conseilla qu'ils se retrahissent aux chasteaux et lieux tenant son parti à l'environ, et qu'ils ne combattissent point leurs ennemis si en haste, jusques à ce qu'ils fussent mieux rassurés ; et aussi que leurs gens fussent venus d'Angleterre, que le régent devoit envoyer brieve-ment. Lesquelles remontrances ne furent point bien agreables à aucuns des capitaines, et par especial à messire Jean de Talbot ; et dit, que si les ennemis venoient, qu'il les combattroit. Et par especial, comme le dit Fascot s'enfuit de la bataille sans coup férir, pour cette cause grandement lui fut reproché quand il vint devers le duc de Bedfort, son seigneur; et en conclusion, lui fut osté l'Ordre du blanc jarretier, qu'il portait entour la jambe. Mais depuis, tant en partie comme pour les dessusdites remontrances qu'il avoit faites, qui sembloient assez raisonnables, comme pour plusieurs autres excusances qu'il mit avant, lui fut, par sentence de procès, rebaillée ladite Ordre de la Jarretière, jà soit ce qu'il en sourdit grant débat, depuis, entre icelui Fascot et sire Jean de Talbot, quant il fut retourné d'estre prisonnier de la bataille dessusdite. »

7 Le pont conquis, les Anglais auraient longé la rive gauche jusqu'à Baugency, dont la garnison s'était retirée sur le pont que canonnait l'armée française campée sur la rive droite. (Ayroles).

8 Cette assertion ne se trouve que chez Wavrin et est démentie par les faits. (Ayroles)



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire