Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de l'établissement de la fête du 8 mai - index
4ème partie

t le mercredi, quatriesme jour de may l'an vingt et neuf, partit la dicte Pucelle pour aller au devant des autres vivres que nmenoit le sire de Rais, et allèrent avec elle tous les capitaines (et là estoit monseigneur de Dunois, La Hire, messire Florent d'Illiers, le baron de Co[lo]nches) jusques en la forest d'Orléans,
et failloit passer au plus près de la bastille des dits Anglois, nommée Paris. Et quant ceulx de la ville les veirent venir, saillirent au devant pour les recepvoirà grant joye ; et eulx venus audit Orléans, prinrent
leur refection et puis vindrent en l'ostel de la ville requerir habillemens de guerre, comme coulevrines, arbalestes, eschelles et autres habillemens ; et partirent pour aller à Saint-Loup. Et en iceluy jour fut pris d'assault la bastille du dit Saint-Loup ; et là estoient de six à sept vings Anglois combatens. Et ce voyans les autres Anglois, c'est assavoir le dit Tallebot et les autres capitaines des Anglois, issirent de leurs bastilles cinq à six estandars pour cuider lever le siège dudit Saint-Loup jusques près du pavé de Fleury, entre ledit Saint-Loup et leurs dictes bastilles, en belle bataille ; et à celle heure, tout homme yssit hors Orléans pour aller enclore lesdits Anglois ; mais ce voyans, se retrairent à grant haste en leurs bastilles.
  Et avoient de dix à unze bastilles, dont la première estoient les Torelles ; les Augustins, Saint-Jehan-le-Blanc, celle du champ Saint-Privé, et celle de l'Isle Charlemaigne, Saint-Lorent, et Londres, le Pressoer-Ars, Paris et Saint-Loup.
  Item, le cinquiesme may qui estoit le jour feste de l'Ascencion Nostre Seigneur, homme ne fist guerre, car la dicte Pucelle ne le vouloit pas, et chacun reposa en Dieu.
  Item, le vendredi, sixiesme jour du dit may, la dicte Pucelle passa la rivière de Loire et tous les dits seigneurs et gens d'armes, aussi communes, et vindrent devant le Portereau ; et voyans les seigneurs qu'il n'estoit pas possible de les prandre, se retrairent une partie en une isle qui est devant Saint-Jehan-le-BIanc ; et demoura derrière la Pucelle et aussi monseigneur de Dunois, les mareschaulx de France et La Hire. Et ce voyans les Anglois, issirent hors à bel estandart desploié, et venoient sur noz gens frapper. Et quant nos gens veirent ce, se retournèrent à l'encontre et les repossèrent jusques dedans leurs bastilles et prirent les Augustins de bel assault ; et ceux qui estoient en l'isle retraiz, ne demandoient nulz chalans pour venir au dit assault, car ilz passoient à gué tous armez, estans jusques aux aisselles en l'eau, et la demourèrent toute nuyt. Et ce voyans les dits seigneurs que la dicte Pucelle estoit fort folée, la menèrent en la ville pour soy refreschir; et fut crié que chacun portast des vivres au dit siège, et aussi que chacun gouvernast les paiges et chevaulx des hommes d'armes qui estoient hors. Aussi fist-on par toute la ville.
  Item, en celle nuyt, cuidèrent passer la rivière les dits Anglois au droit de la bastille du champ Saint-Privé, et estoient en deux ou trois chalans ; mais ilz furent si effrayés que il s'en noya beaucoup ; et qu'il soit ainsi, depuis a on trouvé de leur harnois en la dicte rivière.
  Et quand fut le samedi, septiesme du dit may, fut tenu conseil en la ville et fut requis de par les bourgeois à la dicte Pucelle que elle voulsist acomplir la
charge que elle avoit de par Dieu et aussi du roy, et ad ce fut esmeue et s'en partit. Monta à cheval et dist : « En nom Dé, je le feray, et qui me aimera si me suyve. » Les dits seigneurs allèrent avec elle, passèrent la rivière, furent menez vivres et artillerie, et vindrent si près que dès le matin fut donné l'assault par elle ausdictes Torelles.
  Et devers ceulx de la ville aussi firent pons pour assaillir, car il y avoit trois arches rompues avant que on peust joindre ausdictes Torelles ; et fut une merveilleuse chose de faire les pons, car ilz avoient faiz grans boloars fors et aventaigeux; mais en tout ce Dieu ouvroit, car quant ung homme venoit pour bescigner ausdits pons, il estoit ouvrier ainsi que s'il eust acoustumé toute sa vie. Ceulx de la ville chargèrent ung grand chalen plain de fagotz, d'os de cheval, savates, souffre et toutes les plus puentes choses que on sceut finer, et fut mené entre les Torelles et le boloart, et là fut boté le feu, qui leur fist ung grand grief ; et à venir joindre, les dits Anglois avoient des meilleurs canons du royaulme ; mais ung homme eust aussi fort getté une bole comme la pierre povoit aller d'iceulx canons, qui estoit un bel miracle.
  Item, quant vint environ quatre heures après midi, aucuns chevaliers veirent ung colon blanc voler par sus l'estandart de la dicte Pucelle, et incontinent elle dist : « Dedans, enffens, en nom Dé, ilz sont nostres !» Et oncques on ne veit grouée d'oisillons eulx parquer sur ung buisson comme chacun monta contre le dit boloart. Et ce voyant, ledit Clacidas, qui estoit chef, avec luy de vingt à trente hommes, cheurent de dessus le pont dedans la rivière, car ils avoient copé le dit pont pour cuider tromper noz gens ; et là fut accompli la prophétie que on avoit [faict] au dit Clacidas, c'est assavoir la Pucelle, qu'il mourroit sans seigner ; aussi fist-il, car il se noya et plusieurs autres ; et furent prises les dites Torelles, et plusieurs seigneurs, comme le sire de Poains, le sire de Molins ; et estoient léans de cinq à six cens combatans et gens d'élitte, car ilz estoïent si obstinez qu'ilz ne creignoient pour quinze jours toute la puissance de France ne d'Angleterre. Et si la dicte Pucelle faisoit son devoir, ceulx de la ville le faisoient de devers la ville, tant par terre que par eaux. Et les amena on au dit Orléans deux à deux tous prisonniers, ceulx qui ne furent tuez.
  Item, quant vint le dimenche, huitiesme dudit may, les autres bastilles tindrent conseil et se partirent au plus matin ; et là estoit ledit Tallebot ; et se misdrent sus les champs. Et ce voyans ceulx de la ville, yssirent hors à toute puissance avec ladicte Pucelle pour leur courir sus ; mais elle dist que on les laissast aller, et non pour tant que chacun estoit en bataille tant d'un costé comme d'autre ; et prist on entre les deux batailles leurs bombardes et artillerie ; mais ladicte Pucelle avec les seigneurs feirent retraire tous leurs gens, et là fut faicte une haulte et grande louenge à Dieu en criant Noel. Et en la compaignie avoit plusieurs prestres et gens d'église qui chantoient belles ympnes ; et dist ladicte Pucelle que chacun allast oyr messe. Et ne doubtez pas se audit Orléans chacun faisoit grant joye, tant ès églises, comme en appert, pour le grant don que Dieu leur avoit fait.


   

                                                         

  Le mercredi quatrième jour de mai l'an vingt-et neuf, la Pucelle partit pour aller au-devant des autres vivres qu'amenait le sire de Rais. Allèrent avec elle jusqu'à la forêt d'Orléans tous les capitaines, parmi lesquels Mgr de Dunois, La Hire, Messire Florent d'Illiers, le baron de Collonches, et il fallait passer au plus près de la bastille des Anglais nommé Paris.
  Et quand ceux de la ville les virent venir, ils sortirent au-devant pour les recevoir à grande joie. Arrivés à Orléans, ils prirent leur réfection, et puis vinrent en l'hôtel de la ville requérir des machines de guerre comme coulevrines, arbalètes, échelles, et autres armements ; et ils partirent pour aller à Saint-Loup ; et en ce jour fut prise d'assaut la bastille de Saint-Loup, et là étaient de six à sept-vingts combattants anglais.
  Les autres Anglais, c'est à savoir ledit Talbot et les autres Anglais de son parti, ce voyant, sortirent de leurs bastilles en belle bataille, à cinq ou six étendards, jusque près du pavé de Fleury, entre Saint-Loup et leurs bastilles, dans le but de faire lever le siège dudit Saint-Loup ; et à cette heure tout homme sortit d'Orléans pour aller enclore lesdits Anglais; mais, en ce voyant, ils se retirèrent en grande hâte dans leurs bastilles. Ils avaient de dix à onze bastilles, dont la première était les Tourelles, et les autres les Augustins, Saint-Jean-le-Blanc, celle du champ Saint-Privé, celle de l'Ile-Charlemagne, Saint-Laurent, Londres, le Pressoir-Ars, Paris et Saint-Loup.
  Le cinquième jour de mai, qui était le jour de la fête de l'Ascension de Notre-Seigneur, pas homme ne fit la guerre ; la Pucelle ne le voulait pas, et chacun reposa en Dieu.
  Le vendredi, sixième jour du même mois, la Pucelle passa la rivière de la Loire, et avec elle tous lesdits seigneurs et gens d'armes, et aussi ceux des communes, et ils vinrent devant le Portereau. Les seigneurs, voyant qu'il n'était pas possible de prendre ces bastilles, se retirèrent une partie en une île qui est devant Saint-Jean-le-Blanc. La Pucelle demeura derrière et aussi Mgr de Dunois, les maréchaux de France et La Hire. Les Anglais, ce voyant, sortirent dehors à bel étendard, et ils venaient frapper sur nos gens. Quand nos gens virent cela, ils se retournèrent à l'encontre et les repoussèrent jusque dedans leurs bastilles, et ils prirent les Augustins de bel assaut ; et ceux qui étaient retirés en l'île ne demandaient nuls chalands pour venir audit assaut ; ils passaient à gué tout armés, étant en l'eau jusqu'aux aisselles, et ils demeurèrent là toute la nuit. Les seigneurs, voyant que la Pucelle était fort fatiguée, la menèrent en la ville pour s'y reposer; et il fut crié que chacun portât des vivres aux assiégeants, et aussi que chacun gouvernât les pages et les chevaux des hommes d'armes qui étaient en dehors. Ainsi fit-on par toute la ville.
  Durant cette nuit, les Anglais essayèrent de passer la rivière en face de la bastille du champ Saint-Privé ; ils étaient en deux ou trois chalands, mais ils furent si effrayés qu'il s'en noya beaucoup ; et, qu'il en soit ainsi, on le vit depuis par leurs harnois trouvés en la rivière.
  Quand arriva le samedi, septième de mai, un conseil fut tenu en la ville, et les bourgeois requirent la Pucelle qu'elle voulut accomplir la charge qu'elle avait de par Dieu et aussi de par le roi; et à ce faire elle fut émue ; elle partit, et, montant à cheval, elle dit: « En nom Dieu, je le ferai, et qui m'aimera, qu'il me suive ! » Les seigneurs allèrent avec elle et passèrent la rivière ; des vivres et de l'artillerie furent amenés ; et ils vinrent si près que, dès le matin, la Pucelle donna l'assaut auxdites Tourelles.
  Devers la ville, ceux qui y étaient firent des ponts pour donner l'assaut ; car il y avait trois arches rompues avant que l'on pût joindre les Tourelles. Ce fut une merveilleuse chose de faire les ponts, car les Anglais avaient fait de grands boulevards, forts et avantageux ; mais en tout cela Dieu ouvrait, car lorsqu'un homme venait pour travailler auxdits ponts, il était ouvrier, ainsi que s'il eût accoutumé pareil travail toute sa vie. Ceux de la ville chargèrent un grand chaland plein de fagots, d'os de cheval, de savates, de soufre, et des plus puantes choses que l'on sût trouver ; il fut mené entre les Tourelles et le boulevard, et là le feu y fut mis, qui leur fit un grand dommage. Et, pour tirer, les Anglais avaient les meilleurs canons du royaume; mais un homme eût jeté une boule aussi loin que pouvait aller la pierre d'iceulx canons ; ce qui était un beau miracle.
  Item. Quand vint environ quatre heures après midi, quelques chevaliers virent un colombeau blanc voler par-dessus l'étendard de la Pucelle, et incontinent, elle dit : « Dedans, enfants! en nom Dieu, ils sont nôtres. » Et jamais on ne vit volée d'oisillons se parquer sur un buisson, comme chacun monta sur ledit boulevard. Et, ce voyant, Glacidas, qui était le chef, et avec lui de vingt à trente hommes, tombèrent dans la rivière, car ils avaient coupé le pont dans la pensée de tromper nos gens. Et là fut accomplie la prophétie faite audit Glacidas par la Pucelle qu'il mourrait sans saigner ; ainsi fit-il, car il se noya avec plusieurs autres. Les Tourelles furent prises, ainsi que plusieurs seigneurs comme le sire de Ponyngs, le sire de Molyns. Il y avait là de cinq à six cents combattants, si résolus qu'ils ne craignaient pas, durant quinze jours, toute la puissance de France et d'Angleterre. Tandis que la Pucelle faisait son devoir, ceux de la ville le faisaient du côté de la ville tant par terre que par eau. Quant à ceux qui ne furent pas tués, la Pucelle les amena deux à deux, prisonniers, à Orléans.
  Item. Quand vint le dimanche, huitième dudit mai, les gens des autres bastilles tinrent conseil, et partirent au plus matin; là était Talbot, et ils se mirent aux champs. Ce que voyant ceux de la ville, ils sortirent avec toutes leurs forces, la Pucelle avec eux, pour leur courir sus ; mais elle dit qu'on les laissât aller, encore que chacun fût en ordre de bataille, tant d'un côté que de l'autre ; et l'on prit entre les deux armées leurs bombardes et leur artillerie ; mais la Pucelle avec les seigneurs firent retirer tous leurs gens ; là fut faite une haute et grande louange à Dieu en criant Noël. Il y avait en la compagnie plusieurs prêtres et gens d'Eglise qui chantaient de belles hymnes ; et la Pucelle dit que chacun allât ouïr la messe. Et ne demandez pas si à Orléans chacun faisait grande joie, tant aux églises comme en plein air, pour le grand don que Dieu leur avait fait.

                               
                  


Sources : Texte original : Jules Quicherat - t.V, p.285 à 299.
Mise en Français plus moderne : J.B.J. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc", t.III, p.296 à 309.

Notes :
1 Le manuscrit de Saint-Pétersbourg porte simplement : Vinrent nouvelles de ladite Jeanne la Pucelle.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire