Accueil                                                         Admin
06 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Histoire de Charles VII - index
L.II-VI - Dévastations et pillages commis dans la malheureuse France.

er utriusque enim partis armatos, qui assidue alii in aliorum terminos incursabant, captivi rustici ad castra et municiones ducebantur, ut, tetris e clausi carceribus et in specubus retrusi atque eciam variis cruciatibus et tormentis affecti, sese quanta pecuniarum summa ab eis consequi sperabatur redimerent. Erat in foveis et specubus castrorum et turrium invenire pauperes colonos ex agris abductos, interdum in una fovea centum, interdum ducentos, et alibi quidem plus, alibi minus, secundum quod vel major vel minor predonum numerus illic aderat; quorum quidem sepe magnus numerus, eorum quibus impossibile erat petitas ab eis summas atque requisitas persolvere, nullam in eos prorsus misericordiam predonibus habentibus, fame, inedia et carceris squalore necabantur. In cruciatibus vero et tormentis, sibi ad extorquendum summas poposcitas, quibus se redimerent, adhibitis sepe deficiebant. Tanta rabies avaricie et crudelitatis animis predonum insederat, ut nulla prorsus miseracione in pauperes ac supplices moverentur. Quin ymmo, instar sevissimarum bestiarum, in innocentes ac supplices agrorum cultores sevire delectabat plerosque ex ipsis predonibus.
  Preter eos vero, qui pro Francorum partibus se militare dicebant, et, licet plerumque absque ordine et stipendio, tamen opida vel castra incolebant, que Francis parerent, et sese ac predas suas in eisdem receptabant, erant alii sine numero desperati atque perditi homines, qui seu socordia seu Anglorum odio vel libidine aliena rapiendi seu consciencia criminum stimulati, ut legum evaderent laqueos, relictis agris et domibus propriis, non quidem Francorum opida seu castra incolerent aut in eorum exercitibus militarent, sed ferarum more ac luporum dempsissima silvarum et inaccessa loca tenebant, unde, esurie ac famis perurgente rabie, exeuntes plerumque noctu et in tenebris, aliquando eciam interdiu, sed rarius, agricultorum irrumpentes domos, bonis eorum direptis, eosdem captivos ad suas in silvis occultissimas latebras abducebant et eos illic variis excruciantes tormentis ac inediis, ad magnas pro sua redempcione et liberacione pecuniarum summas et alia que usui suo necessaria putarent coartabant, ad quem statuissent locum prefinito die deportandas. Ad quod si deficerent, vel quos ob-sides reliquissent inhumanissime tractabantur, vel ipsi, si iterum ad eos comprehendendos latrunculi ipsi potuissent pervenire, necabantur, aut eorum domus, igne noctu clam apposito, cremabantur.
  Hoc siquidem genus desperatorum hominum, qui vulgo Brigandi appellabantur, mirum in modum in Normannia et adjacentibus provinciis atque terris, quas Anglici occupabant, invaluit et earum incoles terrarum vexavit et agros populavit.
  Et quamvis capitanei atque duces Anglorum, eo quod, dum ipsos Anglicos apprehendere potuissent, sine ulla miseracione interficiebant, multum cure ac diligencie pene semper habuerint ut hujuscemodi pestilencium ferarum genere provinciam expurgarent, ita ut quoscumque ex eis comprehendere poterant illico furcis ac patibulis suffigerent, nunquam tamen semen illud ulla diligencia vel arte exterminare potuerunt, quamdiu Normanniam incoluerunt ac tenuerunt. Verum siquidem et experimento liquido approbatum consilium fuerit, quod quidam sacerdos Normannie inter Anglicos plures, in mensa sedens, eis prebuit. Dum enim inter se de hujusmodi Brigandis quererentur, colloquendoque unumquemque eorum qui mense astabant requirerent ut suam diceret opinionem, quanam via seu ingenio hujuscemodi nequissimum hominum genus a patrie finibus arceri posset, cum unusquisque Anglorum, unus unam, alius aliam sentenciam dixisset, tandem ad illum bonum presbyterum deventum est. Qui, requisitus ut ipse suam eciam diceret sentenciam, multis quidem propositis excusacionibus, rogabat ut sibi velud rerum talium ignaro atque inexperto parceretur, cum nec sacerdotali professioni conveniret de talium facinorosorum suppliciis disceptare. Cum vero nichilominus urgeretur ut sentenciam diceret, rogata primum ac postulata venia ut, si quid insulcius diceret, sue ignorancie parceretur, que ab omnibus quidem illic astantibus concessa fuit, unum solum videri sibi apponi posse atque superesse remedium dixit, si Anglici omnes Gallia excederent et in Angliam, natale eorum solum, redirent; tunc enim, procul dubio, ipsis abeuntibus, simul et Brigandi in terra esse desinerent. Quod verissimum fore postea compertum fuit. Nam illico ut Anglici, Normannia ejecti, ad propria reverti compulsi sunt, patria illo pestilenti hominum incommodo libera reddita est. Qui enim ex illo latrocinandi officio supererant (et multi quidem erant), vel in numerum milicie atque ad stipendia recepti sunt, vel ad domos suas revertentes, agrorum culture intenderunt, aut, si artem didiscerant, ex ea procurare sibi, uxoribus ac liberis necessaria vite curaverunt.
  Quamdiu vero Anglici terram tenuerunt, ut diximus, continuo patriam pene ubique infestantes et luporum more ex latibulis atque antris silvarum exsilientes, quos poterant vicinos, maxime ac sibi familiarius notos, capti-vabant, spoliabant, interdum eciam aliquos presertim Anglicos enecabant. Quibus eciam tam efferata rabies incesserat, ut nec sacerdotibus Dei pro reverencia dignitatis ordinisque sacerdotalis ab eis parceretur, nec eos Apolinis infula texerit, quominus si possent, ut ceteri captivarentur vel spoliarentur ab ipsis.
  Et licet, ut jam diximus, Anglici, quorum potissime vite tendebant insidias, eos, cum potuissent, sine ulla miseracione trucidantes, frequentissime perquirerent, perlustrantes silvas, et cum armatorum cohortibus et canibus eas cingentes et pervagantes plurimosque comprehensos vel statim perimerent vel vivos ad judices regios supplicio afficiendos contraderent (erat enim publico edicto occidentibus sive ad justiciam deducentibus Brigandos certum salarium de fisco regio propositum et constitutum, quo procliviores milites Anglorum ad extinguendum illud pestiferum latronum genus redderentur), tamen, more ydre, de quo poete velut serpente quodam locuti sunt, uno succiso capite, tria semper renasci videbantur.
  Feruntur aliquando in anno uno in Normannia variis in locis ac judicum tribunalibus, tam de ipsis quam eorumdem receptatoribus, quibus non dissimile judicium reddebatur, publico judicio vel capite plexi vel patibulis affixi ultra decem millia. Sciri enim hoc facile poterat ex publicis raciociniis, cum, ut premisimus, pro capite cujuslibet ad judicem adducti vel eciam in prosecucione perempti premium propositum exsolveretur. Et tamen nec tali diligencia atque cura reddi potuit ab illa peste patria libera et immunis donec, dicione ac potestate Anglorum exuta, sub Francorum naturale terre imperium restituta fuit.
  Talibus igitur malis, dum utriusque parcium capitanei et armati vel astu vel dolo seu per insidias aut tradimenta et prodiciones diverse partis civitates, opida et municiones, pocius quam armis et bellica fortitudine, quociens possent, studerent acquirere sibi, agros populare, colonos abducere, cruciatibus vel necare vel affligere ; dum eciam qui Brigandi appellabantur nulli agrorum cultori aut alteri quietem ullam permitterent, effectum est longo temporis intervallo ut vastitas illa et desercio horrenda tantarum regionum, sicut jam prediximus, sequeretur. Quid cladem referam Carnuti, quid Cenomannensem, quid Pontisare, insignissimi quondam atque florentissimi opidi, quid Senonensis, quid Ebroicis civitatum, et aliorum quamplmimorum locorum, que per insidias aut prodiciones et tradimenta, nonnulle eciam non semel tantum capte, sed sepius hostium ac predonum direpcioni atque ludibrio patuerunt ? Quibus similem fere exitum fecerunt innumera pene per omnem Galliam loca, quorum si singula infortunia et exiciabiles casus referre vellemus, multa nobis librorum volumina implenda essent.
  Sed ad aliqua memoratu digniora veniendum est, ne legentibus onerosi fastidiosique inveniamur.

                                                         

  En effet, les gens d'armes des deux partis, qui faisaient de constantes incursions les uns chez les autres, emmenaient les paysans prisonniers dans les châteaux et les forteresses et, les enfermant dans des prisons infectes ou des culs de basse fosse, les martyrisant de toutes sortes de manières, tentaient de les contraindre à se racheter en payant les fortes rançons qu'ils leur fixaient. Il arrivait qu'on trouvât dans les caves et dans les souterrains des châteaux ou des tours de ces pauvres paysans arrachés à leurs champs, ici cent, là deux cents, ailleurs davantage, selon qu'il y avait un plus ou moins grand nombre de ravisseurs. Souvent beaucoup d'entre eux, dans l'impossibilité d'acquitter les sommes que l'on exigeait d'eux, ne trouvaient auprès des pillards aucune pitié et mouraient de faim, de faiblesse et de vermine. Souvent, dans les persécutions et les tourments mêmes qu'on leur faisait subir pour leur arracher les sommes qu'on réclamait d'eux, ils tombaient en défaillance. Et telle était la rage de cupidité et de cruauté chevillée au cœur des pillards qu'aucune espèce de compassion ne les animait en faveur des pauvres et des suppliants. Bien plus, à l'instar des animaux les plus cruels, la majeure partie de ces pillards éprouvaient un plaisir particulier à accabler les paysans innocents et réduits à merci.
  Mais, en dehors de ceux qui prétendaient combattre pour le camp français et qui, bien que la plupart du temps sans formation régulière et sans solde, habitaient les places et les châteaux soumis aux Français et s'y retiraient avec leur butin, il y avait aussi en très grand nombre des hommes désespérés et perdus qui, soit par lâcheté, soit par haine des Anglais, soit par désir de s'emparer du bien d'autrui, soit que, conscients de leurs crimes, ils voulussent échapper au filet des lois, ayant quitté leurs champs et leurs maisons, n'habitaient pas à la vérité les places ou les châteaux des Français et ne combattaient pas dans leurs rangs, mais, à la manière des bêtes sauvages et des loups, vivaient au plus épais et au plus inaccessible des forêts. De là, tenaillés et rendus enragés par la faim, ils sortaient presque toujours la nuit, à la faveur de l'obscurité, quelquefois, mais plus rarement, pendant le jour, envahissaient les maisons des paysans, s'emparaient de leurs biens, les emmenaient prisonniers dans leurs introuvables repaires des bois, et là, par toute sorte de mauvais traitements et de privations, les obligeaient à porter à lieu et à jour fixés de grandes sommes d'argent pour leur rançon et libération, ainsi que d'autres objets qu'ils jugeaient indispensables à leur usage. En cas de manquement, ou bien ceux que les paysans avaient laissés pour otages subissaient le traitement le plus inhumain ou ces paysans eux-mêmes, si les pillards parvenaient à les reprendre, étaient massacrés, ou bien encore leurs maisons, mystérieusement allumées pendant la nuit, brûlaient.
  Ces hommes capables de tout, qu'on appelait communément les Brigands, faisaient merveille en Normandie, ainsi que dans les provinces voisines et dans les terres occupées par les Anglais, mettant en coupe réglée les habitants et dévastant les campagnes.
  Les capitaines et chefs anglais s'employèrent presque toujours avec beaucoup de soin et d'activité à purger la province de ces bêtes féroces, d'autant que les Brigands, lorsqu'ils pouvaient s'emparer d'Anglais, les mettaient à mort sans pitié. Aussi, quand ils réussissaient à se saisir de quelques-uns d'entre eux, les Anglais les faisaient-ils pendre aussitôt aux fourches et aux gibets. Et pourtant jamais leur zèle ni leur habileté ne parvinrent à exterminer cette mauvaise graine, tant qu'ils habitèrent et possédèrent la Normandie. L'expérience, au contraire, aura prouvé clairement l'excellence du conseil que leur donna, un jour qu'il se trouvait à table au milieu de plusieurs Anglais, certain prêtre de Normandie. Comme ils se plaignaient entre eux de ces Brigands et que, tout en causant, ils demandaient à chacun des convives de faire connaître par quel moyen ou par quelle ruse on pourrait débarrasser le pays de ces malfaiteurs, après que les Anglais eurent donné chacun son avis, le tour vint enfin de ce bon prêtre. On lui demanda de dire aussi ce qu'il en pensait. Il allégua d'abord plusieurs excuses, priant qu'on l'épargnât, ignorant qu'il était, assurait-il, et inexpérimenté de telles choses et protestant que son état sacerdotal ne s'accommodait pas de disputer sur les peines à infliger à de tels criminels. Néanmoins on insista de façon pressante pour qu'il donnât son avis. Alors, après avoir demandé et prié qu'on pardonnât à son ignorance s'il disait une balourdise, ce qui lui fut accordé par tous les assistants, il opina qu'à ce qu'il lui semblait il ne restait à appliquer qu'un seul remède, à savoir que tous les Anglais quittassent la France et retournassent en Angleterre, leur pays natal ; car, sans nul doute, eux partant, les Brigands cesseraient pareillement d'habiter le pays. Rien n'était plus vrai, ainsi qu'on l'a reconnu plus tard. Car aussitôt que les Anglais, chassés de Normandie, furent contraints de rentrer chez eux, le pays fut délivré de cette peste. Ceux qui restaient de ces spécialistes du pillage (et ils étaient nombreux) furent accueillis comme soldats réguliers et touchèrent une solde ; ou bien, retournant chez eux, ils se mirent à cultiver la terre, ou bien, s'ils avaient appris un métier, ils s'employèrent à procurer le nécessaire à eux-mêmes, à leurs femmes et à leurs enfants.
  Tant que les Anglais occupèrent le pays, comme nous l'avons déjà dit, répandus continuellement à peu près partout et sortant à la façon des loups de leurs cachettes et de leurs tanières, ils s'emparaient de leurs voisins quand ils le pouvaient, surtout de ceux qu'ils connaissaient plus intimement et les dépouillaient ; et même parfois ils en tuaient quelques-uns, des Anglais principalement. Ils étaient animés d'une rage si farouche que les prêtres de Dieu, malgré le respect dû à la dignité et au caractère sacerdotaux, ne trouvaient pas grâce devant eux ; même revêtus des ornements sacrés, les Brigands s'emparaient de leurs personnes et les dépouillaient s'ils le pouvaient, tout comme les autres.
  Ainsi que nous l'avons dit, ils s'attaquaient surtout à la vie des Anglais, les massacrant, lorsque l'occasion s'en présentait, sans aucune pitié. Ceux-ci les recherchaient constamment, fouillant les bois, qu'ils entouraient et parcouraient en tout sens avec des troupes d'hommes armés et des chiens, car il était alloué par édit public une prime sur le trésor royal à ceux qui tuaient des Brigands ou qui les livraient à la justice, ce qui rendait les soldats anglais plus, enclins à anéantir cette dangereuse engeance. Cependant, comme chez l'hydre, cette espèce de serpent dont parlent les poètes, à la place d'une tête coupée trois autres repoussaient sans cesse.
  En une seule année, dit-on, en Normandie, en divers lieux et tribunaux, tant de ces Brigands que de ceux qui leur donnaient asile (les seconds étant du reste traités comme les premiers), on en condamna à mort en jugement public et on en pendit plus de 10,000 : chose facile à déduire de l'examen des comptes publics, puisque, ainsi que nous l'avons dit, une prime était payée par tête de Brigand livré à la justice ou tué au cours d'une battue. Malgré tant de soins, le pays ne put être délivré et nettoyé de cette peste jusqu'à ce que, la domination anglaise ayant disparu, il eût été rendu aux Français, ses maîtres naturels.
  D'une part, donc, capitaines et soldats des deux partis, cherchant aussi souvent qu'ils le pouvaient, soit par fourberies, ruses, pièges et trahisons, plutôt que par les armes et force de guerre, à gagner les villes, les places et les forteresses de l'adversaire, à ravager les campagnes, à emmener les paysans prisonniers, à leur infliger les vexations les plus cruelles ou à les faire mourir ; de l'autre, les Brigands, comme on les appelait, ne laissant aucune tranquillité aux paysans ni à personne : voilà les maux qui causèrent si longtemps cette horrible dévastation de régions si étendues ! Raconterai-je la ruine de Chartres, celle du Mans, celle de Pontoise, place autrefois très insigne et très florissante, celle de Sens, d'Évreux et de tant d'autres localités qui, prises par ruse, perfidie et traîtrise, quelques-unes même non pas une fois, mais plusieurs, furent livrées toutes grandes au pillage et au bon plaisir des ennemis ou des Brigands ? Le nombre est presque incalculable des localités qui, en France, subirent le même sort, et, si nous voulions rapporter un à un leurs malheurs et leurs cas lamentables, il nous faudrait remplir des volumes entiers.
  Mais il faut en venir à quelques événements plus dignes de mémoire, pour que les lecteurs ne nous trouvent pas pesant et ennuyeux.

            
                                     


Source : "Histoire de Charles VII" par Thomas Basin - éd. et traduction Ch.Samaran - 1933.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire