Accueil                                                         Admin
21 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Georges Chastellain - index
L.II, chap. 47 - Comment Jehanne la Pucelle fut jugiée et arse à Rouen

n a bien mémoire comment cette femme que les Français appelaient la Pucelle avait été prise dans une sortie qu'elle fit devant Compiègne contre les Bourguignons, et comment Messire Jean de Luxembourg la tint pendant quelque temps prisonnière en son château de Beaurevoir.
  Il l'envoya ensuite à Rouen entre les mains du roi anglais et de ses officiers pour la faire dûment interroger et examiner sur son état et sa condition. Ses faits recouvraient plusieurs hérésies et étranges choses bien périlleuses, sur lesquelles il était nécessaire d'avoir un très grand et très mûr conseil pour en décider salutairement en vraie et bonne justice, comme le cas le demandait.
  C'est la vérité qu'après que cette Jeanne, dite la Pucelle, eût été prise et délivrée entre les mains du roi anglais, l'évêque du diocèse où elle avait été prise l'avait fait demander très instamment, afin de l'avoir devers lui pour l'examiner comme son juge ordinaire. Pour ce motif il avait même envoyé vers le roi anglais en la cité de Rouen où il se tenait. Le roi, considérant que le cas était fort raisonnable, la lui délivra volontiers. Ledit évêque commit pour être examinateur avec lui le vicaire de l'inquisiteur de la foi, s'adjoignant en outre grand nombre de maîtres en théologie, de docteurs solennels qui tous assistèrent aux interrogatoires. Toutes les hérésies, superstitions et erreurs dans lesquelles cette femme était tombée, clairement connues et prouvées, tant par sa propre confession comme par diverses investigations et claires circonstances de son cas, lesdits examinateurs les ayant notées par points et par articles, les envoyèrent à Paris pour être considérées et discutées publiquement en l'Université, afin que jamais, en nul temps à venir, ils ne pussent être notés pour avoir procédé légèrement en ce cas, par affection ou par haine, mais seulement en toute voie d'équité, et en vue du salut des âmes, pour qu'il pût et dût apparaître à tout le monde que tout avait été bien et justement fait. Ces points vus et examinés en assemblée générale furent, après mûre délibération de toute l'Université, jugés et condamnés comme pleins de dol et des méchancetés de l'ennemi, et en même temps ladite Jeanne fut jugée hérétique, blasphémeresse contre Dieu, et superstitieuse devineresse.
  Cette condamnation prononcée par toutes voies contre la personne et les aveux de Jeanne, les examinateurs, au nom de sainte Église qui voudrait sauver toutes les âmes, les réduire à vrai et bon état, sans faire mourir personne par justice séculière, se contentant d'une punition salutaire en prison ou autrement, les examinateurs n'omirent aucun effort, aucune peine, firent de longues et de diverses instances pour que cette femme rétractât les fausses déceptions par lesquelles l'ennemi l'avait conduite, pour qu'elle retournât à la vraie lumière de vérité et contrition [de ses péchés], délaissant les fausses et erronnées opinions et imaginations qu'elle avait conçues et qu'elle maintenait contre l'honneur de la divine majesté, et pour sa perpétuelle damnation ; mais leurs instances et leurs labeurs portèrent si peu de fruit qu'à cause de la diabolique obstination en laquelle elle persévérait et voulait persévérer toujours, elle fut livrée finalement à la justice séculière, à Rouen, pour faire d'elle ce qu'elle en jugerait. L'Église se désintéressa d'elle après avoir bien saintement fait son devoir, et elle laissa la justice temporelle agir selon l'appartenir du cas.
  Comment toute l'affaire avait été conduite et démenée, le roi anglais le notifia expressément au duc de Bourgogne, son oncle, par ses lettres, dont la teneur est celle qui suit : « Très cher et très aimé oncle, etc. » [suivent les lettres déjà rapportées dans la Chronique de Monstrelet.] Chastellain ajoute : « Le roi d'Angleterre signifia ces choses au duc de Bourgogne, afin que cette exécution fut publiée par lui, comme par les autres princes chrétiens dans tous ses pays et auprès de ses sujets, pour abolir et extirper l'erreur et les mauvaises créances qui, sur cette femme, étaient déjà éparses par toute la chrétienté.
» (1)

                                                 


Source : texte original : Quicherat, t.IV, p.440
Mise en Français modernisé, J.B.J. Ayroles, "la vraie Jeanne d'Arc", t.III, p. 459.


Notes :
1
Quicherat n'a pas repris ce chapitre dans ses extraits de Chastellain. (t.IV).



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire