Accueil                                                         Admin
06 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


La chronique de Morosini
Lettre 16 - index

ouvelles reçues le 1er février.
Copie d'une lettre datée de Bruges du 4 janvier. Elle est de sire Pancrace Justiniani, fils de Messire Marc, lequel est lui-même fils d'Orsato.


  Très cher père, le 8 du mois dernier je vous écrivis tout ce que nous savions de nouveau. Je vais vous raconter ce que nous savons être arrivé ensuite.
  Depuis environ le 20 du mois dernier jusqu'à aujourd'hui nous avons eu ici en permanence un ambassadeur du roi de France au seigneur duc et aux Anglais. La trêve qui finissait à Noël a été prolongée pour un plus long temps, pour tout le mois de février. Voilà d'étranges choses, difficiles à expliquer. Plusieurs chuchotent secrètement qu'il y a accord entre le duc et le roi de France, d'autres disent le contraire. Je suis de ceux qui pensent le contraire. Je crois que le duc enverra ses hommes au secours
des Anglais, mais qu'il n'ira pas personnellement. Il restera dans ce pays pour faire plaisir à sa nouvelle femme... [Il est question d'une ambassade
de Charles de Bourbon, dont Pancrace avoue ne pas connaître l'objet.]

  Les hommes du duc d'Alençon font en Normandie grande guerre aux Anglais. Ils s'emparent de tous les châteaux et de toutes les forteresses. Ces jours derniers ils se sont conquis une position importante par le nombre des habitants et par son site, nommée Louviers. Il y avait cinq cents Anglais qui tous y trouvèrent la mort. La ville se soumit par composition.
  Un secrétaire du duc d'Orléans, prisonnier en Angleterre, qui venait de vers le roi de France, est passé par ici muni d'un sauf-conduit du duc et des Anglais. Il a dit verbalement, et je le crois parce qu'il est un homme qui mérite confiance, que les troupes du roi avaient pris La Charité-sur-Loire et quelques autres places qui tenaient pour le duc. Il ne resterait plus à soumettre que Chartres et Paris ; je parle de la France. Tout a été emporté d'assaut, et pour dire tout ce qui se raconte (vous en croirez ce que vous voudrez) l'on attribue toutes ces conquêtes à la Pucelle, ainsi que mille autres merveilles. Si elles sont vraies, a domino facta est ista, et voilà de nos jours de grands prodiges.
  Le roi de France est en bon point ; on le sait avec certitude. Il a obtenu du Languedoc et de tous les pays soumis à son obéissance de très grands subsides en argent, et en hommes. Il a une grosse armée pour être prêt au printemps. C'est l'opinion de tous, et moi je ne pense pas autrement, qu'il y aura certainement une grande effusion de sang, si Dieu n'y met pas la main; que le Christ y porte remède par la sainte grâce.
  Le duc de Bedford, qui était régent de France, se tient, paraît-il, à Rouen pour garder le pays dans la mesure où il le peut. Il paraît encore que, il y a peu de jours, environ trois mille Anglais sont venus lui donner aide. On tient pour certain qu'au beau temps le roi d'Angleterre débarquera avec grande puissance. C'est ce que tout le monde croit...

[Suivent des détails sur le débarquement de la nouvelle épouse du duc de Bourgogne, et les splendeurs des fêtes qui s'annonçaient comme d'un extraordinaire éclat, ainsi qu'elles le furent en réalité.]

                                                       

XVI (pages 1058-1060, f° 516). (1)

Mccccxxviiij. Rezevuda ady primo de fevrer.
Esenplo d'una letera vegnuda da Bruzia de iiij. de zener, eser da dire da ser Prangatil Zustignan de miser Marcho fo de miser Orsato.

  Carisimo padre, ady viij. del pasado ve scrisi quanto iera de nuovo sentivemo, e avemo per questa quelo è seguido da può eser.
  Circha a dy xx de l'altro fina qua 1'anbasada del re de Franza a questo signor ducha de Borgogna e ingelexi, la trieva che spirava a Nadale son stada longada altermene che sera per tuto fevrer ; è stranie cose a intender queste; trazie molty tien in secretis che lia sia d'acordo, e molty el contrario, e my son uno de queli che tien el contrario, e credo de giente darà favor a ingelexi, ma che la soa persona ne vada o nè creda, anzi sarà in questo paixe con la nuova spoxa a darli piaxer; e perda chi voia, lu non può venzer tal asenplo li date a tanta dignita, ma ve se conceso consentirè fone ancora l'anbasada de Carlo de Barbon so cuxin, la caxion non n'ò may posudo saver.
  La giente del ducha de Lanson in Normandia fa grande vera con 1'ingelexi, e prende tute chastele e forteze, e a i dy pasady prexe unatera che si è da persone e stazone asay dita Loviel, del qual luogo iera vc. ingelexi, che tuti i morino, e questa i ave per tratado.
  Per uno sacretario del ducha d'Oriens, ch'e prixion in Engletera, che vien de ver el re de Franza aver parlado, e pasado de qui con salvoconduto da questo signor e da ingelexi, dixe a bocha, e chusy credo, perche e homo da darli fede, che la giente del re aveva prexo la Chiaretè su Lera, e alguni altry luogi se tegniva per questo signor, e che altro non resta che Ziaves [?] e Parixi, digo in Franza, e tuto d'arsalto, e plu dirò ancora quelo se dixe, e credeteme quelo ve par, dixe la poncela far tute queste cose e mile altre meraveie, che, se le sono vere, a domino facta est ista, ed è gran meraveia ai dy nostry.
  El re de Franza se truova in bon ponto, e questo se sa certo, e à abudo de ver Lenguadocha e tuto so paixe grandisima sovencion de dinary e de giente ; l'à uno estremo exercito per eser presto a tenpo nuovo, e de certo per la hopinion de tuti, e chusi credo, se Dio non ge mete le man, e per eser una gran sparsion de sangue. Cristo per sua santa merzè ne proveza.
  El ducha de Betiforte, che iera regiente de Franza, se tiene pare in Roan in Normandia ala guardia del paixe, al meio el può, e par in questi puochi dy pasa in sa aiuto circha tre mile ingelexi, e de certo se tiene el re de Ingletera con grandisima posanza pasera a tenpo nuovo, che cusi crede ogni omo.

                               
                  


Source : Présentation, traduction et texte original de J.B.J. Ayroles : " La vraie Jeanne d'Arc" - tome III "La libératrice", p.567.

Remarques d'Ayroles sur cette lettre :
[Pancrace Justiniani avait parfaitement raison de ne pouvoir pas s'expliquer la prolongation des trêves, et il devinait bien les
intentions du duc de Bourgogne. On exagérait à Bruges les succès des Français en Normandie. Le secrétaire du duc d'Orléans outrait sans mesure les conquêtes du parti national. La Pucelle, à cette date, de retour de l'échec contre La Charité, était contre son vouloir retenue à la cour, et Charles VII était loin de posséder en argent et en hommes les ressources qui lui sont attribuées.]

Notes :
1 Le premier chiffre indique la pagination de la copie de Venise, le second les folios de l'original de Vienne.





Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire