Accueil                                                         Admin
20 octobre 2021  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de Perceval de Cagny - index
10 - Le commencement du sacre du Roy

e vendredi bien matin, la Pucelle dist au duc d'Alencon : "Faites sonner trompilles et montez à cheval. Il est temps d'aler devers le gentil roy Charles pour le metre à son chemin de son sacre à Rains." Ainssi fut fait. Touz montèrent à cheval en la ville et ceulx des champs. Et celui jour furent au giste devers le roy en la ville de Gien sur Laire. Le roy fist grant feste et grant joye de la venue de la Pucelle, du duc d'Alençon et de leur compaignie. Et ce jour, fut moult parlé par touz les seigneurs, les chevaliers, les escuyers, les gens de guerre et toutes gens de quelque estat qu'ilz fussent, qui tout tenoient à très grant merveille les grans aventures de guerre qui le samedi devant estoient avenues par l'entreprinse de la Pucelle à elle et à sa compaignie. Et croy que ne vit nul qui ait veu la pareille telle que metre en l'obéissance du roy, et en ung jour, trois notables places, c'est assavoir la ville et chasteau de Meun sur Laire, la ville et chasteau de Baugency et la ville et chastel de Yenville en Beausse, et gaigné près le village de Patay une journée sur les Englois qui estoient en nombre de .... mille et noz gens environ ..... (1).

   

  Le roy fut audit lieu de Gien jusques au mercredi xxix° jour de juing. Et fut la Pucelle moult marrie du long séjour qu'il avoit fait audit lieu par aulcuns des gens de son hostel qui luy desconseilloient de entreprendre le chemin d'aler à Rains, disans qu'il avoit plusieurs citez, autres villes fermées, chasteaulx et places fortes bien garnies d'Englois et Bourgoignons entre ledit lieu de Gien et Rains. La Pucelle disoit qu'elle le sçavoit bien et que de tout ce ne tenoit compte ; et par despit se deslogea et ala logier aux champs deux jours avant le partement du roy. Et combien que le roy n'avoit pas argent pour souldoier son armée, touz chevaliers, escuiers, gens de guerre et de commun ne refusoient point de aler servir le roy pour ce voyage en la compaignie de la Pucelle, disans que ilz yroient par tout où elle vouldroit aler. Et elle disoit : "Par mon martin , je meneray le gentil roy Charles et sa compaignie seurement, et sera sacré audit lieu de Rains".

 

  Cedit jour après plusieurs parolles, le roy se partit et print son chemin à aler droit à la cité de Troye en Champaigne. Et en faisant son chemin, toutes les fortresses d'ung costé et d'autre de sa voye se midrent en son obéissance. Le roy arriva devant ledit lieu de Troye après disner, le vendredy VIII° jour de jullet. Et luy furent ceulx de la garnison et les bourgois de la ville désobéissans. Ce jour et l'endemain y ont fait de grans escharmousches, et le dimanche X° jour se midrent en l'obéissance du roy. Et après disner fut très honnourablement receu en laditte ville et y séjourna jusques au mardy ensuivant. Et par tout où la Pucelle venoit, elle disoit à ceulx des places : "Rendez [vous] au roy du ciel et au gentil roy Charles." Et estoit toujours devant à venir parler aux barrières.
  Celui mardi, le roy partit dudit lieu de Troye, et le jeudi ensuivant fut moult honnourablement receu en la cité de Chaalons. Et en faisant son chemin, toutes les forteresses du païs se midrent en son obéissance, pource que la Pucelle envoyet tousjours de ceulx qui estoient soubz son estendart dire par chacune des fortresses à ceulz de dedens : "Rendez vous au roy du ciel et au gentil roy Charles." Et iceulx ayans congnoissance des grans merveilles avenues et faites à la présence de la Pucelle, se metoient franchement en l'obéissance du roy les aucuns. Et ceulx qui refusoient, elle y aloit en personne, et touz luy obéissoient. Aucune fois se tenoit en la bataille avecques le roy en alant son chemin ; autres foiz en l'avant garde, et autre en l'arrière garde , ainssi qu'elle véoit convenir (2) à son entente. Et le vendredi ensuivant se partit le roy dudit lieu de Chaalons.


                                                         

  Ce vendredi bien matin, la Pucelle dit au duc d'Alencon : « Faites sonner les trompilles et montez à cheval. Il est temps d'aller vers le gentil roi Charles pour le mettre au chemin de son sacre à Reims. » Ainsi il fut fait. Tous montèrent à cheval et ceux de la ville et ceux des champs. Ce même jour, ils prirent gîte auprès du roi en la ville de Gien-sur-Loire. Le roi fit grande fête et montra grande joie de la venue de la Pucelle, du duc d'Alencon et de leur compagnie. Ce jour, il y eut de longs et joyeux entretiens entre tous les seigneurs, les chevaliers, les écuyers, les gens de guerre, et les gens de tout état, quels qu'ils fussent. Tous tenaient à très grande merveille les grands faits de guerre advenus le samedi précédent, par l'entreprise de la Pucelle, à
eux et à toute sa compagnie. Je crois bien que jamais homme vivant ne vit la pareille, telle que de mettre en un jour en l'obéissance du roi trois notables places, à savoir la ville et le château de Meung-sur-Loire, la ville et le château de Baugency, la ville et le château d'Yenville-en-Beauce, et de gagner une journée telle que celle d'auprès de Patay, sur les Anglais qui étaient au nombre de... mille, et nos gens environ...
  Le roi fut audit lieu de Gien jusques au mercredi 29 juin. La Pucelle fut très marrie du long séjour qu'il y fit, par la persuasion de quelques gens de sa maison qui le déconseillaient d'entreprendre le chemin de Reims, disant qu'entre Gien et Reims il y avait plusieurs cités, villes fermées, châteaux et places bien garnis d'Anglais et de Bourguignons. La Pucelle disait qu'elle le savait bien, et que de tout cela elle ne faisait nul compte. Par dépit elle partit et alla camper aux champs, deux jours avant le départ du roi. Quoique le roi manquât d'argent pour solder son armée, tous, chevaliers, écuyers, gens de guerre et gens du peuple, se montraient prêts à aller servir le roi pour ce voyage en la compagnie de la Pucelle, disant qu'ils iraient partout où elle voudrait aller. Elle disait : « Par mon Martin, je mènerai le roi Charles et sa compagnie sûrement, et il sera couronné audit lieu de Reims ».
  Le 29 juin, après plusieurs conseils, le roi partit et prit son chemin pour aller droit à la cité de Troyes-en-Champagne. Sur son chemin, toutes les forteresses, à droite et à gauche de sa voie, se mirent en obéissance. Il arriva devant le dit lieu de Troyes après dîner, le vendredi, VIIIe jour de juillet. Les hommes de la garnison et les bourgeois de la ville lui furent désobéissants. Ce jour-là et le lendemain il y eut de grandes escarmouches, et le dimanche, Xe jour, ils se mirent en l'obéissance du roi. Après dîner, il fut très honorablement reçu en cette ville, où il séjourna jusqu'au mardi suivant. Partout où la Pucelle venait, elle disait à ceux qui tenaient les places :« Rendez-vous au Roi du Ciel et au gentil roi Charles ». Elle était toujours la première pour venir parler aux barrières.
  Le mardi, le roi partit de Troyes, et le jeudi qui suivit, il fut très honorablement reçu en la cité de Châlons. Le long du chemin, toutes les forteresses du pays se mirent en son obéissance, parce que la Pucelle envoyait quelques-uns de ceux qui étaient sous son étendard dire par chacune d'elle à ceux qui les occupaient : « Rendez-vous au Roi du Ciel et au gentil roi Charles » ; et ceux-ci, ayant connaissance des grandes merveilles advenues et accomplies à la présence de la Pucelle, se mettaient franchement en l'obéissance du roi, quelques-uns du moins. Quant à ceux qui refusaient, elle y allait en personne, et tous lui obéissaient. En allant son chemin, elle se tenait quelquefois dans le gros de l'armée avec le roi, d'autres fois à l'avant-garde, et d'autres fois à l'arrière-garde, ainsi qu'elle le voyait convenable à son dessein. Le vendredi le roi partit dudit lieu de Châlons.


                                                 


Sources : Jules Quicherat - "Bibliothèque de l'école des Chartes, t.II, 2° série, p.143 - 1845-46" et "Procès de condamnation et de réhabilitation de la Pucelle" t.IV, p.1 à 37.

Illustrations :
- Vue du chateau de Gien vers 1910 ("La grande histoire illustrée de Jeanne d'Arc" - H.Debout - 4° éd.1922)
- Vue générale de Troyes (ibid.)
- Portail Nord de la cathédrale de Châlons. (ibid.)

Notes :
1 Ces deux lacunes du manuscrit portent sur deux chiffres qu'il faut chercher dans les auteurs subséquents. Jean Chartier parle de cinq mille Anglais présents à Patay. Jean Wavrin, fournit de quoi élever ce chifire au moins à huit mille. Au dire du même auteur les Francais auraient été de douze à treize mille ; mais il est Bourguignon et partant suspect d'exagération.

2 Le manuscrit "ainssi qu'elle bon convenir" est ici corrigé par Quicherat



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire