Accueil                                                         Admin
14 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Chronique de l'établissement de la fête du 8 mai - index
2ème partie

' an dessusdit, le treiziesme jour d'octobre, arriva le dit conte de Salebery au Portereau d'Orléans, et fut posé le siége ; et la nuyt fut brûlé et abatu le moutier des Augustins ad ce que iceulx Anglois ne se logeassent léans. Et ne demoura guères que il, Salebery, donna assault au dit Portereau, c'est assavoir au boloart du bout du pont, lequel n'estoit fait que de fagos ; et dura de quatre à cinq heures ; et là fut blecié monseigneur de Saintrailles et Guillaume de La Chapelle, qui estoient capitaines ; et y eut telle deffence qu'ilz ne peurent riens faire ce dit jour. Et puis après copèrent ledit boloart par dessoulz, et ainsi fut advisé qu'il estoit expédiant de l'abendonner.
  Et le dimenche en après fut donné l'assault aux Torelles devers le matin, et à icelle heure ne firent riens. Et en iceluy jour, environ deux heures après midi, Sallebery donna l'assault et de fait prist les dictes Torelles, car il n'y avoit homme d'armes qui se osast tenir pour la force des bombardes et canons que iceulx Anglois gettoient. Et quant ilz les eurent prises, le dit conte de Sallebery monta au plus hault et se mist à une fenestre qui estoit devers la ville, pour veoir le pont qui estoit très bien armé ; et à ceste heure vint ung canon de la ville, lequel frappa par la teste ledit conte de Sallebery : qui fut l'avancement de sa mort.
  Et aucuns dient que ledit canon partit de Saint-Anthoine, les autres dient qu'il partit de la tour Nostre-Dame et qu'il y eut un jeune paige qui jecta ledit canon ; et qu'il soit ainsi, le canonnier qui avoit la charge de ladicte tour, trouva ledit paige qui s'enfuyoit. Et aussi estoit ce assez raisonnable, veu et considéré que iceluy conte de Sallebery avoit, comme dit est devant, pillée ladicte esglise de Nostre-Dame de Cléry, que par elle il en fust puny. Le dit conte de Sallebery ainsi heurté et frappé dudit canon, fut porté à Meung sur Loire par aucun desdits Anglois, et là morut.
  Et voyant ce, les capitaines dudit siége levèrent une partie de leur siége, et laissèrent de cinq à six mille combatens ausdictes Torelles et se retreyrent à
Paris, qui pour lors estoit Anglois, et ordonnèrent ung nommé Tallebot à estre leur chef. Et les feries de Noël, vindrent devers Saint-Loup pour mettre le siége. Et ce pendant, ceulx de la ville abbatirent toutes les esglises et maisons des forsbours : qui fut une grande consolacion (1) pour la dicte ville d'Orléans à l'encontre desdiz Anglois.
  Environ quaresme-prenant, nouvelles vindrent que monseigneur de Bourbon venoit pour secourir la dicte ville d'Orléans ; et arriva iceluy monseigneur de Bourbon, avec luy monseigneur de Toars et plusieurs autres seigneurs ; et tindrent conseil entre eulx, et fut advisé que l'on iroit au devant de leurs vivres, c'est assavoir desdits Anglois qui estoient partis de Paris. Et ainsi se partirent nos gens dudit Orléans et trouvèrent les Anglois environ Rouvray-Saint-Denis qui est en Beausse, et estoient noz gens contre iceulx Anglois six contre ung ; mais la fortune fut telle, et en demoura environ trois cens de noz gens ; et là fut blécié monseigneur de Dunois et fut tué le connestable d'Escosse. Et ce partit monseigneur de Bourbon et plusieurs autres seigneurs et chefs de guerre de la journée, et arrivèrent à Orléans environ mynuit, et entrèrent à icelle heure, et là furent neuf jours estans tous effraiés de la journé qu'ils avoient perdue, telle ment que quant ilz veirent les Anglois venir au siège, homme ne les povoit faire issir hors de la ville. Et ce voyans les bourgeois de la ville, que leurs vivres diminuoient fort, vindrent devers monseigneur de Bourbon et devers monseigneur de Touars leur faire requerir qu'ilz les envoyassent hors ; et ainsi s'en partirent.


                             

                                                         

  L 'an dessus dit, le treizième jour d'octobre, le comte de Salisbury arriva au Portereau d'Orléans et le siège fut posé. La nuit fut brûlé et abattu le monastère des Augustins, pour que les Anglais ne s'y logeassent pas. Icelui Salisbury ne tarda guère à donner l'assaut audit Portereau, c'est à savoir au boulevard du bout du pont, qui n'était fait que de fagots; l'assaut dura de quatre à cinq heures ; et y furent blessés Monseigneur de Xaintrailles et Guillaume de La Chapelle qui étaient capitaines ; et la défense fut telle que les assaillants ne purent rien faire ce jour. Et puis après il arrivèrent par-dessous ledit boulevard, et ainsi il fut arrêté qu'il était expédient de l'abandonner.
  Le dimanche qui suivit, l'assaut fut donné aux Tourelles devers le matin, et à cette heure ils n'y firent rien. Et en ce même jour, environ deux heures après midi, Salisbury recommença l'assaut, et de fait il prit les Tourelles ; car il n'y avait homme d'armes qui osât s'y tenir, à cause de la force des bombardes et canons que tiraient les Anglais. Les Tourelles prises, le comte de Salisbury monta au plus haut étage, et se mit à une fenêtre devers la ville pour voir le pont qui était très bien armé. Et à cette heure, de la ville partit un canon qui le frappa à la tête ; ce qui fut l'avancement de sa mort.
  Quelques-uns disent que le canon partit de Saint-Antoine, les autres qu'il partit de Notre-Dame, et que ce fut un jeune page qui le fit partir ; et qu'il en soit ainsi que le canonnier qui avait la charge de ladite tour trouva le page qui s'enfuyait. Et aussi était-ce juste et raisonnable que ledit comte de Salisbury, ayant, comme il est dit plus haut, pillé l'église de Notre-Dame-de-Cléry, en fût puni par elle. Ainsi heurté et frappé, le comte de Salisbury fut porté à Meung-sur-Loire par quelques Anglais, et là il mourut.
  Ce voyant, les capitaines levèrent en partie leur siège, laissèrent cinq à six mille combattants aux Tourelles et se retirèrent à Paris qui, pour lors était anglais, et ils ordonnèrent un nommé Talbot, pour être leur chef. Les fériés de Noël, ils revinrent vers Saint-Loup pour remettre leur siège. Pendant ce temps ceux de la ville abattirent toutes les églises et maisons des faubourgs; ce qui fut un grand moyen de conservation (1) pour la ville d'Orléans à l'encontre des Anglais.
  Environ le carême-prenant, vinrent nouvelles que Monseigneur de Bourbon venait pour secourir la ville ; icelui Monseigneur arriva, et avec lui Mgr de Thouars et plusieurs autres seigneurs ; ils tinrent conseil entre eux, et ils furent d'avis qu'on irait au-devant des vivres des Anglais qui étaient partis de Paris. Et ainsi se partirent nos gens d'Orléans, et ils trouvèrent les Anglais environ Rouvray-Saint-Denis qui est en Beauce. Nos gens étaient contre iceux Anglais six contre un ; mais la fortune fut telle que de nos gens il en demeura trois cents sur le sol; et là fut blessé Mgr de Dunois et fut tué le connétable d'Écosse. Et partit de la journée Mgr de Bourbon avec plusieurs autres seigneurs et chefs de guerre. Ils arrivèrent à Orléans à minuit environ, et ils entrèrent à cette heure. Ils furent là neuf jours tous effrayés de la journée qu'ils avaient perdue, tellement que, quand ils virent les Anglais venir au siège, homme ne pouvait les faire sortir de la ville. Ce voyant, les bourgeois de la ville, considérant que leurs vivres diminuaient fort, vinrent vers Monseigneur de Bourbon et vers Monseigneur de Thouars leur requérir qu'ils envoyassent leurs hommes dehors ; et ainsi ils partirent.

                               
                  


Sources : Texte original : Jules Quicherat - t.V, p.285 à 299.
Mise en Français plus moderne : J.B.J. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc", t.III, p.296 à 309.

Notes :
1 Le manuscrit du Vatican a écrit: ce qui fut une grande consolation, non-sens manifeste qui disparait dans le manuscrit de Saint-Pétersbourg où on lit : grande conservation.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire