Accueil                                                         Admin
30 octobre 2014  

 Son histoire

par Henri Wallon

par Marius Sépet

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliothèque

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


L'abréviateur du procès - index
p. 9 à 11 du ms.

PPREZ LESQUELLES INTERROGACIONS et responces dessusdictes, le roy assembla son conseil. Eu quel fut advisé que on luy demanderoit qu'elle vouloit faire. A quoy elle respondit qu'elle vouloit lever le siege qui estoit devant Orleans et combatre les Angloys. Et supplya au roy qu'il envoyast ung de ses armuriers ou aultre a Saincte Katherine de Fierboys, et qu'il luy aportast une espee qu'il trouveroit en l'eglise, eu lieu qu'elle luy diroit. En laquelle espee, en chascun des costez, y a cinq fleurs de lys emprainctes. Et sur ce, luy fut [9] demandé si autresfoys elle avoit esté audit lieu de Saincte Katherine. Dist que non ; mais qu'elle le savoit par revelacion divine, que celle espee estoit en ladicte eglise, entre aulcunes vieilles ferailles, estant en icelle. Et si dist au roy que, avecq ladicte espee, a l'ayde de Dieu et de ses bons cappitaines et gens d'armes, elle leveroit le siege d'Orleans, et le meneroit sacrer et couronner a Rains, ainsy que ses predecesseurs roys de France ont esté par cy devant.
  Apprez lesquelles parolles, il luy fut conseillé envoyer eu dit lieu de Saincte Katherine ung de ses armuriers, lequel veritablement trouva ladicte espee et l'apporta audit seigneur ; laquelle il donna a ladicte Jhenne la Pucelle, laquelle tres humblement luy en rendit graces, et luy pria luy donner ung cheval, ung harnoys, une lance, et aultres choses neccessaires pour la guerre. Toutes lesquelles choses incontinent luy furent baillees et delivrees. Et sitost qu'elle les eult receues, elle se fist armer, et monta a cheval, et courut la lance. Et fist tous actes de gens d'armes, comme ung homme qui auroit esté toute sa vie nourry en la guerre. Et avec ce, quand elle fut appellee au conseil pour adviser et desliberer de ce qui estoit a faire, tant pour lever ledit siege d'Orleans, ou recouvrer villes et places, et faire entreprinses contre les ennemys, elle en parloit et desliberoit si saigement, et fondoit son oppinion en si bonnes raisons, que tres souvent, contre l'oppinion de tous les cappitaines, on usoit de son conseil es choses que on vouloit faire. Et qui est plus grand merveille, quand le roy et ses cappitaines tenoyent quelque conseil [10] en son absence, elle savoit tout ce qui avoit esté dit et conclud, comme si elle eust esté presente ; dont ledit seigneur et ceulx de sa compaignie estoyent moult esbahys, et non sans cause.
  C'est que, apprez que le roy oult oy parler ladicte Pucelle, il fut conseillé par son confesseur ou aultre de parler en secret, et luy demander comment il pourroit savoir certainement que Dieu l'avoit envoyee devers luy, affin qu'il se peust mieulx fier a elle, et adiouster foy en ses parolles. Ce que ledit seigneur fist.
  A quoy elle respondit : « Sire, se je vous dy des choses si secrettes qu'il n'y a que Dieu et vous qui les saiche, croirez vous bien que je suis envoyee de par Dieu ? »
  Le roy respondit que oy. La Pucelle luy demanda : « Sire, ne avez vous pas bien memoire que, le jour de la Toussains derniere, vous estant en la chappelle du chasteau de Loche, en vostre oratoire tout seul, [11] vous feistes troys requestes a Dieu. »
  Le roy luy respondit qu'il estoit bien memoratif de luy avoir faict aulcunes requestes. Et alors la Pucelle luy demanda se jamais il avoit dit ne revelé lesdictes requestes a son confesseur ne aultre. Le roy dist que non. « Et si je vous dy les troys requestes que luy feistes, croirez vous bien en mes parolles ? » Le roy respondit que ouy.
  A donc la Pucelle luy dist : « Syre, la premiere requeste que vous feistes a Dieu fut que vous luy priastes que, si vous n'estiez vray herithier de France, que ce fust son plaisir vous oster le couraige de le poursuivre ; affin que ne fussiez plus cause de faire et soustenir la guerre, dont procedent tant de maulx, pour recouvrer ledit royaulme. La seconde fut que vous luy priastes que, si les grandz adversitez et tribulacions, que le paovre peuple de France souffroit et avoit souffert si longtemps, procedoyent de vostre peché, et que en feussiez cause, que ce feust son plaisir en relever le peuple, et que vous seul en feussiez pugny, et portassez la penitence fust par mort, ou aultre telle peine qu'il luy plairoit. La tierce fut que, si le peché du peuple estoit cause desdictes adversitez, que ce fust son plaisir pardonner audit peuple et appaiser son ire, et metre le royaulme hors de tribulacions esquelles il estoit, qui ja avoit douze ans et plus. »
  Le roy, congnoissant qu'elle disoit verité, et adiousta foy en ses parolles, et creut qu'elle estoit venue de par Dieu ; et eut grand esperance qu'elle luy aideroit a recouvrer son royaulme ; et se deslibera soy aider d'elle, et croire son conseil en toutes ses affaires.

                                                 


Source : Édition de "La minute française des interrogatoires de Jeanne la Pucelle".1952 - Paul Doncoeur.



Les chroniques

Index


Les chroniqueurs "français" :
- la geste des nobles français
- la chronique de la Pucelle
- le journal du siège d'Orléans
- la chronique de Jean Chartier
- la chronique de Perceval de Cagny
- la relation du greffier de La Rochelle
- la chronique de Tournay
- l'histoire de Charles VII de Thomas Basin
- la chronique du héraut d'armes Berri
- le registre delphinal de Thomassin
- la chronique de Richemont
- le miroir des femmes vertueuses
- la chronique fête du 8 mai
- l'abbréviateur du procès
- doyen de St-Thibaud de Metz

Les chroniqueurs "anglo-bourguignons" :
- La chronique de Monstrelet
- La chronique des Cordeliers de Paris
- Gilles de Roy
- Le Bourgeois de Paris
- La chronique de P. Cochon
- La chronique de Jean Wavrin
- La chronique de Chastellain
- Le registre du parlement de Paris
- Les mémoires de Lefèvre de Saint Rémi

Les chroniqueurs étrangers :
- la chronique de Windecke
- la chronique de Morosini
- les mémoires de Pie II



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire