Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de condamnation - procès ordinaire
Première séance - 27 mars 1431

Article 11. "Item ladite Jeanne, étant entrée en familiarité avec Robert, se vantait de lui avoir dit qu'après avoir expédié et accompli tout ce qui lui avait été enjoint par révélation de par Dieu, elle aurait trois fils dont le premier serait pape, le second empereur et le troisième roi. Ce qu'entendant, ledit capitaine lui dit : "Or donc, je voudrais bien t'en faire un, puisqu'ils seront hommes si puissants, car j'en vaudrait mieux moi-même !" A quoi elle répondit "Gentil Robert, nenni, nenni ; il n'est pas temps ; le Saint-Esprit y oeuvrera !" Ainsi ledit Robert, en divers lieux et en présence de prélats, de grands maîtres et de notables personnes, l'a affirmé, dit et publié."

- A ce onzième article, Jeanne répond qu'elle s'en réfère à ce qu'elle a dit ailleurs sur cela ; et dit que, quant à avoir trois enfants, elle ne s'en est point vantée.

  Respond comme en l'article précédent.

  [Or le lundi 12 mars, interrogée si ses voix l'appelèrent fille de Dieu ou fille de l'Église, ou fille au grand coeur, répondit qu'avant la levée du siège d'Orléans, et depuis, elles lui ont parlé tous les jours, et plusieurs fois l'appelèrent Jeanne la Pucelle, fille de Dieu.]

  


Article 12. "Item, et pour mieux et plus apertement entreprendre son propos, ladite Jeanne a requis du dit capitaine de lui faire faire des habits d'homme, avec des armes à l'avenant ; ce que fit ledit capitaine, bien malgré lui, et avec grande répugnance, acquiesçant enfin à la demande de ladite Jeanne. Ces vêtements et ces armes étant fabriqués, ajustés et confectionnés, ladite Jeanne rejeta et abandonna entièrement le costume féminin : les cheveux taillés en rond ; à la façon des pages, elle prit chemise, braies, gippon, chausses, joignant ensemble, longues et liées audit gippon par vingt aiguillettes, souliers hauts lacés en dehors, et robe courte jusqu'au genou ou environ ; chaperon découpé, bottes ou houseaux serrés, longs étriers, épée, dague, haubert, lance et autres armures (1) ; ainsi elle s'habilla et s'arma à la façon des hommes d'armes ; et avec eux elle exerça faits de guerre, assurant en cela qu'elle remplissait le commandement de Dieu par révélations à elle faites, et qu'elle faisait cela de par Dieu."

- A ce douzième article, Jeanne répond qu'elle s'en rapporte à ce qu'elle a répondu ailleurs sur ce. En conséquence, interrogée si elle a pris cet habit et armes avec autres habillements de guerre par le commandement de Dieu, répond : "Je m'en rapporte, comme dessus, à ce que, autrefois, j'ai répondu".

  S'en rapporte, comme dessus a ce que aultrefoys en a respondit.

  [Or le jeudi 22 février, elle a déclaré que la voix lui avait dit qu'elle allât vers Robert, capitaine de Vaucouleurs, et qu'il lui baillerait gens ; à quoi elle répondit qu'elle était une pauvre fille qui ne savait chevaucher ni mener guerre. Item déclara qu'elle avait dit à un sien oncle qu'elle voulait demeurer chez lui pendant quelque temps ; et y demeura huit jours environ. Et elle dit à son oncle qu'il fallait qu'elle allât vers Vaucouleurs ; et ce dernier la conduisit alors. Item dit que, quand elle alla vers son roi, elle portait habit d'homme. Dit aussi que, avant qu'elle allât vers son roi, le duc de Lorraine manda qu'on la conduisit vers lui ; elle y alla et lui dit qu'elle voulait aller en France. Et le duc l'interrogea sur le retour de sa santé ; mais elle lui dit qu'elle n'en savait rien, et lui parla peu de son voyage. Item dit au duc de lui bailler son fils et des gens pour la mener en France, et qu'elle prierait Dieu pour sa santé. Et elle alla vers le duc par sauf-conduit et de là revint à Vaucouleurs. Item dit que, au départ de Vaucouleurs, elle prit habit d'homme, porta une épée que lui bailla ledit Robert, sans autre armure, en compagnie d'un chevalier, d'un écuyer et de quatre serviteurs ; elle alla coucher à Saint-Urbain et coucha en l'abbaye. Dit aussi qu'en ce voyage elle passa par Auxerre où elle entendit la messe dans la grande église, et elle avait ses voix fréquemment avec elle. En outre dit que ledit Robert fit jurer à ceux qui la menaient qu'ils la mèneraient bien et sûrement ; et au départ Robert dit à Jeanne : "Va, va et advienne que pourra !" Dit aussi qu'il lui fallait changer son habit en habit d'homme croyant que son conseil en cela lui avait dit bien. Dit aussi que sans empêchement elle vint vers son roi auquel elle envoya lettres pour la première fois quand elle était encore à Sainte-Catherine-de-Fierbois.
  Le mardi 27 février, interrogée si sa voix lui a prescrit de prendre l'habit d'homme, répondit que l'habit c'est peu de chose, la moindre ; mais elle n'a pas pris l'habit d'homme par conseil de qui que ce soit, et elle n'a pris cet habit et n'a rien fait que par commandement de Notre Seigneur et de ses anges, et jamais elle n'a pris cet habit par ordre de Robert. Interrogée si elle fit bien de prendre cet habit, répondit que tout ce qu'elle a fait par commandement de Dieu, elle croit l'avoir bien fait, et en attend
bon garant et bon secours. Dit aussi qu'elle avait une épée qu'elle prit à Vaucouleurs.
  Le 12 mars, interrogée si ce fut à la requête de Robert qu'elle prit habit d'homme, et si la voix lui avait commandé au sujet de Robert, répondit comme dessus. De la voix, elle répondit que tout ce qu'elle avait fait de bien, elle l'avait fait par commandement de ses voix ; et quant à l'habit, qu'elle en répondra une autre fois, car, de présent, elle n'en était pas avisée, mais que demain elle en répondrait.
  Samedi 17 mars, interrogée quel garant et quel secours elle attend avoir de Notre Seigneur du fait qu'elle porte habit d'homme, répondit que, tant de l'habit que des autres choses qu'elle a faites, elle n'en a voulu avoir d'autre loyer que le salut de son âme.]



Article 13. "Item, ladite Jeanne attribue à Dieu, à ses anges et à ses saints des prescriptions qui sont contraires à l'honnêteté du sexe féminin et prohibées dans la loi divine, abominables à Dieu et aux hommes, interdites par les sanctions ecclésiastiques sous peine d'anathème, comme de revêtir des habits d'homme, courts et dissolus, tant ceux du dessous et les chausses, que les autres ; et, suivant leur précepte, elle s'est maintes fois revêtue d'habits somptueux et pompeux, d'étoffes précieuses et de drap d'or, et aussi de fourrures ; et non seulement elle a usé de huques courtes mais encore de longs tabards et de robes fendues de chaque côté. Et c'est chose notoire que lorsqu'elle fut prise, elle portait une huque d'or, ouverte de tout côté : et sur sa tête, elle arborait chapeaux et bonnets, les cheveux coupés en rond à la mode des hommes. Et, de façon générale, ayant rejeté toute pudeur féminine, non seulement au mépris de la décence de la femme mais aussi au mépris de celle qui appartient aux hommes bien morigénés, elle a usé de tous les affublements et vêtements que les plus dissolus des hommes ont accoutumé de revêtir, et bien plus, elle a porté des armes offensives. Cela, l'attribuer au commandement de Dieu, aux saints anges et aux vierges saintes, c'est blasphémer Notre Seigneur et ses saints, anéantir la loi divine, violer le droit canon, scandaliser le sexe et l'honnêteté de la femme, pervertir toute décence de la tenue extérieure, approuver les exemples de toute dissolution dans le genre humain et y induire ses semblables."

- A ce treizième article, Jeanne répond : "Je n'ai blasphémé Dieu ni ses saints."

  Respond : je n'ai blasphémé Dieu ne ses saincts
  Et quant il luy fut remonstré que les saincts canons et les sainctes Escriptures mectent que les femmes qui prennent habit d'homme et les hommes qui prennent habit de femme, c'est chose abhominable a Dieu, on luy demanda si elle avoit prins lesdits habitz du commandement de Dieu,
respond : vous en estes assez respondus ; et, se vous voulez que je vous en responde plus avant, donnez moy dilacion, et je vous respondray.
  Item, luy fut demandé si elle vouldroit prendre habit de femme, affin que elle peust recepvoir son Saulveur a ceste Pasque, respond : qu'elle ne laissera point encoires son habit, ne pour recepvoir ne pour aultre chose. Et dit que elle ne faict point de diference d'habit d'homme ou de femme, pour recepvoir son Saulveur ; et pour cest habit, que ont ne luy doibt point refuser.
  Interroguee se else avoit point par revelacion ou du commandement de Dieu de porter cest habit, dist qu'elle en a respondu ; et que elle s'en rapporte a ce qui en est escript. Et apprez dist que dedens demain elle en fera responce.
  Item dit qu'elle sçait bien qui luy a faict prendre ledit habit ; mais ne sçait point comme elle le doibt reveler (2).


  [Or, le mardi 27 février, interrogée s'il lui semble que le commandement à elle fait de prendre habit d'homme soit licite, répondit que tout ce qu'elle a fait ce fut par commandement de Dieu ; et que s'il lui avait enjoint d'en prendre un autre, elle l'aurait pris, puisque ç'aurait été par le commandement de Dieu. Interrogée si, dans ce cas particulier, elle croit avoir bien fait, répondit qu'elle ne le prit point sans le commandement de Dieu, et que rien au monde  de ce qu'elle a fait n'a été que du commandement de Dieu.
   Le samedi 3 mars, interrogée quand pour la première fois elle vint devers son roi, s'il lui demanda si c'était par révélation qu'elle avait changé son habit, répondit : "Je vous en ai répondu ailleurs" et "cependant ne me souviens si ce me fut demandé". Et en outre dit que c'est écrit à Poitiers. Item, ledit samedi 3 mars, interrogée si elle croit qu'elle eût délinqué ou fait péché mortel en prenant habit de femme, répondit qu'elle fait mieux d'obéir et de servir son souverain Seigneur, c'est à savoir Dieu.]



Article 14. "Item ladite Jeanne assure qu'elle a bien fait d'user de tels vêtements et d'habits d'hommes dissolus ; et elle veut persévérer en cela, disant qu'elle ne doit pas les abandonner, à moins d'en avoir expresse licence de Dieu par révélation, pour l'injure de Dieu, de ses anges et de ses saints."

- A ce quatorzième article, Jeanne répond : "Je ne fais point de mal de servir Dieu ; et demain vous en aurez réponse."
  Et le même jour, interrogée par un des assesseurs si elle avait révélation pu commandement de porter cet habit [d'homme], répond qu'elle y a répondu et s'y rapporte. Et puis dit que demain, sur ce elle enverra réponse. Et dit en outre qu'elle sait bien qui lui fit prendre l'habit ; mais ne sait point comment elle le doit révéler (2).

  Je ne fais point mal de Dieu servir. Et demain je vous en respondray.

  [Or le samedi 24 février, interrogée si elle voulait avoir habit de femme répondit : "[Si vous voulez m'en donner congé], baillez m'en un ; et je le prendrai et m'en irai ; autrement non ; et suis contente de celui-ci, puisqu'il plait à Dieu que je le porte."
  Le lundi, 12 mars, interrogée si, en prenant habit d'homme, elle ne pensait mal faire, répondit que non ; et encore à présent, si elle était en l'autre parti en cet habit d'homme, lui semble que ce serait un des grands biens de France de faire comme elle faisait avant sa prise.
  Item le samedi 17 mars, interrogée, puisqu'elle dit qu'elle porte habit d'homme par le commandement de Dieu, pourquoi elle demande chemise de femme à l'article de la mort, répondit qu'il lui suffisait qu'elle soit longue.]



Article 15. "Item ladite Jeanne ayant requis plusieurs fois qu'il lui fût permis d'entendre la messe, elle a été admonestée de quitter l'habit d'homme et de reprendre celui de femme ; ses juges lui donnèrent à espérer qu'elle serait admise à entendre la messe et à communier au cas où elle voudrait quitter définitivement l'habit d'homme et prendre celui de femme, comme il convient à son sexe ; elle ne voulut y acquiescer, et elle préféra ne pas participer à la communion et aux offices divins, plutôt que d'abandonner cet habit, feignant qu'en cela elle déplairait à Dieu. En quoi apparaissent bien son obstination, son endurcissement au mal, son manque de charité, sa désobéissance envers l'Église, et le mépris qu'elle a des divins sacrements."

- A ce quinzième article, ce dit mardi vingt-septième jour de mars, ladite Jeanne répond qu'elle aime plus chèrement mourir que de révoquer ce qu'elle a fait du commandement de Notre Seigneur.
  Ce dit jour, interrogée si elle veut laisser l'habit d'homme pour ouïr la messe, répond que, quant à l'habit qu'elle porte, elle ne le laissera point encore, et qu'il ne dépend point d'elle le terme dans lequel elle le laissera.
  Item, ce même jour, dit que si les juges refusent de lui faire ouïr la messe, il est bien en Notre Seigneur de la lui faire ouïr quand il lui plaira, sans eux (3).
  Item, quant au résidu de l'article de la séquelle, répond qu'elle confesse bien avoir été admonestée de prendre l'habit de femme ; quant à l'irrévérence et autres conséquences, elle les nie.

  Respond qu'elle ayme plus cher mourir que revocquer celle qu'elle a faict par le commandement de nostre Seigneur.
  Interroguee se elle veult laisser l'habit d'homme pour ouyr messe , respond que, quand a l'habit qu'elle porte, ne le laissera point encoire. Et qu'il n'est point en elle de dire le terme dedens lequelle elle le laissera.
  Item dit : se les juges la refusent de luy faire ouyr messe, il est bien en nostre Seigneur de la luy faire ouyr, quand il luy plaira, sans eulx.
  Item, dit au residu de l'article, de la sequelle, qu'elle confesse bien d'avoir esté admonnestee de laisser l'habit d'homme. Mais quand a l'inreverence et aultres choses, elle les nye.


  [Or, le 15 mars, interrogée sur ce qu'elle aimerait mieux, prendre habit de femme et ouïr la messe ou demeurer en habit d'homme et ne pas l'ouïr, répondit : "Certifiez-moi que j'ouïrai messe si je suis en habit de femme ; et sur ce je vous répondrai." Sur quoi l'interrogateur lui dit qu'il lui en donnait la certitude. Alors ladite Jeanne répondit : "Que dites-vous si j'ai juré et promis à notre roi de ne pas abandonner cet habit ? Toutefois je vous réponds : faites-moi faire une robe longue jusqu'à terre, sans queue, et baillez-la-moi pour aller à la messe, et puis au retour, je reprendrai l'habit que j'ai." Interrogée si elle prendrait une foi pour toutes l'habit de femme pour aller ouïr la messe, répondit : je me conseillerai sur ce, et puis vous répondrai." Et en outre elle requit, en l'honneur de Dieu et de Notre Dame, qu'elle puisse ouïr la messe en cette bonne ville. Sur quoi il lui fut dit qu'elle prît l'habit de femme purement et simplement. A quoi Jeanne répondit : "Baillez- moi habit comme à une fille de bourgeois, c'est à savoir houppelande longue et semblablement chaperon de femme ; et je les prendrai pour aller ouïr la messe. "Et en outre elle dit, le plus instamment qu'elle put, qu'elle requérait qu'on lui permit d'ouïr la messe dans l'habit qu'elle portait, sans le changer.
  Item, le samedi 17 mars, interrogée sur ce qu'elle a dit au sujet de l'habit de femme qu'on lui a offert afin qu'elle puisse aller ouïr la messe, répondit que, quant à l'habit de femme, elle ne le prendra pas encore, tant qu'il plaira à Notre Seigneur ; et s'il est ainsi qu'il la faille mener jusqu'en jugement et être dévêtue, elle demande aux seigneurs de l'Église qu'ils lui accordent la grâce d'avoir une chemise de femme et un couvre-chef en tête ; car elle aime mieux mourir plutôt que de révoquer ce que Notre Seigneur lui a fait faire. Et croit fermement que Dieu ne laissera advenir qu'elle soit mise si bas et qu'elle n'ait bientôt secours de Dieu, et par miracle. Interrogée, ce même jour, pourquoi elle a dit qu'elle prendrait habit de femme, mais qu'on la laissât s'en aller, si cela plaisait à Dieu, répondit que, si on lui donnait congé en habit de femme, elle se mettrait aussitôt en habit d'homme, et ferait ce qui lui a été commandé par Notre Seigneur, et qu'elle ne ferait point, pour rien au monde, serment de ne pas s'armer ni mettre en habit d'homme, pour acccomplir le plaisir et volonté de Notre Seigneur.]



Article 16. "Item ladite Jeanne déjà, après sa prise, à Beaurevoir et à Arras, a été plusieurs fois admonestée charitablement de nobles et notables personnes de l'un et l'autre sexe, d'abandonner l'habit d'homme et de reprendre des vêtements décents et convenables à son sexe. Ce qu'elle refusa absolument de faire ; et elle s'y refuse encore obstinément, ainsi qu'à remplir les autres besognes convenables au sexe féminin ; en tout elle se conduit comme un homme plutôt que comme une femme."

- A ce seizième article, Jeanne répond qu'à Arras et à Beaurevoir, elle a bien été admonestée de prendre habit de femme, et qu'elle l'a refusé et refuse encore. Et quant aux autres oeuvres de femme, dit qu'il y a assez d'autres femmes pour les faire.

  Respond que a Arras et Beaureveoir, a bien esté admonnestee de prendre habit de femme ; ce qu'elle a refusé et refuse encoire.
  Et quant aux œuvres de femme, dit qu'il y a assez d'aultres femmes pour ce faire.


  [Or, le samedi 3 mars, interrogée si elle se souvient que les maîtres qui l'examinèrent dans l'autre parti, les uns par l'espace d'un mois, les autres pendant trois semaines, ne l'interrogèrent point sur le changement de son habit, répondit qu'il ne lui en souvenait pas toutefois ils lui demandèrent où elle avait pris cet habit d'homme, et qu'elle leur avait dit qu'elle l'avait pris à Vaucouleurs. Interrogée s''ils lui demandèrent si elle avait pris cet habit suivant ses voix, répondit : "Ce n'est de votre procès." Interrogée en outre si elle ne fut point requise à Beaurevoir, répondit : "Oui vraiment" ; et qu'elle a répondu qu'elle ne le changerait sans le congé de Notre seigneur. Item dit que la demoiselle de Luxembourg requit au seigneur de Luxembourg que ladite Jeanne ne fût point baillée aux Anglais (4). Item dit que la demoiselle de Luxembourg et la dame de Beaurevoir lui offrirent habit de femme ou drap pour le faire, et lui requirent qu'elle le portât. Et elle répondit qu'elle n'en n'avait pas congé de Notre Seigneur et qu'il n'en était pas encore temps. Et elle a dit en outre que messire Jean de Pressi, chevalier, et quelques autres lui offrirent un habit de femme, à Arras, et plusieurs fois lui demandèrent si elle voudrait changer d'habit. (5). En outre elle a dit que, si elle eût dû changer son habit, elle l'eût plutôt fait à la requête de ces deux dames que des autres qui sont en France, sa reine exceptée. Interrogée en outre, quand Dieu lui révéla qu'elle changeat son habit, si ce fut par la voix de saint Michel ou des saintes Catherine et Marguerite, répondit : "Vous n'en aurez maintenant autre chose".]


Article 17. "Item, lorsque ladite Jeanne vint en présence du roi Charles, ainsi vêtue et armée, comme il est dit, elle lui entre autres trois promesses : premièrement qu'elle lèverait  le siège d'Orléans ; secondement qu'elle le ferait couronner à Reims ; troisièmement qu'elle le vengerait de ses adversaires, que tous elle les tuerait par son art, qu'elle les expulserait de ce royaume, tant Anglais que Bourguignons. Et de ces promesses, plusieurs fois et en divers lieux, ladite Jeanne se vanta publiquement ; et pour que plus grande foi fut ajoutée à ses dits et faits, alors et depuis elle usa fréquemment de divinations, découvrant les moeurs, la vie, les faits secrets de plusieurs personnes venues en sa présence, et qu'elle n'avait vues ni connues, se vantant de les connaître par révélation."

- A ce dix-septième article, Jeanne répond qu'elle porta les nouvelles de par Dieu à son roi, que Notre Sire lui rendrait son royaume, le ferait couronner à Reims, et bouterait hors ses adversaires. Et de cela elle fut messagère de par Dieu ; [lui disant] qu'il la mit hardiment en oeuvre, et qu'elle lèverait le siège d'Orléans.
  Item dit qu'elle parlait de tout le royaume, et que si monseigneur de Bourgogne et les autres sujets du royaume ne venaient à obéissance, son roi les y ferait venir par force.
  Item dit, quant à la fin de l'article de reconnaître Robert (6) et son roi : "Je m'en tiens à ce que autrefois j'en ai répondu."

  Respond qu'elle confesse qu'elle porta les nouvelles de par Dieu a son roy ; et que nostre Seigneur luy rendroit son royaulme, et le feroit couronner a Rains, et le metre hors de ses adversaires. Et de ce fut messagere de par Dieu, en luy disant que il la mist hardyment en oeuvre et qu'elle leveroit le siege d'Orleans.
  Item, dit qu'elle disoit : tout le royaulme. Et que se monseigneur de Bourgoingne et les aultres subgectz du royaulme ne venoyent en obaissance, que le roy les y feroit venir par force.
  Et a la fin dudit article, de congnoistre Robert et son roy, respond : je me tiens a ce que une aultre foys j'en ay dit.


  [Or le jeudi 22 février, elle a confessé que, quand elle vint à Vaucouleurs elle reconnut Robert de Baudricourt, encore qu'elle ne l'ait jamais vu ; et ce fut par la voix qui lui dit que c'était lui. Item dit qu'elle trouva son roi à Chinon, où elle arriva vers midi environ, et se logea en une hôtellerie ; et, après dîner, alla vers son roi au chateau, lequel elle reconnut entre les autres et par le conseil de ses voix, lorsqu'elle entra dans la chambre ; et au roi elle dit qu'elle voulait aller faire la guerre contre les Anglais.
  Le mardi 13 mars, interrogée au sujet d'un certain prêtre concubinaire et d'une tasse [d'argent] perdue, etc... répondit qu'elle ne savait rien de cela, et onques n'en avait ouï parler.]



Article 18. "Item, ladite Jeanne, tant qu'elle demeura avec ledit Charles, de toutes ses forces le dissuada, lui et les siens, de faire aucun traité de paix ou appointement avec ses adversaires, les incitant toujours au meurtre et à répandre le sang humain, affirmant qu'il ne pouvait y avoir de paix qu'au bout de la lance et de l'épée ; et que cela était ainsi ordonné par Dieu, car les adversaires du roi n'abandonneraient pas autrement ce qu'ils occupaient du royaume ; que leur faire ainsi la guerre, c'était l'un des plus grands biens qui pût advenir à toute la chrétienté, à ce qu'elle disait."

- A ce dix-huitième article, Jeanne répond que, quant au duc de Bourgogne, elle l'a requis, par lettre et par ses ambassadeurs qu'il y eût paix entre son roi et ledit duc. Quant aux Anglais, la paix qu'il y faut, c'est qu'ils s'en aillent en leur pays, en Angleterre. Et du résidu de l'article, elle en a répondu ailleurs, à quoi elle s'en rapporte.

  Dit qu'elle a requis le duc de Bourgoingne, par lectres et mesmes a ses ambassadeurs, qu'il mist la paix. Quand aux Angloys, c'est qu'il fault que ilz s'en voysent en leur pays, en Engleterre.

  Et du resida dudit article, dit qu'elle en a respondu, a quoy elle s'en rapporte.


  [Or, le mardi 27 février, interrogée pourquoi elle ne reçut point à traiter le capitaine de Jargeau, répondit que les seigneurs de son parti répondirent aux Anglais qu'ils n'auraient le terme de quinze jours qu'ils demandaient, mais qu'ils s'en allassent, eux et leurs chevaux, sur l'heure. Et, quant à elle, leur dit qu'ils s'en iraient, en leurs petites cottes, la vie sauve, s'ils le voulaient : autrement ils seraient pris à l'assaut. Interrogée si elle eut délibération avec son conseil, c'est-à-dire avec ses voix, pour savoir si on lui donnerait ledit terme ou non, répondit qu'elle n'avait mémoire de cela.]


Article 19. "Item, ladite Jeanne, en consultant les démons et en usant de divination, envoya chercher certaine épée cachée dans l'église de Sainte-Catherine-de-Fierbois, et elle la cacha ou fit cacher malicieusement, frauduleusement, dolosivement, en cette église, afin que, séduisant princes, nobles, clergé et populaire, elle les induisit plus facilement à croire qu'elle savait par révélation que l'épée était là, et afin que par là, et par autres moyens semblables, foi indubitable fût ajoutée plus aisément à ses dires."

- A ce dix-neuvième article, ce dit mardi 27 mars, elle répond qu'elle s'en rapporte à ce qu'elle a répondu plus haut sur cela ; et le reste de l'article, elle le nie.

  Se rapporte a ce qu'elle en a dit.
  Et au regard du surplus de l'article, elle le nye.


  [Or ce mardi 27 février, interrogée si elle fut à Sainte-Catherine-de-Fierbois répondit que oui, et que là elle entendit trois messes le même jour. et qu'ensuite elle alla à Chinon. Item, ce même Eglise de Ste Catherine de Fierboismardi 27 février, dit qu'elle eut une épée que de Tours ou de Chinon elle envoya chercher à Sainte Catherine de Fierbois ; laquelle était   en terre derrière l'autel de Sainte-Catherine ; et, aussitôt après, ladite épée fut trouvée, toute rouillée. Interrogée comment elle savait que cette épée était là, répondit qu'elle était en terre, rouillée, ayant cinq croix ; et le sut par ses voix, disant qu'elle n'avait jamais vu l'homme qu'elle envoya quérir ladite épée. Et écrivit aux gens d'église que ce fût leur bon plaisir qu'elle eût cette épée ; et ils la lui envoyèrent. Elle n'était pas beaucoup en terre, derrière ledit autel comme il lui semble ; cependant ne sait au juste si elle était devant ou derrière ; et croit qu'elle écrivit qu'elle était derrière. Item dit que aussitôt que l'épée fut découverte, les gens d'Eglise du lieu la frottèrent et aussitôt la rouille tomba sans effort ; et ce fut un marchand armurier de Tours qui alla quérir ladite épée. Et les gens d'Église de Sainte-Catherine lui donnèrent un fourreau, et ceux de Tours aussi ; et firent faire deux fourreaux, un de velours vermeil, un de drap d'or ; quant à elle, s'en fit faire un autre de cuir bien fort. Dit aussi que, lorsqu'elle fut prise, elle n'avait pas cette épée que continuellement elle porta avec elle jusqu'à ce qu'elle partît de Saint-Denis. Interrogée comment on la bénit, si elle fit ou fit faire quelque bénédiction sur ladite épée, répondit que jamais on n'en fit et n'aurait en su faire. Item dit qu'elle aimait bien cette épée, car on l'avait trouvée dans l'église de Sainte-Catherine qu'elle aimait bien.
  Interrogée, le samedi 17 mars, à quoi servaient les cinq croix qui étaient sur l'épée trouvée à Sainte-Catherine-de-Fierbois, répondit qu'elle n'en savait rien.]



Article 20. "Item, ladite Jeanne a mis un sort dans son anneau, dans son étendard, dans certaines pièces de toile ou panonceaux, qu'elle avait accoutumé de porter ou faisait porter par les siens, ainsi que dans l'épée qu'elle dit avoir trouvée par révélation à Saint,-Catherine-de-Fierbois, assurant que ces objets étaient "bien fortunés". Et sur eux elle a fait force exécrations et conjurations en plusieurs et divers lieux, affirmant publiquement que par leur moyens elle ferait de grandes choses et obtiendrait la victoire sur ses adversaires ; qu'à ses gens, ayant des pannonceaux de cette sorte, il ne pourrait arriver de revers dans leurs agressions et faits de guerre, et qu'ils ne sauraient souffrir quelque infortune. Cela notamment elle l'a proclamé et publié publiquement à Compiègne, la veille du jour où elle fit une sortie avec sa troupe contre monseigneur Bourgogne, au cours de laquelle elle fut capturée et prise et où beaucoup des siens furent navrés, occis et pris. Et cela encore qu'elle l'avait publié quand, à Saint-Denis, elle excitait l'ost à donner l'assaut contre Paris."

- A ce vingtième article, le mardi 27 mars, Jeanne dit qu'elle s'en rapporte à ce qu'elle a répondu ailleurs sur cela. En outre elle ajoute que, de chose qu'elle ait faite, il n'y avait ni sorcellerie ni autre mauvais art. Et du bonheur de son étendard, dit qu'elle s'en rapporte au bonheur que Notre Seigneur y a envoyé.

  Se rapporte a ce qu'elle en a dit devant.
  Et dit oultre que, de chose qu'elle ait faict, n'y avoit sorcerie ou maulvai art.
  Et du bonheur de son estandard, dit qu'elle s'en rapporte a l'heur que nostre Seigneur y a envoyé.


  [Or, le mardi 27 février, interrogée si elle posa parfois son épée sur l'autel, répondit non, qu'elle sache, et qu'elle ne la posa pas pour qu'elle fût plus fortunée. Interrogée si elle avait son épée quand elle fut prise, répondit que non, mais avait certaine épée prise sur un Bourguignon.
  Item, le jeudi 1er mars, interrogée qui lui donna l'anneau qu'ont les Bourguignons, répondit son père et sa mère, et qu'il lui semble qu'il y avait écrit dessus : JHESUS MARIA, mais ne sait qui fit écrire ces noms ; et il n'y avait pas de pierre à ce qu'il lui semble ; et l'anneau lui fut donné à Domrémy. Item dit que son frère lui donna un anneau autre que celui que nous, évêque, avions, et dit qu'elle nous chargeait de le donner à l'Église. Item dit que jamais elle ne soigna ni guérit aucune personne par le moyen des dits anneaux.
  Item, le samedi 3 mars, interrogée quand le roi la mit premièrement en oeuvre et qu'elle fit faire son étendard, si les gens d'armes et autres gens de guerre ne firent pas faire pannonceaux à la manière du sien, répondit : "Il est bon à savoir que les seigneurs maintenaient leurs armes." Item répondit que certains compagnons de guerre en firent faire à leur plaisir et les autres non. Interrogée de quelle matière ils les firent faire, de toile ou de drap, répondit que c'était de blancs satins, et qu'il y avait sur certains les fleurs de lys ; et qu'elle n'avait lys ; et qu'elle n'avait en sa compagnie que deux ou trois lances ; mais les compagnons de guerre parfois faisaient faire des pannonceaux à la ressemblance des siens ; et ne faisaient cela que pour reconnaitre les siens des autres. Interrogée si les pannonceaux n'étaient guère souvent renouvelés, répondit qu'elle ne le savait ; que lorsque les lances étaient renouvelées, on en faisait faire de nouveaux. Interrogée si les pannonceaux qui étaient à la ressemblance des siens portaient bonheur, répondit qu'elle disait bien aux siens aucunes fois : "Entrez hardiment au milieu des Anglais" ou "parmi les Anglais", et elle-même y entrait. Interrogée si elle leur dit qu'ils les portassent hardiment et qu'ils auraient bonheur, répondit qu'elle leur dit bien ce qui était advenu et adviendrait encore. Interrogée si elle mettait ou ne faisait point mettre d'eau bénite sur les pannonceaux, quand on les prenait de nouveau, répondit qu'elle n'en savait rien et que s'il avait été fait ainsi, ce ne fut pas de son commandement. Interrogée si elle n'y a point vu jeter d'eau bénite, répondit : "Cela n'est pas de votre procès." Et si elle en a vu jeter, elle n'est pas maintenant avisée d'en répondre. Interrogée si les compagnons de guerre ne faisaient pas mettre en leurs pannonceaux : JHESUS MARIA, répondit que, par sa foi, elle n'en savait rien. Interrogée si elle n'a pas tourné ou fait tourner toiles autour d'autel ou église, en manière de procession, pour faire pannonceaux, répondit que non et qu'elle n'en a rien vu faire.
  Item, le samedi 17 mars, interrogée de quelle matière était son anneau où il y avait écrit : JHESUS MARIA, répondit qu'elle ne le sait proprement ; et s'il était d'or, ce n'était pas d'or fin ; et ne sait si c'était d'or ou de laiton : et pense qu'il y avait dessus trois croix et non autre signe qu'elle sache, excepté : JHESUS MARIA. Interrogée pourquoi elle regardait volontiers cet anneau, quand elle allait en fait de guerre, répondit que c'était par plaisance et par honneur pour son père et sa mère ; et elle, ayant son anneau en son doigt et en sa main, a touché à sainte Catherine qui lui apparut Interrogée en quelle partie elle la toucha, répondit "Sur ce vous n'aurez autre chose" (7).]



Article 21. "Item, ladite Jeanne, induite à cela par sa témérité et sa présomption, fit faire des lettres aux noms de JHESUS MARIA, en y posant le signe de la croix, et les adressa de sa part à notre sire le roi, à monseigneur de Bedford, alors régent du royaume de France, et aux seigneurs qui tenaient le siège devant Orléans, lettres contenant beaucoup de choses mauvaises, pernicieuses, et peu conformes à la foi catholique dont la teneur s'ensuit."

- A ce vingt-unième article, ce mardi 27 mars, Jeanne répond quant aux lettres, elle ne les a point faites par orgueil ou présomption, mais par le commandement de Notre Seigneur, et confesse bien le contenu de ces lettres, excepté trois mots.

  Dit que, quand aux lectres, elle ne les a point faictes par orgeuil ne par presumption, mais par le commandement de nostre Seigneur ; et confesse bien le contenu esdictes lectres, exceptez troys motz.

  [Or, le jeudi 22 février, elle a dit qu'elle avait envoyé lettres aux Anglais devant Orléans afin qu'ils s'en allassent : ainsi qu'il est contenu dans la copie des lettres qui lui avaient été lues, sauf deux ou trois mots, par exemple là où il est dit rendez à la Pucelle, il doit y avoir rendez au roi, à ce qu'elle dit ; de même pour les mots corps pour corps et chief de guerre. La teneur de ces lettres commence ainsi : Roy d'Angleterre, etc..., et il y a dans la souscription : †   JHESUS MARIA  †
  Le samedi 3 mars, interrogée si ceux de son parti croient fermement qu'elle est envoyée de par Dieu, répondit qu'elle ne savait s'ils le croyaient et qu'elle s'en attendait à leur courage ; que s'ils ne le croyaient, cependant elle était envoyée de par Dieu. Interrogée si elle ne pensait pas, en croyant qu'elle était envoyée de par Dieu, qu'ils eussent bonne croyance, répondit: "Si ils croient que je suis envoyée de par Dieu, ils n'en sont point abusés !"]



Article 22.

                                                   †   JHESUS MARIA  †

     "Roy d'Angleterre, et vous, duc de Bedfort, qui vous dictes régent le royaume de France ; vous Guillaume de la Poule, conte de Sulfork ; Jehan, sire de Talebot; et vous, Thomas, sire d'Escales, qui vous dictes lieutenant dudit duc de Bedfort, faictes raison au roy du ciel ; rendez à la Pucelle qui est cy envoiée de par Dieu, le Roy du ciel, les clefs de toutes les bonnes villes que vous avez prises et violées en France. Elle est ci venue de par Dieu pour réclamer le sanc royal. Elle est toute preste de faire paix , se vous lui voulez faire raison, par ainsi que France vous mectrés jus, et paierez ce que vous l'avez tenu. Et entre vous, archiers, compaignons de guerre, gentilz et autres qui estes devant la ville d'Orléans, alez vous ent en vostre païs, de par Dieu ; et ainsi ne le faictes, attendez les nouvelles de la Pucelle qui ira vous voir briefement à vos bien grand domaiges. Roy d'Angleterre, se ainsi ne le faictes, je suis chief de guerre, et en quelque lieu que je actaindray vos gens en France, je les en ferai aler, veuillent on non veuillent, et si ne vuellent obéir, je les ferai tous occire. Je suis cy envoiée de par Dieu, le Roy du ciel, corps pour corps, pour vous bouter hors de toute France. Et si vuellent obéir, je les prandray à mercy. Et n'aiez point en vostre oppinion, quar vous ne tendrez point le royaume de France, Dieu, le Roy du ciel, filz sainte Marie ; ainz le tendra le roy Charles, vrai héritier ; car Dieu le Roy du ciel, le veult, et lui est révélé par la Pucelle, lequel entrera à Paris à bonne compagnie. Se ne voulez croire les nouvelles de par Dieu et la Pucelle, en quelque lieu que vous trouverons, nous ferrons dedens et y ferons ung si grant hahay, que encore a-il mil ans, que en France ne fu si grant, se vous ne faictes raison. Et croyez fermement que le Roy du ciel envoiera plus de force à la Pucelle, que vous ne lui sariez mener de tous assaulx, à elle et à ses bonnes gens d'armes; et aux horions verra-on qui ara meilleur droit de Dieu du ciel. Vous, duc de Bedfort, la Pucelle vous prie et vous requiert que vous ne vous faictes mie détruire. Si vous lui faictes raison, encore pourrez venir en sa compaignie, l'où que les Franchois feront le plus bel fait que oneques fut fait pour la chrestienté. Et faictes response se vous voulez faire paix en la cité d'Orléans; et se ainsi ne le faictes, de vos bien grans dommages vous souviengne briefment.
      Escript ce mardi sepmaine saincte."


- A ce vingt-deuxième article que forme la teneur desdites lettres, Jeanne répond que si les Anglais avaient eu foi en ses lettres, ils eussent fait comme sages ; et, avant sept ans, ils s'en apercevront bien sur ce qu'elle leur écrivait. Et sur ce, s'en rapporte à qu'elle a faite ailleurs.

  Se rapporte a ce qu'elle en a respondu.
  Item, dit que si les Angloys eussent creu ses lectres, ilz eussent faict que saiges ; et que, avant qu'il soit sept ans, ilz s'en apperceveront bien. Et de ce que elle leur escrivoit, se rapporte a ce que aultresfoys elle en a respondu.


Article 23. "De la teneur de ces lettres, il résulte clairement que ladite Jeanne a été jouée par de malins esprits, et qu'elle les a fréquemment consultés sur ce qu'elle ferait ; ou bien, pour séduire les populations, elle a pernicieusement et mensongèrement inventé de telles fictions."

- A ce vingt-troisième article, en ce qui concerne la fin de cet article faisant mention qu'elle a agi sur le conseil de malins répond qu'elle le nie.

  Se rapporte a ce qu'elle en a respondu.
  Elle le nye.


  [Or, le 27 février, elle a dit qu'elle aimerait mieux être écartelée avec des chevaux que d'être venue en France sans le congé de Dieu.]


Article 24. "Item ladite Jeanne a abusé des noms de JHESUS et de MARIE, du signe de la Croix mis entre eux, en avertissant certains des siens que lorsqu'ils trouveraient ces mots et ce signe, dans des lettres adressées de sa part, ils crussent et fissent le contraire de ce qu'elle écrivait."

- A ce vingt-quatrième article, ce mardi 27 mars, Jeanne répond qu'elle s'en rapporte à une autre réponse faite par elle sur cela.

  Se rapporte a ce qu'elle en a respondu.

  [Or le 17 mars, interrogée à quoi servait le signe qu'elle posait dans ses lettres et ces mots : JHESUS MARIA, répondit que les clercs écrivant ses lettres les y apposaient et, certains disaient qu'il convenait de mettre ces deux mots : JHESUS MARIA.]


Article 25. "Item ladite Jeanne, usurpant l'office des anges, a dit et affirmé qu'elle était envoyée de la part de Dieu, même en ce qui concerne absolument la voie de fait et l'effusion du sang humain. Ce qui est entièrement étranger à la sainteté, horrible et abominable à toute pieuse pensée."

- A ce vingt-cinquième article, ce mardi 27 mars, Jeanne répond que premièrement elle requérait qu'on fit la paix, et au cas qu'on ne voulait faire la paix, elle était toute prête à combattre.

  Se rapporte a ce qu'elle en a respondu.

  [Or, le samedi 24 février, elle a dit qu'elle venait de par Dieu et n'avait que faire ici, en ce procès, demandant qu'on la renvoyât à Dieu, d'où elle venait.
  Item le samedi 17 mars, elle a dit que Dieu l'envoya secourir le royaume de France.]



Article 26. " Item ladite Jeanne se trouvant à Compiègne, l'an du Seigneur 1429 ; au mois d'août, reçut une lettre du comte d'Armagnac dont la teneur suit."

- A ce vingt-sixième article, ce 27 mars, Jeanne répond qu'elle s'en rapporte à la réponse qu'elle a faite ailleurs sur cela.

  Dit que premierement elle requeroit que on feist paix. Et que, eu cas que on ne vouldroit faire paix, qu'elle estoit preste de combastre.

  [Or ce jeudi 1er mars, interrogée si elle n'eut pas lettre du comte d'Armagnac pour savoir auquel des trois prétendants au papalat il devait obéir, répondit que ledit comte lui écrivit certaine lettre sur ce cas ; auquel elle donna réponse ; en autres choses que, quand elle serait à Paris ou ailleurs en repos, elle lui donnerait réponse. Et elle allait monter à cheval quand lui donna cette réponse. Après lecture des lettres du comte et de la sienne, Jeanne fut interrogée pour savoir si c'était si c'était là sa réponse. Répondit qu'elle pensait avoir donné cette réponse, à savoir en partie mais non en tout. Interrogée si elle dit savoir par conseil du Roi des rois ce que le comte devait croire en cette matière répondit qu'elle n'en savait rien. Interrogée si elle faisait doute à qui le comte devait obéir, répondit qu'elle ne savait quoi lui mander sur cette obédience, car le comte demandait de lui faire savoir à qui Dieu voulait qu'il obéit ; mais, quant à elle, elle croit que nous devons obéir à Notre Saint Père le Pape qui est à Rome. Dit aussi qu'elle dit autre chose au messager [du comte] qui n'est pas contenu dans la copie de la lettre ; et, s'il ne s'était pas éloigné aussitôt, on l'aurait bien jeté à l'eau, mais non du fait de ladite Jeanne. Item dit que sur ce que le comte demandait, de savoir à qui Dieu voulait qu'il obéit, elle répondit qu'elle ne le savait pas ; mais lui manda plusieurs choses qui ne furent point couchées par écrit. Et quant à elle, elle croit en Notre Saint Père le pape qui est à Rome. Interrogée pourquoi elle avait écrit qu'elle donnerait ailleurs réponse, puisqu'elle croyait au pape de Rome, répondit que la réponse qu'elle donna concernait une autre matière que celle des trois papes. Interrogée si elle avait dit que sur le fait des trois papes elle aurait conseil, répondit que jamais sur le fait des trois papes, elle n'écrivit ni ne fit écrire. Et par son serment, elle affirma qu'elle n'avait jamais écrit ni fait écrire.]


Article 27.

     "Ma très-chière dame, je me recommande humblement à vous, et vous supplie pour Dieu que, actendu la division qui en présent est en sainte Eglise universal sur le fait des papes (car il i a trois contendans du papat, l'un demeure à Romme, qui se fait appeller Martin Quint, auquel tous les rois chrestiens obéissent ; l'autre demeure à Paniscole, au royaume de Valence lequel se fait appeller pape Clément VII° ; le tiers en ne seet où il demeure, se non-seulement le cardinal Saint-Estienne, et peu de gens avec lui ; lequel se fait nommer pape Benoist XIIII° le premier, qui se dit pape Martin, fut eslu à Constance par le consentement de toutes les nacions des chrestiens ; celui qui se appeller Climent fu eslu à Paniscole, après la mort de pape Benoist XIII°, par trois de ses cardinaulx ; le tiers qui se nomme Benoist XIIII° à Paniscole fu eslu secrètement, mesmes par le cardinal de Saint Estienne) ; veulliez supplier à Nostre-Seigneur Jhésucrit que, par sa miséricorde infinite, nous veulle par vous déclarier qui est des trois dessusdiz, vray Pape, et auquel plaira que on obéisse de ci en avant, ou à cellui qui se dit Martin ou à cellui qui se dit Climent, ou à cellui qui se dit Benoist ; et auquel nous devons croire, si secrètement ou par aucune dissimulation, ou publique ou manifeste car nous serons tous prestz de faire le vouloir et plaisir de Nostre-Seigneur Jhésucrit.
    Le tout vostre, conte D'ARMIGNAC. (8)"

  Elle s'en rapporte a ce qu'elle en a dit devant.


Article 28.

  "Auquel comte ladite Jeanne fit réponse par une lettre signée de sa main dont la teneur suit."

  Elle s'en rapporte a ce qu'elle en a dit devant.


Article 29.

                                                       †   JHÉSUS MARIA  †

     "Conte d'Armignac, mon très chier et bon ami, Jehanne la Pucelle vous fait savoir que vostre message est venu par devers moy, lequel m'a dit que l'aviés envoié par-deçà pour savoir de moy auquel des trois papes, que mandés par mémoire, vous devriés croire. De laquelle vous ne puis bonnement faire savoir au vray pour le présent jusques à ce que je soye à Paris ou ailleurs, à requoy (1), car je suis pour le présent trop empeschiée au fait de la guerre : mais quant vous sarey que je seraz à Paris, envoiez ung message pardevers moy, et je vous feray savoir tout au vray auquel vous devrez croire, et que en aray sceu par le conseil de mon droiturier et souverain seigneur, le Roy de tout le monde, et que en aurez à faire, à tout mon povoir. A Dieu vous commans ; Dieu soit garde de vous.
   Escript à Compiengne. le XXII° jour d'aoust."


  Elle s'en rapporte a ce qu'elle en a dit devant.


Article 30. "Et ainsi requise par le comte d'Armagnac, comme on l'a rapporté, pour savoir qui des trois était le vrai pape, et auquel il fallait croire, non seulement elle a mis en doute qui il était, alors qu'il n'y avait qu'un pape unique et indubitable, mais encore, présumant trop d'elle-même, tenant de peu de poids l'autorité de l'Église universelle, et voulant préférer son dire à l'autorité de toute l'Église, elle affirma, sous certain terme préfix, qu'elle répondrait à quel pape il fallait croire ; et cela, qu'elle le découvrirait par le conseil de Dieu, ainsi qu'on le constate plus pleinement, dans sa lettre."

- Sur les articles 27, 28, 29 et 30, qui lui ont été exposés mot à mot, Jeanne s'en rapporte à la réponse qu'elle a faite, et qui est mise sous l'article 26.

  Elle s'en rapporte a ce qu'elle en a dit devant.

suite du réquisitoire art.31 à 50

                                                 


Source : traduction de Pierre Champion (1921).

Notes :
1 Voir reconstitution de la tenue de Jeanne.

2 De Courcelles omet les questions et les réponses de l'article 13. Il reprend aussi une partie de la réponse du 13° article dans le 14°.
On trouvera la réponse promise par Jeanne au début de la séance du 28 mars

3 Une phrase de Jeanne peu remarquée par les auteurs et pourtant tellement révélatrice (ndlr).

4 Rappelons que le réquisitoire de d'Estiivet est basé sur la minute française.
Courcelles et Cauchon se sont bien gardés de faire apparaitre cette requête de la dame de Luxembourg dans l'interrogatoire officiel du 3 mars. De Courcelles n'a pas modifié le réquisitoire de d'Estivet qui a été transcrit tel quel dans le procès officiel (témoignage de Manchon à la réhabilitation).

5 Le texte de Champion fait un contresens dans cette phrase. C'est celui de Tisset qui est reporté.

6 Robert de Baudricourt.

7 Cette dernière phrase figure dans la minute mais pas dans la séance officielle du 17 mars.


8 Lettre sans doute écrite en juillet 1429.



Procès de condamnation en Français (1431)
- Index

Préliminaires :
- ouverture du procès
- séance du 9 janvier

- séance du 13 janvier
- séance du 23 janvier
- séance du 13 février
- séances des 14 au 16 fév.
- séance du 19 février
- séance du 20 février

Procès d'office :
séances publiques
- 1ère séance du 21 février
- séance du 22 février
- séance du 24 février
- séance du 27 février
- séance du 1er mars
- séance du 3 mars
- réunions du 4 au 9 mars
séances dans la prison
- séance du 10 mars
- séance du 12 mars
- séance du 13 mars
- séance du 14 mars
- séance du 15 mars
- séance du 17 mars
- réunion du 18 mars
- réunion du 22 mars
- séance du 24 mars
- séance du 25 mars

Procès ordinaire :
- réunion du 26 mars
- réquisitoire du 27 mars
- suite réquisitoire 28 mars
- séance du 31 mars
- réunion du 2 avril
- réunion du 5 avril - articles
- suite - délibération
- exhor. charit. du 18 avril
- admonition du 2 mai
- menace torture du 9 mai
- délibération du 12 mai
- délibération du 19 mai
- admonestation du 23 mai
- abjuration du 24 mai

La cause de relapse :
- constat relapse du 28 mai
- délibération du 29 mai
- citation du 30 mai

Actes postérieurs




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire