Accueil                                                         Admin
21 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
V-2 - Déposition de Gérardin d'Épinal


Gérardin d'Épinal, laboureur, demeurant audit Domremy,âgé de soixante ans environ, seizième témoin produit dans cette cause d'inquisition, juré et interrogé audit Domremy l'an et le vendredi mentionné plus haut, requis par son serment [...]*.

  A savoir sur le premier des articles de l'interrogatoire, commençant par « Premièrement au sujet du lieu d'origine, etc. », et aussi sur les deuxième et troisième articles suivant, requis déclara par serment que cette Jeannette naquit audit Domremy et fut baptisée dans la paroisse de Saint-Remi du lieu ; ses parents furent Jacques d'Arc et Isabet, mariés ; ceux-ci, comme il le vit, étaient de bons catholiques et bonnes gens sans mauvaise renommée, de bonne réputation. Déclara aussi avoir entendu dire que Jean Morel, de Greux, fut son parrain, et Jeannette de Roze sa marraine. Ne sait rien d'autre.

  Sur l'article suivant, le quatrième commençant par « De même si dans son plus jeune âge, etc. », et aussi sur les cinquième, sixième, septième et huitième articles suivant, à lui pleinement exposés, requis déclara par serment avoir séjourné dans ledit village depuis l'âge de dix-huit ans ; il vit et il sut que Jeanne était honnête, franche et dévote. Elle allait volontiers à l'église et aux lieux saints, travaillait, filait, sarclait, et faisait tous les travaux domestiques nécessaires, comme les filles. Croit qu'elle se confessait volontiers, car elle était très dévote. Ne saurait rien ajouter à sa déposition.

  Sur l'article suivant, le neuvième, commençant par « De même qu'en est-il, etc. », requis déclara par serment que l'arbre en question est appelé « l'abre des dames ». Il vit les seigneurs féodaux de Domremy et leurs femmes au printemps, une ou deux fois, qui portaient du vin et du pain et allaient manger sous l'arbre, car celui-ci est beau comme les lys, épanoui, et ses feuilles et branches viennent jusqu'à terre. Les filles et les jeunes gens du village de Domremy ont l'habitude, au dimanche « des Fontaines », d'aller à cet arbre ; les mères leur font des pains et ils vont sous cet arbre « faire leurs fontaines » ; ils y chantent, font des rondes, et ensuite reviennent à la fontaine des Rains (1), mangent le pain et y boivent de l'eau, comme il le vit. Déclara que ladite Jeanne y allait avec les autres jeunes filles et faisait comme elles. N'a rien d'autre à ajouter à sa déposition.

  Sur l'article suivant, le dixième, commençant par « De même qu'on enquête, etc. », requis déclara ne rien savoir, si ce n'est que, au moment de son départ, elle lui dit : « Compère (2), si vous n'étiez bourguignon (3), je vous dirais bien quelque chose. » Le témoin croyait alors qu'il s'agissait de quelque ami qu'elle voulait épouser. Il la vit aussi à Châlons, avec quatre autres dudit village, et elle disait n'avoir pas peur, si ce n'est d'une trahison. Ne sait rien d'autre.

  Sur l'article suivant, le onzième de l'interrogatoire, commençant par « De même si dans ledit pays, etc. », requis déclara ne rien savoir.

  Sur l'article suivant, le douzième, commençant par « De même si Jeanne, etc. », requis déclara que cette Jeanne à l'époque en question séjourna un peu de temps à Neufchâteau et, à ce qu'il lui semble, avec son frère Jean d'Arc (4), depuis prévôt de Vaucouleurs ; elle gardait les animaux de son père, et elle partit de la demeure paternelle, car il lui était pénible, à ce qu'elle disait, de demeurer là. Ne sait rien d'autre.

  N'en sait pas plus. Cité il vint, et déposa sans passion ni haine, sans être sollicité ni payé, sans partialité. Et il lui fut enjoint, etc.


   

  Gerardinus de Spinalo, laborator, in dicto Dompno Remigio commorans, etatis Lei annorum vel circa, decimus sextus testis in hac inquisicionis causa, productus ; iuratus et examinatus in dicto Dompno Remigio, anno et die veneris immediate dictis, requisitus, per suum iuramentum [...] Videlicet

Super I° eorumdem articulorum, seu interrogatoriorum, articulo incipiente : "Primo, de loco originis, etc..." ; eciam super II° et III° sequentibus articulis, requisitus,
  "Dixit per dictum suum iuramentum quod ipsa Iohanneta fuit oriunda de dicto Dompno Remigio ; et baptizata in parrochia beati Remigii, eiusdem loci ; ac fuerunt eius progenitores Iacobus Darc et Ysabelleta, coniuges ; qui, prout vidit, absque diffamacione, erant boni catholici et bone gentes, boni nominis. Dixit eciam quod audivit dici quod Iohannes Morelli, de Greu, fuit suus patrinus, et Iohanneta de Roze, sua matrina. Nec aliud scit."

Super IV° sequente articulo, incipiente : "Item, si in primitiva elate, etc..." ; eciam super V°, VI°, VII° et VIII° sequentibus articulis, sibi ad plenum expositis, requisitus, per suum iuramentum,
  "Dixit ipse testis quod, a tempore quo habebat decem octo annos, mansit in dicta villa, viditque et cognovit dictam Iohannam verecundam, simplicem, devotamque. Ibat libenter ad ecclesiam et loca sacra. Laborabat, nebat, saclabat ; et cetera faciebat neccessaria domus, sicut filie. Credit quod libenter confitebatur, quia devota multum erat. Nec alias sciret deponere."

Super IX° sequente articulo, incipiente : "Item, quid habet fama, requisitus, etc...",
  "Dixit per suum iuramentum quod illa arbor vocatur l'obre dominarum. Vidit eciam quod domini et domine temporales de Dompno Remigio, semel aut bis, tempore veris, portabant vinum et panem ; et ibant comestum subtus arborem, quia tunc est pulcra sicut lilia ; et est dispersa, ac folia et rami eius veniunt usque ad terram. Consueverunt enim filie et iuvenes dicte ville de Dompno Remigio, in dominico des Fontaines, ire ad illam arborem ; et matres eorum faciunt panes ; et vadunt dicti pueri et puelle factum suos fontes subtus illam arborem. Cantant ibidem et coreant ; et postea redeunt ad fontem rannorum ; et comedunt panem, et bibunt de aqua illius, prout vidit. Dixitque quod dicta Iohanneta ibat cum aliis puellis ; et faciebat sicut alie puelle faciebant. Nec alias deposuit."

Super X° sequente articulo, incipiente : "Item, inquiratur, etc...", requisitus,
  "Dixit nichil scire, excepto quod, dum ipsa voluit recedere, dixit sibi : "Compater, nisi essetis burgundus, ego dicerem vobis aliqua". Credebat enim dictus testis quod fuisset pro aliquo socio, quem vellet disponsare. Eciam vidit eam Cathelani, cum quatuor dicte ville ; et dicebat quod non timebat nisi prodicionem. Nec aliud scit."

Super XI° sequente articulo sive interrogatorio incipiente : "Item, si in dicta patria, etc...", requisitus,
  
"Dixit se nichil scire."

Super XII° sequente articulo, incipiente : "Item, si quando, etc...", requisitus,
  "Dixit quod ipsa Iohanna fuit tempore articulato in Novo Castro, modicum, et, ut sibi videtur, cum fratre suo Iohanne Dalie, nunc preposito de Valliscolore. Et custudiebat animalia sui patris ; et recessit ad domum matris ; quia erat sibi, ut dicebat, grave ibidem stare. Nec aliud scit."

Plura nescit. Citatus venit. Nec amore [...]
Et fuit sibi iniunctum, etc.



Sources :
- "La rédaction épiscopale du procès de 1455-1456" - Paul Doncoeur et Yvonne Lanhers - 1961
Traduction : source Pierre Duparc.


- Articles du questionnaire

Notes :

* Voir serment Jean Morel.

1 Cette fontaine des Rains est souvent traduite par fontaine des "groseilles". Certains ont dit que "rains" pourrait être "grenouilles".
Il semble que sur l'acte d'accensement des biens en faveur de Gérardin d'Epinal en 1442 (photo), les termes "La Loge les Dames" (arbre des fées) et "Grouselier" accrédite la traduction "fontaine des groseilles". (ndlr)

2 Jeanne était la marraine de son fils Nicolas, donc Gérardin était son "compère" comme on disait à l'époque (voir déclaration de Zabillet, femme de Gérardin).

3 Il s'agit sans doute du Bourguignon de Domrémy dont parle Jeanne lors de son procès.

4 Nommé Jean Dalie dans l'original latin. C'est Jean Du Lys prononcé dans le lorrain de l'époque : Da li (ndlr)

 

Procès de réhabilitation
Témoins du pays de Jeanne

Questionnaire de Domrémy

Les dépositions :

Jean Morel
M. Dominique Jacob
Béatrice, vve Estellin
Jeannette, fme Thévenin
Jean Moen
M. Etienne de Sionne
Jeannette, vve Thiesselin
Louis de Martigny
Thévenin Royer
Jacquier de Saint-Amance
Bertrand Lacloppe
Perrin Drappier
Gérard Guillemette
Hauviette, fme Gérard de Sionne
Jean Waterin
Gérardin d'Epinal
Simonin Musnier
Zabillet, fme Gérardin
Mengette, fme Jean Joyart
M. Jean Colin
Colin, fils de Jean Colin
M. Jean de Metz
Michel Lebuin
Geoffroy du Foug
Durand Laxart
Catherine, fme Henri Royer
Henri Royer
M. Albert d'Ourches
Nicolas Bailly
Guillot Jaquier
M. Bertrand de Poulengy
M. Henri Arnolin
M. Jean Le Fumeux
Jean Jaquard

 
- Les dépositions - index



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire