Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition de Bertrand de Poulengy


  Noble homme messire Bertrand de Poulengy, écuyer de la maison du roi de France, âgé d'environ soixante-trois ans, trente et unième témoin produit dans cette cause d'inquisition, juré et interrogé dans cette cité de Toul l'an et le samedi sixième jour de février susdits, requis par serment...

I à III.
  A savoir sur le premier des articles commençant par « Premièrement sur le lieu d'origine, etc... », et aussi sur les deuxième et troisième articles suivant, requis, il déclara par serment que la Jeanne en question naquit, à ce qu'on dit, à Domremy ; son père fut Jacques d'Arc, de ce village ; il ignore le nom de sa mère ; mais il est allé plusieurs fois dans leur maison et sait que c'étaient de bons laboureurs, comme il l'a vu. Ne sait rien d'autre sur le contenu de ces articles.

IV à VIII.
  Sur le quatrième article suivant, commençant par « De même si dans son plus jeune âge, etc... », requis, il déclara ne rien savoir si ce n'est pas ouï-dire. Il entendit dire en effet que cette Jeanne dans son jeune âge était une bonne fille, de bonne tenue ; elle aimait aller à l'église, et presque chaque samedi elle allait à l'ermitage Notre-Dame de Bermont et y portait des cierges. Déclara aussi qu'elle filait, gardait parfois les animaux et les chevaux de son père. Ajouta qu'après son départ de la maison paternelle il la vit, tant à Vaucouleurs qu'ailleurs dans la guerre ; et il la vit se confesser souvent et parfois à deux reprises dans la semaine ; elle recevait l'eucharistie et était fort pieuse. Ne sait rien d'autre sur le contenu de ces articles.

IX.
  Sur l'article suivant, le neuvième, commençant par « De même qu'en est-il, etc... », requis, il déclara avoir vu plusieurs fois l'arbre en question, et il y alla pendant une douzaine d'années avant d'avoir rencontré Jeanne. Il ajouta avoir entendu dire que les jeunes filles et les jeunes gens du village de Domremy et des autres villages voisins vont durant l'été se promener et faire des rondes sous cet arbre. Ne sait rien d'autre sur le contenu des articles.

X.
  Sur l'article suivant, le dixième, commençant par « De même qu'on enquête, etc... », requis, il déclara par serment que Jeanne la Pucelle vint à Vaucouleurs, vers l'Ascension du Seigneur, lui semble-t-il, et il la vit alors parler à Robert de Baudricourt, le capitaine de la ville ; elle disait être venue vers Robert de la part de son Seigneur, pour qu'il mandât au dauphin de tenir bon et de ne pas engager bataille contre ses ennemis, car son Seigneur lui apporterait un secours avant la mi-carême. Cette Jeanne disait en effet que le royaume n'appartenait pas au dauphin, mais à son Seigneur ; ce dernier cependant voulait que le dauphin devint roi et tint le royaume en commande ; elle ajoutait que, malgré ses ennemis, le dauphin deviendrait roi et qu'elle le conduirait pour le faire sacrer. Lequel Robert lui ayant demandé quel était son Seigneur, elle répondit : « Le roi du ciel. » Cela fait, elle retourna à la maison de son père avec un de ses oncles, nommé Durand Laxart de Burey-le-Petit. Ensuite, vers le début du carême, Jeanne revint à Vaucouleurs, cherchant une compagnie pour aller vers le seigneur dauphin ; voyant cela le témoin, lui, et Jean de Metz proposèrent ensemble de la conduire au roi, alors dauphin. Après être allée en pèlerinageà Saint-Nicolas et s'être rendue grâce à un sauf-conduit auprès du duc de Lorraine, qui voulait la voir, Jeanne revint à Vaucouleurs dans la maison d'Henri Le Royer de ladite ville ; alors Bertrand, le témoin qui parle, et Jean de Metz firent tant, avec l'aide des autres gens de Vaucouleurs, qu'elle put quitter ses vêtements féminins, de couleur rouge, pour ce qu'ils lui firent préparer : une tunique et des vêtements d'homme, des éperons, des chausses, une épée et autres choses semblables, ainsi qu'un cheval ; puis avec ladite Jeanne, avec Julien, serviteur dudit témoin, Jean de Honnecourt, serviteur de Jean de Metz, Colet de Vienne et Richard l'Archier, ils se mirent en route pour aller vers le dauphin. Au départ du pays, le premier jour, ils craignaient les bandes de Bourguignons et d'Anglais, alors tout-puissants, et ils marchèrent pendant une nuit. Le témoin déclara aussi que cette Jeanne la Pucelle lui disait, à lui, témoin, à Jean de Metz et aux autres allant avec eux, qu'il serait bon d'entendre la messe ; mais ils ne le purent, tant qu'ils furent dans les pays en guerre, pour ne pas être reconnus. Chaque nuit elle était couchée avec lesdits Jean de Metz et le témoin, elle était cependant revêtue de son pourpoint et ses chausses lacées et fixées. Il déclara aussi qu'à cette époque lui, témoin, était jeune ; cependant il n'avait pas le désir ni quelque envie charnelle de connaître une femme, et il n'aurait pas osé solliciter ladite Jeanne, à cause de la bonté qu'il voyait en elle.
  Ledit témoin ajouta qu'ils restèrent onze jours en voyage pour aller jusqu'au roi, alors dauphin, et en route ils eurent beaucoup d'inquiétudes ; mais Jeanne toujours leur disait de ne rien craindre, car, une fois arrivés dans la ville de Chinon, le noble dauphin leur ferait bon visage. Elle ne jurait jamais ; et le témoin, selon ses dires, était très enflammé par ses paroles, car elle lui semblait être envoyée par Dieu ; jamais en elle il ne vit quelque chose de mauvais, mais toujours elle fut une fille si bonne qu'on aurait dit une sainte ; et ainsi ensemble, sans grand encombre, ils cheminèrent jusqu'au lieu de Chinon, où était le roi, alors dauphin ; et arrivés audit lieu de Chinon, ils présentèrent ladite Pucelle aux nobles et gens du roi, auxquels le témoin s'en rapporte pour les actions de Jeanne. Il ne saurait rien ajouter à sa déposition.

XI.
    Sur le chapitre suivant, le onzième, commençant par « De même si dans ledit pays, etc... », requis, il déclara ne rien savoir, si ce n'est qu'il entendit dire par quelques personnes que l'enquête avait été corrigée ; mais ne sait qui agirent ainsi.

XII.
    Sur l'article suivant, le douzième, commençant par « De même si quand, etc... », requis, il déclara ne rien savoir.

  N'en sait pas plus. Cité il vint, et a déposé sans passion ni haine, sans être sollicité ni payé, sans crainte ni partialité.
  Et il lui fut enjoint, etc...


 

Nobilis vir, dominus Bertrandus de Poulengeyo, scutiffer scutifferie regis Francie, etatis LXIII annorum, vel circa, tricesimus primus testis in huiusmodi inquisicionis causa productus, iuratus et examinatus, in dicta civitate tullensi, anno et die sexta februarii, predictis, requisitus, per suum iuramentum [...] Videlicet

Super I° eorumdem articulorum articulo, incipiente : « Primo de loco originis » ; eciam super II° et III° sequentibus articulis, requisites,
  "Dixit per suum dictum iuramentum, quod Iohanna articulata fuit oriunda de Dompno Remigio, ut dicebatur ; fuitque eius pater Iacobus Darc, eiusdem ville. Nomen eius matris ignorat. Sed in domo ipsorum pluries fuit, et scit quod erant boni laboratores, prout vidit. Nec aliud scit de contentis in dictis articulis."

Super IV° sequente articulo, incipiente : "Item, si in primitiva etate, etc..." ; eciam super V°, VI°, VII° et VIII° sequentibus articulis, requisitus,
  "Dixit se nichil scire, nisi ex auditu. Audivit enim dici quod ipsa Iohanna in sea iuvenili etate erat bona filia, bone conversacionis. Ibatque libenter ad ecclesiam, et quasi quolibet die sabbati ibat ad heremum beate Marie de Bermont ; et portabat candelas. Dixit eciam quod nebat ac animalia et equos patris aliquando custodiebat. Dixit insuper quod, postquam dicta Iohanna recessit a domo patris, ipse testis vidit eam, tam in Valliscolore, quam alibi in guerra. Et vidit eam pluries et aliquociens bis in ebdomada confiteri. Et Eucaristiam sumebat, ac erat multum devota. Nec aliud scit de contentis in eisdem articulis."

Super IX° sequente articulo, incipiente : "Item, quid habet fama, etc...", requisites,
  "Dixit idem testis quod pluries vidit illam arborem articulatam ; ac sub eadem fuit per duodecim annos antequam vidisset dictam Iohannam. Dicit eciam, prout dici audivit, quod puelle et iuvenes pueri dicte ville de Dompno Remigio et aliarum villarum vicinarum, tempore estatis, vadunt spaciatum et choreatum subtus illam arborem. Nec aliud scit de contentis in codem."

Super X° sequente articulo, incipiente : "Item, inquiratur, etc...", requisitus, per dictum suum iuramentum,
  "Dixit quod ipsa Iohanna la Pucelle venit ad Valliscolorem circa Ascensionem Domini (2), ut sibi videtur ; et tunc vidit cam loqui Roberto de Baudricuria, tunc cappitaneo dicte ville. Que dicebat quod ipsa venerat versus ipsum Robertum, ex parte Domini sui, ut ipse mandaret Dalphino quod se bene teneret, et quad non assignaret bellum suis inimicis ; quia eius Dominus daret sibi succursum infra medium quadragesime. Dicebat etenim ipsa Iohanna quod regnum non spectabat Dalphino, sed Domino suo. Actamen Dominus suus volebat quod ipse Dalphinus efficeretur rex, et quod haberet in commendam illud regnum. Dicendo quod, invitis inimicis eiusdem Dalphini, fieret rex ; et ipsa duceret cum ad consecrandum. Qui Robertus ab ea peciit quis esset eius Dominus. Que respondit : "Rex celi". Et hoc facto, recessit ad domum patris, cum quodam suo avunculo, nuncupato Durando Laxart, de Bureyo Parvo. Et postea versus inicium quadragesime, ipsa lohanna rediit ad dictum locum Valliscoloris, querendo societatem ad eundum versus dominum Dalphinum. Et hec videns idem testis, ipse et Iohannes de Metis proposuerunt insimul quod eam ducerent ad regem, tunc Dalphinum. Et postquam ipsa Iohanna fuit in peregrinagio in Sancto Nicolao et exstitit versus dominum ducem Lothoringie, qui eam cum salvo conductu voluerat videre. Quodque ipsa lohanna reversa apud dictum Valliscolorem et domum habitacionis Henrici Rotarii, dicte ville, ipse Bertrandus, testis loquens, et Iohannes de Metis, tantum fecerunt, cum adiutorio aliarum gencium de Valliscolore, quod ipsa dimisit suas vestes mulieris, rubei coloris ; et fecerunt sibi fieri tunicam et vestimenta hominis, calcaria, ocreas, ensem et similia, ac unum equum. Et tunc ipsi, cum dicta Iohanna, et cum Iuliano servitore ipsius testis, Iohanne de Honecourt, servitore Iohannis de Metis, Coleto de Vienna et Richardo saggitario, iter suum acceperunt, pro eundo versus Dalphinum. Et in exitu patrie, in prima die, timebant, propter armatos Burgundorum et Anglicorum tunc regnancium, et iverunt per unam noctem. Dixit eciam idem testis quod ipsa Iohanna la Pucelle dicebat eidem testi, Iohanni de Metis, et aliis secum itinerantibus, quod bonum esset quad audirent missam. Sed, dum erant in patria guerre, non poterant ; et eo quad non cognosceretur. Qualibet nocte iacebat cum eisdem lohanne de Metis et teste loquente, ipsa tamen induta suo lodice et caligis suis ligulata et firmata. Dixit eciam ipse testis, quod tunc temporis erat iuvenis, actamen non habebat voluntatem nec aliquem motum carnalem cognoscendi mulierem. Nec ausus fuisset requirere dictam Iohannam, propter eius bonitatem, quam videbat in ea. Dixit eciam ipse testis quod ipsi manserunt per undecim dies per iter eundo usque ad regem tunc Dalphinum. Et eundo, habuerunt multa dubia. Sed dicta Iohanna semper dicebat eis quod non timerent ; quia, ipsis perventis ad villam de Chinon, nobilis Dalphinus faceret eis bonum vultum. Nunquam iurabat ; ac erat ipse testis, ut dixit, multum infammatus suis vocibus, quia sibi videtur quod erat ex Deo missa ; nec unquam in ipsa vidit aliquod malum ; sed semper fuit ita bona film sicut fuisset sancta. Et taliter insimul, sine aliquo magno impedimento, itineraverunt, quoad locum de Chinon, ubi erat dictus rex, tunc Dalphinus, accesserunt. Et, dum in dicto loco de Chinon fuerunt, dictam Puellam nobilibus et gentibus regis presentaverunt, quibus idem testis de gestis eiusdem Iohanne se reffert. Nec aliter proprie sciret deponere."

Super XI° sequente articulo, incipiente : "Item, si in dicta patria, etc...", requisitus,
  "Dixit se nichil scire, nisi ex auditu ab aliquibus, quibus dici audivit quod corrigere fecerant informacionem. Sed nescit qui fuerint."

Super XII° sequente articulo, incipiente : "Item, si quando, etc..." ; requisitus,
  "Dixit se nichil scire."

Plura nescit. Citatus venit. Nec amore [...]
Et fuit sibi iniunctum, etc...



Sources :
- Texte original latin : "La rédaction épiscopale du procès de 1455-1456" - Paul Doncoeur et Yvonne Lanhers - 1961
.
- Traduction : source Pierre Duparc.

Notes :
1 en commende : de commendare "confier", se dit de la concession d'un bénéfice accordé à un religieux ou un laïc (Petit Robert).

2 L'Ascension tombe le 13 mai 1428.
La mi-carême était le 1er mars 1429.
NDLR : Cette première entrevue de Jeanne avec Baudricourt vers l'Ascension, parait peu probable à cette date. Poulengy est le seul témoin à en parler et de nombreux éléments font penser à une erreur sur cette date. Voir dossier sur ce sujet.

Note de J.B.J. Ayroles sur B. de Poulengy : Bertrand de Poulengy, autant qu'on en peut juger par une pièce authentique, était établi dans le pays, à titre de seigneur foncier, quelques années avant la mission de la Pucelle. Il avait sûrement sa résidence sous la prévôté de Gondrecourt ; mais pas dans un lieu dont il portât le nom, car il est impossible d'identifier ce nom avec aucun de ceux du Barrois et des Évêchés. Il est probable qu'il remplissait un office notable dans la capitainerie de Vaucouleurs, lorsque Jeanne s'y présenta.


 

Procès de réhabilitation
Témoins du pays de Jeanne

Questionnaire de Domrémy

Les dépositions :

Jean Morel
M. Dominique Jacob
Béatrice, vve Estellin
Jeannette, fme Thévenin
Jean Moen
M. Etienne de Sionne
Jeannette, vve Thiesselin
Louis de Martigny
Thévenin Royer
Jacquier de Saint-Amance
Bertrand Lacloppe
Perrin Drappier
Gérard Guillemette
Hauviette, fme Gérard de Sionne
Jean Waterin
Gérardin d'Epinal
Simonin Musnier
Zabillet, fme Gérardin
Mengette, fme Jean Joyart
M. Jean Colin
Colin, fils de Jean Colin
M. Jean de Metz
Michel Lebuin
Geoffroy du Foug
Durand Laxart
Catherine, fme Henri Royer
Henri Royer
M. Albert d'Ourches
Nicolas Bailly
Guillot Jaquier
M. Bertrand de Poulengy
M. Henri Arnolin
M. Jean Le Fumeux
Jean Jaquard

 
- Les dépositions - index



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire