Accueil                                                         Admin
21 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
V-2 - Déposition de Jean Waterin


  Jean Waterin de Domremy, demeurant au village de Greux près dudit Domremy, laboureur, âgé de quarante-cinq ans environ, quinzième témoin produit dans cette cause, juré et interrogé audit Domremy, l'an et le vendredi avant-dernier jour de janvier susdits, requis par son serment [...]*.

  A savoir sur le premier des articles de l'interrogatoire commençant par « Premièrement au sujet du lieu d'origine, etc. », et aussi sur les deuxième et troisième articles suivant, requis déclara que Jeanne la Pucelle naquit à Domremy, dans la paroisse de ce lieu ; ses parents furent Jacques d'Arc et Isabet, mariés, qui étaient bons catholiques et de bonne réputation, en tant que laboureurs, comme il le vit. Il connaît aussi Jean Morel, le parrain, Jeannette Roze et Jeanne de Vittel, les marraines de cette Jeannette. N'a rien d'autre à ajouter à sa déposition.

  Sur l'article suivant, le quatrième, commençant par « De même si dans son plus jeune âge, etc. », et aussi sur les cinquième, sixième, septième et huitième articles suivant, à lui exposés avec soin, requis déclara avoir vu plusieurs fois Jeannette la Pucelle ; dans sa jeunesse il alla avec elle à la charrue du père de cette Jeanne, ou avec d'autres jeunes filles et elle dans les pâtures et les prés ; et souvent, pendant que les autres jouaient ensemble, Jeanne se tirait à part et parlait à Dieu, comme il lui semblait ; et lui avec les autres se moquait d'elle. Elle était bonne et franche, fréquentait les églises et les lieux saints ; parfois aussi quand elle était dans les champs et entendait la cloche sonner, elle se mettait à genoux; elle travaillait volontiers, filait, accomplissait ce qui était nécessaire et utile à la maison, allait à la charrue avec son père et parfois gardait le troupeau, à son tour ; elle se confessait volontiers, aux dires du prêtre du village ; elle portait souvent des cierges et allait au pèlerinage de Notre-Dame de Bermont. Ne saurait ajouter autre chose à sa déposition.

  Sur l'article suivant, le neuvième, commençant par « De  même qu'en est-il, etc. », requis déclara par serment que l'arbre en question est communément appelé « l'arbre des dames »; il entendit dire qu'anciennement des femmes, appelées ordinairement « fées », allaient sous cet arbre ; cependant n'entendit jamais dire que quelqu'un les ait vues sous cet arbre. Déclara en outre que les jeunes filles et les jeunes gens du village de Domremy, chaque année au temps de l'été et au dimanche appelé « des Fontaines », ont coutume d'aller sous cet arbre, apportent de petits pains, et là mangent, dansent sous l'arbre ; en revenant ils vont à la fontaine des Rains, parfois à d'autres fontaines, et boivent. Déclara que Jeanne autrefois et au même dimanche, comme il le vit, se rendit à cet arbre avec d'autres jeunes filles, pour jouer et se promener comme elles. N'eut rien à ajouter à sa déposition.

  Sur l'article suivant, le dixième, commençant par « De même qu'on enquête, etc. », requis déclara l'avoir vu partir du village de Greux, et elle disait aux gens : « Adieu ! » L'entendit en effet plusieurs fois dire qu'elle relèverait la France et le sang royal. Ne sait rien d'autre.

  Sur l'article suivant, le onzième, commençant par « De même si dans ledit pays, etc. », requis déclara ne rien savoir.

  Sur l'article suivant, le douzième, commençant par « De même si Jeanne, etc. », requis déclara que cette Jeannette, pendant son séjour à Neufchâteau, fut toujours dans la compagnie de ses père et mère ; le témoin parla en connaissance de cause, car lui-même fut alors à Neufchâteau avec les autres du village.

  Ne sait rien de plus. Cité il vint, déposa sans passion ni haine, sans être sollicité ni payé, sans partialité. Et il lui fut enjoint, etc.

   

  Iohannes Waterin, de Dompno Remigio, in villa de Greu, iuxta dictam villam dicti Dompni Remigii, commorans, laborator, etatis XLV annorum vel circa, quintus decimus testis in hac causa productus, iuratus et examinatus in dicto Dompno Remigio, anno et die veneris penultima mensis ianuarii, predictis, requisitus, per suum iuramentum [...] Videlicet

Super I° eorumdem articulorum, sive interrogatoriorum, articulo, incipiente : "Primo, de loco originis, etc..." ; eciam super II° et III° sequentibus articulis, requisitus,
  "Dixit quod Iohanna la Pucelle fuit oriunda de dicto Dompno Remigio et parrochia eiusdem loci. Et fuerunt eius progenitores Iacobus Darc et Ysabelleta, coniuges, qui erant boni catholici et bone fame, ut laboratores, prout vidit. Cognoscit Iohannem Morelli, patrinum et Iohannetam Roze, ac Iohannam de Vitello, matrinas, ut dicitur, lohannete articulate. Nec alias deposuit."

Super IV° sequente articulo, incipiente : "Item, si in primitiva, etc...", eciam super V°, VI°, VII° et VIII° sequentibus articulis sibi diligenter expositis, requisitus,
  "Dixit quod vidit pluries Iohannetam la Pucelle ; et fuit in iuventute sua cum ipsa ad aratrum patris ipsius Iohanne, et cum aliis puellis et ipsa in pasturiis sive pascuis. Et sepe, dum iocarent insimul, ipsa Iohanna se trahebat ad partem et loquebatur Deo, ut situ videbatur. Et ipse et alii deridebant eam. Bona erat et simplex ; frequentabat ecclesias et loca sacra, ita quod aliquociens, dum erat in campis et ipsa audiebat campanam pulsare, flectebat genua. Libenter operabatur, nebat, neccessaria et utilia domus preparabat ; ad aratrum cum patre ibat ; et aliquando animalia ad turnum custodiebat; confitebaturque libenter, ut tunc dicebat presbiter dicte ville ; portabat sepe candelas et ibat ad Nostram Dominam de Bermont, in peregrinacionem. Nec aliter sciret deponere."

Super IX° sequente articulo, incipiente : "Item, quid habet fama etc...", requisitus, per dictum suum iuramentum,
  "Dixit quod arbor articulata vocatur communiter l'obre dominarum. Et audivit dici quod antiquitus mulieres, que fees vulgariter vocabantur, ibant subtus illam arborem ; tamen non audivit dici quod aliquis unquam subtus illam arborem viderit eas. Tamen dixit insuper quod puelle et iuvenes dicte ville de Dompno Remigio, anno quolibet, estatis tempore, ac in die dominico dicto des Fontaines, solent ire subtus illam arborem. Portant parvos panes, comeduntque ; tripudiant subtus illam arborem ; et redeundo veniunt ad fontem rannorum ; et aliquociens ad alios fontes, et bibunt. Dixit quod Iohanna alias dicto dominico fuit, ut sibi visum fuit, cum dictis puellis subtus illam arborem, ad iocandum et spaciandum, sicut cetere filie. Nec alias deposuit."

Super X° sequente articulo, incipiente : "Item, inquiratur, etc...",
  "Dixit requisitus, quod vidit eam recedere a villa de Greu, et dicebat gentibus : "Ad Deum !" Audivit enim pluries sibi dici quod relevaret Franciam et sanguinem regalem. Nec aliud scit."

Super XI° sequente articulo, incipiente : "Item, si in dicta patria, etc...", requisitus,
 "dixit se nichil scire".

Super XII° sequente articulo, incipiente : "Item, si quando lohanna, etc...", requisitus,
  "Dixit quod ipso Iohanneta, dum fuit in Novo Castro semper fuit in comitiva patris et matris ; reddens causam, quia ipse testis tunc fuit in Novo Castro, cum aliis dicte ville."

Plura nescit. Citatus venit. Nec amore [...]
Et fuit sibi iniunctum, etc.
..



Sources :
- "La rédaction épiscopale du procès de 1455-1456" - Paul Doncoeur et Yvonne Lanhers - 1961
Traduction : source Pierre Duparc.


- Articles du questionnaire

Notes :

* Voir serment Jean Morel.

1 note de J.B.J. Ayroles : "Jean Watterin a travaillé dans la maison de Jacques d'Arc. Ne serait-ce pas le jeune homme qui se prêta au stratagème de la famille pour arrêter Jeanne, et la fit citer devant l'officialité de Toul, afin de la contraindre à tenir de prétendues fiançailles ? La confidence qu'il nous dira avoir reçue de Jeanne n'était-elle pas arrachée par les obsessions dont il a dû la poursuivre ?"

 

Procès de réhabilitation
Témoins du pays de Jeanne

Questionnaire de Domrémy

Les dépositions :

Jean Morel
M. Dominique Jacob
Béatrice, vve Estellin
Jeannette, fme Thévenin
Jean Moen
M. Etienne de Sionne
Jeannette, vve Thiesselin
Louis de Martigny
Thévenin Royer
Jacquier de Saint-Amance
Bertrand Lacloppe
Perrin Drappier
Gérard Guillemette
Hauviette, fme Gérard de Sionne
Jean Waterin
Gérardin d'Epinal
Simonin Musnier
Zabillet, fme Gérardin
Mengette, fme Jean Joyart
M. Jean Colin
Colin, fils de Jean Colin
M. Jean de Metz
Michel Lebuin
Geoffroy du Foug
Durand Laxart
Catherine, fme Henri Royer
Henri Royer
M. Albert d'Ourches
Nicolas Bailly
Guillot Jaquier
M. Bertrand de Poulengy
M. Henri Arnolin
M. Jean Le Fumeux
Jean Jaquard

 
- Les dépositions - index



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire