Accueil                                                         Admin
13 décembre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
V-2 - Déposition de Hauviette, femme de Gérard de Syonne


  Hauviette, femme de Gérard de Syonne, laboureur demeurant audit Domremy, âgée de quarante-cinq ans environ, quatorzième témoin dans cette cause d'inquisition, produit et juré l'an et le jeudi vingt-neuvième jour de janvier susdits, interrogée le vendredi avant-dernier jour du mois de cette année, requise par son serment [...]*.

  A savoir sur le premier des articles de l'interrogatoire, commençant par « Premièrement au sujet du lieu d'origine, etc. », et aussi sur les deuxième et troisième articles suivant, requise déclara avoir connu dès sa jeunesse Jeanne dite la Pucelle, qui est née à Domremy de Jacques d'Arc et Isabet mariés, honnêtes laboureurs et bons catholiques, de bonne renommée ; et le sait, car souvent elle s'est trouvée et a dormi amicalement dans la maison de son père. Ne se souvient cependant pas des parrains et marraines, sinon par ouï-dire, car Jeanne était, à ce qu'elle disait, plus âgée qu'elle de trois ou quatre ans (1). Ne sait rien d'autre.

  Sur l'article suivant, le quatrième, commençant par « De même si dans son plus jeune âge, etc. », et aussi sur les cinquième, sixième, septième et huitième articles suivant, à elle exposés, requise déclara par serment que cette Jeanne était bonne fille, franche et douce ; elle allait volontiers et souvent à l'église et à des lieux saints ; et souvent elle avait de l'embarras parce que les gens lui disaient qu'elle allait trop dévotement à l'église ; elle a en effet entendu dire par le curé de l'époque qu'elle se confessait à plusieurs reprises. Jeanne travaillait
comme les autres jeunes filles ; elle accomplissait les travaux domestiques, filait (2), et parfois gardait, comme la vit le témoin, les animaux de son père. Ne sait rien d'autre.

  Sur l'article suivant, le neuvième, commençant par « De même qu'en est-il, etc. », requise déclara que l'arbre est appelé « l'arbre des dames » depuis l'ancien temps, et on disait qu'anciennement les dames appelées « fées » allaient à cet arbre ; cependant elle n'a jamais entendu dire que quelqu'un les ait vues. Déclara aussi que jeunes filles et jeunes gens du village avaient l'habitude d'aller à cet arbre et à la fontaine des Rains (3) le dimanche du Letare Jerusalem (4), dit « des Fontaines », et emportaient du pain ; et le témoin y alla avec Jeanne la Pucelle, qui était son amie, et avec d'autres jeunes filles, audit dimanche des Fontaines ; et là on mangeait, on se promenait, on jouait. Déclara aussi avoir vu porter des noix autour de cet arbre et aux fontaines. Ne saurait ajouter autre chose à sa déposition.

  Sur l'article suivant, le dixième, commençant par « De même qu'on enquête, etc. », requise déclara qu'elle ne sut rien du départ de Jeanne ; mais elle qui témoigne à cause de cela pleura beaucoup, car elle aimait Jeanne qui était si bonne, et qui était sa compagne. Ne sait rien d'autre.

  Sur l'article suivant, le onzième, commençant par « De même si dans ledit pays, etc. », requise déclara ne rien savoir.

  Sur l'article suivant, le douzième, commençant par « De même si Jeanne, etc. », requise déclara par serment que ladite Jeanne resta toujours à Neufchâteau avec ses père et mère, car le témoin était alors aussi à Neufchâteau et la vit toujours. Ne sait rien de plus.

  Citée elle vint et a déposé sans passion ni partialité, sans crainte, sans être payée ni sollicitée. Et il lui fut enjoint, etc.

   

     Hauvietta, uxor Gerardi de Syna, laboratoris, in dicto Dompno Remigio commorantis, etatis XLV annorum vel circa, decima quarta testis in hac inquisicionis causa, in dicto Dompno Remigio producta et iurata, anno et die iovis, vicesima nona mensis ianuarii predictis, et examinata eodem anno, die veneris, penultima eiusdem mensis ; requisita, per suum iuramentum [...] Videlicet

Super I° eorumdem articulorum, sive interrogatoriorum, articulo, incipiente : Primo, etc..., eciam super II° et III°, sequentibus articulis, requisita,
  "Dixit quod a iuventute sua cognovit Iohannam, dictam la Pucelle, que fuit oriunda de dicto Dompno Remigio, ex Iacobo Darc et Ysabelleta, coniugibus, probis laboratoribus et veris catholicis, bone fame. Et hoc scit, quia multocieas cum dicta Iohanna stetit, et iacuit amorose, in domo patris sui. Non recordatur lumen de patrinis et matrinis, nisi per auditum, quia ipsa Iohanna erat antiquior ipsa teste, prout dicebatur, de tribus aut quatuor annis. Nec aliud scit."

Super IV° sequente articulo, incipiente : "Item, si in primitiva etate, etc..." ; eciam super V°, VI°, VII° et VIII° sequentibus articulis sibi expositis, requisita per dictum suum iuramentum,
  "Dixit quod ipsa Iohanna erat bona, simplex, dulcis filia ; ac ibat libenter et sepe ad ecclesiam et loca sacra. Et sepe habebat verecundiam eo quod gentes dicebant sibi quod nimis devote ibat ad ecclesiam. Audivit enim dici curato, tunc temporis existente, quod phiries confitebatur. Occuppabat se dicta Iohanna, sicut cetere puelle faciunt, nebat, neccessaria domus faciebat ; et aliquando animalia sui patris, prout vidit, custodiebat. Nec aliud scit."

Super IX° sequente articulo, incipiente : "Item, quid habet, etc...", requisita,
  "Dixit quod arbor illa vocatur l'obre dominarum ab antiquo. Et dicebatur antiquitus quod domine, que vocantur fees, ibant ad illam arborem. Actamen nunquam audivit quod aliquis unquam aliquas viderit. Dixit eciam quod puelle et pueri dicte ville consueverunt ire ad arborem et ad fontem rannorum in die dominico Letare Iherusalem, dicto des Fontaines ; et secum portant panem. Et ipsa testis cum Iohanna la Pucelle, que erat socia sua, alias cum aliis iuvenculis, ad dictam arborem fuit, in dicto dominico des Fontaines. Et ibidem comedebant, spaciabant et iocabant. Dixit eciam quod vidit portare nuces circa illa arborem et ad fontes. Nec alias sciret deponere."

Super X° sequente articulo, incipiente : "Item, inquiratur, etc...", requisita,
  "Dixit quod nescivit recessum dicte Iohannete. Que testis propter hoc multum flevit, quia earn multum, propter suam bonitatem, diligebat et quia sua socia erat. Nec aliud scit."

Super XI°, sequente articulo, incipiente : "Item, si in dicta patria, etc...", requisita,
  
"Dixit se nichil scire."

Super XII° sequente articulo incipiente : "Item, si quando Iohanna, etc...", requisita, per dictum suum iuramentum,
  "Dixit quod semper ipsa Iohanna fuit in Novo Castro, cum patre et matre suis, quia ipsa testis in dicto Novo Castro tune temporis fuit. Et illam semper vidit."

Plura nescit. Citata venit. Nec amore [...1
Et fuit sibi iniunctum, etc..."



Sources :
- "La rédaction épiscopale du procès de 1455-1456" - Paul Doncoeur et Yvonne Lanhers - 1961
Traduction : source Pierre Duparc.


- Articles du questionnaire

Notes :
* Voir serment Jean Morel.


1 Ce témoignage est un des fondements sur lesquels les "spécialistes" d'une Jeanne d'Arc de filiation Orléaniste (fille du Duc d'Orléans et Isabeau de Bavière, mère de Charles VII !) inventent leur théorie. Hauviette vieillit Jeanne de 3 ou 4 ans ce qui permet alors la faire naître vers 1407 et rend leur montage possible (le Duc l'Orléans ayant été assassiné en 1407). Ils n'hésitent d'ailleurs pas à déclarer qu'Hauviette étant une des proches amies, elle ne peut pas se tromper. Ces "pseudo-historiens" ne retiennent que ce qui les intéresse car Hauviette elle-même se contredit en déclarant à l'interrogateur qu'elle a 45 ans ou environ (le témoignage a lieu le 30 janvier 1456) ce qui la fait naitre vers 1411/1412, soit le même âge que Jeanne d'Arc!

2 Aucun témoignage de Domrémy ne spécifie qu'elle cousait (elle filait) et pourtant à Rouen lors de son procès elle déclarera avoir appris à coudre et à filer.

3 De nombreux auteurs (dont Joseph Fabre) placent cette fontaine des groseillers à côté de l'arbre aux dames. En fait elle se situe beaucoup plus près du village.
La fontaine qui se situe près de l'arbre s'appelle la fontaine des fiévreux (appelée aujourd'hui "fontaine de la Pucelle").

4 On appelait ainsi le 4ème dimanche du carême (dimanche de la mi-carême) parce que ce jour-là, on chante à l'introduction de la messe : "Lætare Jerusalem... / Réjouis-toi Jerusalem, et vous tous qui l'aimez, assemblez-vous."

 
 

Procès de réhabilitation
Témoins du pays de Jeanne

Questionnaire de Domrémy

Les dépositions :

Jean Morel
M. Dominique Jacob
Béatrice, vve Estellin
Jeannette, fme Thévenin
Jean Moen
M. Etienne de Sionne
Jeannette, vve Thiesselin
Louis de Martigny
Thévenin Royer
Jacquier de Saint-Amance
Bertrand Lacloppe
Perrin Drappier
Gérard Guillemette
Hauviette, fme Gérard de Sionne
Jean Waterin
Gérardin d'Epinal
Simonin Musnier
Zabillet, fme Gérardin
Mengette, fme Jean Joyart
M. Jean Colin
Colin, fils de Jean Colin
M. Jean de Metz
Michel Lebuin
Geoffroy du Foug
Durand Laxart
Catherine, fme Henri Royer
Henri Royer
M. Albert d'Ourches
Nicolas Bailly
Guillot Jaquier
M. Bertrand de Poulengy
M. Henri Arnolin
M. Jean Le Fumeux
Jean Jaquard

 
- Les dépositions - index



Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire