Accueil                                                         Admin
21 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Sources diverses - index
Le traité de Jacques Gelu sur la Pucelle.

acques Gelu fut certainement un des hommes les plus en vue dans l'époque où il vécut; il mania, dans l'Église et dans l'État, les affaires les plus épineuses et les plus importantes.
  Il a écrit, dans les pages en blanc d'un exemplaire du décret de Gratien, la suite et la date des principaux événements de sa vie jusques en 1421.  Martène a fait entrer cette notice dans sa vaste collection : thesaurus anecdotorum.
  Deux autres notices sont encore inédites; l'une est en tête du traité de la Pucelle dont il va être parlé. Elle est signée des initiales de l'un de ses compatriotes, J.-B.-L. A. P. ejus contetraneus. L'autre est celle que le Père Fournier lui consacre dans son histoire des Alpes Cottiennes. Le Jésuite nous apprend qu'elle lui est fournie par Gelu lui-même, qui, ayant entrepris une histoire des archevêques d'Embrun qu'il ne poussa pas loin, remplit la page qu'il avait réservée pour son nom. C'est à ces trois sources principalement que sont puisés les détails suivants (1).

  Yvoy, dans le Luxembourg et au diocèse de Trèves, fut le berceau de Jacques Gelu. Ses parents, des modèles de vertus chrétiennes, avaient une position sociale assez élevée pour que, dès sa neuvième année, Jacques ait pu être placé auprès du chancelier du Brabant. L'enfant y apprit la langue allemande, et, après quinze mois, vint commencer à Paris le cours de ses études classiques. Reçu avec éclat maître ès arts en 1391, il s'adonna à l'étude de la jurisprudence canonique et civile, conquit ses premiers degrés en droit canon en 1395, et celui de licencié ès lois civiles en 1401, à Orléans où il avait passé sept ans.
  Après des études si approfondies, il n'est pas étonnant qu'il ait enseigné la science canonique dans les hautes écoles de Paris, in magnis scholis, comme il le dit lui-même. Le frère du roi, le duc d'Orléans, mit le célèbre professeur parmi ses maîtres des requêtes, et lui confia même la charge de chancelier.
  Les charges du Parlement n'étant pas encore vénales se donnaient au concours. Jacques se mit sur les rangs pour une place de conseiller et l'emporta contre quatorze concurrents (1405).
  A la suite de l'assassinat de son protecteur, le duc d'Orléans, il fut chargé particulièrement de la tutelle des pupilles de l'infortunée victime de Jean sans Peur, et plus tard nommé par le roi président du Dauphiné, fonction qu'il remplit de juin 1407 à décembre 1409. Il devait avoir reçu quelques-uns des degrés de la cléricature, puisque à cette époque il obtint une prébende canoniale dans l'Église métropolitaine d'Embrun. Charles VI ayant donné au dauphin Louis, duc d'Aquitaine, l'administration des finances du royaume, Gelu fut rappelé du Dauphiné pour être attaché à la personne du jeune prince. Il y remplit diverses charges, et même momentanément celle de général d'armée.
  Le concile de Constance était rassemblé ; un des premiers actes qui s'y accomplirent fut l'élévation de Gelu sur le siège de Tours. Jean XXIII le préconisa en cette qualité devant 17 cardinaux, le 7 novembre 1414. Le nouvel élu en reçut l'annonce à Paris le 18 novembre ; il fit prendre possession de son siège le 20 décembre, et se fit sacrer le 13 janvier 1415, dans la chapelle royale, en présence du roi et de la cour. Le lendemain il était nommé membre du grand conseil du roi.
  Le nouvel archevêque se rendait en mai au concile de Constance. L'on devait y avoir une haute idée de son mérite, puisque les suffrages des pères lui donnèrent aussitôt d'éclatantes marques de confiance. Jean XXIII et Grégoire XII avaient fait cession de leurs titres au pontificat suprême ; il fallait réduire l'intraitable Pierre de Lune qui voulait rester le pseudo-Benoît XIII. L'empereur Sigismond consentit à aller le trouver à Perpignan avec treize évêques, afin d'essayer de vaincre son opiniâtreté.
  Le chef de l'ambassade fut Jacques Gelu, renommé pour sa dextérité à manier les esprits et les affaires. Tout fut inutile, et l'Aragonnais ne se rendit pas. Gelu profita de ce voyage pour traiter aussi les affaires de France auprès du roi de Castille et d'Aragon, et travailler à détacher du pape schismatique les adhérents qu'il comptait dans la péninsule. Il plaida la même cause au concile de Constance, et contribua beaucoup à réduire les limites de l'obédience de l'intrus.
  Il fallait remplacer les trois précédents pontifes par un seul et unique pape. Le concile voulut que le conclave se composât non seulement de cardinaux, mais aussi d'évêques et d'archevêques qui leur seraient adjoints. Jacques Gelu fut de ces derniers; bien plus, telle était sa réputation que huit voix le portèrent d'abord à la papauté. Le cardinal Colonna, qui prit le nom de Martin V, finit par réunir tous les suffrages.
  Martin V avait chargé Gelu de traiter à Paris de la paix intérieure et extérieure du royaume. Il s'y trouvait à ce titre lorsque, en mai 1418, les Bourguignons signalèrent leur nouveau triomphe par le massacre du connétable d'Armagnac, du chancelier de Marie, de près de trois mille partisans avérés ou prétendus du parti ennemi. Gelu appartenait tout entier à ce dernier parti; aussi dit-il qu'avoir échappé à ces fureurs l'oblige envers Dieu autant que sa première création.
  En janvier 1420, il va solliciter pour la France le secours du roi de Castille, qui promet d'équiper à ses frais vingt galères et soixante gros vaisseaux. En juin, il était de retour dans son diocèse, qu'il ne perdait pas de vue.
  En 1421, il fait sa visite ad limina; il en profite pour traiter avec Martin V des affaires du Dauphin déshérité par le traité de Troyes; il est envoyé à Naples par le Pontife. Il s'agissait de réconcilier Jeanne II, le roi d'Aragon et Louis III d'Anjou, négociation difficile entre toutes, qui prouvait au moins l'idée que l'on se faisait de l'habileté du prélat.
  Rentré dans son diocèse, en même temps qu'il s'efforce de le disputer aux ruines que les calamités du temps amoncelaient sur la surface du pays tout entier, il s'occupe de soutenir le parti national aux abois. Il a une entrevue avec le duc de Bretagne, allié secret mais bientôt déclaré de l'envahisseur; il écrit aux gentilshommes bretons pour les maintenir dans la fidélité à la France ; il écrit au roi d'Angleterre pour le détourner de ses injustes prétentions.
  Les désastres allaient s'accumulant sur le parti français. Personne qui ne sût combien le métropolitain de Tours lui restait attaché; de là sans doute des difficultés dans le gouvernement d'une province ecclésiastique en grande partie ralliée à l'étranger. C'est vraisemblablement ce qui porta Gelu à permuter le siège de saint Martin pour un siège moins important.
  Les chanoines d'Embrun, à la mort de leur archevêque, se rappelèrent que Gelu avait été leur collègue ; ils l'appelèrent à venir gouverner leur église. Il accepta avec empressement et obtint de Martin V des bulles qui des bords de la Loire le faisaient passer au sein des Alpes. Il se hâta de prendre possession de son nouveau siège, se consacra à ses devoirs de pasteur, visitant, prêchant son troupeau, sans cesser, ainsi qu'on l'a vu, d'entretenir avec Charles VII et la cour une correspondance cordiale et vraiment épiscopale.
  Eugène IV voulut mettre à profit les talents diplomatiques de l'archevêque d'Embrun : il le chargea de ramener à de meilleurs sentiments les factieux de Bâle ; mais ces négociations furent arrêtées par la mort du négociateur arrivée en 1432.
  Tel est l'homme qui, outre la correspondance sur Jeanne d'Arc, ignorée jusqu'ici, a publié sur l'héroïne un traité latin depuis longtemps signalé. On en trouve deux exemplaires à la Bibliothèque nationale (2), et la bibliothèque de Grenoble en possède un troisième. Quicherat en a donné dans sa collection les parties purement historiques; il a dédaigné le reste comme n'étant que fatras. Ce jugement, sans être complètement immérité, est cependant trop sévère, quoique peu étonnant de la part du paléographe rationaliste, ennemi des considérations théologiques. Gelu en a qui sont hors de sujet. Dégagé de ses inutilités, le traité n'est pas sans intérêt. Il nous montre les questions que l'héroïne soulevait dans le monde savant du temps.
  Gelu écrivait en même temps que Gerson, en mai 1429, avant la campagne du sacre et même avant celle de la Loire. Il ne se propose pas seulement de réfuter ceux qui contestaient le caractère divin de la libératrice; il pense, et justement, qu'il faut conserver le fait dans sa pleine lumière pour l'opposer aux incroyants de l'avenir. Les juges de la réhabilitation n'ont pas fait entrer l'œuvre de Gelu dans l'instrument du second procès, ainsi qu'ils l'ont fait pour celle de Gerson. Outre les longueurs, les digressions inutiles, le style en est embarrassé, surchargé d'incidentes.
  A en juger par les extraits donnés par Fournier, l'archevêque d'Embrun écrivait bien mieux en français qu'en latin.



                                                         


  Le traité de Gelu s'ouvre par une lettre dédicatoire à Charles VII, reproduite ici presque en entier.

  « Les merveilles qui viennent de s'opérer pour l'éternelle gloire de Votre Altesse et de la maison de France retentissent à toutes les oreilles; une toute jeune fille en est l'instrument; les doctes se partagent : les uns y voient l'effet d'une providence à part sur votre personne et sur votre race, providence qui se prolongera à travers les âges ; les autres regardent la Pucelle comme le jouet de l'esprit du mal, qui veut ainsi renverser la première des vertus, la justice, qu'ils se flattent de défendre.
  « Chacun devant semer dans le champ du Seigneur selon la qualité du grain dont il est dépositaire, j'ai voulu, selon mon petit avoir, jeter quelque lumière sur ce sujet.
  « J'offre mon œuvre à Votre Majesté comme un miroir transparent, où elle pourra contempler la fragilité de la puissance humaine, la faiblesse des potentats, alors même qu'ils commandent à un peuple fort; les immenses bienfaits que vous a gratuitement et bien libéralement départis la bénie toute-puissance, bienfaits que vous ne reconnaîtrez jamais assez.
« A cette vue, que tout votre esprit, toutes vos forces, que toute votre âme se fonde en amour, en révérence, en glorification d'un Dieu, qui est si magnifique père ; croissez de vertu en vertu, pour que dans le face à face de la vision béatifique, vous lui rendiez grâce dans la patrie. C'est ce que je sollicite du plus intime de mon coeur, du miséricordieux auteur de tout bien, moi, votre indigne serviteur, naguère sur le siège de Tours, maintenant sur celui d'Embrun. »


  Gelu commence par dire que les premières nouvelles de l'arrivée de la Pucelle avaient produit en lui le doute, l'étonnement, et qu'il en était venu ensuite à méditer devant Dieu sur les raisons de pareil événement.
  Il y a vu une confirmation de la foi, une réfutation de ceux qui nient la Providence, un triomphe pour les catholiques, un titre de gloire pour la très haute maison de France, le perpétuel honneur du royaume et de ses très chrétiens habitants. C'est pour cela qu'il écrit, lui Jacques, indigne archevêque de la métropole d'Embrun, en l'année 1429, sous le pontificat de Martin V, Sigismond empereur romain, heureusement régnant.
  Quelque manifeste que soit l'existence de Dieu, continue-t-il, plusieurs cependant se forment du souverain être une idée perverse et impie. Ils rapportent au destin ou au hasard les effets de sa Providence ; ils nient que Dieu ait un soin particulier de l'homme, et s'autorisent de cette négation pour se livrer à leurs caprices, s'abandonner à leurs passions, fouler aux pieds toute justice, toute humanité, et lâcher le frein à leurs convoitises.
  Le vice devient pour eux une sorte de nature : pour s'y livrer plus aisément, ils en viennent à nier le Ciel, l'Enfer, la spiritualité et la survivance des âmes, et jusqu'à Dieu lui-même.
  Tel est le dernier effet des vices dans une âme qui s'en nourrit. Pour y échapper, il est nécessaire non seulement de savoir les vérités qui leur sont contraires, mais de les toucher pour ainsi dire de la main.
  Or, ces vérités deviennent palpables par le fait qui se passe maintenant : fait unique, merveilleux, celui de cette Pucelle divinement envoyée au roi. Gelu veut le mettre en lumière pour que les âges à venir ne puissent pas en douter.
  Gelu donne en quelques lignes la cause des calamités de la France. Il indique les quatre litiges sorties du roi Jean : quatre fils de Charles VI ont porté successivement le titre de Dauphin; la mort l'a fait passer au dernier, le roi actuellement régnant, Charles VII. Le malheureux père fut un prince pieux et doux, mais que la maladie rendait incapable de tenir d'une main sûre les rênes du gouvernement ; son frère, Louis d'Orléans, se vit disputer le droit de le suppléer, d'abord par son oncle de Bourgogne, et ensuite par le fils de ce dernier, son cousin, Jean sans Peur.
  Jean sans Peur le fait assassiner. Source intarissable de calamités, les princes du sang se partagent entre les deux maisons : ce sont de sanglantes séditions, d'affreux massacres, où la fleur du parti d'Orléans périt égorgée par une vile multitude à la solde du duc de Bourgogne; ce sont les Anglais qui, à la faveur de ces divisions intestines, envahissent villes et territoire. Le Bourguignon devient leur allié, leur livre la France jusqu'à la Loire, et, attentat plus grand encore, sous la pression de ces deux conjurés, le dauphin Charles est exclu par son père et par sa mère de la succession au trône; son ennemi mortel, le roi d'Angleterre, est proclamé héritier de la couronne.
  A la suite de cette indication sommaire, où le meurtre de Jean sans Peur au pont de Montereau est passé sous silence, Gelu fait de l'extrémité à laquelle Charles VII fut réduit le tableau suivant, qui n'est pas exagéré :
  « La terreur s'était emparée de ses partisans, nobles et princes du sang. Plusieurs de ces princes faisaient hommage aux Anglais ; d'autres, sous divers prétextes, lui extorquaient une partie des domaines qui lui restaient ; on en voyait qui le spoliaient de ses revenus et de ses finances ; quelques-uns allaient semant dans le royaume entier des calomnies propres à le rendre odieux. Ces fléaux montèrent à un tel degré qu'il n'y avait presque plus personne qui fît cas de ses ordres. Princes et seigneurs, perdant toute espérance, se retiraient de son autorité et se déclaraient indépendants dans leurs domaines. Il était passé comme en maxime que du pays de France chacun pouvait prendre tout ce qu'il pouvait conquérir et garder (3).
  « Le roi était réduit à une telle détresse qu'il manquait du nécessaire, non seulement pour sa maison, mais aussi pour sa personne et pour celle de la reine. Rien n'autorisait à penser qu'un bras d'homme pût le remettre en possession de ses États : le nombre de ses ennemis et de ceux qui se retiraient de son obéissance croissait tous les jours, et ceux qui se disaient de son parti ne lui donnaient qu'une assistance toujours plus faible.
  « Le roi ne pouvait plus puiser de finances dans son propre trésor; celles que lui fournissaient ses sujets restaient l'objet de déprédations sans fin : abandonné, sans l'appareil convenable à sa dignité, il ne savait pas d'où pourrait lui arriver le secours.
  « Le roi, dans ce dénument de tout appui humain, dépouillé par la cupidité des siens, montrait grande patience et très ferme espérance en Dieu. Nous avons appris qu'il avait spécialement compté sur les prières et les aumônes, allant dans sa générosité jusqu'à vendre ses joyaux et le reste de sa fortune d'autrefois. »
  Tel est le tableau tracé par un homme que son passé et son présent initiaient parfaitement à l'état d'un prince et d'une cour qu'il avait vus de bien près, dont il avait été et restait le conseiller dévoué et écouté.
  « Ces œuvres de piété, continue Gelu, ont déterminé, pense-t-on, la miséricorde divine à former sur le royaume des pensées de paix et de restauration. Le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, est venu en aide au roi par une toute jeune fille, prise à la suite des troupeaux, que rien n'avait préparée à cette mission, ni l'habileté des maîtres, ni la conversation des hommes du métier, ni les enseignements des doctes. Revêtue d'un costume viril, elle s'est présentée au roi, se disant envoyée par le ciel pour conduire son armée, dompter les rebelles, expulser les ennemis et le remettre en possession de ses États : œuvre merveilleuse en elle-même, rien dans celle qui l'accomplit ne la préparant à conduire pareil dessein; œuvre cependant qui n'a rien d'étonnant, si on la considère dans la puissance de Dieu, qui, s'il le veut, peut vaincre par une femme. Par là, nous apprenons que toute puissance vient de Dieu ; l'humaine présomption est confondue, l'orgueil de ceux qui mettent leur confiance en eux-mêmes est rabaissé, Dieu choisit ce qui est faible pour confondre ce qui est fort.
  « Quoique le fait soit sous nos yeux, nous pouvons cependant entrevoir quelques-uns des motifs qui, il est permis de le croire, ont incliné la divine clémence à opérer ces merveilles :
  « 1° La cause de la justice du côté du roi. Il est le seul fils survivant du roi Charles VI de bonne mémoire, né d'un mariage légitime, et ne s'est pas rendu coupable d'ingratitude envers ses parents; et cependant, ceux-ci trompés, séduits, effrayés l'ont exhérédé pour lui substituer son mortel ennemi, le roi d'Angleterre, et cela contre le droit naturel, divin et humain.
  « 2° Les glorieux mérites de ses prédécesseurs. Devenus catholiques, on n'a jamais pu les accuser d'avoir erré dans la foi ; ils ont mérité qu'on ait pu dire que seule la France a été exempte des monstres de l'hérésie ; ils ont honoré Dieu, propagé et toujours révéré la foi chrétienne et l'Église.
  « 3° Les supplications des personnes de piété, les sanglots des opprimés, opposés à la déloyauté et à la cruauté des oppresseurs. Ces derniers donnaient parfois à leurs prisonniers de guerre du foin et de l'herbe, en guise de nourriture, comme à des brutes, leur refusant les aliments durant la vie, la sépulture après la mort. Rien ne trouvait grâce à leurs yeux, ni la condition, ni l'âge, ni le sexe; ils massacraient prélats, hommes d'église, nobles, conseillers royaux, vierges, vieillards, jeunes gens et même des femmes enceintes.
  « 4° L'injustice de nos ennemis dénués de tout titre de quelque valeur. Comme s'ils avaient renié la foi qui défend non seulement de s'emparer du bien d'autrui, mais encore de le convoiter; ils osent bien se dire les propriétaires du sceptre et de la couronne. Cependant tout ce qui est contre la conscience est péché.
  « 5° L'insatiable cruauté de la nation anglaise, inaccessible à tout sentiment d'humanité. Par elle la chrétienté entière est bouleversée, bien plus, l'univers lui-même. Les ennemis de la croix de Jésus-Christ s'applaudissent en apprenant que de telles guerres règnent parmi les chrétiens ; ils savent bien que rien ne peut amener plus sûrement notre ruine.
  « Cependant quelque grands que fussent ces bouleversements, nous n'avons jamais désespéré de la bonté, de la miséricorde, de la justice de Dieu. Nous répétions au roi : l'âme raisonnable serait plutôt absente du corps d'un homme vivant, que la bonté, la miséricorde et la justice du sein de Dieu. Les péchés du roi, du peuple, de tous ensemble, attirent de semblables fléaux ; ils sont pour notre amendement et non pour l'anéantissement de la maison royale.
  « Corrigeons-nous de nos péchés, réfugions-nous vers Dieu, il agira en notre faveur, quand nous serons convenablement disposés. Nous persuadions au roi de se jeter dans le sein de la divine bonté, de se mettre entre ses mains avec toute la dévotion de son âme ; et d'espérer fermement en elle, puisqu'elle est assez puissante pour relever les affaires les plus désespérées.
  « Mais étendons notre sujet. Des hommes doctes, assure-t-on, affirment que la Pucelle n'est pas l'envoyée de Dieu, mais bien le jouet des illusions de Satan ; elle n'agit pas en vertu de la puissance divine, elle est l'instrument du démon.
  « La preuve, c'est que Dieu agit d'un seul coup, d'une manière instantanée; il n'a pas besoin de temps pour porter ses œuvres à la perfection, il a dit et tout a été fait, il a commandé et tout a été créé. La Pucelle a commencé depuis longtemps son œuvre, sans l'avoir encore conduite à son dernier terme, donc, etc.
  « Si les œuvres que nous voyons étaient de Dieu, il les eût accomplies par un ange et non par une adolescente, simple, élevée à la suite des troupeaux, sujette à toutes les illusions, par la nature de son sexe, et à raison même du désœuvrement d'une vie solitaire. Ce sont ces personnes que le démon a coutume de tromper, surtout dans les contrées que nous habitons, comme le prouve l'expérience. Le perfide a mille stratagèmes pour induire en erreur les hommes, dont après sa chute il est l'ennemi jaloux.

  « Le sujet proposé nous fournit l'occasion d'examiner quelques questions dont la discussion éclairera la matière.
  « 1° Convient-il à la divine Majesté de s'entremettre particulièrement dans les œuvres d'un homme ou d'un peuple ?
  « 2° Doit-elle agir par les anges plutôt que par les hommes ?
  « 3° Convient-il à la divine Sagesse de confier à une femme des œuvres naturellement réservées à l'homme ?
  « 4° Peut-on distinguer l'œuvre de Dieu des œuvres de Satan, et à quels signes ?
  « 5° Alors qu'une œuvre doit s'accomplir par disposition divine, faut-il agir sans tenir compte des règles de la prudence humaine ? »
  Les réponses à ces questions, Gelu les développe longuement et d'une manière parfois prolixe, a-t-il été dit; ce n'est que le fond qui va être reproduit ici, sans que j'y ajoute rien de moi-même.

  Convient-il à la divine Majesté de s'entremettre particulièrement dans les œuvres d'un homme ou d'un peuple ?
  Dieu, créateur et conservateur de tous les êtres, prend, il est vrai, soin de chacun d'eux ; il en prend soin selon l'exigence de leur nature, mais la nature de l'homme demande une providence particulière : l'homme a plus de besoins, il est plus excellent; s'il le veut, il peut, par ses vertus et par ses dispositions, solliciter et mériter les attentions de cette Providence. Un roi, un peuple, un royaume qui serviront Dieu fidèlement, rendront à Dieu une plus grande gloire: Dieu, pour les récompenser, veillera avec un soin spécial sur leur sort et sur leur avenir.
  A cette démonstration par la raison, Gelu ajoute de nombreux faits empruntés aux saintes écritures, et il continue :
  Il n'est pas étonnant qu'après tant de châtiments infligés au roi et au peuple de France, et patiemment acceptés, nous espérions que punis, amendés, revenus à Dieu, peuple et roi vont être désormais l'objet des divines miséricordes. Dieu, en considération du mérite des parents, a pris un soin spécial du jeune Tobie, qui n'était qu'un simple particulier; pourquoi ne prendrait-il pas un soin pareil du roi qui est son ministre ?
  Après avoir châtié le peuple d'Israël, il n'a pas cessé d'en faire son peuple ; quoi d'étonnant qu'après une correction pareille, il daigne venir en aide au royaume de France, ce royaume toujours ferme dans la foi ; pour lequel, ainsi qu'il a été exposé, de nombreux motifs semblent demander grâce et miséricorde ?
  Il a envoyé son fils pour racheter le monde; il a voulu qu'il s'assujettit à toutes nos infirmités, le péché excepté. Qui oserait donc dire que son infinie Majesté déroge, en envoyant une de ses créatures arracher à la gueule de leurs ennemis un roi et son peuple ? Nous pouvons, sauf correction, attendre semblable secours de sa clémence et de sa justice.
  Il n'est pas vrai que Dieu accomplisse toujours ses œuvres d'un seul coup et instantanément. Il le peut, mais ne le fait pas toujours. Il a employé six jours à la création; il n'a délivré son peuple de l'Égypte que par dix plaies successives; les bienfaits conférés au jeune Tobie le furent dans un temps assez long pour que ses parents dans l'attente pussent s'écrier : Plût à Dieu que l'argent prêté n'eut jamais existé ! Quelquefois il agit instantanément.
  Élisée aveugla instantanément les Syriens venus pour le prendre; Notre Seigneur calma soudainement la tempête. Il ne nous appartient pas de chercher pourquoi Dieu agit ainsi d'une manière différente. L'œil de notre intelligence, quand il veut pénétrer dans l'intime de ses œuvres, ressemble à l'oeil de la chauve-souris, qui voudrait fixer le soleil dans son midi.
  Dieu doit-il accomplir ses œuvres par les anges plutôt que par les hommes ? Gelu s'étend longuement pour montrer qu'ordinairement c'est par les anges que Dieu opère ses œuvres. Cependant, ajoute-t-il, il n'est pas enchaîné par cet ordre, et tout est instrument entre ses mains : l'homme, les créatures animées et même inanimées. Par Moïse, par David, par Judas Machabée, il a détruit les ennemis de son peuple; il s'est aussi servi de Judith et d'Esther, et il a nourri Élie par un corbeau. Sa sagesse choisit les moyens convenables aux circonstances, et toujours avec nombre, poids et mesure.
  Dans le cas présent, il a été plus convenable qu'il employât le sexe faible, une adolescente. Il confondait mieux l'orgueil des ennemis du roi. Ils se confiaient dans la multitude et la valeur de leurs armées ; il n'est pas de maux dont ils n'accablassent des innocents, comme si en Dieu il n'existait ni justice, ni miséricorde, et qu'ils n'eussent rien à redouter de ses châtiments. Dieu montre bien mieux sa puissance en dissipant ces puissantes armées par une femme, qu'en leur opposant des armées plus nombreuses et plus aguerries.
  Ils eussent été trop honorés si Dieu, pour les mettre en déroute, eut visiblement envoyé un de ses anges. Il abaisse bien mieux leur superbe en se servant d'une petite villageoise de basse condition, de parents obscurs même dans le lieu de sa naissance, livrée jusqu'alors à de vils travaux, sujette à l'illusion, ignorante, simple au delà de tout ce qui peut se dire.
  Heureuse confusion, elle les met sur la voie du salut.

  Convient-il à Dieu de confier à des femmes des œuvres réservées aux hommes ?
  A première vue, il semble bien que non. C'est une condition de l'ordre du monde que chaque créature reste à son rang. La réserve et la pudeur interdisent aux femmes bien des choses autorisées chez les hommes. Bien plus, certaines choses excellentes ne sont permises qu'à quelques hommes ; elles sont interdites au plus grand nombre et à plus forte raison aux femmes : ainsi prêcher, sacrifier. Nous savons par l'Écriture les terribles châtiments de Saül, d'Osa, de Josias, pour avoir usurpé les fonctions lévitiques. Nous voyons d'un autre côté les femmes favorisées du ciel de communications refusées aux hommes. Telles les sybilles, auxquelles Dieu a donné de grandes lumières sur l'avènement de son fils et le jugement final. Gelu cite ici une trentaine de vers sur le jugement empruntés à une sybille.
  Puis, venant à la solution, il répond : tout ce que Dieu fait est bien fait.
  Il a établi des lois générales, mais il ne s'y est pas astreint.
  Qui donc refusera au législateur suprême un pouvoir dont ne sont pas dénués les législateurs humains? Ils peuvent, pour de justes motifs, déroger aux lois qu'ils ont portées. Le texte de la loi est quelque chose de mort qui ne peut pas se prêter à toutes les conjonctures ; le législateur, qui est la loi animée, l'y accommode par des dérogations faites à propos. Le prince mortel est subordonné au roi éternel, et doit être son ministre.
  Tel n'est pas Dieu qui est à lui-même sa règle. Sa volonté est la loi; la sagesse le dirige alors qu'il la suspend, comme lorsqu'il a ordonné aux Hébreux d'emporter les richesses des Égyptiens, ou qu'il a voulu que son Fils naquit virginalement.
  S'il a voulu qu'une jeune fille commandât des hommes d'armes et dispersât des armées puissantes, c'est l'ordre, puisqu'il l'a voulu. Mais outre cette raison générale, on peut en assigner de spéciales.
  Les ennemis du roi sont des chrétiens et comme tels tenus à l'observation du Décalogue. Fiers de leur force et de leur puissance, ils ont cru pouvoir, au mépris de la loi divine, dépouiller le roi de l'héritage de ses pères. C'est pour punir cette transgression, pour montrer qu'il y a auprès de lui un tribunal où les opprimés trouvent justice, que Dieu a envoyé une femme, une enfant, prise dans la plus infime condition.
  Par là, tous doivent apprendre qu'il y a, en lui, compassion pour les victimes de l'iniquité, miséricorde envers les affligés ; que c'est lorsque tout est désespéré, lorsque la prudence humaine est sans ressources, que la bonté divine aime à intervenir.
  Par là aussi ceux qui dans le gouvernement du monde mettent le destin à la place de la Providence sont avertis de se convertir, s'ils ne veulent pas que leur sottise les perde.
  Dieu n'a pas envoyé un Chérubin ou un Séraphin ; il a voulu faire entendre aux superbes que pour renverser ce qu'il y a de plus fort, il n'avait pas besoin d'employer les puissances ultra-célestes, mais qu'il lui suffisait du plus fragile et du moins apte des instruments.
  La Pucelle, par sa mission même, est autorisée à porter des vêtements d'homme. C'est plus convenable. Obligée de vivre avec des guerriers, elle a dû s'accommoder aux lois de leur discipline.
  La volonté de Dieu, dont nous ne sommes pas capables de sonder les mystères, est à elle seule sa raison ; mais nous voyons ici tant de convenances, que Dieu fût-il un roi mortel, il serait facile de le justifier d'avoir confié à une jeune fille ignorante une œuvre, qui par sa nature revient aux hommes.

  Pouvons-nous connaître quand une œuvre vient de Dieu, ou bien est l'effet d'un art diabolique ? et à quels signes ?
  L'auteur, comme il l'a fait pour les questions précédentes, commence par présenter les raisons opposées à la thèse qu'il va soutenir. Il semble qu'il est impossible de faire ce discernement : 1° Les connaissances de notre intelligence dépendent des sens ; les sens n'atteignent pas les esprits; mes yeux voient l'homme qui fait l'aumône, mais nullement l'intention qui meut la main. 2° L'esprit souffle où il veut ; d'où il vient, où il va, on l'ignore; voilà pourquoi ses œuvres sont merveilleuses; le ressort en est caché. 3° L'ange de Satan se transforme en ange de lumière. Témoin le prophète qu'un autre prophète invita par l'ordre de Dieu à se réconforter et qu'un lion dévora. 4° Pour mieux tromper, les démons persuadent les bonnes œuvres et prennent des figures qui cachent leur laideur. 5° Ils connaissent les inclinations de ceux qu'ils veulent tromper, et s'y conforment.
  Les objections ainsi posées, Gelu dit que la question a un double sens: ou il s'agit de discerner les motions des esprits en soi-même, ou dans les autres. Il répond à la question dans le premier sens fort savamment ; mais comme cela ne me semble que fort indirectement rentrer dans le sujet, je n'en donne pas même l'analyse.
  Voici comment il répond à la question dans le second sens, à savoir comment nous pouvons connaître la nature des esprits qui meuvent les autres.
  Certes l'homme est grandement sujet à l'erreur ; Dieu seul connaît le fond des coeurs. Cependant nous pouvons, nous aussi, y pénétrer d'une certaine manière, et cela par les œuvres extérieures. Les œuvres extérieures sont le reflet de l'âme ; chacun se fait des mœurs conformément à ce qu'il est; ce sont ces fruits auxquels on reconnaît l'arbre; ce que vaut la vie, la parole le montre, dit un très ancien proverbe des Grecs. Voyons-nous quelqu'un bien vivre selon son état, tenir la conduite qu'il doit y tenir; de quel droit en porter mauvais jugement ? ce serait déraisonnable. Sans quoi il serait impossible de connaître les bons, facile de connaître les méchants. Le bien est cependant plus étendu que le mal, et la connaissance de l'un plus délectable que celle de l'autre.
  Comment connaissons-nous Dieu ? N'est-ce pas en contemplant ses œuvres, que nous nous élevons à la connaissance de leur invisible auteur ? On dira peut-être : Les méchants feignent d'être bons ; il y a des hypocrites. Béni soit Dieu, qui nous dit: Vous les connaîtrez à leurs fruits.
  L'hypocrisie est un mal interne ; la nature l'emportera; il y aura éruption violente ; et l'on verra ce qui était dissimulé à l'intérieur.
  Appliquant cette règle à la Pucelle et à ses œuvres, nous pouvons dire autant que c'est permis à la fragilité humaine : la Pucelle et ses œuvres sont de Dieu.
  « Fidèle chrétienne, elle remplit ses devoirs envers Dieu, est pleine de respect envers les sacrements, se confesse souvent et communie dévotement.
  L'honnêteté reluit dans ses paroles et dans sa conversation; elle parle peu, évitant par là bien des péchés; elle est sobre dans sa nourriture ; rien dans ses actes qui ne soit digne de la retenue d'une vierge. C'est ce qui nous a été rapporté.
  « Ce ne sont pas là des observations d'un jour; elles durent depuis plusieurs mois; ce qui aurait bien permis au mal de se montrer, s'il avait existé. Sa carrière est celle d'une guerrière et cependant rien de cruel ; elle est miséricordieuse envers tous ceux qui ont recours au roi, envers les ennemis qui veulent rentrer dans leur pays. Loin d'être altérée de sang humain, elle offre aux ennemis qui veulent quitter le sol français, de les laisser se retirer en paix; aux rebelles, de leur assurer le pardon du roi, s'ils veulent revenir à l'obéissance. »
  Il est vrai que ceux qui refusent ses avances, elle s'efforce de les subjuguer par la force ; mais c'est sa mission. C'est le droit commun, et il est entièrement d'accord avec la raison.
  Il a été parlé de son costume masculin ; il est réclamé par sa mission ; elle vit au milieu des guerriers. Il est réclamé par les actes qu'elle doit accomplir ; mais c'est sans aucun détriment pour sa pudeur virginale, ainsi qu'on nous l'assure. Ce que, tout bien considéré, nous croyons pieusement. Il ne sied pas d'interpréter le bien en mal ; de montrer que nous ne saurions l'admettre, alors même qu'il se présente à nous avec toutes les apparences extérieures qui le caractérisent. Nous ne devons pas d'ailleurs être opiniâtres dans notre sens, de manière à tomber sous la censure des écritures, qui nous disent de ne pas être sages à nos propres yeux, ni nous mettre en opposition avec les sentiments des sages.

  Il nous reste encore à considérer les œuvres : sont-elles de Dieu, sont-elles de son ennemi ? Il faut en examiner la nature et la fin.
  Sont-elles bonnes en elles-mêmes? il est à présumer qu'elles viennent de Dieu, qui par nature fait le bien; tandis que par nature le démon tend à nuire et à ruiner. Si les œuvres sont de leur nature mauvaises, comme tuer, blesser, imprimer la terreur ; il faut rechercher la cause qui les produit, la fin poursuivie.
  La loi permet de donner quelquefois la mort, dans le cas de légitime défense et dans une guerre juste. C'est méritoire, lorsqu'il faut repousser un injuste envahisseur de la patrie. Si la guerre était toujours illicite, saint Jean-Baptiste ne se fût pas borné à dire aux soldats de se contester de leur solde. La fin de la guerre, c'est la paix, bien souverainement désirable.
  Faisons l'application de ces principes. Notre roi était dénué de tout secours, et il a plu à Dieu de lui venir en aide par la Pucelle. Elle avertit les ennemis qu'ils sont sans titre en France, et qu'ils accablent des innocents. Elle leur propose de rentrer dans leur pays, leur promettant qu'ils ne seront pas inquiétés ; elle presse les révoltés qui se sont mis de leur côté, de revenir à leur souverain légitime, leur garantissant le pardon. Tous ces actes sont raisonnables. Ennemis et sujets révoltés ne se rendent pas à cette sommation ; il y a, là, cause d'une juste guerre. Ce qui est juste de la part du roi est méritoire de la part de ceux qui le secourent et le soutiennent.
  Tuer et faire tout ce que comporte la guerre sera donc juste ; parce que le droit à la fin emporte le droit de faire ce qui est indispensable pour l'obtenir.
  Nous supposons cependant que ceux qui commettent ces actes sanglants ne sont pas sans compassion pour ceux qui en souffrent. C'est le juge qui condamne, non par férocité, mais par justice.
  Les actes mentionnés, quoique étant par nature de ceux qui sont communément mauvais, ne le sont pas dans l'espèce; bien plus, ils sont bons, car ils sont ordonnés pour le bien ; l'on ne doit donc pas dire qu'ils sont opérés par l'intervention des esprits mauvais ; il faut les attribuer à Dieu auquel il appartient de faire justice, en punissant les méchants et en récompensant les bons ; d'exercer la, miséricorde, en subvenant aux désolés et aux opprimés.

  Lorsque c'est par l'ordre de Dieu qu'une œuvre est entreprise, faut-il consulter les règles de la prudence humaine ?
  1° Répondre que non, semble contraire à la défense qui nous est faite de tenter Dieu. L'homme ne doit pas abandonner à Dieu la conduite d'une affaire, sans s'y employer lui-même de tout son pouvoir ; c'est ce que nous enseigne la Sainte Écriture et le monde physique lui-même, où la semence ne donne des fruits abondants, qu'à la suite de la culture qui en est faite.
  2° Sans cela Dieu semblerait avoir inutilement donné à l'homme ses facultés; la liberté de notre arbitre serait blessée ; nous avons l'obligation de considérer le rapport des moyens avec la fin, et de nous livrer pour cela à de longues réflexions ; ce ne sont pas tant les gémissements et les supplications des femmes, que les combinaisons et les actes des hommes, qui attirent le secours de Dieu. Quand Dieu confie une affaire, il nous charge de chercher les moyens de la faire réussir; aussi les Israélites ayant mission de conquérir la terre de Chanaan se firent précéder par des explorateurs.
  3° C'est vrai principalement lorsque l'œuvre à accomplir demande un laps de temps, et doit se réaliser successivement. C'est le cas. La Pucelle ne peut pas occuper simultanément et au même instant toutes les parties du royaume. Il faut donc considérer les occurrences, choisir le point où l'attaque doit être portée, où il faut appliquer les machines, s'approvisionner de vivres, etc. Ce qui semble être remis à la diligence du mandataire.
  4° Les mesures bien prises viennent de Dieu, qui a confié la fin ; elles ne sauraient par suite être contraires à sa volonté. Le bien n'est pas plus contraire au bien, que le vrai ne l'est au vrai. Dieu donc en confiant une œuvre n'interdit pas d'y employer les moyens de la prudence humaine. La question, dit Gelu, est difficile à résoudre ; et sur ce, il aborde les points les plus épineux de la théologie sur la volonté divine ; volonté de bon plaisir, de permission, de signe. La traduction ou l'analyse demanderait pour être bien comprise des études théologiques approfondies, et n'avancerait pas beaucoup la solution que l'auteur, après cette digression, donne en ces termes :
  « Lorsque Dieu remet à quelqu'un la conduite d'une affaire, d'un événement, il faut accueillir cette disposition avec grande piété, reconnaissance, et s'y conformer le plus possible, sans lui résister en aucune manière ; il veut mettre en mouvement sa bonté, sa tendresse, sa miséricorde, sa justice, plus que les moyens naturels.
  « Il ne faut donc, à notre avis, nullement s'opposer à la volonté du commissaire divin, mais lui obéir entièrement, surtout en ce qui regarde les points essentiels de son mandat, ou du fait qu'il doit réaliser.
  « Il est vrai qu'avant d'admettre quelqu'un comme envoyé du ciel, il faut d'abord bien éprouver quel esprit le conduit, ainsi que fit Josué. Ce n'est pas à la légère, ni sans des motifs de grand poids et après mûre délibération, qu'il faut au commencement se mettre sous sa conduite ; mais lorsque, après examen, il est prouvé, autant que c'est possible à l'humaine fragilité, que c'est sur l'ordre de Dieu que l'on s'est engagé, il faut, selon nous, suivre la voie qui vient d'être indiquée. Saül, pour n'avoir pas obéi à l'ordre de Dieu transmis par Samuel, perdit son royaume, quoique il ne crût pas mal agir Le roi, s'il n'obéit pas à la Pucelle, pour s'appuyer sur la prudence humaine, doit craindre, même alors qu'il croirait bien faire, d'être abandonné par le Seigneur, de ne pas obtenir ce qu'il souhaite, et de voir ses désirs frustrés.
  « 2° Quelque doute vient-il à surgir sur ce qui a été confié à celle que la piété nous porte à regarder comme l'ange du Dieu des armées, pour la délivrance de son peuple, et le relèvement du royaume ; il faut s'en rapporter à la sagesse divine plus qu'à la sagesse humaine Il faut croire que cette sagesse inspirera à son envoyée ce qui doit être fait, bien mieux et plus utilement que ne pourrait le découvrir la prudence humaine.
  « 3° Les passions des hommes sont diverses. Les uns par crainte de déplaire, les autres pour conserver leur état, ceux-ci par des intérêts de fortune, ceux-là pour monter plus haut, d'autres par d'autres considérations, peuvent être détournés du vrai. La divine volonté et la divine sagesse ne peut pas plus nous tromper qu'être trompée, le propre de sa nature étant de bien faire et de faire du bien.
  « Voilà pourquoi nous conseillerions qu'en semblable matière, avant tout, l'on demandât l'avis de la Pucelle. Alors même qu'il nous paraîtrait peu vraisemblable, si elle était constante dans ses affirmations, nous voudrions que le roi s'y conformât, comme à un avertissement inspiré par Dieu pour l'exécution de la mission confiée.
  « Pour ce qui est des préparatifs des expéditions : machines de guerre, ponts, échelles, et semblables attirails ; pour ce qui est des approvisionnements en rapport avec le nombre des soldats ; pour la manière de se procurer des finances; pour l'extérieur de l'entreprise, et les autres choses sans lesquelles elle ne pourrait se prolonger que par le miracle ; nous serions assez d'avis qu'il faut y pourvoir par voie de la prudence humaine, conformément aux raisons données au commencement de cette cinquième question.
  « Mais lorsque la sagesse divine veut agir principalement par elle-même, la prudence humaine doit s'anéantir, s'humilier, ne rien entreprendre, ne rien vouloir, ne rien faire, qui puisse offenser l'infinie Majesté. Voilà pourquoi nous disons que c'est le conseil de la Pucelle qui doit être demandé, cherché principalement, et avant celui de tous les autres. Celui qui donne l'être donne tout ce qui en découle, et celui qui confie une mission à accomplir donne tout ce sans quoi elle ne pourrait aboutir.... Espérons donc que le Seigneur, faisant sienne la cause du roi, inspirera tout ce qui est nécessaire, pour que la Pucelle arrive au terme souhaité, ne laissant pas ses œuvres imparfaites.
  « Nous serions encore d'avis que chaque jour le roi fît quelque œuvre particulièrement agréable à Dieu ; qu'il en conférât avec la Pucelle ; et qu'après avoir connu son sentiment, il le réduisît en pratique, en toute humilité et piété, pour que le Seigneur n'ait pas de motif de retirer sa main, mais bien de continuer sa grâce. Le propre de sa nature, c'est la miséricorde et la clémence, tant que nous ne nous rendons pas indignes de son pardon.
  « Que devant la divine Majesté courbe son front et fléchisse les genoux la douce humilité du roi mortel ; et qu'il seconde les dispositions du bon vouloir divin. C'est son devoir; il apaisera ainsi celui par qui régnent les rois, à qui soit honneur et gloire dans les siècles éternels : Amen, Amen. »

  Tel est le traité de l'archevêque d'Embrun. Il respire la foi, la piété, un inaltérable dévouement au roi et à la cause française. Si les conseils par lesquels il se termine avaient été suivis, il est permis de croire que la délivrance eut été avancée de vingt ans, et que bien d'autres événements heureux s'en seraient suivis ; mais l'homme a le terrible pouvoir d'empêcher les plus grands bienfaits dont la libéralité divine veut le combler. L'archevêque d'Embrun ne vit jamais la Pucelle ; il n'en parle que sur les nombreuses relations qui lui ont été faites. Ces relations étaient vraies ; il n'y a d'inexact que l'assertion, d'après laquelle Jeanne aurait sommé les Anglais de vider la France, alors qu'elle était encore aux bords de la Meuse. La fière lettre a été envoyée plus tard.

 

                                                         

[Epistola præliminaria ad regem Carolum VII.]

  Christianissimo principi domino Karolo septimo, Francorum regi serenissimo, ac dalphino Viennensi inclitissimo, magnalia et misericordias Domini jugiter in considerationem agere.
  Quia circa nuperrime, in celsitudinis vestræ favorem ac gloriosæ domus Franciæ laudem et perpetuam famam, peracta ministerio Puellæ adolescentulæ, cujus miranda omnium aures pulsare non cessant, doctos viros varia sentire intellexi ; quibusdam asserentibus peculiarem Altissimi, ad conservationem dominiorum propriorum in persona et progenie vestris, provisionem exsistere in ævum feliciter duraturam ; aliis opinantibus Puellam præfatam, nequissimi hostis fallacia delusam, ipsius et satellitum suorum medio operari in confusionem et vituperium justitiæ, virtutum præclarissimæ, quam se colere adstruunt : idcirco considerans quod in agro dominico, prout quisque valet, serere illius frumentum, alter pretiosum aliquid, et alius quæ habet, quanquam non multum præstantia, tenetur, nec aliorum opes alterius paupertate foedari ; quatenus materia prædicta elucescat, ipsam juxta modulum talenti crediti tractatulo præsenti, annuente scientiarum datore Deo, comprehendam. Quem majestati vestrae destinare proposui pro speculo terso et admodum polito, in quo fragilitatem imbecillitatemque potentiæ humanæ et terrenæ, ac principum, populo quanquam gravi præsidentium, excellentiam, etiam omnipotentiæ Dei benedicti gratias uberes multiplicesque vobis impensas, absque tamen obligationis alicujus vinculo, sed mera liberalitate sua, insuper, quam nulla solvere valetis facultate ipsi domino largitori Deo, beneficentiam speculari, meditari, videre ac recognoscere, quamvis insufficienter, valeatis. Sed nunc in ænigmate et per hoc in amorem, timorem, laudem et gloriam benefactoris Dei, parentis liberi, tota mente, tota virtute et anima tota assurgatis, tandemque de
virtute in virtutem proficiscentes, ipsi facie ad faciem gratias peragatis in patria, visione beatifica dotatus. Quod, ut fiat, ex intimis pium, misericordem et omnium bonorum largitorem Deum suppliciter exoro.

  Vester, olim Turonensis nunc Ebredunensis metropolis, JACOBUS, minister indignus.

[Incipit tractatus de Puella.]

  Doctorum fidelium scriptis facto singulari Puellæ, ad serenissimum regem Francorum dominum Karolum septimum venientis, primaria apprehensione concepto, non abs re mirari cæpimus dubiæ rei eventum, et ejusdem causam finalem efficientem et materialem inquirere, de voluntateque, pietate, misericordia et justitia Dei perscrutari. Unde plura in sacræ fidei catholicæ confirmationem et æstimationis aliquorum confusionem, nulli curam universi attribuentium, cedentia, reperimus ; quos sæpenumero detestati sumus, ac refellimus et damnamus per præsentem tractatulum, in Dei gloriam, fidei approbationem, catholicorum lætitiam ingentem, præcelsæ domus Franciæ excellentiam, domini regis prædicti laudem regni et fidelium incolarum ejus christianissimorum perpetuam famam, editum per me, Jacobum, olim Turonensem archiepiscopum, nunc sanctæ metropolis Ebredunensis ecclesiæ antistitem indignum ; anno domini millesimo quadringentesimo vicesimo nono ; præsidente Romanæ ecclesiæ domino papa Martino quinto, et romano imperio domino Sigismundo, feliciter. In quo quidem tractatu nihil temere asserere volumus, sed melius scientium judicia sequi, annuente salvatore nostro domino Jesu Christo, cui soli debetur honor et gloria.
  Nulla gens usquam est adeo aut fuit extra leges moresque projecta, quæ non aliquos deos crediderit. De Deo enim omnibus insita est opinio : hinc omnis mortalium cura, quam multiplicium studiorum labor exercet, etsi diverso calle procedat, ad unum tamen nititur beatitudinis finem pervenire. Quo magis est admiranda quorumdam pravitas qui, etsi humanæ speciei exsistant anima rationali informati, quia membra magni corporis sumus omnes naturaque nos cognatos ediderit, quum ex iisdem in eadem gigneret ; de Deo tamen male et impie suspicantur ; fato aut casui, non omnipotentiæ creatoris attribuentes quæ providentia divina contingant ; falso existimantes non majorem Deo esse curam de hominibus quam de vilissimis specierum singularum individuis : quo fit ut volitis suis indifferenter libere se uti posse credant, tandemque peccatorum suorum mole pressi, justitiam, omnium virtutum præclarissimam ; crudelitatibus etiam immersi, quæ ad omnia valet pietatem ; et in proximorum injurias acti, quæ propria est creatoris, in Deo misericordiam, abnegent, nec peccare se existiment, si quam avidissime suis fruantur voluptatibus, quæ non sunt hominis præstantia dignæ. Sed et miserrimi sunt qui eo pervenerunt ut talia supervacua sibi faciant necessaria ; tunc enim consummala est infelicitas ubi turpia non solum delectant, sed et placent, desinitque remedio esse locus quando, quæ vitia sunt, mores fiunt. Ex libidine orta, sine termino sunt ; et in immensum exit cupiditas, quæ naturalem modum transilit. Quare qui se prædictis immergunt, eisdem carere non possunt quasi in consuetudinem adductis ; et quia peccatum mox suo pondere ad aliud trahit et vitia nos in desperationem perducunt, in nefanda incidunt, ut, nec infernum quo malefactorum suorum poenas luant, ponant (qui tamen descriptus est perpetua nocte oppressa regio in qua nulla est redemptio) paradisum etiam ubi, quæ nec oculus vidit, nec auris audivit, et nisi cor hominis non ascendit, præparat Deus diligentibus se, abnegantes : etiam animam humanam de potentia materiæ eductam, scilicet ut bruti et ad corruptionem individui corrumpi impie existiment ; quum tamen speciei humanæ a brutali per hoc secernatur divinitas, tandem dicat insipiens in corde suo : « Non est Deus. » Qui talia agunt, digni sunt morte ; et nedum qui agunt, sed et qui agentibus consentiunt.
  Assertiones prædictæ hominem occupare possunt feliciter vitiis enutritum et damnatis versantem moribus ; sed virtus quæ beatos nos efficit, quum sua vi nos trahat et sua potestate alliciat, non contingit, nisi animo bene instituto et assidua exercitatione in bonis ad summum perducto. Non dat natura virtutem ; ars est enim bonum fieri, et animus malis artibus imbutus haud facile libidinibus caruit. Hinc quæ salutaria sunt, agitari sæpe et versari debent, ut nec tantum nota sint sed parata. Dogmata supra posita, nedum opinari esse falsa, sed scire fide oculata et ratione intellectiva compellitur intellectus, si singulare illud et mirandum facinus consideretur quod nunc ostendit Dominus nobis per Puellam, in adjutorium domini regis divinitus pro recuperatione dominiorum suorum transmissam ; quod perstringere cessit animo, ne posteræ circa prædicta hæsitent ætates.
  Ut autem nihil antiquitatis ignoretur et exordium rei omnibus clareat, negotium texendum censuimus ut bonæ memoriæ regem Johannem pro stipite eligamus.
  Quatuor enim filios habuit : Karolum quintum, dalphinum primum Viennensem ; Ludovicum, ducem Andegaviæ, regem Siciliæ ; Johannem, ducem Bituriae, et Philippum, ducem Burgundiæ, qui habuit Johannem, etiam ducem Burgundiæ (de quo infra dicetur) patrem ducis Burgundiæ moderni. Karolus quintus habuit Karolum sextum, mansuetum et pium, sed infirmitate præpeditum, propter quara ad regni gubernacula minus aptus erat ; et Ludovicum, ducem Aurelianensem, elevati sensus virum. Karolus sextus genuit Karolum dalphinum, in ætate tenera mortuum, cui successit Ludovicus dux Aquitaniæ, dalphinus perspicacis ingenii, circa adolescentiam defunctus. Huic Johannes comes Pontivi, dictus de Hannonia, qui filiam comitis Hannoniæ habuit uxorem, successor exstitit ; sed modico tempore vixit dalphinus. Postremo dominus rex modernus Karolus septimus ad dalphinatum, postea ad regnura venit.
  Verum pro declaratione dicendorum, sciendum quod viventibus Ludovico Aurelianensi et Philippo Burgundiæ ducibus, magnæ inter eosdem, occasione regimiuis regni, insurrexerunt dissentiones, quæ per Johannem prædictum, patre suo defuncto, continuatæ exstiterunt, adeoque ut ipse clam ducem Ludovicum Aurelianensem interfici fecit. Quapropter infinita mala evenerunt, quia domini domus Franciæ præcelsæ se diviserunt, aliis partem Aurelianensem foventibus, et quibusdam partem Burgundiæ. Populus etiam divisus exstitit. Hinc strages cruentæ et seditiones ortæ sunt, medio quarum multi notabiles Parisius et alibi, per homines viles et abjecti status partem Burgundiæ te nentes, morti addicti sunt. Anglici vero divisionem regni considerantes, ipsum invaserunt et lapsu temporis plures patrias, civitates et castra sua vi et industria, partim et juvamine partis Burgundiæ ac non obedientium domino regi subjectorum, obtinuerunt, bellisque campestribus partem Aurelianensem quam dominus rex foverat ut suam, plurimum attenuaverunt.
  Damna multa domino regi pars Burgundiæ procuravit, quia regi Angliæ se confoederavit ; cujus juvamine Anglici Franciam, Briam, Campaniam, Picardiam, Normanniam et usque Ligerim regnum obtinuerunt, ac Karolum sextum reginamque ejus uxorem ceperunt ; quibus in eorum potestatem adductis, fecerunt per eos dominum regem contra jus et fas omne exhæredari ac regem Angliæ hæredem institui, postque magnam regni partem Anglici cum adjutorio partis Burgundiæ sibi appropriaverunt ac aliquos partem regis tenentes, principes, nobiles et alios, sic territaverunt quod multum exstitit debilitata pars regia. Nam aliqui principum partis regiæ, homagium Anglicis fecerunt ; alii domanium regis exquisitis coloribus ab ipso extorquebant ; alii facultatibus et financiis ipsum spoliabant ; quibusdam falsa in populo, quatenus regem exosum haberet, per totum regnum seminantibus ; in tantumque hæ pestes invaluerunt quod, vix reperiebatur qui domino regi obediret. Item nobiles et principum aliqui a spe ceciderant, et dominum regem relinquentes, ad propria se reducebant, rumorque invalescebat quod cuilibet licitum erat de regno sibi appropriare quæ occupare poterat. Unde depauperabatur rex patientissimus, adeo quod vix tenuem nedum pro domo sua, sed pro persona, victum habebat, et regina ; resque sic ducta est quod nulla erat apparentia per auxilium humanum dominum regem sua dominia recuperare posse, crescente continue inimicorum et sibi non obedientium potestate, ac remissione juvaminis illorum qui partem suam foverarit. Non financias reperire de suo poterat rex, et a sibi subditis donata sine mensura dissipabantur. Absque apparatu regio relinquebatur rex, et unde sibi succurrere posset, non habebat. Omnia tamen patienter sustinebat, auxilio destitutus humano et avaritia suorum depauperatus ; sed spem firmam in Deo eum reposuisse audivimus ac ad Deum singulariter recurrisse, orationibus et eleemosynis, venditione jocalium etiam aliquorum quæ habebat. Quorum, ut creditur, mediis, placatus misericors Deus et tactus ardore caritatis, intrinsecus cogitavit super eum et regnum cogitationes pacis, reparationis et restaurationis ; inclinando per pietatem majestatem suam, ut misericordiam et justitiam eisdem faceret.
  Placuit itaque Altissimo in cujus femore scriptum est Rex regum et Dominus dominantium, regi succurrere per adolescentulam puellam, depost foetantes nutritam et ereptam ; non stola magistrali, non conversatione prudentium, non instructione doctorum, informatam ; habitum virilem gestantem ; se a Deo missam asserentem, quatinus princeps esset exercitus regii ad domandum rebelles et expellendum ipsius inimicos a regno, ac eum in dominiis suis restituendum. Quæ res, etsi in se considerata mirabilis exsistat, quum nec mulieri, præsertim puellæ et juveni, propter sexus fragilitatem et verecundiam congruat ut sit dux exercitus seu armis se immisceat, ac viros bellicosos viribus corporalibus potentes, exercitatos, qui omni[bus] terrori erant, vincat ; attamen in Dei potentiam relata nullam admirationem inducere debent, quia in paucis veluti in multis, victoriam etiam sexus muliebris interventu æqualiter præstare potest, ut in Debbora factum exstitit.
  Non est qui ejus resistere possit voluntati quum omnia in sua ditione sint posita. Per hoc docemur humanitus nihil posse, nisi Domino faciente, quia omnis potestas a domino Deo est. Humana enim præsumptio damnatur adversus justitiam Dei se extollere ; confunduntur cervices superborum et supercilia grandia in se confidentium ; infima Deus elegit ut fortia confundat. Sed etsi in specula rem præsentem feramus, multa se offerent propter quæ merito suspicari et credere possemus clementiam divinam ad prædicta sic peragenda inclinatam.
  Primo occurrit domini regis justitia. Ipse enim fuit filius, nunc unicus, bonæ memoriæ Karoli sexti, constante matrimonio genitus, naturalis et legitimus, qui nihil ingratitudinis adversus parentes egit ; et tamen decepti, inducti ac territi ipsum de facto exhæredarunt, inimicum ejus capitalem, regem Angliæ, hæredem instituendo contra jus naturale, divinum et humanum.
  Secundo prædecessorum suorum se offerunt merita gloriosa. Nam post fidei catholicæ susceptionem, nullo unquam errore in fide notati sunt, ut de Francia dicatur quod sola monstro caruit. Deum honoraverunt, fidem et Ecclesiam auxerunt et in reverentia semper habuerunt.
  Tertio, orationes personarum devotarum et ejulatus oppressorum, insuper altera ex parle infidelitas subditorum et inhumanitas eorum. Nam per eos captis fidelibus regiis, pro cibis et alimentis fenum interdum porrigebant ut brutis ; alimenta eisdem contra jus naturæ omnimode denegantes et, post eorum interfectionem, sepulturam. Secundo eorum sævitia in omnes indifferens, absque status aut sexus delectu ; nam prælatos et viros ecclesiasticos, nobiles, consiliarios et virgines, senes cum junioribus et mulieres praegnantes, occiderunt.
  Quarto, inimicorum injustitia titulum validum nullum habentium, [qui], quasi fidem non professi fuerint catholicam, quæ alienum non tantum usurpare, sed rem proximi concupiscere prohibet, sibi regni diadema et sceptrum non veriti sunt velle appropriare ; quum tamen omne quod ex fide non est, sit peccatum.
  Quinto, insatiabilis crudelitas gentis illius quæ in actibus suis nullam admittit pietatem. Quos enim bellis subdiderunt, neci tradere non sunt veriti, similibus nequaquam indulgentes, sed contra jus naturæ eosdem necantes. Per ipsos tota christianitas turbata exstitit ; quin imo orbis universus ; inimici etiam crucis Christi nimium gloriati sunt, talia exitia inter christianos audientes, quum nulla possit esse nostrum propior quam per tales divisiones destructio. Sed nunquam rem eo duci vidimus, quanquam propter mala gentis nostræ multum turbatam, quin in pietate, misericordia et justitia Domini speraremus ; domino regi asserentes et persuadentes quod magis erat possibile in homine vivente animam rationalem non esse, quam in Deo pietatem, misericordiam et justitiam deficere ; peccatis autem regis nostri et populi seu omnium simul, pestem prædictam contingere non ad excidium domus regiæ, sed ad correctionem nostram. Restabat autem quod a peccatis correcti, ad Dominum confugeremus, quia agens agit in patiente prædisposito. Hinc domino regi persuadebamus ad pietatis divinæ bonitatem confugere et se illi tota mentis devotione committere, ac in eo firmiter sperare ; res enim desperatas suæ virtutis magnitudine consummare potest.
  Sed rem nostram paulisper ex causa laxemus.
  Assertum est nobis viros multum litteratos constanter dicere Puellam prædictam, non a Deo missam, sed magis arte diabolica deceptam et illusam, non in Dei potestate quæ facit, sed dæmonum ministerio peragere.
  In argumentum capiunt quia uno impetu aut momento, ut sic loquamur, Deus peragit, quum tempore aliquo non indigeat ad consummationem sive perfectionem operum suorum. Ipse dixit et facta sunt ; mandavit et creata sunt. Ista autem Puella jam diu incepit ; nondum complevit ; ergo, etc.
  Item si divina essent prædicta, Deus angelum destinasset, non juvenculam simplicem cum ovibus nutritam, omni illusioni subjectam et de facili deceptibilem propter sexus naturam et vitæ in otio peractæ solitudinem. Talibus enim dæmon cautus plerumque illudit. Hoc maxime in his, quibus degimus, regionibus, in dies experimur. Ejus enim multæ et variæ sunt artes illudendi et homines decipiendi, quibus a natura, post sui casum, hividet et inimicatur. Ergo, etc.
  Ex themate prædicto aliquas elicere quæstiunculas satis utile judicamus, quo materia præsens elucescat ; quia veritas agitata magis splendescit in lucem. Quæro ergo primo utrum divinam majestatem deceat de unius hominis actibus aut regni singulariter se intromittere.
  Secundo, utrum Deus sua magis per angelos quam per homines habeat expedire.
  Tertio, utrum deceat divinam sapientiam, quæ viris competunt, sexui muliebri committere.
  Quarto, si et per quæ valemus cognoscere opera esse a Deo an arte diabolica facta.
  Quinto si ordinatione, voluntate aut dispositione divina aliqua sint facienda, utrum sine prudentia humana sint peragenda.

[Excerpta e discussione quæ circa unamquamque quæstiuncularum prædictarum affirmative habetur.]

     
                                                     1 ° E quæstione tertia.

  Dicimus quod Deus potuit ordinare quod Puella armatis viris præesset et etiam eos regeret, et quod fortissimos et exercitatissimos debellaret et vinceret, ac in habitu virili talia peragendo incederet. Nec in hoc fallit aut falli tur sapientia divina. Optima enim ratione omnia prædicta ultra voluntatem Dei, quæ est summa ratio et quae sufficit pro omni causa sive ratione, sunt facta, si bene consideretur casus qui se offert. Inimici domini regis (qui sunt christiani et per consequens obligantur secundum regulas, præcepta et mandata Dei in Decalogo contentas, vivere), confidentes in virtute sua et potentia, regem hæreditate paterna sine causa justa spoliare volebant, contra præcepta legis, sive contempto
mandato divino, ac si Deus nihil in hac re ordinasset, in contemptum Dei et injuriam plurimam proximi. Quum tamen domino Deo soli servire et eidem obedire debuissent, et proximos suos sicut se ipsos diligere, regnum occupare et sibi appropriare conabantur, in legem Dei et naturæ committentes, ad convincendum tantam superbiam et inobedientiam et ad ostendendum quod Deus est ad quem confugere possunt læsi et obtinere remedium ; et quod, sine ejus beneplacito, præsumptio humana nihil attentare debet. Contemnendo talem superbiam se sic elevantem, numquid Deus juste potuit mulierem, nedum sagacem, parvulam Puellam simplicem, status inferioris, indoctam, inexercitatam, in habitu virili destinare ut tantam superbiam omnino confutaret ; generi humano per hoc doctrinam dans quod in Deo est pietas qua movetur ad succurrendum læsis, in Deo est misericordia qua subvenit afflictis (et sic afflictis, quod non erat humanitus pro eorum restauratione sive in statum pristinum repositione, apparentia ; sed omnes sensus humani et prudentia deficiebant : tunc enim convenit misericordiam divinam se de rebus humanis interponere, quia desperata, suæ virtutis magnitudine, consummare et complere potest); ad docendum etiam quod in Deo est justitia, quod unicuique quod suum est, tribuat et conservet, etc., etc.
  Quod autem juste in habitu virili prædicta peragendo incedat, per modum sequelæ hoc actus habet. Decentius enim est ut ista in habitu virili committantur, propter conversationem cum viris, quam alias ; quia qui similem cum aliis gerit vitam, necesse est ut similem sentiat in legibus disciplinam. Unde ergo dicimus quod, etsi non appareret in casu nostro aliqua ratio sic faciendi, præterquam sola voluntas Dei (quæ sufficeret pro ratione, quum non debeamus velle cognoscere rationem factorum per sapientiam divinam quæ est infinita et cujus non sumus capaces): attamen, etsi Deus esset princeps etiam mortalis, tot et tanta in materia nostra concurrunt, ut dictum est supra, quod a lege communi (quæ est quod actus viriles debent viris committi) recedere posset, et hunc actum virilem nedum mulieri, sed Puellæ indoctæ, committere ; ne unquam potestas humana quantacumque contra majestatem divinam audeat sive præsumat se elevare, sed actus suos subjiciat divinæ potentiae, et sciat humanitus non esse potestatem validam nisi quantum a Domino concessum fuerit positive, aut saltem permissum.

                                                          2° E quæstione quarta.

  Si dicatur : « Aliqui fingunt se esse bonos, sicut hypocritæ, quum tamen mali sint ; quare decipi possumus de talium operationibus judicantes ; sub specie « agni gerunt lupum: » benedictus Dominus horum judicium nobis docuit dicens : « A fructibus eorum cognoscetis eos. » Cæterum ficta, diu latere non possunt, Æquiparantur ficta morbo gravi et incluso, qui aut vincatur a natura satis cito, aut ipsam vincat necesse est ; nam extreme lædentia non diu stare possunt. Quum autem ad sanitatem tales morbi veniunt, cum impetu exeunt ac violenter erumpunt, et, quales erant inclusi, patenter manifestant. Sic in hypocrisi accidit.
  Ad casum nostrum applicando, de Puella nostra et ejus operibus quod a Deo sint, quantum humana fragilitas noscere sinit, possumus affirmative respondere, quia videlicet a Deo sint. Ipsa enim sicut bona et fidelis christiana Deum colit, ipsum adorat, sollicite sacramenta ecclesiastica veneratur et frequentat confitendo sæpe et corpus Domini devote recipiendo. Honesta est in verbis, honesta in conversatione, multiloquium in quo non deest peccatum, evitans ; sobria in victu ; in cæteris etiam gestibus suis nihil indecorum, nihil turpe, nihil quod non deceat verecundiam puellarem, ostentans, velut nobis relatum est. Nec unius diei sunt prædicta, ne ficta putentur, sed plurium mensium ; in quibus satis apparuisse potuisset, si quid sinistri de ea dicendum esset. Et quanquam circa arma versetur, nec crudelitatem tamen unquam persuasit, sed omnium miseretur ad regem dominum suum confugientium, aut inimicorum recedere volentium. Non sitit humanum sanguinem; sed ofiert inimicis pacificum ad propria recessum , regno in quiete et pace dimisso, et rebellibus ad domum suam regressum per obedientiam bonam, recepta a rege veniæ indulgentia. Verum est tamen quod ea ad quæ missa est, nititur complere, videlicet subjugare hostes et rebelles jugo colla submittere, quum, requisiti quod debitum faciant, denegaverint.
  Hæc enim est via juris communis, omni rationi consona.
  De conversatione in habitu virili, supra satis excusata est, quia actus ad quem est missa hoc exigit, ut supra satis deductum exstitit. Conversationem etiam cum viris habeat oportet, quia eorum est circa difficilia versari, circa quæ missa est, intendere. Nec minus tamen inter armatos armata vivit honeste, pudice ac decenter, nihil propter hoc quod non deceat virginem Puellam, agens, ut nobis relatum est, Quod etiam pie credimus, re tota in se bene ponderata.

                                       3° E quaestione quinta, ubi concluditur.

  Sed veniendo ad rationem formalem quæsiti, quærebatur si voluntate divina aut ordinatione, aliqua sint facienda sive peragenda. Dicimus cum correctione quod, ex quo beneplacitum fuit Deo alicui creaturæ committere dispositionem aut regimen alicujus negotii sive facti : voluntas ejus cum magna devotione suscipienda est et amplectenda et cum gratiarum actione sequenda, quantum fieri potest ; quatenus Deo qui magis sua bonitate, pietate, misericordia et justitia prædicta facere voluit, quam debito aut alias, nullomodo resistatur. Unde consequenter consuleremus quod voluntati commissarii vel nuntii divini nullomodo resisteretur, sed eidem totaliter obediretur, potissime in his quæ essentialia suæ commissionis vel sui facti contingunt. Verum est tamen quod, antequam talis creatura ab initio negotii recipiatur veluti a Deo missa, probandus primo est spiritus an a Deo vel parle adversa sit immissus, veluti fecit Josue. Non enim leviter et sine magno pondere et advisamento in talibus fides ab initio negotii fuit adhibenda ; sed ex quo, re examinata et scita quantum humana fragilitas noscere sinit, susceptum est negotium tanquam a Deo ordinatum et commissum ; alicui tunc dicendum esse judicaremus ut superius est scriptum. Persuadetur sic ; melior est obedientia quam victima. Unde, quia Saul non obedivit voluntati divinæ per Samuelem prophetam sibi dictae, perdidit regnum, quamvis tamen non crederet male agere. Reservaverat ipse et populus pinguiora armentorum ut ea Domino adolerent et misertus fuerat Agag regis Amalech, quorum interitionem commiserat Sauli Deus. Unde de prædictis per Samuelem certificatus, reservationem supradictorum fecit quamvis non incolorate ; tamen regno privalus fuit proprio, quia voci Domini et voluntati ejus non obedivit. Sic debet rex timere ne, si omittat facere quæ Puella consulit, credens bene agere, aut sperans in prudentia humana, a Domino relinqueretur nec optatum baberet obtinere, sed intentione sua frustraretur.
  Secundo sic ; si dubitetur de aliquo concernente factum commissum Puellæ, quam angelum Domini exercituum esse pie credimus, missum ad faciendum redemptionem plebis suæ et restaurationem regni : magis sapientiæ divinæ quam humanæ statuendum est, quia ipsius, videlicet humanæ, ad divinam nulla est comparatio, quum finiti ad infinitum non sit proportio. Attingit enim divina sapientia a fine usque ad finem fortiter et disponit omnia suaviter. Quare credendum quod ille qui commisit, inspirabit creaturæ suæ quam misit, ea quæ sunt agenda, melius et expedientius quam prudentia humana exquirere posset.
  Tertio, diversæ sunt passiones hominum. Aliqui metu personæ, alii metu status, alii metu bonorum, alii volentes ad altiora provehi, alii diversis considerationibus, prout cuique phantasma est, possunt a vero diverti. Divina autem volantas et sapientia, nec falli potest nec fallere, nec decipi nec decipere, quia ejus semper est bonum facere et benefacere.
  Quare consuleremus quod in talibus, primo et principaliter exquireretur votum Puellæ, et quamvis esset dubium nobis, vel non rnagnam apparentiam quoad nos habens, quod tamen, si fixe aliquid diceret, illud dominus rex sequeretur, tanquam a Deo, propter manutenentiam negotii sibi commissi, inspiratum servarctur. Quo autem ad præparationem negotiorum, ut de machinis, de pontibus, de scalis et similibus faciendis ; de victualibus pro numero commilitonum et de similibus ; de modo financias habendi et talibus extrinsecus, sine quibus tamen res durare sine miraculo non posset : satis diceremus per prudentiam humanam providendum, per rationes in principio quæstionis adductas. Sed ubi per divinam sapientiam aliquid est magis quam alias faciendum, succumbere debet et humiliare se prudentia humana et nihil debet attentare, proponere aut sequi quod divinam majestatem offendat. Et in hoc consilium Puellæ primum et præcipuum dicimus esse debere, et ab ea ante omnes assistentes, quærendum, investigandum et petendum. Qui dat formam, dat consequentia ad eam, et qui committit unum, committit et omnia sine quibus.... Quare sperare in Domino debemus, qui causam regis suam fecit, quod talia inspirabit per quæ res finem suum debitum et effectum sortietur ; quia Dominus opus imperfectionis non novit.
  Insuper regi consuleremus quod omni die certum aliquid Deo bene placitum et ejus voluntati gratum faceret quodque super hoc cum Puella conferret, et, post ejus advisamentum, in esse deduceret quam humiliter et devote ; ne Dominus manum retrahendi causam habeat, sed gratiam suam continuet. Proprie enim ejus proprium est misereri semper et parcere, nisi nos indignos gratiæ suæ effecerimus. Æternæ igitur majestati cervices et colla submittat ac poplites curvet grata mortalis regis humilitas, promptitudinem voluntatis divinis dispositionibus obsecundando. Per hoc debitum fecerit ac eum, per quem reges regnant, meritoric placaverit ; cui sit honor et gloria in sempiterna sæcula. Amen, amen.

EXPLICIT.


                                                 


Sources : Présentation et traduction : t.I "La pucelle devant l'Église de son temps" - Ayroles - 1890 - p.36 à 52.
Original latin : Quicherat - t.III - 1845 - p.395 et suiv.

Notes :
1 Martène, Thésaurus anecdotorum, t. III, col. 1974, fond latin Cangé 6199, et Hist. des Alpes Maritimes, par le P. FOURNIER, arch. de Gap. f° 342. v° 344.

2 Latin CANGÉ 6199 et coll. DUPUY, 639.

Ayroles : Le Père Fournier (Hist. des Alpes maritimes), exprime le regret de ne pouvoir transcrire un traité en français sur la Pucelle, qu'il dit avoir entre les mains, et qui est probablement perdu pour toujours : mais nous possédons plusieurs exemplaires d'un traité en latin...

3 Rumorque invalescebat quod cuilibet licitum erat de regno sibi appropriare quæ occupare poterat.
Procès, t. III, p. 399.




Les témoignages

Index


Les autres témoignages :
- les écrits de J.Gelu
- le traité de J.Gelu
- la note de Guill. Girault
- Jean Rogier
- la chronique de Lille
- la chron. de Vigneulles
- Henri de Gorcum
- Clerc de Spire
- Brevarium Historiale
- Jean Nider
- Baptiste Fulgose
- Guerneri Berni
- Nicolas Savigny
- Chonique espagnole
- Chambre d.cptes Brabant
- Livre des trahisons...
- Appréciation de Bedford
- Robert Blondel
- Saint-Antonin
- Herman Cornerius
- Pontus Heuterus
- Pierre Sala
- Pierre Empis
- Jean Germain
- Jean Jouffroy
- Registres Chap. N-Dame
- Greffier Albi
- Chron. Mt St-Michel
- Ordo Chalons
- Chron. anon. alençon
- Chron. anon. normandie
- Chron. British Museum
- Chron. Lorraine
- Walter Bower
- Livre de Pluscardin
- Lorenzo Buonincontro
- Giovanni Sabadino
- Philippe de Bergame
- Jean Bouchet
- Le Féron
- Kerrymel
- Hist.des ctes de Ponthieu

- Sommaire... Et. Pasquier




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire