Accueil                                                         Admin
14 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique


Sources diverses - index
Philippe de Bergame

rère Jacques-Philippe de Bergame, augustin, né en 1433, a consacré un article à la Pucelle, dans son livre De claris electisque mulieribus qu'il fit imprimer à Ferrare en 1497. Homme d'un esprit inexact, et très-ignorant des choses de la France, il a travesti l'histoire en légende ; cependant il allègue encore un témoin oculaire qu'il appelle Guillelmus Guaschus, personnage attaché, dit-il, à la cour de Charles VII. Sans doute c'était l'un de ces chevaliers lombards qui passèrent en France l'année de la bataille de Crevant, sous la conduite du Borne de Caqueran et de Théode de Valpergue; mais quel qu'il ait été, il est difficile de croire qu'il ait dit à Philippe de Bergame que les trois bastilles d'Orléans avaient été prises en trois heures d'horloge, que la mission de Jeanne d'Arc avait duré huit ans, qu'elle s'était rencontrée trente fois en bataille avec les Anglais : toutes choses que frère Philippe avance comme autant de faits prouvés. De telles inexactitudes suffisent pour ôter toute créance à ce que dit l'auteur de poursuites que Louis XI aurait dirigées, avec l'autorisation du pape Pie II, contre un juge et un assesseur, seuls membres survivants du tribunal qui avait condamné Jeanne d'Arc. M. de L'Averdy, dans son célèbre mémoire, a fait une dissertation en forme pour démontrer l'impossibilité de ce nouveau procès. On aurait pu arriver au même résultat en moins de mots et avec des arguments bien plus forts. D'abord les assesseurs de Pierre Cauchon furent si peu poursuivis et suppliciés sous le pontificat de Pie II, que Thomas de Courcelles mourut longtemps après ce pape (en 1469) à Paris, où il était chanoine et doyen du chapitre de Notre-Dame, jouissant de ses dignités dans leur plénitude. Pour ce qui est des sévices que Philippe de Bergame dit qu'on exerça sur les dépouilles mortelles des juges défunts (car il prétend que Louis XI les fit déterrer et jeter au fumier), il n'y a qu'à objecter l'état de parfaite conservation où le tombeau de Pierre Cauchon, élevé dans Saint-Pierre de Lisieux, se maintint jusqu'à la révolution française. Il y aurait vingt autres fins de non-recevoir de cette force-là à opposer au récit inconsidéré du moine italien ; mais pour conclure d'un mot, comme il parle de ce qui s'est passé sous Charles VII, sans dire un mot du procès de réhabilitation, il est manifeste qu'il a transporté ce procès sous le règne de Louis XI, en l'accompagnant de circonstances dues à son imagination ou à celle du peuple au milieu duquel il vivait. Chose étrange, cette erreur s'accrédita en France par le succès qu'y obtint le livre de Philippe de Bergame. Un illustre dominicain, provincial de France et plus tard évêque de Marseille, composant pour la reine Anne de Bretagne un éloge des femmes, put écrire que la réhabilitation de la mémoire de Jeanne d'Arc était due à Louis XI. Je reviendrai ailleurs sur cet auteur et sur son ouvrage dont M. le marquis de Coislin possède à présent le manuscrit. L'édition princeps du De claris mulieribus est d'une rareté telle que je n'ai pu me la procurer. J'ai fait usage de la réimpression qu'en a donnée Ravisius Textor, dans son recueil intitulé De memorabilibus et claris mulieribus aliquot diversorum scriptorum opera (in-fol., Paris, 1521).


                                                         


Cap. CLVII. — De Janna Gallica Pulcella, optima juvencula.

  Janna, virgo Gallica, natione Lothoringensis, circa annum salutis nostræ M. quadringentesimum octavum et quadragesimum, in puellari adolescentulaque ætate, divinitus (ut creditur) ad multa facinora obeunda præelecta, in metropoli Rothomagensis (1) civitatis, quum quartum et vigesimum tantummodo ageret : annum, in summa castitate decessit, igne cremata. Haec itaque in primis obscuris et humilibus parentibus quum procreata esset, nihilominus in tota vita invicti animi princeps extitit victoriosa.
  Quum a principio magnam ætatis suæ partem inter pecora egisset, ibi cum suis sodalibus, cum quibus pascendo pecora observabatur, sæpius cursum exercebat ; et modo huc atque illuc illi frequens cursus erat ; et aliquando currendo hastam, ut fortis eques, manu capiebat, et arborum truncos validissimis vulneribus percutiebat. Plerumque etiam aliquam ex equabus, quæ in grege pascebantur, viriliter ascendebat, et, hasta bracbio supposita, currendo ictus validos inferebat ; et qui illam inspectabant, magna animi voluptate et admiratione afficiebantur. Per hujusmodi autem exercitationes mulier evasit fortissima. Erat brevi quidem statura, rusticanaque facie et nigro capillo, sed toto corpore prævalida ; quæ per omnem vitam suam, illibatam servavit virginitatem, et religionis apprime custos extitit. Ejus sermo satis, ex more foeminarum illius patriæ, lenis erat, quem sani ejus mores plurimum honestabant. Tam reclus illi sensus tamque integer, ut ibi educata ibique nutrita crederetur, ubi summa prudentia et omnis consilii ratio vigere videretur.
  Ea itaque tempestate, Henricus, Anglorum rex, atrox bellum Carolo ejus nominis septimo, Francorum regi, intulerat. Idemque majorem sui partem ademerat, etjam Aurelianam, primariam sui regni urbem, summa vi oppugnabat ; et ejus urbis quotidie gravissima erat oppugnatio, eoque undique circumsessa erat, nec aditus ostendebatur quo posset talis obsessio solvi. In ea quippe omnis regni spes vertebatur; qua quidem amissa, de toto regno Galliæ actum esse videbatur. In hac itaque difficultate rex constitutus, et angore animi incertus angebatur, nec quod consilium sequeretur ratione nulla inire poterat. Tum hanc virginem, dum hæc agerentur, contigit, pascendo pecora in sacello quodam vilissimo, ad declinandam pluviam obdormire : quo in tempore, visa est se in somniis a Deo, qui se illi ostenderat, admoneri ; tumque sextum et decimum tantummodo agebat annum.
  Qua admonitione permota, confestim grege omisso quem pascebat, in castra ad regem est profecta. Quæ quum ad ejus tentoriura pervenisset, præfata est velle se de rebus maximis cum rege loqui, quod prædicaret se divinitus a Deo missam. Primores et cubicularii aspernabantur puellam, quod cultu et corporis habitu una ex agrestibus esse, sicut erat, videretur ; unde eam castigabant et duris verbis atque aspere increpabant, quod tam audax tamque petulans et temeraria esset, ut tantum regem stulta et subrustica adire et alloqui præsumeret. Illa nihilominus, a Deo confortata et impulsa, in proposito perseverans, instanter expostulabat ad regem ingredi licere, quum se magna sibi afferre diceret ac seria, non utique levia aut minime ludicra, Quibus ex rebus permoti aulici, eam demum ad regem introduxere. Introducta autem ad regem Pulcella Janna, quum ad ipsius genua procidisset, majestatem regiam ex more, omni cum reverentia salutavit. Salutatoque rege, primoribus cunctis palam audientibus, sic locuta est : « Gloriosissime rex, ego, ancilla tua minima, omissa mei gregis custodia, cui tanquam una ex agrestibus præeram, omnipotentis Dei imperio, ad opem tibi ferendam, qua regnum tuum amissum recuperes, huc impigre accessi, divinoque jussu ducem totius tui exercitus moneo me declarari jubeas. Nec mireris quod, puella inops et agrestis, et hujusce vilissimæ sortis, huc prodierim ausaque fuerim tantum imperium suscipere, quia omnipotenti Deo sic visum infirma et contemptibilia eligere , ut fortia confundat. »
  At rex, horum verborum gravitatem secum revolvens, illico tacitus et mirabundus ad primarios suos sustulit oculos. Eademque admiratio caeteros obstupefecit proceres, submissa voce dictitantes hoc certe divinum, non humanum esse consilium. Rex autem inquit : « Pulcella , ingenue profiteris te a Deo mihi omnino in auxilium missam esse ; sed qua ratione? Tu foemina es admodum adolescentula, rerum omnium inexperta, et quomodo præsumis tibi tanti muneris tantique exercitus assumere administrationem? Hoc utique non est tui officii et ætatis tenellæ munus, sed jure militari peritissimorum exercitatissimorumque virorum. Itaque moneo semel atque iterum, ut videas etiam atque etiam quæ afferas et quæ apportes. »
Constanti vultu et intrepido confestim respondit : « Maxime rex, obsecro ne plura percontari pergas. Deus, a quo missa sum, huic tuæ necessitati consulet. Nec, peto, teras ultra tempus, si cara tibi est tui regni incolumitas. Et, ut verum intelligas, accipe quæ submotis arbitris tibi dicam. »
Postquam vero cura rege locuta est, rex, prope stupefactus et incertus quid responderet, e vestigio illam totius sui exercitus ducem enuntiavit, cunctis primoribus acclamantibus. Res prope incredibilis et inaudita, et maximo spectaculo digna, si animadverteris tot principes, regemque ipsum, in bellis exercitatissimos, sese in imperio adolescentulæ, sedecim annos natæ, subjicere, quæ ex ovium et suum vel porcorum gregis [cura] excepta fuerat, videre eam, virilibus indumentis et armis indutam, Gallicas ducere acies. Igitur, postquam Janna hæc virago totius regii exercitus declarata imperatrix, mandavit rex coruscantia arma necessaria eidem statim dari equumque fortissimum admoveri, phaleris aliisque ornamentis mirifice coopertum. Quem quum ascendisset, etiam galea suo capiti superinduta, capilli capitis sui per humeros dispersi dependebant. Quumque taliter indutam et armatam omnis spectaret exercitus et equo intrepide insedentem, visa est omnibus eques quidam e coelo demissus.
  Quæ cum parte copiarum terrestri itinere equo invecta, contendit ad Aurelianam urbem obsidione solvendam. Rex vero cum omnibus copiis suisque primoribus principibus strenuissimis ad Rhodanum flumen castra castris opposuit. Ipsa autem quum ad hostem pervenisset, extemplo manum summa vi conseruit.In quo quidem conflictuet prælio,dux totius hostilis exercitus, cum decem millibus Auglorum e vestigio fuit interfectus, et, trium horarum spatio, tria hostilia recepit munitissima propugnacula. Quo viso, rex omnem suum exercitum validissimum ad liberandam urbem admovit. Atque ita, intra quatriduum, ipsa civitas, pulso hoste, cum maxima hujus adolescentulæ gloria, obsidione liberata est ; quod potius divinum quam humanura factum omnes reputarunt et crediderunt. Hanc quidem rem gestam quidam optimus et locuples testis, vir clarissimus, nomine Guilielmus Guaschus, serio mihi exposuit, tunc regius aulicus, prout audierat et viderat. Postque hoc, per octo annos continuos, tricies cum hoste justo prælio conflixit. Ex quibus semper superior gloriosa discessit, capto, maxima cum ipsius gloria atque triumpho, Anglorum strenuissimo imperatore, quem suo regi vinctum tradidit. Quibus gestis, regem ipsum Carolum ovantem in Aurelianam introducens, ex more a suis proceribus inunctus et consecratus est rex ; quod antea minus facere poterat. Inunctus itaque rex atque ex more corona donatus cum maxima omnium lætitia, suique gloria atque triumpho, in templo ea associante est præsentatus. Vetere enim lege non licet Francorum regem alibi quam ea in urbe consecrari, quum omnia Gallorum regum insignia ibidem posita reserventur, quæ videlicet adhibentur regi coronando, in primisque sacra unctio e coelo demissa.
  Hæc igitur Janna Pulcella virgo, quum magnam gloriam in armis esset adepta, et regnum Francorum magna ex parte deperditum e manibus Anglorum pugnando eripuisset, in sua florenti ætate constituta, non solum se morituram, sed et genus suæ mortis, cunctis prædixit. Nam ab ipsis Anglis tandem in prælio capta, et ad Rothomagensem urbem violenter perducta, ibidem ab ipsis et ipsorum rege veneficii et artis magicae vitio incusata, sævissima ignis morte demum damnata est. Et hic tantæ virginis vitæ finis fuit ; quo quidem atrocissimo supplicio haec tam inauditæ virtutis mulier indigne occisa est. Post multos autem annos, Carolus ipse, optimus sane rex, Rothomageusium urbe recepta, eo in loco ubi atrociter concremata fuerat Janna Pulcella, pro monumento et titulo puellaris decoris, crucem aeneam, et quidem eminentissimam inauratamque poni jussit.
  Ludovicus autem rex, postea patri succedens, ægre admodum ferens mortem tam indignam tantæ viraginis, a Pio pontifice Romano, ejus nominis secundo, impetrasse fertur ut duos jurisperitos in Galliam mitteret, qui iterato diligentius illius causam et vitam cognoscerent. Qui, ubi in Galliam demum pervenissent, illico duos ex falsis consiliariis et judicibus superstites ad se citarunt. Qui postquam causam hujusmodi accurate diligenterque omnem cognovissent, deprehenderunt plane mulierem innocentissimam falso fuisse damnatam, ac omnia conficta contra ipsam extitisse, quæ videlicet de veneficio aut arte magica adversus illam crimina dicta fuerant ; quinimo omnem ejus vitam tam præclaris gestis inæqualiter consensisse, nec quidpiam ab ea unquam admissum, quod religionem ulla ex parte violare potuisset.Quas ob res, utrosque eodem mortis supplicio affecerunt, quo ipsi innocentissimam virginem diu ante promulgaverant atque damnaverant. Atque huic damnationi addituro est ut duorum aliorum judicum mortuorum ossa, e sepulchris effossa, igui similiter cremarentur, eoque loco, ubi hæc virago extiterat concremata, templum poneretur ; et ex reliquis prædictorum bonis, quæ publicata fuerant, ibidem ad Dei summi honorem ipsiusque defunctæ propitiationem, quotidianum sacrificium institutum est. Itaque hoc modo huic admirabili foeminæ decus omne recuperatum est.
  Quibus quidem meritis et inauditis facinoribus, Janna hæc Pulcella merito a nobis claris mulieribus venit hic applicanda.



                                                         

Commentaires et traduction partielle

  Jacques-Philippe de Bergame, Foresti de son nom de famille, fut contemporain de Sabadino. Il naquit en 1435 à Soldio près de Bergame, entra dans l'ordre des Hermites de Saint-Augustin, et y vécut longtemps, étant plus qu'octogénaire en 1520.
  Comme saint Antonin, comme le clerc de Martin V, comme l'auteur de la Chronique dite des Cordeliers, comme l'Allemand Hermann Correrius, il composa, lui aussi, une Histoire universelle, de la création du monde au temps où il vivait; ce qui prouve qu'à son époque le goût de l'histoire n'était pas aussi affadi qu'on le dit quelquefois.
  L'Histoire universelle de Philippe de Bergame a pour titre : Supplementum chronicarum, ou Historiarum omnium repercussiones. Elle eut de son vivant plusieurs éditions, ce qui lui permettait d'ajouter aux éditions précédentes l'indication des faits survenus depuis la dernière impression. La Chronique de Philippe de Bergame fut même imprimée à Paris en 1525. L'exemplaire mis entre nos mains à la Bibliothèque nationale porte à la fin la date du 20 août 1513, et conduit l'histoire du monde jusqu'en 1510.
  Il place la mort de Charles VII en 1457, et fait à cette date, — il s'occupe surtout des principautés d'Italie, — un abrégé du règne de Charles VII, peu flatteur pour le prince sur le tombeau duquel, dit-il, on a gravé : Carles lo byn (le bien) servi.
  Dans cet abrégé, où il confond les noms et les événements, il a sur la Pucelle les lignes suivantes : « Les Anglais et les Bourguignons étaient sur le point de chasser Charles de ses États. C'en était fait de son royaume, si Dieu ne se fût pas miraculeusement mis en travers par la vachère Jeanne la Pucelle.
  « Nous avons soigneusement (serio ) raconté l'histoire de Jeanne la Pucelle dans notre livre de Claris Mulieribus. Ce ne fut que sous les auspices et la conduite de la Pucelle que ce roi recouvra un royaume entièrement perdu.
  « Les Anglais, étant parvenus à s'emparer de la jeune fille, par un excès de rigueur, la livrèrent aux flammes. C'est de cette sorte que, selon la prédiction de la Pucelle, la victoire repassa du côté de Charles, Dieu voulant montrer qu'il n'est pas de puissance humaine qui puisse rester stable, si elle s'appuie seulement sur ses propres forces. »
  La Mazarine à Paris possède un exemplaire du livre de Claris Mulieribus, imprimé à Ferrare en 1497. Il a été exactement reproduit en 1521, par Ravisius Textor, dans son volume de Memorabilibus et Claris Mulieribus aliquot diversorum scriptorum opera. Ravisius Textor, un docteur de Navarre, a fait précéder et suivre sa compilation d'autres traités moins étendus que celui de Philippe de Bergame, et il la termine par le poème de Valéran Varanius sur la Pucelle. Il en sera dit un mot dans la suite.
  Le manuscrit de Sabadino, portant la date de 1483, aurait ainsi précédé l'ouvrage de Philippe de Bergame. On trouve dans les deux assez de ressemblance, pour se demander si l'un n'a pas servi de canevas à l'autre, et aussi assez de divergences pour conclure que les deux auteurs ont travaille à l'insu l'un de l'autre.
  Philippe de Bergame affirme avoir sérieusement parlé de Jeanne dans son ouvrage de Claris Mulieribus. Si cela prouve la bonne foi de l'écrivain, cela n'établit pas la vérité de son récit.
  Le bon moine ne semble parfaitement fixé ni sur la géographie, ni sur la chronologie, et pas davantage sur l'histoire de la Libératrice. Orléans est sur le Rhône, Reims est la capitale de la France, Jeanne d'Arc y est brûlée, Orléans est la ville du sacre. La Pucelle est brûlée à Reims, et le monument en mémoire de son supplice est aussi érigé à Reims. La Pucelle aurait été brûlée en 1448, après avoir combattu huit ans, de sa seizième à sa vingt-quatrième année.
  Comme Sabadino, il veut que la Pucelle se soit exercée, dans les pâturages, à transpercer les arbres avec sa lance, à monter les cavales des bergers. A la suite vient un portrait dont on peut apprécier la valeur historique par les observations qui viennent d'être faites : « Elle était, dit-il, petite de taille, avec un visage de paysanne, cheveux noirs, mais forte dans tous ses membres. Elle garda toute sa vie une virginité sans tache, et observa très fidèlement tout ce que prescrit la religion. Son langage avait de la douceur comme celui des femmes de son pays, et il était rehaussé par la sainteté de ses moeurs. Son sens était si droit, si juste, qu'on aurait cru que sa vie s'était passée et qu'elle avait été élevée, à l'école de la plus haute sagesse et de toute prudence. »
  Après avoir dit qu'Orléans était aux abois, et que la perte imminente de cette ville allait entraîner celle du royaume entier, il raconte ainsi la vision de Jeanne : « C'est alors que la jeune fille, occupée à la garde des troupeaux, s'étant retirée, pour se garantir de la pluie, dans une très misérable chapelle (in vilissimo sacello ), s'y endormit. Pendant son sommeil, Dieu, qui s'était montré à elle, lui intima ses ordres. Elle était dans sa seizième année. Aussitôt l'ordre reçu, elle quitta son troupeau, et vint au camp vers le roi. »
  Les difficultés qu'elle rencontre de la part de l'entourage royal pour arriver jusqu'au prince, le discours qu'elle lui adresse, la réponse, l'entretien qu'elle demande et obtient, occupent une partie notable de la narration. A la suite, aux acclamations des grands. Jeanne est mise à la tête de l'armée royale entière. « Chose presque incroyable, dit Philippe de Bergame, chose inouïe, spectacle merveilleux, tant de princes, le roi lui-même, rompus au métier des armes, acceptent d'être commandés par une fille de seize ans, qui sort de garder des brebis et des porcs. Vêtue d'un habit viril, couverte d'une armure, elle dirige les armées françaises. Le roi ordonne que, comme générale de l'armée entière, elle soit vêtue de brillantes armes, lui donne et fait amener un cheval très fort, magnifiquement harnaché et caparaçonné. Quand montée sur son coursier, le casque en tête, les cheveux flottant sur les épaules (elle les portait coupés en rond autour de la tête ), elle apparaît, intrépide cavalière, aux yeux de l'armée, tous crurent voir un chevalier descendu du Ciel. »
  A Orléans, le narrateur lui fait tuer dix mille Anglais, parmi lesquels le général, et prendre trois bastilles en trois heures. « En quatre jours, ajoute-t-il, l'ennemi est chassé, et la ville, à la très grande gloire de la Pucelle, est délivrée du siège; fait divin plus qu'humain. Je le tiens d'un excellent témoin, d'un homme très connu, de Guillaume Guasco, alors à la cour du roi, qui me l'a raconté d'après ce qu'il avait entendu et vu. » Si Guasco a dit qu'Orléans avait été délivré en quatre jours, il n'a pas surfait l'événement; mais il a notablement amplifié s'il a dit qu'en trois heures la Pucelle avait tué dix mille Anglais et pris trois fortes bastilles.
  Il a abusé le moine augustin, s'il lui a dit que la Guerrière avait combattu huit ans, et livré aux ennemis trente batailles dont elle serait sortie victorieuse : « Triciès cum hoste prælio confixit. » Charles VII, couronné à Orléans, qui est dit la ville du sacre, aurait fini par s'emparer de Reims, et là, au lieu même où, d'après Philippe de Bergame, Jeanne aurait été brûlée, le monarque aurait fait élever une très haute et très belle croix.
  Pour Philippe de Bergame, comme pour Sabadino, c'est sous Louis XI que la réhabilitation a eu lieu. Voici comment le moine augustin la raconte : « Le roi Louis succédant à son père, très affecté qu'une si indigne mort eût été infligée à une Vierge si magnanime, obtint, dit-on, du pontife romain Pie, second du nom, que deux jurisconsultes fussent envoyés en France pour revoir soigneusement la cause, et informer sur la vie de la victime. Dès leur arrivée, ils citèrent deux faux conseillers, et des juges qui vivaient encore. La cause soigneusement examinée, il leur fut manifeste que l'on avait condamné une femme très innocente ; que tout ce qu'on lui avait imputé était controuvé, notamment les inculpations de maléfice et de magie ; bien plus, que toute sa vie était en parfait accord avec ses grands exploits, et qu'elle n'avait jamais rien fait dont la religion pût être offensée. C'est pourquoi on infligea aux deux accusés le supplice que longtemps avant ils avaient sentencié contre la très innocente Vierge. On amplia la sentence en ce que l'on ordonna que les ossements de deux autres juges tirés du sépulcre seraient livrés aux flammes, en ce qu'il fut ordonné qu'on bâtirait une église, à la place où cette courageuse Vierge avait été brûlée. Du reste des biens des condamnés confisqués et vendus, une messe quotidienne fut fondée à l'honneur de Dieu, et pour l'âme de la défunte. »
  La réhabilitation a eu lieu certainement sous Charles VII. Louis XI y est-il revenu pour punir les coupables, et ajouter à la réparation? Les modernes sont unanimes pour le nier. Il reste alors à expliquer cette mention relevée par l'abbé Dubois sur les comptes de la ville d'Orléans en 1470. « Payé 36 sous à Estienne Chartier, varlai de la ville, pour un véage par lui fait d'Orléans à Paris, par l'ordonnance des procureurs de ladite ville, pour porter de par eulx lettres missives à Jehan Compaing, l'un desdits procureurs, estant lors en la ville de Paris, pour le fait du procès de la Pucelle, qui vint au siège d'Orléans; auquel véage il a vaqué par 4 jours au commencement du mois d'avril 1469, avant Pâques, » par conséquent en 1470 (Ms. de l'abbé Dubois, III p. 57). Cette même année, Louis XI établit l'ordre de Saint-Michel; il est permis de croire avec de bons auteurs que la pensée de la reconnaissance envers l'Archange qui avait suscité la Libératrice n'y fut pas étrangère. On lit encore, sur le fronton héraldique de la porte de la chaumière de la Pucelle, le cri : Vive le roi Louis XI. Ce sont là des indices permettant de penser que Louis XI s'est occupé de la mémoire de Jeanne d'Arc, encore que l'on n'adopte pas tout le récit de Philippe de Bergame ou de Sabadino.
  Avant la fin du siècle qui vit naître l'héroïne, la fable se mêlait donc déjà à son histoire, sans que l'on contestât son titre de Libératrice, d'envoyée de Dieu, et de Vierge sainte.
  Indépendamment des mémoires de Paul Pontanus et de Rodolphe de Lellis, l'Italie nous fournit neuf documents, trois d'un haut intérêt, écrits pendant que la Vénérable était sur la scène ; les plus tardifs ont été écrits moins d'un siècle après qu'elle en avait disparu. Leurs auteurs croient tous à la mission divine.


                                                 



Sources : Présentation et texte original latin : "Procès de Jeanne d'Arc" - T.IV - Jules Quicherat (1844), p.521-528.

Commentaires et traduction partielle : J.B.J. Ayroles, "La vraie Jeanne d'Arc", t.IV, p.263-267.

Notes :

1 Il y a Remensis dans le texte, mais dans l'erratum de l'ouvrage, Ravisius Textor avertit qu'il faut substituer Rothomagensis à Remensis. Peut-être est-ce une correction de lui ; car Philippe de Bergame est assez mauvais géographe pour avoir confondu Rouen et Reims.



Les témoignages

Index


Les autres témoignages :
- les écrits de J.Gelu
- le traité de J.Gelu
- la note de Guill. Girault
- Jean Rogier
- la chronique de Lille
- la chron. de Vigneulles
- Henri de Gorcum
- Clerc de Spire
- Brevarium Historiale
- Jean Nider
- Baptiste Fulgose
- Guerneri Berni
- Nicolas Savigny
- Chonique espagnole
- Chambre d.cptes Brabant
- Livre des trahisons...
- Appréciation de Bedford
- Robert Blondel
- Saint-Antonin
- Herman Cornerius
- Pontus Heuterus
- Pierre Sala
- Pierre Empis
- Jean Germain
- Jean Jouffroy
- Registres Chap. N-Dame
- Greffier Albi
- Chron. Mt St-Michel
- Ordo Chalons
- Chron. anon. alençon
- Chron. anon. normandie
- Chron. British Museum
- Chron. Lorraine
- Walter Bower
- Livre de Pluscardin
- Lorenzo Buonincontro
- Giovanni Sabadino
- Philippe de Bergame
- Jean Bouchet
- Le Féron
- Kerrymel
- Hist.des ctes de Ponthieu

- Sommaire... Et. Pasquier




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire