Accueil                                                         Admin
24 octobre 2019  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

La vie de Guillaume Gamaches

et ouvrage doit figurer ici au moins pour mémoire, attendu qu'il a été cité par de recommandables historiens de Jeanne d'Arc, tels que MM. Le Brun de Charmettes et Jollois. Il fut imprimé en 1790 dans une collection qui a pour titre : la France illustre ou le Plutarque français, par M. Turpin, citoyen de Saint-Malo.
  Ce M. Turpin reçut en effet des lettres de bourgeoisie des Malouins pour avoir écrit la vie de Duguay-Trouin, mais il était né à Caen. Il rampa devant tous les pouvoirs, fit des hommages aux ministres de Louis XV, à ceux de Louis XVI, à Marie-Antoinette et à la Convention. La vie de Guillaume de Gamaches a tout l'air d'une spéculation sur la vanité des héritiers du nom. C'est un tissu de faux renseignements généalogiques et de prétendus extraits de chronique, forgés heureusement avec une maladresse qui décèle sur-le-champ la supercherie.
  Guillaume de Gamaches, selon M. Turpin, aurait été l'homme par qui fut sauvée la France. Il le fait assister aux conseils de guerre tenus dans Orléans en 1429, et l'y met en lutte ouverte avec Jeanne d'Arc. A ce sujet il laisse parler sa chronique, dont voici un échantillon :

  « Riotte s'esmeut, tant qu'il ne put reffrener son ire, disant : Puisque ainsi est, chevaliers, azener (sic) l'advis d'une peronelle de bas lieu mieulx que celluy d'ung chevalier tel que suis, plus me rebiffe rois à l'encontre. Je fairois parler en temps et lieu mon branc et seroi peut-estre occis ; mais ainsi le veut, pour le roy et mon honneur, et onc dès ichi je deffais ma bannière et ne suis plus qu'ung pauvre escuyer d'autant que j'aime mieulx homme noble pour maistre qu'une femme qui fut peut-estre, qui ça, onc ne sçois. »
  Là-dessus Guillaume de Gamaches ploie sa bannière et la remet à Dunois ; mais les autres capitaines à force de prières finissent par calmer sa colère et par lui faire « baisier en la joue la Pucelle : ce « que firent les deux avec rechin. »

  Rien de tout cela ne mérite la discussion ni pour le fond ni pour la forme. Il suffit d'avoir appelé l'attention sur ce grossier pastiche pour qu'on s'épargne la peine de recourir au livre, qui est assez difficile à rencontrer.


                                                 


Sources et commentaires : Jules Quicherat - t.IV, p.358 à 359.

Notes :
/



Les témoignages

Index


Les autres témoignages :
- les écrits de J.Gelu
- le traité de J.Gelu
- la note de Guill. Girault
- Jean Rogier
- la chronique de Lille
- la chron. de Vigneulles
- Henri de Gorcum
- Clerc de Spire
- Brevarium Historiale
- Jean Nider
- Baptiste Fulgose
- Guerneri Berni
- Nicolas Savigny
- Chonique espagnole
- Chambre d.cptes Brabant
- Livre des trahisons...
- Appréciation de Bedford
- Robert Blondel
- Saint-Antonin
- Herman Cornerius
- Pontus Heuterus
- Pierre Sala
- Pierre Empis
- Jean Germain
- Jean Jouffroy
- Registres Chap. N-Dame
- Greffier Albi
- Chron. Mt St-Michel
- Ordo Chalons
- Chron. anon. alençon
- Chron. anon. normandie
- Chron. British Museum
- Chron. Lorraine
- Walter Bower
- Livre de Pluscardin
- Lorenzo Buonincontro
- Giovanni Sabadino
- Philippe de Bergame
- Jean Bouchet
- Le Féron
- Kerrymel
- Hist.des ctes de Ponthieu

- Sommaire... Et. Pasquier




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire