Accueil                                                         Admin
26 septembre 2020  

 Son histoire

par Henri Wallon

 Les sources

Procès condamnation

Procès en nullité...

Chroniques & textes

Lettres de J. d'Arc

 Compléments

Bibliographie

Librairie numérique

Dossiers

 Recherches

Mises à jour du site

Recherches

 

 ACCÈS CARTES

     Carte de France (1429)

     Carte Nord France (1429)

     Carte environs Domrémy

     Carte environs Orléans

     Carte siège d'Orléans

     Vues Orléans et pont

 

 Interactivité

Contact

Liens johanniques

Sauvez la Basilique

Procès de réhabilitation
Déposition de Guillaume Manchon en 1450

  Venerable et discrete personne Messire GUILLAUME MANCHON, prestre, aagé de L ans ou envyron, chanoine de l'eglise collegial Nostre Dame de Andely, curé de l'eglise parrochial Sainct Nicholas le Paincteur de Rouen, notaire en la cour archiepiscopal de Rouen, juré et examiné, l'an de grace mil CCCC XLIX, le IIIIe jour de mars, dit et depose que il fut notaire au procés d'icelle Jehanne, depuis le commencement jusques a la fin ; et avecque luy messire Guillaume Colles, dit Boscguillaume.
  Item, dit que, a son advis, tant de la partie de ceulx qui avoient la charge de mener et conduyre le procés, c'est assavoir monsieur de Beauvoys et les maistres qui furent envoyez querir a Paris pour celle cause, que aussy des Angloys, a l'instance desquels [le] procés se faisoit, on proceda plus par haine et contemp de la querelle du roy de France, que ce elle n'eust point porté son party, pour les raisons qui ensuivent :
  Et premierement dit que ung nommé maistre Nicole Loyseleur, qui estoit familier monsieur de Beauvoys, et tenant le party extremement des Angloys, (car aultres foys, le roy estant devant Chartres, alla querir le roy d'Angleterre pour faire lever le siege), faigny que il estoit du pays de ladicte Pucelle, et par ce moyen trouva maniere d'avoir actes, parlement et familiarité avec elle, en luy disant des nouvelles du pays a luy plaisantes ; et demanda estre son confesseur; et ce que elle luy disoit en secret, trouvoit maniere que venist a l'ouye des notaires. Et de fait, au commencement du procés, ledit notaire et ledit Boscguillaume, avec tesmoings, furent mis secretement en une chambre prochaine, ou estoit ung trou, par lequel on povoit escouter, affin que peussent raporter ce que elle diroit ou confesseroit audit Loyseleur ; et luy semble que ce que ladicte Pucelle disoit ou raportoit familierement audit Loyseleur, il raportoit ausditz notaires ; et de ce estoit fait memoire pour faire interrogations au procés, pour trouver moyen de la prendre captieusement.
  Item, dit que, le procés commencé, maistre Jehan Lohier, solennel clerc normant, vinst en ceste ville de Rouen ; et luy fut communiqué ce qui estoit ja escript par ledit evesque de Beauvoys ; lequel Lohier demanda dilation de deux ou troys jours, de le veoir. Auquel fut respondu que, en la relevee, il donnast son oppinion, et a ce fut contraint. Et iceluy maistre Jehan Lohier, veu le procés, dist que ne valoit riens, pour plusieurs causes. Premierement, que n'y avoit point forme de procés [ordinaire]. Item, il estoit traicté en lieu clos et fermé, ou les assistens n'estoient pas en plaine et pure liberté de dire leur pure et plaine voulenté. Item, que l'en traictoit en icelle matere l'honneur du roy de France, duquel el tenoit le party, sans le appeler ne aucun qui fust de par luy. Item, que libelle n'avoit point esté baillé ne articles ; et si n'avoit quelque conseil icelle fame, qui estoit une simple fille, pour respondre a tant de maistres et docteurs, et en grandes matieres, par especial qui touchent revelations, comme elle disoit. Et pour ce, luy sembloit que le procés n'estoit vaillable.
  Desquelles choses monsieur de Beauvoys fu indigné contre ledit Lohier ; et, combien que ledit monsieur de Beauvoys luy dist que il demeurast pour veoir demener le procés, ledit Lohier respondi que ne demourroit point. Et incontinent iceluy monsieur de Beauvoys, lors logé en la maison ou demeure a present maistre Jehan Bidault, pres Sainct Nicholas le Paincteur, se departist, vinst aux maistres, c'est assavoir : maistre Jehan Beaupere, Jacques de Touraine, Nicole Midi, Pierre Morice, Thomas de Courcelles et Loiseleur, ausquelz il dit : « Vela Lohier qui nous veult bailler belles interlocutoyres en nostre procés. Il veut tout calompnier ; et dit qu'il ne vault rien. Qui le vouldroit croire, il nous fauldroit tout commencer ; et tout ce que nous avons fait ne vauldroit riens. » En recitant les causes pourquoy ledit Lohier le vouloit calompnier. Disant oultre ledit monsieur de Beauvoys : « On veoit bien de quel pié il cloche ! Par sainct Jean, nous n'en ferons riens. Nous continurons nostre procés comme il est commencé. »
  Et estoit lors le samedi de relevee en karesme. Et lendemain matin, cil qui parle, parla audit Lohier en Nostre-Dame, et demanda a iceluy Lohier que luy sembloit dudit procés et de ladicte Jehenne. Lequel luy respondi : « Vous voyés la maniere comme ilz procedent. Ilz la prandront es parolles, s'ilz pevent es assertions, c'est assavoir, ou elle dit : « Je sçay de certain ce qui touche les apparitions », se elle disoit : « Il me semble », pour icelles parolles : « Je soy de certain », il m'est advis que il n'est homme qui la peust condempner ; et semble plus que procedent par hayne que aultrement. Et pour ce je ne me tendray plus cy ; ne je n'y vueil estre ». Et de fait a tous jours demouré depuys en court de Romme, ou est mort doyen de la Roe (1).
  Item, dit que, au commencement du procés, par cinq ou six journees, pour ce que cil qui parle mectoit en escript les responses et excusations de icelle Pucelle ensemble, et aucune foys les juges le vouloient contraindre, en parlant en latin, qu'il mist en aultres termes, en muant la sentence de ces parolles, et en aultre maniere que cil qui parle ne l'entendoit. Furent mis deux hommes, du commandement de monsieur de Beauvoys, en une fenestre, pres du lieu ou estoient les juges, une sarge passant par devant, affin que ne feussent veues. Lesquels deux hommes escrivoient et rapportoient ce qui [faisoit] en la charge d'icelle Jehanne, en taisant les excusations. Et luy semble que c'estoit ledit Oyseleur et le clerc dudit Beaupere, qui n'estoient point notaires ; et aprés la juridition tenue, la relevee en faisant collation de ce qu'il avoit escript, les deux autres rapportoient en aultre maniere, et ne mectoient point d'excusation. Dont ledit monsieur de Beauvoys se courrouça grandement contre cil qui parle. Et es parties ou il est escript en procés
(2)

: Nota, ce estoit ou il y avoit controversie, et esconvenoit recommencer nouvelles interrogations sur cela. Et trouva l'en que ce que estoit escript par cil qui parle estoit vray.
  Item, dit que, en escrivant ledit procés, iceluy suppliant fut plusieurs foys argué de monsieur de Beauvoys et desditz maistres que il escript selon leur ymagination et contre l'entendement d'icelle Pucelle. Et aucunes foys avoit des choses qui ne leur plaisoient pas, ou disoient : « Ne les escripvez point. Il ne sert point au procés. » Mais pourtant ne escript oncques ledit suppliant fors selon son entendement et conscience.
  Item, dit que maistre Jean de Fonte (3), depuis le commencement du procés jusques a la sepmaine d'aprés Pasques mil CCCC XXXI, fut lieutenant de monsieur de Beauvoys, a l'interroguer en l'absence dudit evesque, lequel neantmoins estoit tousjours present avec ledit evesque eu demené du procés ; et quand venist es termes que ladicte Pucelle estoit fort sommee de soy submectre en l'Eglise par iceluy de Fonte et freres Ysambart de la Pierre et Martin Lavenu, fut advertie qu'elle debvoit croyre et tenir que c'estoient nostre sainct Pere le pape et ceulx qui president en l'Eglise militant et que elle ne debvoit point faire de doubte de se soubmectre en nostre Pere le pape et au sainct consille, ou il y avait, tant de son party que d'ailleurs, plusieurs notables clercs ; et que, ce ainsy ne le faisoit, elle ce mectoit en grant dangier. Et lendemain qu'elle fut ainsy advertie, elle respondi qu'elle se vouldroit bien submectre a nostre sainct Pere le pape et au consille, etc. Et quant monsieur de Beauvoys ouyt celle responce, demanda qui avoit esté parler a elle [le jour de devant, et manda la garde angloise d'icelle Pucelle, auquel demanda qui avoit parlé a elle]. Lequel garde respondi que ce avoit esté ledit de Fonte, son lieutenant, et les deux religieux. Et pour ce, en l'absence d'iceulx de Fonte et religieux, se couroucha tres fort contre maistre Jehan Magistri, vicaire de l'inquisiteur, en les menachant tres fort de leur faire desplaisir. Et quant ledit de Fonte eut de ce congnoissance, et que il estoit menaché pour icelle cause, ce parti de ceste cité de Rouen, et depuis ne retourna. Et quant aux deux religieux, se n'eust esté ledit Magistri, qui les excusa et supplia pour eulx, en disant que se on leur faisoit desplaisir, jamais ne viendroit au procés, ilz eussent esté en peril de mort. Et de lors fut deffendu de par monsieur de Warwick que nul ne entrast vers icelle Pucelle, [sinon] monsieur de Beauvoys ou de par luy. Et toutes foys que luy plaisoit, alloit devers elle. Mais ledit vicaire ne y eust point eu entree sans luy.
  Item, dit que, au parlement du preschement de Sainct Ouen, aprés l'abjuration de ladicte Pucelle, pour ce que ledit Oyseleur disoit a ladicte Pucelle : « Jehanne, vous avez fait une bonne journee, se Dieu plaist, et avez sauvé vostre ame », elle demanda : « Or ça, entre vous gens d'Eglise menez moy en voz prisons ; et que je soye plus en la main de ses Angloys. » Et il fut dit de par monsieur de Beauvoys : « Menez la ou vous l'avez prinse. » Et elle fut menee au chastel, d'ou elle estoit partie. Et le dymenche ensuivant, qui fut le jour de la Trinité, furent mandez les maistres, notaires et aultres qui ce entremectoient du procés. Et leur fut dit qu'elle avoit reprins son habit de homme, et que elle estoit renchue. Et quant ilz vindrent au chastel, en l'absence dudit monsieur de Beauvoys, arriverent sur eulx envyron IIIIx x ou cent Angloys qui se adrecherent a eulx en la court dudit chastel. Et leur dirent que entre eulx gens d'Eglise estoient tous faulx traictres armigneaux et faulx conseilliers. Et a grant paine peurent evader et yssir hors du chastel. Et ne firent riens pour icelle journee. Et lendemain fut mandé cil qui parle. Et il respondi que il ne iroit point, se il n'avoit seurté, pour la paour que il avoit eue. Et ne y fust point retourné, ne eust esté ung des gens monsieur de Warwick qui luy fut envoyé pour seurté. Ainsy retourna, et fut [a] la continuation du procés jusques a la fin. Mais ne fut point a certain examen de gens qui parlerent a elle a part, comme personnes privees. Neantmoins monsieur de Beauvoys le voulu contraindre de ce signer. Laquelle chose ne voulu faire.
  Item, dit que veist amener ladicte Johanne a l'eschafault. Et y avoit le nombre de sept ou huyt cens hommes de guerre entour d'elle, avec glayves ; et n'y avoit homme qui fut si hardi de parler a elle pour l'advertir, excepté frere Martin Lavenu et messire Jehan Massieu. Et dit que pacientement elle ouyt le sermon tout au long ; et après feist la regratiation, prieres et lamentations moult notablement et tant devotement que tant les juges prelatz que tous aultres assistens, ce ouans, furent provocqués a grans pleurs. Et dit le deposant que oncques ne plora tant pour chose qui luy advint ; et que, par ung moys aprés, ne s'en povoit bonnement apaiser ; et, de partie de l'argent que il eust du procés, il acheta ung petit messel qu'il a encore, affin qu'il eust cause de prier pour elle. Et au regard de finalle penitance, il ne veist oncques plus grant signe a christien.
  Item, dit que est recolant que, au preschement fait a Sainct Ouen par maistre Guillaume Erard, entre aultres parolles fut dit par ledit Erard ce langage en effet : « Ha ! noble maison de France, qui as esté tousjours protecteure de la foy, as tu esté ainsy abusee de te adherer a une heretique et scismatique ! C'est grand pitié ! » A quoy el donna response dont ne se recorde point, excepté que elle faisoit grant louenge de son roy ; et que c'estoit le meilleur chrestien et le plus saige qui fust au monde a son advis. Et donc fut commandé audit Massieu par ledit Erard et par monsieur de Beauvoys : « Faites la taire ! ».

                                            

Sources :
- "Procès de Jeanne d'Arc" - Jules Quicherat - tome II.

Notes :
1 La Rote, tribunal où se jugaient les appels portés à Rome.

2 C'est à dire sur la minute de Guillaume Manchon.

3 Jean de La Fontaine.


 

Procès de réhabilitation
Témoins de 1450 et 1452

Enquête de G. Bouillé en 1450
Fr. Jean Toutmouillé
Fr. Ysembart de La Pierre
Fr. Martin Ladvenu
Fr. Guillaume Duval
Me. Guillaume Manchon
Me. Jean Massieu
Me. Jean Beaupère


Enquête de d'Estouteville en 1452

1er questionnaire de 1452

Les dépositions :

-
Guillaume Manchon
- Pierre Miget
- Ysambart de la Pierre
- Pierre Cusquel
- Martin Ladvenu

2ème question. de 1452

Les dépositions :

- Nicolas Taquel
- M. Pierre Bouchier
- Nicolas de Houppeville
- Jean Massieu
- Nicolas Caval
- Guillaume du Désert
- Guillaume Manchon
- Pierre Cusquel
- Ysambart de La Pierre
- André Marguerie
- Richard de Grouchet
- Pierre Miget
- Martin Ladvenu.
- Jean Lefèvre
- Thomas Marie
- Jean Fave


- Les dépositions - index




Légal         Contacts
 
© 2006-2014 - SteJeannedArc.net
1412-2012
Jeanne d'Arc, histoire et dictionnaire